Archive for Macintosh

El Capitan arrive ! Êtes-vous prêt ?

Et voilà, c’est le moment de l’année que nous attendons tous… Une nouvelle version majeure d’OS X débarque. La douzième. Et comme pour toutes les mises à jour, se pose la question : dois-je installer cette mise à jour ?

ElCapitan

Et comme d’habitude, la réponse n’est jamais totalement tranchée.

Si vous utilisez OS X dans un contexte professionnel, avec des logiciels très spécifiques, la réponse est définitivement non. Avec une mise à jour majeure viennent également des incompatibilités, surtout avec les logiciels professionnels (vidéo et audio) utilisant des cartes spécifiques. Dans ce cas, évitez comme la peste la mise à jour, et attendez des jours meilleurs.

Pour les autres… Si vous avez des logiciels auxquels vous tenez vraiment, assurez-vous qu’il sont bien mis à jour pour fonctionner sur El Capitan au préalable. Et surtout, méfiez-vous de cette nouvelle fonction de protection de l’intégrité du système (System Integrity Protection, ou SIP), qui pose parfois souci à certains développeurs. Une nouvelle forme de protection qui rend l’installation de potentiels malwares plus compliquée, mais qui a aussi comme défaut de limiter certaines interactions possibles auparavant pour créer des « hacks » logiciels du système. Des outils comme Bartender ou Default Folder demanderont éventuellement de s’installer en désactivant temporairement SIP. C’est un peu pénible, mais c’est mieux qu’un blocage complet de ces logiciels. Bref… Faites le tour de vos outils favoris, et mettez-les à jour si nécessaire.

Mais globalement, pour une fois, je suis très, très optimiste. La version Golden Master (la fameuse GM) de El Capitan est particulièrement solide, et la version finale devrait être très très très proche de cette GM (on passerait d’une version 15A282b à 15A282c, donc quasiment aucun changement d’importance). La mise à jour se déploie plutôt rapidement (compter 20 à 40 minutes, maximum une heure), et je n’ai pas vu de bug vraiment majeur sur mes différentes machines. On est très loin de la cata qu’était Yosemite à son lancement… Avec les performances en hausse, et la compatibilité avec des Mac vieux de 8 ans (!), on peut vraiment affirmer que El Capitan est une des meilleures mises à jour d’OS X depuis quelques temps.

Mais dans tous les cas, et comme je le répétais encore sur iWeek hier : SAUVEGARDEZ ! Ne vous lancez pas dans une mise à jour majeure d’OS sans un filet de sécurité. Time Machine, Carbon Copy Cloner, SuperDuper!, Crashplan et bien d’autres sont vos meilleurs alliés ici.

Et évidemment, si vous voulez procéder à une installation propre du système, ou si vous devez installer plusieurs copies d’OS X à la maison ou au travail, je ne peux que vous inviter à télécharger la nouvelle version de DiskMaker X, qui devrait être disponible quelques minutes/heures après la disponibilité réelle d’OS X 10.11 :-)

En tout cas, bravo aux équipes d’Apple qui ont du bosser comme des dingues pour ce joli résultat, et qui vont encore devoir continuer à bosser, la 10.11.1 est déjà dans les bacs pour les développeurs… :-)

iTunes et iOS : quand la synchronisation locale ne marche plus

Cas d’école ces jours-ci sur les problèmes récurrents de synchronisation dont souffrent iOS et iTunes depuis quelques temps déjà, problèmes sur lesquels Kirk Mc Elhearn (que vous avez bien évidemment découvert par 3 Hommes et un podcast) s’est par exemple longuement épanché depuis quelques temps déjà (page en anglais). Et même si chaque mise à jour d’iTunes apporte un mieux théorique, c’est encore loin d’être gagné.

Exemple hier avec la synchronisation locale d’événements du calendrier et de contacts entre iTunes 12 et un iPhone sous OS 8 chez un client. Impossible d’assurer une synchro correcte : ça mouline, ça mouline… et puis, rien. Pas de message d’erreur, rien. On supprime tous les contacts locaux, et… rien à faire, ça ne passe pas. Pire encore, après avoir par exemple supprimé un groupe dans Contacts, si on retourne dans iTunes, le groupe n’est pas supprimé, même après redémarrage !

