Quand le Mac ne se met plus en veille

Bug TRÈS agaçant sur mon Macbook Pro ces derniers jours : je le ferme, je le mets dans mon sac, je pars en vadrouille… et il ressort chaud du sac, car il ne s’est pas mis en veille comme prévu. Et ça s’est répété un soir où je l’avais fermé mais non connecté au serveur, et beaucoup d’apps actives. Pas de mise en veille… et la batterie à zéro le matin.

Pour comprendre ce qui se passe, le plus simple reste de passer par le Terminal, et de taper la commande suivante :

pmset -g

La fenêtre suivante s’affiche alors : 

Pmset

La ligne qui nous intéresse, c’est évidemment la ligne sleep.

Pmset sleep

Ici, on voit que la mise en veille est empêchée par le logiciel sharingd. Mais ça sert à quoi, ça, sharingd ? Le « d » à la fin nous indique qu’il s’agit d’un daemon Unix. Un coup de man sharingd (ou l’appui sur la touche qui va bien sur la Touch Bar #protip) :

Protip man touchbar

Et donc on apprend que…

 

Man sharingd

Intéressant ! sharingd gère donc tout ce qui est lié aux fonctions Continuité de macOS, le partage de fichiers, l’accès aux lecteurs DVD distants… Or, ces temps-ci, j’utilise beaucoup le partage de connexion de mon iPhone ou iPad. Donc, coupons le WI-Fi pour voir avant la mise en veille… Et vérifions déjà ce que ça donne.

 

Pmset ok

 

Voilà ! À priori, ça devrait aller mieux. Cependant, il ne s’agit pas d’une méthode universelle, et il n’est pas interdit par exemple de tester une réinitialisation du SMC si cette méthode ne suffit pas.

Quand un Mac est (trop) verrouillé… pensez PRAM !

Cas étrange hier chez un client : un MacBook Pro précédemment verrouillé par iCloud avec la fonction Localiser mon Mac, puis supprimé du compte associé. Pourtant le Mac restait bloqué sur l’écran de boot avec le message : Veuillez patienter 60 minutes. Sauf qu’au bout des 60 minutes, seul un message apparaît en rouge : « Wrong password ». Alors que rien n’a été tapé du tout. Gênant.

Heureusement, boot possible sur un disque externe. J’ai donc décidé d’associer le poste à un autre compte iCloud, puis de le verrouiller. Au redémarrage, j’ai bien un message sur la fenêtre de login expliquant que le poste a bien été verrouillé par le compte iCloud de mon choix. Mais toujours le même message : « attendez 60 mn », et aucun moyen de saisir le mot de passe tapé sur icloud.com. Encore gênant.

La solution, simplissime, m’a été transmise par le support Apple (merci Laurent) : faites un reset de PRAM sur le poste, avec le classique Cmd-Option-P-R au démarrage. Et effectivement, y’avait une pétouille dans la PRAM qui ne plaisait pas au firmware et l’envoyait directement en mode verrouillé.

Depuis, le Mac a pu être réinstallé et est fonctionnel. Et il vit de nouveaux jours heureux avec son nouveau propriétaire…

Le syndrome du Pro

Qu’est-ce qu’un pro ?

Je me pose la question encore une fois, suite à de nombreuses discussions sur mon fil Twitter. Certains estiment que l’iPad Pro… n’est pas pro. Parce qu’il n’est pas capable par exemple de gérer facilement un disque dur USB à travers l’appli Fichiers. Une limite totalement arbitraire imposée par Apple, c’est vrai.

Pour d’autres, ça sera l’absence de souris qui constituera une faiblesse. L’absence de pavé numérique. L’absence de Photoshop / InDesign / une application de bureau classique.

Pour d’autres, c’est l’absence de Microsoft Office. Ah mais non, il est dispo depuis bientôt 4 ans. Ah oui mais non, c’est pas la même chose que sur un ordinateur de bureau. Donc pas pro.

Mais est-ce que ces seuls points discréditent l’iPad (pas forcément Pro, non plus), de remplir des tâches professionnelles ?

Chaque jour, on rencontre de nouveaux utilisateurs d’iPad qui s’en disent satisfaits. Qui bossent avec, qui créent. Ce sont aussi des pros. Mais à la différence d’autres utilisateurs, ils ont été prêts à accepter les quelques sacrifices qu’imposaient la bascule vers iOS pour un outil qui leur correspondait peut-être plus. Qui leur proposait des choses qu’un ordinateur portable ne fait pas aussi facilement. Comme prendre une photo, et griffonner des remarques dessus avec un Apple Pencil avant de l’envoyer à un contact quelconque ou le stocker dans un service cloud dédié pour qu’un client puisse également l’annoter. C’est pas pro, ça ? Pourtant, c’est exactement ce pourquoi l’iPad a été conçu.

