Les comparatifs étranges de 01.Net

Le site 01.net propose un très étrange classement de téléphones portables à plus de 450€. Ce classement aux critères très étonnants a fait réagir Benoit Pepermans qui se fend d’un long billet de blog fort intéressant. Outre le fait qu’on trouve un BlackBerry Passeport devant l’iPhone 6 (srsly, guys ?), l’article met en avant le fléau des sites technologiques qui ne mettent en avant que des critères dits « objectifs »… mais qui ne le sont pas tant que ça. Pire encore, qu’un site comme 01.net mette en avant des critères comme le nombre de pixels d’un capteur photo pour décider de sa qualité réduit en cendres sa crédibilité.

Mais surtout, il montre le décalage de plus en plus flagrant entre les sites qui veulent comparer des données dans un tableau, en oubliant totalement le côté émotionnel de ces appareils que nous portons en permanence avec nous, ou que nous utilisons tous les jours.

Les caractéristiques techniques d’un appareil électronique ne sont pas négligeables, bien sûr. Mais seule la prise en main réelle, l’utilisation sur le terrain, la possibilité de le toucher permettent d’en appréhender toutes les subtilités, que ce soit pour Apple ou pour d’autres constructeurs… Mais il faut être honnête, sur ce terrain, Apple part avec une avance phénoménale, car elle place le design au cœur de ses produits. Elle appelle à l’émotion. Je me souviens par exemple très bien du peu d’engouement pour le MacBook Air original, en 2008. Et puis, on le sortait de son carton, et… wouah. Ça ne ressemblait à rien de connu.

Et ça, toutes les caractéristiques techniques du monde ne peuvent pas forcément le contrer. C’est pour cela qu’il est la plupart du temps indispensable de voir l’appareil de vos rêves in situ. C’est comme pour l’automobile : vous ne choisissez pas forcément une voiture uniquement parce qu’elle fait du 4 litres au cent (même si ça peut être un critère, évidemment) : son aspect, son élégance vont aussi devoir vous parler. L’informatique atteint aujourd’hui le même statut que l’automobile : ce n’est plus un objet forcément moche, mais ce doit aussi être un objet avec lequel nous souhaitons avoir une relation plus… intime[1]. 

C’est aussi pour cela qu’il sera indispensable de tester l’ Watch lorsqu’elle sera disponible, sans forcément regarder ses caractéristiques techniques, car plus encore, la montre parlera à votre émotion. Et peut-être que vous accepterez de sacrifier des éléments qui pourraient sembler importants[2]… parce qu’elle vous aura touché dans quelque chose de plus subtil qu’un tableau de caractéristiques techniques.

  1. Ne rigolez pas, au fond.
  2. <tousse tousse> L’autonomie <tousse tousse>

17

Dix-sept.

C’est le nombre d’articles que j’ai rédigés ici-même depuis le début de l’année. Moins de deux billets par mois… C’est dire si ce pauvre blog se sent à l’abandon.

Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir des idées, d’avoir envie d’écrire. Mais quand il s’agit de commencer à rédiger… Ça ne vient tout simplement pas. Je n’arrive pas à me concentrer assez longtemps pour faire sortir toutes mes idées, toutes mes envies de commenter l’actualité du Mac ou d’ailleurs, d’avoir envie de raconter un peu ma vie.

Pourtant… J’écris. Beaucoup. Un peu sur Facebook, dont je ne suis pas un grand fan, mais ça permet de diffuser quelques infos personnelles.

Mais surtout, j’écris sur Twitter. Beaucoup. Sûrement trop même. Des blagues, des commentaires intelligents ou pas, des grandes discussions avec des gens que je connais très bien ou pas du tout. C’est passionnant comment la technologie peut parfois nous rapprocher… ou nous éloigner. Mais oui, Twitter est un média excitant, c’est l’immédiateté, le commentaire à chaud. Sûrement trop chaud, bien trop souvent. Je regarde le compteur de tweets, et là je me dis, mais comment ai-je pu écrire autant de petits messages ? Et quel est leur intérêt réel ? Est-ce que tout ce que j’écris ne serait pas mieux ici, sur ce blog ?

