Archive for 11 mars 2011

« Ouais mais on trouve pareil et gratos sur Internet ! »

Ce commentaire, je le lis de plus en plus souvent dans les commentaires de différents sites, et souvent à propos de livres, souvent informatiques.

Je l’ai lu par exemple à propos d’un livre que j’avais rédigé sur iWork’ 09. Un petit malin avait posté sur différents sites le même commentaire, à savoir que l’on trouvait la doc des logiciels d’iWork gratos sur Internet en PDF, rédigée par Apple, et que du coup c’était pas la peine d’acheter ce livre.

Je viens de lire un commentaire de ce genre chez MacGeneration, à propos de l’excellent livre de Jean-Christophe Courtes Travailler avec un iPad. Certes, il est en noir et blanc et c’est dommage, mais ça ne retire rien de la qualité de son contenu. J’ai eu aussi le droit à ces commentaires sur certains bouquins que j’ai écrit.

J’avoue : ces commentaires m’agacent. Ils m’énervent car ils négligent  complètement que la qualité d’un livre n’est pas liée qu’à son contenu, mais également à sa pédagogie et donc à son auteur. Ceux qui pensent qu’il n’est pas nécessaire d’acheter un livre sur Keynote parce qu’Apple a déjà écrit à son sujet ont-ils déjà vraiment ouvert un de ses documents ? Tous ne sont pas mauvais, certes. Mais si je regarde le nombre de personnes qui m’ont demandé si je comptais un jour faire un livre sur Mac OS X Server, alors qu’elles pourraient largement se contenter de la doc d’Apple sur Mac OS X Server… Après tout il y en a quand même 1500 pages, non ? Bah alors, elle est pas intéressante ? Ou alors, elle est un peu dure à digérer ? Ou pas assez didactique ou explicative, peut-être ?

Un livre ou une documentation, quel qu’il/qu’elle soit, impose un point de vue et une approche qui ne peuvent être universels. Chaque auteur apporte sa vision des choses, ses commentaires, ses critiques, son ton, son humour, sa passion… Il écrit son livre. Tout comme une scène de cinéma peut être filmée de multiples façons, tout comme Hugo n’aurait certainement pas décrit les Halles de la même façon que Zola, chaque auteur, quelque il soit, apporte sa patte. Se dire qu’on n’est pas limité à un seul auteur sur un champ donné est déjà une richesse !

Donc, ami lecteur, ami commentateur qui ne sait pas la complexité qu’il peut y avoir à créer un livre, qu’il fasse 100 ou 500 pages, n’essaie pas d’écraser de ton mépris cet auteur qui a juste peut-être eu envie de partager son expérience, sa passion au sein de ces pages. Ne pense pas parce que tu ne payes pas, tu as forcément un meilleur service que si tu avais investi quelques euros dans un livre. Dis-toi que peut-être que l’investissement que tu feras dans un bon bouquin te sera peut-être rendu au centuple le jour où, face à ton ordinateur, ton iPhone, ton iPad, tu rencontreras une galère (un indice : si ton ordi est en panne, l’Internet sera peut-être plus difficile d’accès, déjà). Dis-toi aussi que le temps que tu ne perdras pas à rechercher des informations sur des dizaines ou centaines de sites différents, il y aura peut-être quelqu’un qui l’aura pris pour le faire à ta place, et te le présenter de façon digestible.

Oui, sur Internet, il y a du contenu gratuit, et c’est bien. Mais non, il n’est pas forcément meilleur que celui que vous allez acheter. Et heureusement que ce n’est pas parce que quelqu’un a déjà écrit sur un sujet qu’il ne faut plus que quiconque écrive dessus…