IPad Pro

Tenez, prenez la revue-fleuve de Federico Vittici sur iOS 12. Ce n’est pas sa première revue, loin de là, entièrement réalisée sur iOS. Ce n’est donc pas un usage professionnel ? Vraiment ? Pourtant, il a produit plusieurs milliers de signe, et tout mis en ligne uniquement avec son iPad. En revanche, il est intéressant de constater que dans la liste des applications utilisées pour réaliser cette revue, il n’y a pas de ces killer apps si indispensables à tout usage pro. Pas de Microsoft Word™, pas d’Adobe Photoshop™. Car l’iPad Pro n’est pas une machine de confort. C’est un ordinateur (disons-le, oui, c’est un ordinateur, ni plus ni moins), qui ne se laissera apprivoiser que si vous acceptez de remettre en cause votre façon de travailler, vos outils, pour y trouver de bien meilleurs outils, plus adaptés à vos besoins.

C’est un peu d’ailleurs un problème général : se dire que Word ou Excel sont incontournables, alors qu’il existe des outils cent fois meilleurs pour certaines tâches, même sur Mac. Personnellement, j’ai par exemple de plus en plus de mal à travailler avec Word, alors que je prends de plus en plus plaisir avec Pages, ne serait-ce que parce qu’il gère correctement les fonctions d’auto-enregistrement de macOS.

Mais alors, on peut toujours revenir à la question initiale : qu’est-ce qu’un pro ? Un professionnel, donc. Mais de quoi ?

Si l’on prend la définition de Wikipedia: Le professionnel est une personne spécialisée dans un secteur d’activité ou exerçant une profession ou un métier. Le professionnalisme caractérise la qualité du travail de quelqu’un ayant de l’expérience. Le professionnalisme est la capacité à assurer un engagement envers la société et à répondre à ses attentes. Mais historiquement, chez Apple, les Pro… ce sont les créatifs. Enfin, ça c’était avant. Depuis, Apple a conquis avec l’iPad et l’iPhone bien d’autres marchés professionnels, dont on parle beaucoup moins, parce qu’on reste attaché à cette frange de professionnels qu’ont été les créa de l’image, du son et de la vidéo durant des années pour Apple.

Il y a cependant une différenciation très importante chez Apple sur l’utilisation du mot pro. Chez Apple, le Pro s’applique pour différencier les gammes de matériel. Ce terme Pro a remplacé le terme Power avec le temps : Power Macintosh > Mac Pro, PowerBook > MacBook Pro, Power Pascal > Pascal Praud (ok je sors). L’iPad aurait pu s’appeler le Power iPad… et cela aurait été finalement plus clair. Un iPad, avec plus de puissance, tout simplement. Apple fait donc peut-être une erreur et complique la situation en attribuant le terme Pro à ses ordinateurs qui sont simplement les plus puissants, et pas juste réservés à une clientèle pro voire une clientèle s’intéressant uniquement à la création pure.

Revenons donc à nos iPad Pro. Si vous estimez donc que vous avez absolument besoin de connecter un disque dur externe de 8 To dessus pour travailler toute la journée, alors peut-être qu’effectivement, l’iPad Pro n’est pas (encore) pour vous. Mais ne pensez pas que ce que vous ne pouvez faire qu’avec votre ordinateur disqualifie automatiquement l’iPad comme outil professionnel pour beaucoup de gens. Considérez juste l’iPad comme un outil inadapté à votre besoin, tout comme le MacBook Pro pourrait être considéré comme inadapté à d’autres besoins. Seul importe le résultat final. Et ça ne rendra pas l’iPad pro moins pro pour les autres. Your mileage may vary, comme disent les anglais avant le Brexit (après, ils diront juste « Fuck fuck fuck »).

Ce n’est pas l’outil qui décidera si vous êtes un pro ou non. C’est ce que vous ferez de cet outil qui le décidera pour vous.

DiskMaker X 8 for Mojave est disponible

Si vous avez besoin de créer une clé de démarrage de macOS, et que vous avez envie de vous jeter su le nouvel OS d’Apple ce soir comme la misère sur le pauvre monde, pensez à sortir couvert ! DiskMaker X est mis à jour dans une nouvelle version pour la modique somme de ce que vous voulez.

Toutes les infos nécessaires sont sur le site http://diskmakerx.com. Qu’il va falloir qu’un jour je me prenne la tête à remettre en VF, suite à une mauvaise manip de ma part qui avait fait sauter les différentes langues, WOUHOUUUUUUU !!!

Et je reste à l’écoute de vos commentaires et suggestions à l’adresse ldm@gete.net.

Bonne migration, et n’oubliez pas le plus important avec de passer sur un nouvel OS :

SAUVEGARDEZ !!!