Peut-être. Peut-être pas. La relation avec Twitter me permet, il me semble, d’être plus proche des autres. Mais ce n’est peut-être qu’illusion ? Peut-être que c’est une erreur que de confier une partie désormais significative de sa vie à un site qui crée du lien avec 140 caractères ou moins.

Peut-être qu’il faudrait que je rafraichisse ce blog, et même ce site qui vieillit, qui hurle au rafraichissement, ne serait-ce que dans ses actualités.

Peut-être, qu’il est aussi trop tard cette année pour se dire qu’on va corriger le tir maintenant sur ce blog ou ce site. Laissons passer la fin de l’année, et voyons ce qu’il en est l’année prochaine.

Peut-être que tout cela n’est du qu’au fait que je n’aime pas terminer les choses. C’est vrai : j’ai tendance à commencer souvent beaucoup de projets, mais j’ai énormément de mal à y mettre un point final. Je n’aime pas forcément terminer à 100% les choses. Je suis sûr que cette maladie doit avoir un nom bien précis 1.Ce n'est même pas de la procrastination, puisque je ne cherche pas forcément à faire diversion.

Heureusement, je ne suis pas totalement absent de cet univers Apple à qui j’ai tant donné, et qui m’a tellement donné en retour depuis maintenant… vingt ans. Car oui, il y a vingt ans que je me lançais dans le Mac, et maintenant 8 ans que j’ai monté ma petite entreprise de conseil, audit et maintenance Apple. Qui marche toujours bien… Touchons du bois !

Donc, pas totalement absent. En effet, il reste encore et toujours 3 hommes et un podcast, cette aventure passionnante dans laquelle nous nous sommes lancés Mourad, Laurent et moi-même il y a un an et demi. Créer un podcast, c’est dans l’air du temps, et je pense que le succès est au rendez-vous (à notre mesure, bien évidemment). On continue pour le plaisir, et je pense qu’on a encore beaucoup de choses à dire.

Il y a aussi une autre aventure, commencée au début de l’année : je participe de façon irrégulière à iWeek, l’émission consacrée au monde Apple sur ouatch.tv. Il a du en falloir à Benjamin Vincent du courage et de l’énergie pour monter la première chaîne de télévision dédiée à l’actualité High-Tech et aux loisirs. Du beau boulot, auquel je suis heureux d’apporter ma patte de temps en temps. Il parait que je suis le poil à gratter de l’émission, ça me plait :-)

Autre aventure : DiskMaker X. Alors certes, la dernière version est encore pas totalement aboutie, il y a encore beaucoup d’efforts à faire de mon côté pour rendre une copie vraiment bien fiabilisée, mais… là encore, il est toujours très étonnant pour moi de voir ce petit bout de logiciel conçu au départ pour m’amuser, être ensuite utilisé par le monde entier, être téléchargé par des centaines de personnes à son lancement… Je suis effaré par le nombre de vidéos explicatives sur Youtube, ou les commentaires en langues étrangères sur Twitter ou sur les sites les plus célèbres. Est-ce un succès mérité ? Je ne sais pas : n’importe quel développeur aurait pu avoir l’idée, et dans les mains d’un développeur Cocoa, il pourrait être sûrement tellement mieux… Mais je suis quand même content de ce qu’il est devenu. Et surtout, vu les nombreux commentaires, il semble qu’il soit vraiment utile à de nombreuses personnes. Prends ça, la ligne de commande ! 

Bref. Certes ce blog est à l’abandon. Mais gardons espoir : se poser les questions, c’est déjà commencer à y répondre.

La preuve, ce billet que j’ai finalement pu rédiger jusqu’au bout.