Je me suis pas mal pris la tête pour essayer de trouver une solution, et… j’ai trouvé. En fait, les informations de synchro sont également stockée dans un fichier appelé Local, situé dans ~/Bibliothèque/Application Support/SyncServices. Il s’agit en réalité d’un bundle (on peut accéder à son contenu via un clic droit > Afficher le contenu du paquet. Chez mon client, il pesait plus d’un giga-octets ! J’ai donc sauvegardé le fichier, puis je l’ai supprimé.

Le fichier Local

J’ai relancé iTunes, et là, miracle, plus de dossier fantôme, et la synchronisation fonctionne de façon impeccable… Ouf !

Donc, en cas de souci de synchro locale, surveillez vraiment ce fichier…

Conférence à Lyon le 4 octobre : « Trente ans de Macintosh »

30ansDeMac

 

À événement exceptionnel, animations exceptionnelles ! Les Gones du Mac, la célèbre association de passionnés du Mac, en partenariat avec BIMP, organisent samedi 4 octobre une journée spéciale Autour du Mac pour fêter dignement notre ordinateur préféré, avec au programme :

  • Conférences
  • Ateliers pour découvrir de nouveaux produits
  • Echanges avec des professionnels
  • Exposition retraçant l’histoire du Mac
  • Vente de matériel d’occasion
  • Démonstrations
  • Tirage au sort avec à la clef de nombreux cadeaux

Et dans ce cadre, j’animerai donc une conférence intitulée « Trente ans de Macintosh«  le samedi après-midi à 14h, pour revisiter l’histoire du Mac, ses origines, les machines emblématiques, les échecs… Avec moult images et démonstrations amusantes !

Venez donc nombreux, mais n’oubliez pas quand même de vous inscrire au préalable, c’est toujours mieux :-)

Mavericks et le transfert de fichiers qui ne finit jamais

Je viens de rencontrer sur le serveur d’un client un bug très curieux et particulièrement agaçant1. Après avoir installé un nouveau Mac mini en version serveur, j’ai déployé dessus l’excellent Rumpus, qui propose une interface super simple pour télécharger des fichiers en FTP, web, SFTP… Un logiciel éprouvé et à l’excellent support technique.

Sauf que là, quand on essaie de transférer des fichiers fichiers de 50 Mo ou plus depuis Rumpus, aucun ne s’achève. Le transfert commence correctement, puis…semble suspendu indéfiniment. Le téléchargement bloque à des endroits différents, et tout se passe comme si plus aucun paquet n’arrivait… sans que la liaison soit coupée. Mieux encore (ou pire, c’est selon), on peut continuer à contrôler le serveur à distance, les autres services fonctionnent correctement, et le même transfert en LAN ne pose aucun souci.

Après avoir mis hors de cause la ligne SDSL2 ou le reste de l’environnement réseau ou même Rumpus, puisque le souci arrivait également avec un transfert via scp, j’ai réussi à trouver un début de piste dans les Internets. En particulier, cette discussion sur le forum de JAMF (développeur de Casper) où est abordée une nouvelle fonction de Maverick : la validation ARP, expliquée plus en détails sur un blog de Cisco. Pour corriger le problème, il faut donc désactiver les réponses unicast ARP de Mavericks, en modifiant le fichier /etc/sysctl.conf (qui n’existe pas forcément par défaut) et en y rajoutant la ligne suivante :

net.link.ether.inet.arp_unicast_lim=0

Vous pouvez aussi télécharger un script shell qui fait ça fort bien pour vous sur Github. Téléchargez le script, modifiez les autorisations pour qu’il puisse être exécutable (chmod 755), et lancez le avec sudo.

Ceci fait, redémarrez votre Mac… Et hop, plus de souci de téléchargement à travers le WAN ! Merci qui ? Merci les Internets !

Attention : n’utilisez ce script QUE si vous avez des problèmes lorsqu’on vient télécharger depuis chez vous par exemple (téléversement, ou upload). Le patch en question concerne surtout OS X dans des conditions bien spécifiques. Ne l’appliquez pas « juste pour améliorer votre vitesse de téléchargement à Internet », ça ne servira sûrement à rien :-)

  1. Durant cette période de l’année où je suis particulièrement chargé, il m’a fallu presque cinq jours pour trouver la solution…
  2. Merci au support de Stella Telecom d’ailleurs, plutôt efficace.

