Du mythe de l’iPod Shuffle à 22$

Une information fait vrombir toute l’Internet technophile depuis quelques jours : l’iPod Shuffle coûterait 22$ à Apple à produire, ce qui lui ferait une marge brute de 72% environ. « Un chiffre fou », déclare mon nouveau copain. Mais ne tirons pas sur les ambulances, il n’est pas le seul, il y en a bien d’autres qui se sont fait le relais de cette (dés)information.

Mais au fait, elle vient d’où, cette, euh, info ?

Voyons… Source… iSuppli. Tiens donc.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore iSuppli, il s’agit d’une firme qui vend de l’analyse. Grosso modo, donc, elle fait des estimations, qui se révèlent plus ou moins justes. Le problème, c’est que ces estimations s’appuient très souvent sur la technologie dite du pifomètre. J’avais déjà mis en doute leurs calculs sur l’iPhone, où ils avaient fait une estimation du coût de ses composants quelques jours après sa sortie, en se basant uniquement sur les photos de l’appareil… En particulier, on avait noté une estimation particulièrement drôle de 7$ pour le coût de l’OS. Un chiffre venu de nulle part, mais qu’iSuppli n’hésitait pas à mettre en avant.

Cette fois-ci, iSuppli annonce donc 22$ pour l’iPod Shuffle. Mais ce calcul est complètement faussé, car il ne prend en compte que le coût des composants, sans leur assemblage. De plus, une remarque fort intéressante arrive en fin du rapport :
The research firm noted that the iPod shuffle packs capacitors and resistors that are half the size than previously, actually too small to indicate a manufacturer. « Until recently we didn’t see passive components quite this small, » Rassweiler said. « Here you see them working on the cutting edge, even on the passives. »
En clair : « woah, c’est plus petit que ce qu’on ait jamais vu, on sait même pas qui fabrique ces composants, mais on va quand même leur coller un prix dessus ! ». Quand au fait que les composants soient particulièrement petits, cela ne doit pas faciliter leur assemblage, qui n’est là encore pas pris en compte dans le calcul d’iSuppli.

Notons également que l’iPod Shuffle a vu une grosse partie de son coût matériel déporté vers le logiciel : je pense en particulier que les coûts de recherche et de développement sur la technologie de lecture vocale des morceaux a dû induire des coûts de développement logiciel plus élevés que pour l’ancien modèle (et ce, sans porter de jugement sur la qualité ou la pertinence de cette technologie). Mais ça, une fois encore, ce n’est pas pris en compte par l’étude d’iSuppli, qui se borne à chiffrer le coût des composants, point. Et dire que ce coût est négligeable reste du même domaine approximatif que de dire que ce coût est très élevé. Personnellement, je pense qu’il est assez élevé, mais je me garde bien de faire une quelconque estimation en dollars de ce coût, pour la simple et bonne raison que je ne dors pas dans les laboratoires de Cupertino.

Je le dis donc une nouvelle fois : les estimations d’iSuppli sont à prendre avec de très grosses pincettes. Et quand je vois un site comme Tom’s Hardware (repris par bien d’autres) annoncer l’iPod Shuffle vaut 22 $, je me dis qu’il y a de la pompe à hits dans l’air (d’autant que le chapeau de l’article est déjà plus prudent : « Selon une étude du cabinet d’analyse iSuppli, le nouvel iPod Shuffle ne coûterait que 22 $ à Apple »). Mais le mal est fait : nombreux sont ceux qui verront ces chiffres comme le coût total de l’iPod Shuffle, et penser qu’Apple se fait bien 72% de marge sur le produit…

Au fait, question bête : quand vous achetez un quelconque produit, vous vous posez systématiquement la question de la marge brute du fabricant ? Moi pas. Ah si : uniquement pour cette foutue télécommande de garage qu’on me facture 60€ dès qu’elle tombe en panne, et là, je doute qu’elle coûte plus de 22€… Faudrait que je demande à iSuppli ce qu’ils en pensent, tiens.