Et à vous qui me lisez encore depuis toutes ces années : merci pour votre fidélité. Promis, les vingt premières années n’étaient que le début :-) 

Conférence à Lyon le 4 octobre : « Trente ans de Macintosh »

30ansDeMac

 

À événement exceptionnel, animations exceptionnelles ! Les Gones du Mac, la célèbre association de passionnés du Mac, en partenariat avec BIMP, organisent samedi 4 octobre une journée spéciale Autour du Mac pour fêter dignement notre ordinateur préféré, avec au programme :

  • Conférences
  • Ateliers pour découvrir de nouveaux produits
  • Echanges avec des professionnels
  • Exposition retraçant l’histoire du Mac
  • Vente de matériel d’occasion
  • Démonstrations
  • Tirage au sort avec à la clef de nombreux cadeaux

Et dans ce cadre, j’animerai donc une conférence intitulée « Trente ans de Macintosh«  le samedi après-midi à 14h, pour revisiter l’histoire du Mac, ses origines, les machines emblématiques, les échecs… Avec moult images et démonstrations amusantes !

Venez donc nombreux, mais n’oubliez pas quand même de vous inscrire au préalable, c’est toujours mieux :-)

Demain, c’est keynote… Suivez-la avec nous !

Enfin, quand je dis nous, c’est la fine équipe d’iWeek, l’émission consacrée au monde Apple, diffusée désormais tous les mardis sur Ouatch TV, la 1ère chaîne de télévision dédiée à l’actualité High-Tech et aux loisirs. Et qui sera dès ce mardi disponible sur le canal 154 de la Freebox ! Ouaaaaaaaais, maman, je passe en nationale !

Et donc, pour fêter ça, la première émission (ou presque) diffusée sur Ouatch TV sera la groooooooose conférence inaugurale keynote d’Apple. Qui fait d’un coup bien monter la pression :

Apple_Pression

Autrement dit, demain, comme dirait Ben Grimm, ÇA VA CHAUFFER ! Pour le coup, Apple met la barre très haut en terme de communication. À un niveau équivalent à celui de l’iPhone, et sûrement bien plus que pour l’iPad.

iWatch ? Nouvel iPhone ? Nouvel iPad ? Plus que tout ça ? Rien de tout ça ? En tout cas, joli pari pour Tim Cook et son équipe, qui vont devoir montrer qu’ils sont les héritiers de l’esprit de Jobs… et qu’Apple est entre de bonnes mains. Personnellement, je n’en doute pas, mais les prochains mois seront sûrement passionnants.

On se retrouve donc mardi 9 septembre à partir de 18h30 pour commenter les annonces d’Apple sur Ouatch.TV dès 19h… et très rapidement également, on debriefera tout ça avec un peu plus de recul avec mes copaings de 3 hommes et 1 podcast. N’hésitez pas également à commenter sur Twitter avec le hashtag #iweektv ! On tâchera de répondre à toutes vos questions.

À mardi soir !

Joyeux anniversaire pour quelqu’un de particulier

Laurent Pertois

Dans la vie, on rencontre plein de gens. Qui vous étonnent, qui vous amusent, qui vous énervent, qui vous enchantent. On se fait parfois des ennemis, parfois on se fait des bons copains, parfois des copains qui vous accompagnent un peu, et qu’on oublie, parce que la vie nous a trop éloignés.

Et puis parfois, on rencontre LES copains. Ceux avec qui on a envie de passer les soirées à refaire le monde, à regarder les pires films à la con pour pouvoir en rigoler dans dix ans, ceux avec qui on peut partager les coups durs, les bons moments, les meilleurs moments, ceux à qui on pourrait confier les choses les plus précieuses, parce qu’on sait qu’ils sont des purs amis.

J’ai rencontré Laurent Pertois il y a bientôt quinze ans, via les forums (fora) de fr.comp.sys.mac, où je trainais mes Mac depuis quelques années. Et il s’avère qu’on est plutôt sur la même longueur d’ondes sur beaucoup de trucs, et qu’il est aussi passionné de Mac que moi, ce qui aide pas mal à créer des atomes crochus. Et il s’avéra que mon employeur de l’époque cherchait un nouveau formateur pour développer toute cette jolie entreprise. Alors, je pensais à Laurent, qui fut sûrement un de ses plus brillants éléments1.

