Tag Archive for Apple Store

Nouvel iMac : le SSD qui fait mal [MàJ]

J’attendais avec impatience l’annonce des nouveaux iMac, non pas pour moi, mais pour certains de mes clients qui sont pas loin de renouveller leur parc. Dans l’ensemble, cette génération est bien plus intéressante que l’ancienne, mais je suis un peu déçu par un point : l’option SSD.

En effet, autant sur le MacBook Air, Apple est allé à fond sur le SSD avec le succès qu’on connaît, autant sur l’iMac, elle reste très conservatrice : gros disque dur, et SSD en option, mais pas sur tous les modèles.

Déjà, l’option SSD n’est pas disponible pour le modèle 21,5″ d’entrée de gamme, qui est pourtant exactement le même que le deuxième modèle. Donc, si vous voulez le SSD, c’est 300€ de plus.

Mais pire : la seule option SSD est un modèle 256 Go, facturé la bagatelle de 500€. Même s’il est vrai qu’on est plutôt dans la fourchette basse du prix du SSD (certains modèles haut-de-gamme tapent dans les 1300€), j’aurais apprécié un modèle avec moins de capacité, genre 128 Go, en complément du SSD, tout en gardant l’option du disque 1 To.

Résumons, donc : si vous voulez le SSD en complément du disque 1 To, il vous en coûte donc 600€ (SSD 500€, DD 100€)… qui s’ajoutent aux 300€ du deuxième modèle d’iMac. Soit le SSD additionnel à 900€. OUCH. Évidemment, on pourra penser (certainement à raison) que le but est justement de pousser à l’upgrade, et c’est bien dommage : le tarif va refroidir plus d’un client potentiel, alors qu’Apple pourrait se poser en leader de la révolution du SSD avec un SSD à bas prix.

D’un autre côté… Je me demande si l’idée n’est pas justement d’éviter que le client achète cette option en masse, car elle pose un problème de complexité liée à la taille actuelle des SSD et à leur coût. Explications : un SSD ne permet pas de stocker autant de données qu’un disque dur pour des raisons de coût de production[1]. Or, avec les besoins actuels en stockage de donnée, le SSD pose problème par ses faibles capacités, sauf à y mettre le prix fort. L’ajout d’un deuxième disque dur classique de grosse capacité permet de réduire fortement ce problème, mais au prix d’une complexité plus grande pour l’utilisateur, car si ses données sont stockées sur le SSD, il faut ensuite régulièrement les copier sur le disque dur. Perte de temps, et d’énormes complications.

Il faudrait donc, comme le précise @DanDuGeek du Journal du Lapin, qu’Apple propose une meilleure gestion du couple SSD + disque dur. L’idéal serait que l’Assistant Réglages proposé au démarrage ou l’Assistant de migration propose de migrer automatiquement et de façon transparente les données les plus sensibles et lourdes, à savoir le plus souvent les dossiers Musique, Vidéo et Images du dossier de départ de l’utilisateur. Une option permettrait ainsi de déplacer dès la migration de l’utilisateur toutes ses données « lourdes » et ayant moins besoin du SSD vers le disque dur. On pourrait même imaginer une option encore plus transparent : un système de fichier (un HFS++ ?) qui saurait gérer correctement un JBOD[2] et répartirait intelligemment les données en fonction de leur type. Un seul volume à gérer par l’utilisateur, mais l’avantage des deux disques. Beaucoup plus compliqué à créer et à gérer, évidemment… et peut-être pas si intéressant si l’on considère que nous sommes dans une phase de migration vers le SSD.

[MàJ] Une autre piste très intéressant a été soulevée : l’utilisation d’une nouvelle technologie Smart Response made in Intel qui permettrait d’utiliser le SSD comme super-cache du disque dur. Plus de détails chez MacGe. Et merci à @jmarc ;-) ).

En attendant, si vous souhaitez prendre un iMac avec SSD, il faudra donc sortir le chéquier… Le marketing d’Apple a encore bien joué !

  1. n’attendez pas la parité du coût disque dur / SSD avant 18 mois, dixit les constructeurs.
  2. Just a Bunch of Disk, un lot de disques agrégés, en somme.

Apple Store, fanboy et le mépris de la passion en général

Apple Store Louvres, Ouverture J’étais hier parmi la première centaine de personnes à rentrer dans l’Apple Store du Louvres. Arrivée à 6h15 avec mon ami Mourad, entrée dans le carrousel à 6h45 (donc au chaud, ouf), et ensuite trois bonnes heures d’attente avant d’assister enfin à l’ouverture.

Ce que j’ai vu durant cette attente (qui finalement est passée très vite), c’était des gens contents d’être là, heureux de partager leur passion ou admiration pour une firme qui ne fait décidément rien comme tout le monde, qui discutaient, partageaient, bloggaient, criaient, twittaient, bref, des gens finalement très… vivants. J’y ai rencontré des lecteurs de mon site, et même quelques-uns de mes followers. L’ouverture fut une fête : des employés vraiment contents de participer à ce grand événement, car que ça plaise ou non, l’ouverture d’un Apple Store en France est un événement à plus d’un titre. D’abord, parce qu’Apple se dote d’une boutique à un emplacement privilégié pour vraiment mettre en valeur ses produits. Ensuite, parce que le lieu est finalement très proche de l’esprit Apple : c’est une entreprise qui n’a pas envie de faire comme les autres, de rentrer dans le moule, qui met en avant la créativité, l’inventivité. Enfin, parce que l’Apple Store est encore une preuve que cette capacité à se remettre en question et à tenter des solutions qui semblent condamnées d’avance.