WWDC 2014 : le bilan de la conférence inaugurale

(Oui, je ne dis pas « keynote », ça m’énerve toujours autant. Bref.)

C’était vraiment une belle Keynote ce soir1.

Durant deux heures, Apple a présenté son futur. Et c’est un futur qui me plait bien plus que celui de l’époque de Lion, entre autres. Mais surtout, elle montre ce que je m’entête à dire depuis des années : Apple n’est pas aujourd’hui pour faire des grands chambardements. Si vous attendez une révolution tous les matins, vous serez déçus.

Son travail est itératif. C’est un travail de longue haleine : si vous trouvez qu’il n’y a aucune différence entre l’interface Aqua2 de 2001 et celle de 2014, alors vous avez un vrai problème avec Apple. Et c’est peut-être l’intelligence d’Apple : plutôt que de vouloir tout radicalement changer, plutôt apporter de petites modifications, pour perfectionner son travail de longue haleine, plutôt que de tenter d’imposer par la force des changements radicaux et réellement sujets à controverse3.

L’un des maitres-mots de cette keynote aura surtout été la fluidité. Fluidité de transfert des informations d’un appareil à un autre. Il y a aujourd’hui encore trop de frictions à l’usage entre un appareil sous iOS et un Mac. On a déjà parlé longuement des limitations d’iCloud, par exemple sur 3 Hommes et un podcast. Il semble qu’Apple ait décidé d’écouter ses utilisateurs pour proposer une expérience plus simple, plus proche de ce qu’on souhaiterait vraiment. Le cas frappant, c’est iCloud Disk : on râlait qu’Apple ne proposait pas de stockage facile d’accès en limitant la partie cloud à l’intégration aux apps ? Hop, voici du partage à la Dropbox. Je râlais qu’on ne puisse pas prendre un appel téléphonique depuis son Mac lorsqu’il arrive sur l’iPhone ? C’est possible, et pas de souci pour envoyer iMessage ou SMS depuis le Mac. Vous voulez créer un hotspot entre votre Mac et votre iPhone ? Hop, un clic, c’est fait. On râlait qu’il fut impossible d’utiliser d’Airdrop entre OS X et iOS ? Voilà, corrigé.

Apps finder access

Plus impressionnant encore, la fonction Handoff, qui permet de reprendre un document sur son iPad ou iPhone exactement où on s’est arrêté sur son Mac. Reste à voir si dans l’usage on aura la même fluidité que durant la conférence4… Mais à priori, tout semble conçu pour que l’iPad, l’iPhone et le Mac5 travaillent réellement main dans la main… iCloud devenant le liant pour tous nos appareils numériques. Apple a compris depuis longtemps que ses appareils ne pouvaient pas fusionner de force, et ça tombe bien, ça n’est pas son objectif. Plutôt que de faire des solutions « sans compromis », comme le dit si mal Microsoft6, autant faire des solutions adaptées à chaque usage, mais réellement liés les uns aux autres.

Mais Apple est aussi parfois capable de faire quelques choix pour le moins radicaux, comme Metal7,une nouvelle couche de programmation pour tirer parti de la puissance graphique des processeurs A7 et dont la démonstration, je l’avoue, m’a pas mal impressionné. Ou encore… un nouveau langage de programmation. Curieusement, j’ai entendu qu’avec Swift, Apple voulait assassiner les développeurs. Diantre ! Parce que proposer un langage plus simple, plus rapide qu’un langage créé il y a plus de 25 ans, et tirant le meilleur parti de nos processeurs serait les assassiner ? Les développeurs auront certes du travail, mais si le langage est plus efficace, plus beau (mais oui !), ils passeront à Swift, tout comme les développeurs sur Windows ont embrassé C#. En tout cas, Apple leur a donné au moins un beau sujet de discussion pour les années à venir… Et il semble que les premiers retours sur Swift soient assez encourageants.

Restent les changements cosmétiques, qui comme d’habitude vont sûrement faire râler pas mal, puis on s’y fera, comme pour tout. On a survécu à l’interface Platinium et au passage à Aqua…

Bref… Si vous attendiez de voir ce que pouvait donner l’Apple post-Steve Jobs, vous en avez enfin un bon aperçu.

C’est… Apple.