Et nous avons passé beaucoup, beaucoup de temps, au boulot et en dehors, à refaire le monde, avec ou sans pomme, à parler ciné, jeux vidéo, histoire de fesses 2, bd, famille, à s’aider à déménager ou à se donner un coup de main sur des problèmes techniques à la con. Et à parler d’Apple, beaucoup, sûrement trop même. Non, c’est pas vrai, on ne parle jamais trop d’Apple.

Et la meilleure preuve que c’est pas un copain comme les autres, c’est que le jour où je lui ai demandé de devenir le parrain de ma fille, il a accepté sans hésiter. Si c’est pas de la confiance, je ne sais pas ce que c’est.

On a même décidé, avec notre autre copain Mourad, de se monter un jour un podcast. Vous pouvez l’écouter par ici, et vous entendrez que Laurent n’est pas quelqu’un comme les autres. Outre que sa mémoire dépasse parfois l’entendement, c’est aussi un gars qui sait expliquer les trucs les plus compliqués de la façon la plus simple, et avec qui on peut rigoler. Ah ça, oui, on rigole.

Alors, Laurent, aujourd’hui, je lève un verre de ce Champagne que tu affectionnes tant et qui, incidemment, est aussi la région qui t’a vu naitre 3, afin de te souhaiter le meilleur des anniversaires possibles pour tes quarante ans.

Et en espérant qu’on pourra toujours déconner autant dans les quarante prochaines années !

Santé !

  1. Une forme de jalousie naturelle m’empêche de dire son meilleur élément, même si je le pense.
  2. Non c’est pas vrai. Enfin on dira que c’est pas vrai.
  3. Ce qui explique pas mal certaines tendances, mais je ne suis pas là aujourd’hui pour faire ton procès.

Mavericks et le transfert de fichiers qui ne finit jamais

Je viens de rencontrer sur le serveur d’un client un bug très curieux et particulièrement agaçant1. Après avoir installé un nouveau Mac mini en version serveur, j’ai déployé dessus l’excellent Rumpus, qui propose une interface super simple pour télécharger des fichiers en FTP, web, SFTP… Un logiciel éprouvé et à l’excellent support technique.

Sauf que là, quand on essaie de transférer des fichiers fichiers de 50 Mo ou plus depuis Rumpus, aucun ne s’achève. Le transfert commence correctement, puis…semble suspendu indéfiniment. Le téléchargement bloque à des endroits différents, et tout se passe comme si plus aucun paquet n’arrivait… sans que la liaison soit coupée. Mieux encore (ou pire, c’est selon), on peut continuer à contrôler le serveur à distance, les autres services fonctionnent correctement, et le même transfert en LAN ne pose aucun souci.

Après avoir mis hors de cause la ligne SDSL2 ou le reste de l’environnement réseau ou même Rumpus, puisque le souci arrivait également avec un transfert via scp, j’ai réussi à trouver un début de piste dans les Internets. En particulier, cette discussion sur le forum de JAMF (développeur de Casper) où est abordée une nouvelle fonction de Maverick : la validation ARP, expliquée plus en détails sur un blog de Cisco. Pour corriger le problème, il faut donc désactiver les réponses unicast ARP de Mavericks, en modifiant le fichier /etc/sysctl.conf (qui n’existe pas forcément par défaut) et en y rajoutant la ligne suivante :

net.link.ether.inet.arp_unicast_lim=0

Vous pouvez aussi télécharger un script shell qui fait ça fort bien pour vous sur Github. Téléchargez le script, modifiez les autorisations pour qu’il puisse être exécutable (chmod 755), et lancez le avec sudo.

Ceci fait, redémarrez votre Mac… Et hop, plus de souci de téléchargement à travers le WAN ! Merci qui ? Merci les Internets !