Tiens, si on revient sur les Apple Store, revenons quelques instants sur leur conception. Le premier Apple Store a été lancé en mai 2001, alors que Gateway – une société informatique que tout le monde a oublié et parmi les leaders de son secteur – commençait à fermer sa chaine de magasins et Dell était la valeur sûre du marché. Huit ans après, Apple a montré qu’elle avait raison d’investir sur ses boutiques, puisqu’elles donnent une visibilité sans commune mesure à ses produits, dans une ambiance classieuse et avec des services qu’aucun autre constructeur informatique n’avait pensé à fournir : support technique gratuit et immédiat avec le Genius Bar, wi-fi gratuit en permanence et accès à Internet également illimité sur les ordinateurs, et une vraie mise en avant de ses produits autour de solutions. Là où le revendeur informatique du coin aurait du mal à proposer une licence d’Office pour Mac, les Apple Store présentent des centaines de références. Là où un revendeur d’une boutique multi-marque cassera le sucre sur le dos du Mac parce qu’il ne connaît pas le produit, le vendeur d’un Apple Store présente les produits de sa marque, et il sait les présenter et connaît ses caractéristiques techniques. Enfin, les Apple Store sont situés dans des endroits stratégiques, à très forte fréquentation, où de nombreux revendeurs n’auraient pas forcément les reins assez solides pour pouvoir se placer.

La présence de l’Apple Store est donc un signe d’encouragement pour les utilisateurs de produits Apple depuis de nombreuses années. Ce que l’on célébrait hier, c’est l’audace d’Apple, et le plaisir d’avoir cru à un moment en cette compagnie que l’on aime tellement ou qu’on aime tellement détester. Apple sera toujours l’alpha et l’omega de l’informatique. C’est une société qui déclenche les passions, positives et négatives, et rien que pour cela, elle mérite d’être respectée. Ce n’est pas être un fanboy que de dire ça, c’est juste regarder la réalité économique en face : en dix ans, Apple est devenue la société qui a bouleversé le marché de la musique ET de la téléphonie tout en se permettant d’afficher une croissance effarante en plein milieu d’une crise économique sans précédent et en augmentant de 50% les ventes de ses ordinateurs d’année en année.

Alors, est-ce que les personnes qui ont attendu hier pour entrer dans la boutique méritent-elles ce terme si négatif de « fanboy » ? Car c’est de nos jours le bon terme à utiliser pour couper court à une discussion : « tu es un fanboy, donc ton argument ne peut être valable ». « Fanboy », c’est un peu devenu le point Godwin de notre époque : si tu apprécies trop ceci ou cela, c’est forcément sujet à caution. Pourtant, les fans sont aussi un moteur de notre société, et il existe des cas bien plus dangereux de fans que celui qui apprécie une marque informatique (supporters du PSG et de l’OM, je lorgne de votre côté). Pas d’émeute à l’Apple Store : on est loin du lancement des soldes d’été ou d’hiver, où les images diffusées sont bien plus violentes (voire dramatiques).

Non, là, juste des gens, pas forcément fans, mais des gens heureux de partager une culture atypique et commune, découvrir l’architecture de l’endroit, d’acheter souvent, de se faire dépanner aussi. Autant dire que je suis atterré par les commentaires sur les forums, façon « pfffffff mais ils sont trop cons, y’a tellement mieux à faire, vous êtes tous des moutons, et Apple vient prendre votre pognon et vous vous faites arnaquer comme des cons, et vous êtes des fanatiques, votre religion fait peur, en plus y’a rien de nouveau dans cette boutique ». Je répondrai juste que je suis venu de mon plein gré, que je donne mon pognon à qui je veux, que je dépense sur un coup de tête si j’ai envie, qu’Apple n’est pas une religion mais juste une marque qui a ses fans comme toutes les marques (et c’est heureux), et j’étais là pour participer à cette fête. Je ne serai sûrement pas un client régulier de l’Apple Store, mais je suis content que la marque investisse de façon visible. Et au passage, j’ajouterai quand même que cette boutique va faire vivre selon mon estimation environ 100 personnes, c’est quand même à saluer en cette période où le chômage remonte à des niveaux historiques, non ? Je suis encore plus attristé par les gens qui sont mécontents de voir des gens heureux : si vous n’êtes pas heureux pour de bonnes raisons (enfin des raisons qu’ils estiment bonnes), c’est donc forcément louche et dangereux aussi. Ouaaaaaaais. (*)

Mais bon, il faut croire que le plaisir des uns doit passer par l’aigreur des autres… Laissons donc les tristes sires là où ils sont, et retournons vaquer à nos occupations. La fête est finie, la vie reprend le dessus, mais je conserverai quand même un excellent souvenir de cette matinée, pleine de gens heureux. En ces temps où le monde n’est pas trop rigolo, c’est déjà ça de bon à prendre.

(*) Amusant de noter aussi que certaines têtes connues ont critiqué les personnes présentes… alors qu’elles avaient évidemment pu assister à l’ouverture pour les journalistes deux jours avant. Et que finalement, ça les arrange bien… Hmmmmmm… Et s’il n’y avait eu que 100 personnes à l’ouverture, ça aurait été probablement « un échec retentissant pour Apple »… Il faut bien écrire pour manger, ma bonne dame.