  1. Et merde.
  2. Peut-on encore d’ailleurs encore parler d’Aqua vu l’absence quasi-totale de cette interface liquide ?
  3. Coucou Windows 8, oui oui, c’est de toi qu’on cause
  4. N’oublions pas que chez Apple, la bande passante semble toujours infinie durant les démos.
  5. Et dans une moindre mesure, Windows puisqu’iCloud Drive sera également disponible dessus.
  6. Quand MS dit qu’il n’y a pas de compromis dans Surface, elle démontre systématiquement le contraire
  7. Dont le logo me fait furieusement penser au M sur la casquette de Mario…

Les 30 ans du Mac

Mac128

Il y a dix ans, on a fêté les 20 ans du Mac.

Pour l’occasion, un ancien d’Apple France avait organisé une grande soirée à la Villette. Il y avait du beau monde, mais l’organisation et le manque de moyens avaient un peu terni la fête. J’avais même été nommé « Homme le plus Mac des 20 dernières années », dites donc, ex-aequo avec Lionel de Macbidouille. C’était évidemment un peu ridicule avec le recul, il y avait tellement de personnes qui auraient pu recevoir ce titre à notre place ! Mais ce vote des internautes m’avait quand même fait super plaisir.

On avait au moins pu faire la bise à Kriss Graffiti (disparue depuis hélas). J’avais même pu gagné un abonnement à feu SVM Mac, ce qui était encore plus rigolo vu qu’à l’époque j’écrivais régulièrement dedans (sous pseudonyme). Je devais d’ailleurs écrire dans la moitié de la presse Mac de l’époque…

À cette époque, le Mac revenait en force, petit à petit. Apple était bien sortie de ses déboires depuis quelques temps, l’iPod cartonnait, et Apple était redevenue une société cool. L’Apple d’aujourd’hui est à la fois très différente et très ressemblante à celle d’il y a trente ans : toujours innovante, avec des produits qui respirent l’envie du travail bien fait, parfois encore arrogante dans sa façon de faire ou de communiquer, parfois têtue, souvent agaçante, mais tout aussi passionnante.

Cette année, il n’y aura pas de grosse fête pour les 30 ans du Mac. Juste une soirée à la maison avec plusieurs amis, qui ont la particularité d’avoir été tous rencontrés autour de cette passion commune du Mac. Des gens de goût, sans aucun doute. Il y en a même avec qui j’ai monté le podcast sur Apple le plus sympa de l’univers. Raclette et souvenirs autour de ce petit ordinateur doté de tellement de personnalité, le premier d’une longue lignée. Le Mac 128 n’était clairement pas parfait, mais… il respirait le génie, la passion, la créativité. L’essence même de ce fameux « vélo pour l’esprit », comme aimait à le dire Steve Jobs. Avec le Mac, on est obligé de reconnaître que l’informatique a fait un bond de géant, qu’on soit fan d’Apple ou pas.

Cette année, je fêterai aussi mes vingt ans de Mac, puisque c’est en octobre 1994 que j’ai découvert, fasciné, ce petit ordinateur sur les bancs de la fac de Lyon 2-Lumière. Je n’étais pas très doué pour les études, et la fac d’anglais n’a pas donné vraiment les résultats escomptés. Mais avec le recul, le Mac m’aura permis de rencontrer des amis, ma toujours merveilleuse épouse, et j’ai la chance de pouvoir bien gagner ma vie dans un domaine où je peux m’éclater et être reconnu.

Rien que pour tout ça, merci Macintosh. Et très joyeux anniversaire.

On repart pour trente ans ?

Le Memento OS X 10.9 est sorti !

 Memento10 9 Et voilà, après pas mal d’attente, le Memento 10.9 est enfin disponible ! La dernière version du Memento pour Mac OS X datait de Tiger (il y a presque huit ans !, et si nous n’avions pas la possibilité cette année de lancer un OS X Mavericks Efficace, on s’est dit avec Eyrolles qu’il serait temps de mettre à jour celui-ci. Donc vous retrouverez dans ce mémento de multiples astuces et raccourcis-claviers pour profiter de toutes les belles applications de votre Mac, dans un format compact et idéal à garder à portée de main ! Astuce : achetez-en deux, et posez-les l’un en dessous de l’autre à côté de votre bureau pour avoir un accès rapide à tous les raccourcis de vos programmes préférés ! 

