Archive for 31 décembre 2011

2011 : l’année en demi-teinte d’Apple

2011 est bientôt terminée, et c’est évidemment le moment des bilans, comme le dirait Mickael Kael. Une année qui, à mon goût, ne restera pas parmi les meilleures qu’Apple a vécues. Ce fut évidemment une très triste année pour Apple : elle a perdu Steve Jobs, son co-fondateur. Même si le plan B était prévu depuis longtemps, même si Tim Cook est talentueux, même si les équipes ont été préparées au départ de Steve… Apple sans Steve Jobs sera sûrement très différente.

Ce fut également une année d’attentes côté nouveaux produits, mais une attente pas forcément récompensée. Certes, nous avons eu un iPhone 4S, superbe évolution à bien des égards (et une vraie révolution à venir quand Siri aura pris du galon). Nous avons eu une version majeure de Mac OS X, avec Lion, qui est pourtant loin de ce que j’aurais espéré pour une évolution majeure : le rapprochement vers iOS ne me semble pas si heureux que ça… C’est aussi Lion Server, un système qui n’est qu’une application de plus que Lion, pour un prix dérisoire, et une stratégie un peu bizarre de la part d’Apple, avec un système serveur professionnel vendu pas assez cher pour être totalement honnête. Du bon dans ce serveur, mais aussi du moins bon. J’attends toujours la 10.7.3 avec impatience…

La sortie la plus marquante de l’année côté matériel reste le nouveau MacBook Air, qui prend de l’ampleur et crée à lui seul le segment du « subnetbook », ordinateur puissant mais très léger. Un concept qui cartonne, au détriment de l’informatique « classique ». Et oui, c’est un produit de fin 2010, mais sa nouvelle version sortie cet été, bien plus puissant, le rend vraiment plus intéressant et plus apte à remplacer une machine de bureau sur bien des points.

2011, c’est aussi la fin officielle du Xserve, remplacé tant bien que mal (voire pas du tout remplacé) par le Mac mini Server. Bonne machine, bonne évolution matérielle, un bon concept, encore amélioré avec l’arrivée de ThunderBolt, technologie qui pourrait rendre finalement l’informatique bien plus modulaire. À voir si l’année 2012 sera l’année du ThunderBolt, ou si ça ne restera qu’une technologie pour les professionnels, réservé à une niche.

2011, c’est iOS 5. Très honnêtement, c’est un des meilleurs produits qu’Apple a sortis cette année. Une excellente évolution, avec plein de petites et grosses nouveautés partout (centre de notifications et gestion multitouch en tête). Et évidemment, iCloud, le successeur de MobileMe, qui après des débuts assez cahotiques semble enfin donner satisfaction.

Il y aura cependant eu au moins une évolution positive majeure sur Mac : l’arrivée massive du JEU ! Que ce soit par les studios indépendants qui adoptent le Mac App Store, ou l’arrivée de Steam avec le fabuleux Portal 2 et bien d’autres, on joue sur Mac, et c’est un vrai plaisir de ne pas avoir à redémarrer sous Windows rien que pour lancer un p’tit jeu comme Super Meat Boy. Espérons que cette tendance se poursuive en 2012.

2011 n’aura donc pas été une année géniale pour Apple. À un niveau plus personnel, je n’ai pas été époustouflé par les nouveautés d’Apple durant toute l’année, et le manque de renouveau matériel s’est également ressenti : la meilleure preuve, c’est que je n’ai toujours pas fait évoluer mon parc informatique significativement en 2011 (l’iPhone 4S reste à ce jour mon plus gros investissement).

Heureusement, 2012 devrait être l’année où les équipes d’Apple auront enfin l’occasion de montrer à nouveau leur talent, avec le renouvellement attendu de nombreux matériels comme le MacBook Pro… J’espère juste que la fin du monde n’interrompe pas tous les programmes de façon inopinée, bien évidemment.

Mon top 3 des jeux iOS

C’est la fin de l’année, période propice aux top dans tous les genres, et comme j’adore les tops en tous genres, en voici un tout petit sur mes jeux iOS préférés cette année. Car oui, j’ai pas mal joué aussi sur mon iPhone et mon iPad… au point que mes consoles portables ont plutôt pris la poussière cette année (heureusement, la baisse de prix et les nouveaux bons jeux de la 3DS ont sacrément inversé la tendance).