8 comments

  1. LoKan dit :

    Si tu as bien lu mon article, il prend justemnet ces chiffres avec des pincettes, usant de conditionnels a chaque phrase.
    Le « Ainsi » en tête de la pseudo-conclusion implique que celle-ci est basée sur les affirmations conditionnelles précédentes, et qu’elle ne sera donc valable que si le conditions préalables sont vérifiées.

  2. mathieu dit :

    @ lokan : c’est un exercice de mauvaise foi, ce commentaire ?
    Ton titre est de l’affirmatif pur et simple, sans place au doute.
    Quant à ton interprétation du « Ainsi », je n’ai pas dû faire assez d’études pour comprendre une telle subtilité. Je comprends plutôt le « on voit que » et le « les concommateurs sont bien pris pour des pigeons » comme (encore une fois) une affirmation définitive et sans nuances.
    Et que dire de l' »aparté » qui suit. On en rajoute une couche.

    Non, je ne vénère ni Apple si papy Jobs.
    Oui, il m’arrive de râler contre des limitations imposées par Apple ou des tarifs délirants.
    Mais franchement, je suis pleinement d’accord avec GG : cette pseudo-info d’iSuppli est relayée par tant de sites avec un aplomb et un manque de discernement qui me dépasse.

    Bon, en même temps, une polémique pour un shuffle, c’est un peu une tempête dans un verre d’eau ;-)

  3. @Lokan : oui, sauf dans le titre… Et ta conclusion bien qu’au conditionnel s’appuie toujours sur le postulat de départ (« iSuppli dit la vérité »). Postulat qui peut être mis en doute très facilement.

  4. LoKan dit :

    Il ne me semble pas avoir signalé que iSupply avait raison.

  5. « Ainsi, on voit que les coûts de recherche et développement sont très vite amortis, et que les concommateurs sont bien pris pour des pigeons… »

    Adieu conditionnel :-)

  6. LoKan dit :

    Mais tu fais exprès Guillaume?
    Le « Ainsi » amène une conclusion, il s’appuie donc sur les arguments précédents. Ceux-ci même étant au conditionnel, je rappelle que la conclusion n’a de point que si les arguments en ont!

    La prochaine fois, je mettrais un autre conditionnel dans la phrase de conclusion.
    « Dans les cas ou ces chiffres seraient avérés, les coûts… seraient très vite amortis…. » te conviendrait mieux?

  7. Goldevil dit :

    Dans le prix, il faut compter : les frais de marketing, les frais de transport de l’usine aux distributeurs, la marge du distributeur, les frais de transport jusqu’au revendeur, la marge du revendeur…
    J’en oublie les frais administratifs, les taxes diverses (en belgique il y a une taxe recyclage pour tout appareil électronique, une taxe sur les batterie et bien évidement la TVA).

    La miniaturisation de certains composants coûte parfois très cher et en particulier les condensateurs électrolytiques. Entre deux condensateurs de même capacité et même qualité le plus petit des deux est le plus cher.

    Ce genre d’analyse paraît complètement ridicule auprès d’une personne qui connaît un peu le domaine. Avant que quelqu’un remette en cause mes compétence, je précise que je suis ingénieur en électronique et j’ai fait déjà pas mal de vente de matériel dans ma carrière.

    Néanmoins, il faut rappeler qu’une société vous vendra un produit au prix que vous être prêt à donner. Dans notre monde, seule une concurrence entre plusieurs marques peut en général garantir un prix honnête. Si Apple avait le monopole du lecteur mp3, on paierait plus cher notre iPod Shuffle.

  8. Axelalf dit :

    Salut Guillaume,

    Je suis nouveau lecteur de ton blog… que je trouve juste à point !! :D

    Donc pour ta télécommande de portail, je viens de commander le miens et j’ai appelé mon fournisseur pour avoir 2 télécommandes de plus… il m’en fait cadeau : réponse de sa part : « Roh vous savez, ca vaut quelques centimes… on peut bien vous en faire cadeau de 2 ! »