Archive for 13 mars 2011

Bienvenue dans le monde réel, Néo

Même mise en scène. Même fauteuil. Même présentateur. Et pour certains, le même produit, mais cette fois-ci en version 2. La bonne version, comme aiment à le rappeler les Guignols. Mais un produit qui déjà, dans sa version 1, a révolutionné pas mal d’usages, qui a changé des vies, comme la vidéo d’introduction le montrait. Un iPad 2, pas forcément révolutionnaire, juste « mieux ». Pas mieux que la concurrence, mais juste mieux que le premier. En fait, si, forcément mieux que la concurrence, car… l’iPad est déjà là depuis un an, et son successeur est arrivé ce week-end aux USA.

Et entre temps, qu’a fait la concurrence ? Grosso modo : rien. Oh, oui, il y a bien eu la Galaxy Tab, et la Xoom arrive… Mais comparé au raz-de-marée qu’a été l’iPad, c’est négligeable. Car les constructeurs ont été totalement pris par surprise. Pensez donc : eux qui ont cherché parfois durant des années à faire un PC sous forme de tablette, n’ont pas ENCORE sortis un seul produit capable de la concurrencer. Pas une seule tablette à 500€ capable de faire ce que fait l’iPad. Et encore moins garni d’une bibliothèque de 65000 logiciels dédiés sortis en moins d’un an. Oui, certains étaient des réadaptations de logiciels existant sur l’iPhone, mais une énorme quantité d’entre eux ne pouvaient exister que sur une grande surface tactile. En ajoutant l’App Store pour télécharger ces applications en quelques clics ou « taps », en faisant évoluer régulièrement son logiciel, elle en a fait un produit qui a déclenché un intérêt énorme, et pour beaucoup, une nouvelle façon d’appréhender l’informatique. Mon fils a 2 ans et demi, mais il utilise l’iPad depuis un an, avec une aisance réellement surprenante. Aucun appareil électronique avant l’iPad ne peut probablement se targuer d’avoir une courbe d’apprentissage aussi rapide.

Ce qu’a fait Apple en l’espace de 10 mois est colossal. Mais l’erreur est de croire que tout le travail d’Apple s’est fait en quelques mois : en réalité, c’est un travail de plusieurs années (souvenez-vous de Steve Jobs qui expliquait qu’elle avait commencé par la tablette pour finalement se lancer sur l’iPhone). C’est la mise en place d’une architecture, d’un OS, et en réalité, d’une plate-forme : l’App Store. Le plus grand succès de ces dernières années, ce n’est pas iOS, mais bien la plate-forme de téléchargement menée de main de maitre par Apple.

Mais surtout, Apple a compris quelque chose d’essentiel : aujourd’hui, pour gagner, il ne faut pas se contenter d’annoncer, mais il faut délivrer en temps et en heure. Alors qu’Apple était la reine pour présenter des concepts dans son ère pré-Jobs, elle est devenue beaucoup plus terre-à-terre. La preuve : plus aucun ordinateur-concept n’a été annoncé depuis. Seulement des produits finis et livrés aux clients, en temps et en heure (à quelques exceptions près). Apple ne vend plus du rêve : elle vend du très concret, quitte à ce qu’il semble parfois un peu incomplet. Mais que vaut-il mieux : un produit pas complet à 100% mais qui donne satisfaction à 90%… Ou un produit de rêve qu’on ne touchera finalement jamais ?1. Le plus amusant étant qu’il y a quand même un contre-exemple important à cette règle, avec… l’iPhone blanc, qui n’est pas encore disponible pour des raisons techniques, et surtout je pense à cause d’un besoin de perfection. Pour le coup, Apple a préféré annuler sa sortie que le diffuser dans une forme qui lui aurait semblé de mauvaise qualité… Certains auraient sûrement eu moins de remords, en livrant une tablette incomplète.2.

Il faut voir également un autre point intéressant pour comprendre le succès de l’iPad : Apple ne dépend pas des opérateurs avec ce produit. Ou en tout cas beaucoup moins : pour un téléphone portable, il n’y a pas de choix : l’opérateur est un passage obligé, avec tout ce que ça implique comme conditions désagréables… et encore, Apple permet beaucoup moins aux opérateurs que les autres constructeurs3.

Apple est devenue une entreprise concrète, réaliste. Elle annonce, et elle réalise, parfois le jour même. Elle ne promet pas un produit qui fera monts et merveilles dans 4 mois ou plus, mais elle sort un produit qui fait déjà énormément et très bien dans sa version actuelle. Et que vous aimiez l’iPad ou pas, il est quand même évident qu’il aura tracé une nouvelle fois pour l’informatique des prochaines années.

  1. Oui, Courier, je te regarde.
  2. On pourra m’objecter que l’iPad est incomplet parce qu’il n’a pas de port SD-Card fonctionnel ou de Flash. La grosse différence ici : Apple n’a jamais annoncé que sa tablette aurait  ces capacités. Que penseriez-vous si vous achetiez une voiture décapotable et qu’on vous annonçait que la capote ne pourrait être ouverte qu’en septembre prochain parce qu’une mise à jour du toit doit être faite ?
  3. À l’exception très notable des verrouillages sur le mode modem ou désormais le partage Wi-Fi, toujours soumis à ce  racket honteux des opérateurs.