Attention : n’utilisez ce script QUE si vous avez des problèmes lorsqu’on vient télécharger depuis chez vous par exemple (téléversement, ou upload). Le patch en question concerne surtout OS X dans des conditions bien spécifiques. Ne l’appliquez pas « juste pour améliorer votre vitesse de téléchargement à Internet », ça ne servira sûrement à rien :-)

  1. Durant cette période de l’année où je suis particulièrement chargé, il m’a fallu presque cinq jours pour trouver la solution…
  2. Merci au support de Stella Telecom d’ailleurs, plutôt efficace.

WWDC 2014 : le bilan de la conférence inaugurale

(Oui, je ne dis pas « keynote », ça m’énerve toujours autant. Bref.)

C’était vraiment une belle Keynote ce soir1.

Durant deux heures, Apple a présenté son futur. Et c’est un futur qui me plait bien plus que celui de l’époque de Lion, entre autres. Mais surtout, elle montre ce que je m’entête à dire depuis des années : Apple n’est pas aujourd’hui pour faire des grands chambardements. Si vous attendez une révolution tous les matins, vous serez déçus.

Son travail est itératif. C’est un travail de longue haleine : si vous trouvez qu’il n’y a aucune différence entre l’interface Aqua2 de 2001 et celle de 2014, alors vous avez un vrai problème avec Apple. Et c’est peut-être l’intelligence d’Apple : plutôt que de vouloir tout radicalement changer, plutôt apporter de petites modifications, pour perfectionner son travail de longue haleine, plutôt que de tenter d’imposer par la force des changements radicaux et réellement sujets à controverse3.

L’un des maitres-mots de cette keynote aura surtout été la fluidité. Fluidité de transfert des informations d’un appareil à un autre. Il y a aujourd’hui encore trop de frictions à l’usage entre un appareil sous iOS et un Mac. On a déjà parlé longuement des limitations d’iCloud, par exemple sur 3 Hommes et un podcast. Il semble qu’Apple ait décidé d’écouter ses utilisateurs pour proposer une expérience plus simple, plus proche de ce qu’on souhaiterait vraiment. Le cas frappant, c’est iCloud Disk : on râlait qu’Apple ne proposait pas de stockage facile d’accès en limitant la partie cloud à l’intégration aux apps ? Hop, voici du partage à la Dropbox. Je râlais qu’on ne puisse pas prendre un appel téléphonique depuis son Mac lorsqu’il arrive sur l’iPhone ? C’est possible, et pas de souci pour envoyer iMessage ou SMS depuis le Mac. Vous voulez créer un hotspot entre votre Mac et votre iPhone ? Hop, un clic, c’est fait. On râlait qu’il fut impossible d’utiliser d’Airdrop entre OS X et iOS ? Voilà, corrigé.

Apps finder access

Plus impressionnant encore, la fonction Handoff, qui permet de reprendre un document sur son iPad ou iPhone exactement où on s’est arrêté sur son Mac. Reste à voir si dans l’usage on aura la même fluidité que durant la conférence4… Mais à priori, tout semble conçu pour que l’iPad, l’iPhone et le Mac5 travaillent réellement main dans la main… iCloud devenant le liant pour tous nos appareils numériques. Apple a compris depuis longtemps que ses appareils ne pouvaient pas fusionner de force, et ça tombe bien, ça n’est pas son objectif. Plutôt que de faire des solutions « sans compromis », comme le dit si mal Microsoft6, autant faire des solutions adaptées à chaque usage, mais réellement liés les uns aux autres.

Mais Apple est aussi parfois capable de faire quelques choix pour le moins radicaux, comme Metal7,une nouvelle couche de programmation pour tirer parti de la puissance graphique des processeurs A7 et dont la démonstration, je l’avoue, m’a pas mal impressionné. Ou encore… un nouveau langage de programmation. Curieusement, j’ai entendu qu’avec Swift, Apple voulait assassiner les développeurs. Diantre ! Parce que proposer un langage plus simple, plus rapide qu’un langage créé il y a plus de 25 ans, et tirant le meilleur parti de nos processeurs serait les assassiner ? Les développeurs auront certes du travail, mais si le langage est plus efficace, plus beau (mais oui !), ils passeront à Swift, tout comme les développeurs sur Windows ont embrassé C#. En tout cas, Apple leur a donné au moins un beau sujet de discussion pour les années à venir… Et il semble que les premiers retours sur Swift soient assez encourageants.

