Nintendo qui rit, Sony qui pleure, Microsoft… ben Microsoft, quoi

Lionel nous apprend que
le processeur Cell passe au 65 nm. Si le prix de la PS3 est évidemment un frein à son achat, je ne pense pas cependant que ça soit son principal souci. Non, son premier problème, c’est… son manque de bons jeux. À son lancement, la PS3 n’a présenté aucun titre fort, rien n’apportant à réellement apporter du vrai sang neuf dans le monde vidéoludique. Pour 600$, le moins qu’on pourrait espérer serait d’avoir des jeux capables de renouveler leurs genres respectifs. Mais les problèmes de conception de la PS3, la difficulté à programmer le Cell, sont autant de freins à l’arrivée de vraies nouvelles expériences. Sony a voulu pousser le « tout pour la puissance », sans vraiment chercher à améliorer l’immersion de l’utilisateur dans le jeu. Rajoutez à cela la complexité de programmation du Cell, et vous aurez une idée du casse-tête pour Sony. Et même si elle était moins chère, je ne suis pas sûr de vouloir m’acheter une PS3.

À contrario, la Wii est toujours en rupture de stock un peu partout dans le monde, pas de disponibilité avant mars sur la France. C’est pourtant la console la moins chère, mais aussi la plus innovante, la plus simple à apprivoiser. Certes, ses premiers jeux ne sont pas encore au top graphiquement : The Legend of Zelda : Twilight Princess n’est finalement qu’un (très beau) jeu GameCube. Mais la console est bien moins chère, et de plus en plus d’éditeurs voient l’intérêt de développer dessus. On regrettera surtout pour le moment l’indigence de sa ludothèque sur la Console Virtuelle, où l’on attend certains jeux depuis bien trop longtemps, ainsi que leurs tarifs un peu trop prohibitifs. À part ça, la Wii devient l’objet le plus intéressant du moment avec la Nintendo DS. À l’image d’un nouveau Nintendo, qui aimerait bien ressembler à un certain… Apple. Et pour avoir joué à Wii Tennis à 4 avec des copains, on a envie de dire qu’une chose : Welcome to the (real) social.

Enfin, la XBox 360 flotte entre deux eaux… Mais là encore, tout comme pour Sony, c’est la puissance graphique qui a primé. Microsoft a heureusement très bien réussi le passage au online, avec un bémol : la nouvelle fâcheuse tendance à pousser au micropaiement pour proposer à la vente des armes, des nouveaux niveaux… pour des petites sommes qui, mises bout à bout, grèvent encore plus le portefeuille du joueur. De plus, il semble que ses problèmes de fiabilité soient chroniques : le site IGN a récemment testé récemment la « boite de renvoi de sa Xbox 360 HS vers Microsoft ». Le pire étant que ce n’était pas la première fois qu’ils ont du la renvoyer : Matt Casamina du même site en est à son cinquième renvoi. Si la console n’arrive pas à être plus fiable que ça, ça fout les j’tons. Finalement, la Xbox 360 ressemble bien à un produit Microsoft…

Ce qui ressort de tout ça, c’est surtout que l’année 2007 va être déterminante pour l’ensemble de l’industrie du jeu vidéo. Soit Nintendo continue son succès insolent, et là, les autres doivent se mettre à flipper, soit Sony sort enfin ses titres forts et revient dans la danse, soit Microsoft mise tout sur Halo 3 pour réellement casser la barraque.

Ce que je sais surtout, c’est qu’encore une fois, mon portefeuille va encore fondre comme neige au soleil face à toutes ces sorties :-)

2 réflexions sur « Nintendo qui rit, Sony qui pleure, Microsoft… ben Microsoft, quoi »

  1. Ah oui tiens, un copain s’est acheté sa toute première (console) Xbox 360 il y a quelque semaines.

    Elle a cramé au bout de 20 mn, il n’a meme pas eu le temps d’essayer un jeu, il avait juste eu le temps de se balader un peu dans l’interface.

  2. 2 ans plus tard, le podium est toujours le même. Les titres phares de la PS3 sortent avec peine, seul Metal Gear Solid 4 étant sorti… On attend toujours LE jeu de simulation de conduite Gran Turismo 5, car le prologue rest une démo un peu coûteuse.

    Pour ma part, j’ai fini donc d’opter pour la PS3, car fou de jeu de voiture, mais surtout je cherchais un Media Center digne de ce nom. Et là, la PS3 a fait fort et continue son bonhomme de chemin au fil des mise à jour. Une compatibilité des fichiers Vob, divx, aac, mp3, jpg et j’en passe. Un upscale des DVD, sur un écran HD de 2.5m avec un son 7.1, ça le fait ! Quel plaisir également de voir un Blu-Ray avec cet engin silencieux (j’entends plus mon serveur se trouvant dans la pièce fermée à côté que mon couple PS3 et vidéo-projecteur, quel bonheur). La vie numérique, c’est cool quand même ! Ça m’évite surtout d’être continuellement planté derrière mon MacBook Pro à gérer les serveurs du bureaux ou le parc informatique en général…

Les commentaires sont fermés.