Le jour d’après… après

Quarante-huit heures après avoir passé mon temps avec Leopard sur ma machine de production (MacBook Pro 1,83 GHz), il est temps de faire un petit bilan.

  • Time Machine est réellement bluffant. J’avoue : je lance parfois le logiciel rien que pour le plaisir d’admirer son interface, qui déplaît tant aux fans de Windows, mais rend dingue les fans de Mac. À ce propos, il faudrait peut-être rappeler à Monsieur Thurrot que la fonction de restauration d’anciens fichiers de Windows est certes très bien, mais quand on a perdu son disque dur, elle ne sert plus à grand chose… Étonnant qu’il ait raté ce (tout piti) détail.
    J’espère en tout cas que la simplicité de mise en oeuvre de Time Machine et son esthétique pousseront les utilisateurs à faire des sauvegardes plus fréquentes.
    En revanche, il est important de rappeler que Time Machine supprimera les données les plus anciennes quand un disque est plein… Cela veut dire qu’il ne s’agit aucunement d’un logiciel d’archivage, mais d’un logiciel de sauvegarde. Pour archiver, pensez à utiliser DVD et autres disques externes sans Time Machine.
  • Spaces : c’est un outil puissant, mais déroutant. Il faut prendre le temps de le configurer pour bien le maîtriser, mais ensuite, ça roule bien. Cependant, il y a parfois des petits bugs, comme l’impossibilité d’afficher une fenêtre, alors que l’on devrait bien la voir, ou, plus gênant, les messages d’alerte qui s’affichent dans un autre espace que celui visible ! Si on va trop vite, certaines fenêtres disparaissent même complètement… Gênant ! Il faut alors quitter et relancer l’application en cause. Des petits soucis qui seront sûrement vite corrigés.

    Par contre, conseil : si vous avez deux écrans connectés (ou un écran externe sur votre portable), Spaces peut facilement donner le tournis :-)

  • iChat : je n’en attendais pas trop, mais force est de constater que les multiples effets rajoutés, et certains subtilités rendent iChat beaucoup plus agréable. Dommage qu’il n’y ait plus de Log Viewer comme avec Chax, et que le raccourci-clavier pour passer d’une fenêtre de dialogue à une autre (Commande-accolade) en mode onglets soit si mal choisi pour les claviers Azerty… Heureusement, on peut le modifier facilement (Préférences Système > Clavier et souris > Raccourcis clavier).
    Sinon, les effets spéciaux me semblent pas mal marcher du tout comparé à il y a quelques mois. Et certaines nouveautés (gestionnaire de téléchargements, petite zone d’informations lors d’un téléchargement, etc) sont vraiment très bien pensées. Enfin, les fonctions de partage d’écran ou iChat Theater sont tout simplement excellentes.
  • J’avais un peu peur sur le look général du Finder, mais finalement, l’ensemble n’est pas gênant. Je me suis rapidement fait aux fenêtres unifiées, le barre de menus translucide ne me choque plus trop, seul le Dock est toujours aussi exécrable, mais comme ça fait longtemps que je n’y touche plus, préférant largement DragThing
  • – Quick Look est VRAIMENT génial. Vraiment. Pouvoir consulter les documents sans les ouvrir… mais bon sang, comment a-t-on pu s’en passer jusqu’à aujourd’hui ? ;-) Incidemment, cela a aussi une incidence sur l’utilisation de la RAM sur les machines : ne pas avoir à supporter la consommation de RAM de Word juste pour consulter un document n’est pas désagréable…
  • Spotlight est réellement utilisable. Durant mes tests, j’avais utilisé Spotlight sur des machines vierges, donc les performances n’étaient pas vraiment significatives. En revanche, en utilisation réelle sur des disques remplis, on constate la différence en quelques secondes. Vraiment bluffant ;
  • Je ne suis toujours pas fan du look du nouveau Finder, mais la réactivité lors du montage/démontage des volumes est vraiment, vraiment bienvenue. Idem pour l’utilisation de l’iDisk, qui deviendrait presque agréable.
  • Dans les moins : un freeze (bon pas complètement, mais mon Finder a verrouillé grave en essayant d’accéder à un fichier Word – sûrement endommagé), une installation beaucoup plus compliquée que prévu (la faute à mon disque qui utilisait une table de partition APM), et quelques petits manques, mais rien de dramatique.

    Verdict ? Leopard est… surprenant. D’un certain côté, on se dit qu’il n’y a rien de révolutionnaire dedans. D’un autre côté, le nombre de petites évolutions est tel que la somme des parties rend le tout réellement satisfaisant. D’autant plus que les performances sont vraiment à la hausse…

    3 comments

    1. Éric L dit :

      « J’avais un peu peur sur le look général du Finder, mais finalement, l’ensemble n’est pas gênant. » Quelques lignes plus loin : « Je ne suis toujours pas fan du look du nouveau Finder »… bon alors ? faut savoir ! :-D

    2. GG dit :

      Y’a pas de contradiction : j’avais peur de le hair vraiment, mais il est supportable. De là à dire « ouiiiiiiiii j’adoooooooooooore le nouveauuuuuuuuuuuu Findeeeeeeeeeeeer au bar du Louxoooooooooor » il y a un monde ;-)

    3. Sanji dit :

      Combien d’espace utilise Time Machine ? Les données sont compressées ?
      Si on part du principe qu’on a 100 Go occupés sur le disque principal, lors du 1er lancement de Time Machine, le disque de sauvegarde à 100 Go utilisé, moins (il y a compression automatique), ou plus (ajout de données de sauvegarde, checksum, dates, état…) ?