Restent les changements cosmétiques, qui comme d’habitude vont sûrement faire râler pas mal, puis on s’y fera, comme pour tout. On a survécu à l’interface Platinium et au passage à Aqua…

Bref… Si vous attendiez de voir ce que pouvait donner l’Apple post-Steve Jobs, vous en avez enfin un bon aperçu.

C’est… Apple.

  1. Et merde.
  2. Peut-on encore d’ailleurs encore parler d’Aqua vu l’absence quasi-totale de cette interface liquide ?
  3. Coucou Windows 8, oui oui, c’est de toi qu’on cause
  4. N’oublions pas que chez Apple, la bande passante semble toujours infinie durant les démos.
  5. Et dans une moindre mesure, Windows puisqu’iCloud Drive sera également disponible dessus.
  6. Quand MS dit qu’il n’y a pas de compromis dans Surface, elle démontre systématiquement le contraire
  7. Dont le logo me fait furieusement penser au M sur la casquette de Mario…

Tester les périphériques réseau avec Safari et AppleScript

J’ai eu il y a quelques jours un souci qui arrive parfois à un administrateur réseau : impossible de retrouver un périphérique réseau (ici, un switch) via son adresse IP. En effet, l’appareil a été configuré en DHCP à l’origine, et personne n’avait modifié son adresse IP pour lui en attribuer une fixe… Du coup, pas forcément pratique à retrouver, sauf à installer un utilitaire sous Windows. Le moyen le plus simple était alors d’ouvrir l’interface web de configuration de l’appareil… mais tester 254 adresses IP ne me semblait pas la plus rapide des solutions. À moins d’automatiser le processus…

Attendez, vous avez dit automatiser ? Bon sur, mais c’est bien sang, AppleScript, à la rescousse ! J’ai donc concocté un petit script appelé sobrement Tester plage web avec Safari permettant d’ouvrir une page web pointant vers chaque adresse IP du sous-réseau local, l’une après l’autre, sur une plage de 256 adresses IP (correspondant à un masque de 255.255.255.0). Vous lancez le script, vous appuyez sur Exécuter, et un dialogue vous proposera de taper une adresse IP en utilisant par défaut votre plage d’adresse IP locale, puis de lancer la recherche. 

Tester IP

Pour le moment cette version ne teste que le port 80, mais je prévois une nouvelle version qui testera aussi en plus le port 443 (SSL) si vous le souhaitez.

Amusez-vous bien :-)

Télécharger le script (62 Ko)

3 hommes et 1 podcast, épisode 13 en ligne

La suite des aventures fantastiques de Laurent Pertois, Mourad Larab et Votre Serviteur sont à écouter dès maintenant. Au sommaire : on décortique l’arrivée d’Office sur iPad, la faille de sécurité Heartbleed, on revient un peu sur Carplay et sur le nouveau Captain America au cinéma. Et si vous voulez tout savoir sur le RAID, on en parle aussi ! Tout ça dans la joie, la bonne humeur, et les larmes aussi parfois (© je sais plus qui).

Toutes les infos sur le site ! Et n’oubliez pas : on adore lire vos commentaires, vos critiques, etc. Donc n’hésitez pas à faire noter et commenter  sur iTunes, ainsi que sur le blog.

La VOD nous fait aimer le piratage

Un article bien acide du toujours excellent Pierre Dandumont, qui narre les navrantes protections utilisées pour le téléchargement *légal* du film Veronica Mars.

Le problème, c’est que les systèmes de VOD sont de plus en plus insupportables, et que ça ne s’arrange vraiment pas. Souvenez-vous de mes déboires avec Inception… Alors quand les utilisateurs avancés comme Pierre ou moi pètent un plomb, imaginez ce que ça doit être pour le grand public…