Sans plus attendre, donc, mon top 3 :

Numéro 3 : Jetpack Joyride

TinyWings

Je viens tout juste de découvrir ce jeu, et dans le genre Canabalt-like, JetPack Joyride se pose très bien. Vous contrôlez un p’tit bonhomme uniquement en appuyant sur l’écran pour faire varier la hauteur de son déplacement, dans le but de faire le plus haut high score.  Une animation rapide et fluide, des tonnes d’objets et de challenges, une difficulté bien dosée, vraiment de quoi s’amuser. Mes enfants ne le lâchent pas, un signe qui ne trompe pas !

 

Numbeure 2: Tiny Wings

Tiny Wings

Autant j’ai du mal avec Angry Birds, autant j’ai adoré jouer à Tiny Wings. Un concept simple mais accrocheur : vous contrôlez le vol d’un gros oiseau à l’œil et surtout au doigt, en appuyant sur l’écran pour le faire descendre le long des collines composant le jeu. Le terrain de jeu est généré aléatoirement chaque jour, et les nombreuses missions permettant d’améliorer son « nid » rendent le jeu incroyablement prenant. Le jeu est magnifique techniquement, et la musique tellement entêtante… Dommage qu’il n’y ait pas des missions supplémentaires ! On attend avec impatience le prochain épisode… Tiny Wings est d’ailleurs jeu de l’année sur l’iTunes Store, si c’est pas une preuve ça !

Number Ouane : Groove Coaster

Groove Coaster

LE jeu sur lequel j’ai clairement passé le plus de temps cette année ! Jeu de rythme endiablé, Groove Coaster a tout pour plaire : un excellent choix de musique punchy (il faut quand même apprécier la musique électro voire jazzy par moments) , une réalisation impeccable, une animation nerveuse, des petites références qui plairont aux geeks (Arkanoid et Space Invaders, anyone ?) et du FUN à ne plus savoir qu’en faire. C’est également la preuve que si le jeu est bon, le client est prêt à investir : j’ai acheté sans hésiter les différents packs de morceaux et même quelques objets supplémentaires… sans oublier la bande originale (et là encore, excellente idée de la proposer à l’achat sur iTunes Store puisque j’ai aussi craqué…). Un jeu vraiment formidable si vous aimez les jeux de rythme bien conçus.

Voilà, c’était juste un petit top trois pour se détendre avant la fin de l’année. N’hésitez pas à présenter vos jeux préférés dans les commentaires, ils sont faits pour ça.

Oui, les contrôles des aéroports ne servent à rien

L’ineffable Pingoo explique sur son blog (attention, il y a du contenu NSFW dedans) à quel point la sécurité dans les aéroports est complètement inutile. Les exemples qu’il donne sont très pertinents, et démontrent bien à quel point nous sommes tombés dans un système absurde. Et ce n’est pas vraiment nouveau : Bruce Schneier a depuis longtemps démontré que tous les contrôles dans les aéroports relevaient du théâtre sécuritaire. Les seuls personnes emmerdées, ce ne sont pas les vilains terroristes mais évidemment les quidams qui doivent arriver à l’aéroport avec 2 heures d’avance pour être sûr de choper leur avion à l’heure sans se prendre la tête aux contrôles toujours trop longs.

Mais non seulement ces contrôles sont ridicules, ils sont également totalement inefficaces. J’en ai eu la preuve par deux fois, puisque j’ai pu monter avec un couteau suisse dans l’avion, couteau équipé d’une lame de taille généreuse, non détecté au contrôle à rayons X.

Pire encore : le couteau repliable qui était resté une fois dans le sac de mon épouse a été détecté à l’aéroport d’Amsterdam… mais les contrôleurs n’ont vu AUCUN problème à ce qu’on monte quand même dans l’avion avec !!! Pourtant, la lame était là-encore largement suffisante pour faire de gros dégâts. Mais au contrôle, elle ne semblait pas aussi dangereuse que la bouteille d’Orangina que je n’avais pu garder sur un autre vol1.

Et nous voici dans un système délirant, où l’on pourrit la vie des passagers en jouant systématiquement avec un coup de retard, où l’on met en danger la vie des passagers, où on les humilie tous les jours un peu plus (lire les histoires d’horreur sur le TSA un peu partout sur Internet) sans vraiment s’occuper de leur sureté. Il vaut mieux s’occuper de la santé financière des fabricants de scanners corporels que de celles de passagers… quand bien même leur efficacité est plus que sujette à caution.

Voyager en avion va devenir de plus en plus difficile  dans les prochaines années… et ce n’est pas près de s’arranger, hélas.