Le memento 10.9 Mavericks est vendu dans toutes les bonnes boutiques pour environ 5,70€, et tous les droits d’auteurs que je perçois sur les ventes de ces fascicules sont reversés à mon unique attention (y’a pas de raison).

Un cadeau idéal pour Noël, même si Noël est passé depuis quelques jours… 

Quand le compteur de Mail perd les pédales

Je viens tout juste de passer sur Mavericks, après deux semaines plutôt agitées côté taf [[1.Quand on est en pleine migration de système pour un client, on préfère éviter les blagues avec sa propre bécane à un moment critique…). Mise à jour standard, faite sans grosse difficulté : je ne fais plus de clean install depuis longtemps, et ça ne m’a jamais apporté de souci majeur.

Cette fois-ci, un peu plus que d’habitude. Au lancement, Mail m’annonce qu’il ne peut convertir ma base de messages au nouveau format, puis m’avertt qu’il devra à nouveau tout importer au prochain lancement; Et oui, effectivement, c’est ce qui se passe… mais pas de souci majeur à l’arrivée, les mails sont tous là et bien là.

Sauf qu’il y a un léger souci. J’ai une boite intelligente qui m’indique le nombre de messages non lus. Et là, je constate que…

 

Mail Erreur messages Non lus

… Mail m’indique toujours un message non lu, alors que tous les messages sont bien lus. Gênant.

Solution glanée sur les forums de discussion d’Apple, souvent bien garnis en réponses pertinentes :

  1. Quitter Mail ;
  2. Aller dans ~/Bibliothèque/Mail/V2/MailData/ ;
  3. Mettre à la Corbeille tous les fichiers commençant par Envelope Index ;
  4. Relancer Mail.

Si ça ne suffit pas :

  1. Sélectionnez toutes les boites aux lettes dans la liste (un bon commande + A suffira) ;
  2. Attendez. Mail va lire le contenu des boites et éventuellement remettre à jour le compteur.

Si ça ne suffit toujours pas…

Et ben tant pis. Na.

OS X : Filevault et Assistant migration ne font pas bon ménage

Si vous utilisez l’assistant de migration d’OS X pour migrer un compte utilisateur d’OS X vers une autre machine et que cette dernière utilise Filevault 2, attention… En effet, si sur le coup, tout semble impeccable, au redémarrage suivant, vous risquez de ne plus voir apparaître votre compte utilisateur nouvellement migré !

La raison en est simple : si le compte a bien été migré, il n’a pas pour autant automatiquement le droit de déverrouiller le disque avec le compte Filevault. Pour cela, ouvrez la préférence Système Sécurité, et cliquez sur le bouton Activer les utilisateurs

Cliquez ensuite sur Activer l’utilisateur… et tapez son mot de passe et validez.

Filevault2

Vous aurez alors accès à votre compte dès le démarrage… Ouf ! Le plus étonnant dans cette histoire est que l’Assistant migration ne semble pas prévenir après la fin de la migration de cet éventuel problème, c’est ballot.

Rendre l’historique des liens Google ou t.co dans Safari à nouveau lisible

Depuis quelques temps, je me prends bien la tête avec l’historique de Safari. Explication : quand je fais une recherche sur Google, j’ai tendance à cliquer sur chaque lien de la premièr page de résultats avec la touche Commande enfoncée afin d’ouvrir les liens dans des onglets. Rien d’extraordinaire, à priori, sauf que l’historique de Safari devient alors inutilisable :

Historique Google Safari

 

Tout ça parce que Google rajoute du code Javascript à la noix pour traquer un peu plus votre activité, groumpf. Heureusement, il existe une solution : l’extension GDirectLinks pour Safari corrige le problème en désactivant le code Javascript problématique, pour avoir à nouveau un bel historique tout propre. Ouf ! Le site de Canisbos Software est plein d’extensions sympathiques pour Safari, allez donc y jeter un coup d’œil. Petit rappel pratique : les extensions de navigateur se dégustent une par une. N’installez pas 50 extensions d’un coup : installez-en une, testez un jour ou deux, puis une autre, etc. Vous ne voudriez pas rendre votre beau navigateur tout instable, si ?

Ah, et dans le même ordre d’idée, si les liens en t.co (utilisés par Twitter pour raccourcir les URLs) vous font le même gag, y’a Detox qui est très bien.