Goodbye Major Tom

Quelle meilleure façon de commencer l’année que de vous adresser mes meilleurs vœux pour 2016, avec de l’amour, du bonheur, de la santé, tout ça ?

Sauf que la vie avance, et qui dit vie qui avance, dit aussi, hélas, disparitions de ceux qui nous touchent.

David Bowie fait partie de ces artistes qui m’ont touché. Je ne sais pas comment l’expliquer, c’est arrivé par hasard il y a une quinzaine d’années, et même si je ne suis pas un fan de Bowie de la première heure, j’ai assez apprécié son œuvre depuis quelques années pour être vraiment peiné par sa disparition soudaine.

Je ne vais pas déblatérer trop longtemps sur son œuvre, d’une complexité incroyable. Mais juste vous parler d’un morceau.

Il s’appelle Absolute Beginners, et est extrait du film éponyme (qui a été un flop). Ce n’est pas son meilleur morceau, ni le plus connu. Mais quand j’étais petit, ce morceau passait de temps en temps au Top 50, et je le trouvais juste fascinant, du haut de mes 9 ans.

Et puis allez, un deuxième morceau. Parce que c’est un arrangement incroyable d’un des morceaux les plus connus de Bowie, et qu’il vous donnera des frissons dans le dos tant sa voix cristalline s’élève dans la foule totalement silencieuse.

 

David Bowie est et restera toujours une légende. Merci à lui.

Et comme lu aujourd’hui sur Twitter : If you’re ever sad, just remember the world is 4.543 billion years old and you somehow managed to exist at the same time as David Bowie.

One comment

  1. Sylvain dit :

    Oui Absolute Beginner… c’est tellement ca!