PS : et puisque je parle d’avion, un peu de pub pour Zepiaf, le blog d’un pilote Macounet confirmé et super sympa !

  1. Une personne qui travaille dans le domaine de la sureté m’a confirmé que tout dépend de la taille de la lame. Pourtant, je suis persuadé que dans un bide, la lame de 4 cm d’un couteau suisse doit faire aussi mal que celle d’un autre couteau de 5 cm.

HP, ou l’art du filtrage de l’impression

HP présente depuis quelques mois déjà sa technologie ePrint, dont tout le monde se taperait si Apple n’avait pas décidé de la proposer comme seul moyen officiel d’imprimer à partir d’un iPad. Bon, en pratique, l’idée d’ePrint est quand même pas bête : permettre d’imprimer en envoyant simplement un e-mail à une adresse dédiée à cet effet… et hop, le fichier est imprimé à distance, où qu’on soit dans le monde. C’est beau. C’est fantastique.

Mais… il y a des trucs étranges. Enfin, surtout un, qui m’agace prodigieusement.

VOTRE imprimante ne peut pas imprimer certains de VOS documents parce que leur qualité n’est pas suffisante POUR HP.

Je m’explique.

J’ai acheté récemment une Photosmart 6510 e-All-in-One. J’ai souhaité tester le service ePrint en imprimant une image de petite taille, une copie d’écran pour être précis. Alors certes, une copie d’écran, c’est pas une énorme qualité, mais on n’a pas tous les jours besoin d’imprimer un document en 300 ppp.

Donc, envoi du fichier en PJ à l’adresse de l’imprimante.

Et quelques secondes plus tard : surprise dans mes mails !

 

Hpeprintfaitiech

Le travail d’impression a été annulé car le travail d’impression contient des photos dont la qualité est trop faible pour permettre une impression avec de bons résultats.

MAIS QUEL EST LE FEUQUE ???

De quel droit HP s’arroge-t-elle le droit de choisir ce qui est imprimable ou pas sur mon imprimante ? Et vous aurez beau essayer dans tous les sens : la seule façon d’imprimer une copie d’écran sera de l’envoyer directement à partir du Mac vers l’imprimante en Wi-Fi ou USB.

Alors qu’une imprimante me dise « j’ai pas assez de mémoire parce que ton fichier pèse 4 Go et moi j’ai que 128 Mo installé », tout à fait acceptable. Qu’iPhoto me prévienne à outrance que mon document risque d’avoir une sale gueule si je l’imprime alors que mes photos ont un format timbre poste et que ça le fera pas avec l’image en pleine page, pas de problème pour moi. Mais DE QUEL DROIT HP s’arroge-t-elle le droit de me refuser d’imprimer ce que je VEUX imprimer, qualité médiocre ou pas ? C’est bien mon souci si l’image finale est dégueu et qu’elle sera imprimée de façon dégueu. Pour beaucoup de monde, une qualité brouillon est bien suffisante.

Et pourquoi pas dans quelques années l’imprimante qui refuse d’imprimer en noir et blanc, ou mes photos de vacances parce que je suis trop gros dessus (c’est un exemple, stop quoi) ?

Sachez-le donc : si vous utilisez ePrint, attention donc si vous avez envie d’imprimer n’importe quel document sur votre imprimante, ça ne sera juste pas possible. HP vous surveille.

Adieu Shingo Araki

Goldorak, Ulysse 31, Signé Cat’s Eyes, Inspecteur Gadget, Saint Seiya… Si comme moi votre enfance et votre adolescence ont été bercés par ces fantastiques dessins animés, c’est grâce (entre autres) au talent de Shingo Araki. Celui-ci nous a malheureusement quitté mercredi à l’âge de de 72 ans.

Alors, au nom de la génération RécréA2/ Club Dorothée, je tenais à vous remercier, M. Araki, de nous avoir fait rêver avec vos histoires et vos héros fabuleux. Et comme le suggère Winny.fr :

Tous ensemble concentrons nous et faisons exploser notre cosmos en sa mémoire.

Podcast : la minute Apple

Vincent Touati du podcast La minute Apple m’a interviewé il y a quelques jours, vous pourrez donc en savoir plus sur ma vie passionnante ici. Et au passage, il y a deux exemplaires de À la découverte de son iPad à gagner ! Et merci à Vincent pour son accueil et sa motivation, qui font toujours plaisir à voir (et à écouter) !