 

BACKUP

Réinitialiser la liste des Services de macOS

Une des fonctions les plus sous-utilisées de macOS reste les Services. Accessibles via le menu du nom de l’application en cours (à côté du menu Pomme) > Services, ou via un clic droit > Services, ce menu contextuel permet de lancer différentes actions définies par rapport à la sélection en cours. Par exemple, j’avais créé il y a pas mal de temps un service pour compter les signes de la sélection en cours (script toujours fonctionnel d’ailleurs).

Automator permet depuis quelques versions de macOS de créer ses propres services, comme très bien expliqué par Sylvain Gamel dans son livre Automatisez sous Mac1. Vous trouverez d’ailleurs plein d’exemples de services à créer avec Automator sur son site automatisez.net.

Mais j’étais confronté depuis quelques jours à un petit problème agaçant : les menus étaient toujours dans le désordre, et surtout, après avoir tenté de renommer un service, celui-ci continuait à s’afficher avec son ancien nom. Virer des préférences ou supprimer des caches ne servait à rien, même après reboot.

Un message posté sur Slack m’a donné la piste : lancez le Terminal et tapez :

/System/Library/CoreServices/pbs -update

Le menu des Services devrait être proprement réinitialisé. L’ordre alphabétique sera quand à lui partiellement rétabli, macOS préférant à priori classer les services d’abord par application, puis par ordre alphabétique au sein de ces mêmes applications. Enfin je crois, c’est pas si évident (surtout que l’ordre n’est pas le même que dans le menu de l’application > Services). Mais au moins, les noms sont à nouveau corrects, toujours ça de pris.

 

MacOS Reinitialiser Services

/System/Li



bdfrary/CoreServices/pbs -update

  1. Dont je ne peux que vous recommander la lecture, et surtout la superbe préface.

[Test] Fibaro, un détecteur d’ouverture de porte compatible HomeKit

Drame il y a quelques jours : un Velux resté ouvert, un orage un peu violent, une manette GamePad Wii U laissé sur le canapé… sous le Velux.

Et plouf le Gamepad.

Après avoir déboursé la rondelette somme de 80€ pour un nouveau GamePad (ouch), il a fallu trouver une solution pour éviter que le problème se reproduise. Et comme je n’en suis pas encore à lancer un Leetchi pour me faire offrir un nouvel iPhone remplacer le Velux par un modèle à détection de pluie, j’ai du chercher une solution pour au moins être alerté quand la fenêtre est ouverte.

Je n’ai donc pas encore trouvé la solution idéale, mais j’ai trouvé un détecteur de porte efficace chez Fibaro : le Door/Window Sensor (référence FGBHDW-002).

FIbaro Home door detection

Attention, il n’est pas donné : à 67,90€ chez Amazon, on n’est pas dans du produit d’entrée de gamme. L’indispensable Pierre Dandumont a lui testé deux autres solutions sur son blog.

La mise en route est normalement simplissime : on allume l’accessoire (en retirant le petit papier qui bloque la pile), et on scanne le code HomeKit (à bien conserver précieusement) avec l’application Maison. Puis…

Rien. Accessoire non détecté.

Grumpf.

Mais est-ce que le souci ne viendrait pas d’iOS ? Car je venais juste de faire le passage vers la GM d’iOS 12…

Nouveau test, avec un iPad encore en iOS 11 et des brouettes…

Eureka ! Le jumelage se fait du premier coup, et l’accessoire est ajouté et visible dans l’application Maison.

IMG 5210

Et désormais, quand la fenêtre est ouverte, je reçois une alerte sur mon iPhone ! Enfin presque : il a fallu que je décolle et recolle l’accessoire dans le bon sens (on peut le visser). Après, c’est bon.

IMG 5210

… Et même sur l’Apple Watch !

IMG 5211

Idem quand elle est fermée : on reçoit alors une nouvelle alerte.

IMG 5212

Et dans l’app Maison, le détecteur est visible et son état indiqué.

IMG 5208

Cependant, HomeKit reste limité : impossible de rajouter un appareil détecteur de pluie, comme une station météo, pour déclencher une alerte si le détecteur de porte est en position ouverte ET il commence à tomber de la pluie. Mais c’est peut-être faisable avec des solutions comme Homebridge. À suivre donc…

Putain, vingt ans…

Il y a dix ans, j’ai publié un article sur ce blog, sobrement intitulé… Dix ans !

Dix ans plus tard, ce site affiche donc vingt années au compteur. Ça commence à faire beaucoup. Je ne referai pas toute l’histoire du site, tout a été dit dans le susdit article, ainsi que dans cet autre billet.

Soyons cependant honnête : gete.net a bien perdu de sa superbe. Je n’ai plus la même énergie à écrire sur le web, étant plus présent sur les réseaux sociaux et en particulier Twitter comme tant d’autres. J’ai également été absorbé par l’écriture de différents bouquins (dont je suis particulièrement fier, j’avoue). D’autres projets m’ont également accaparé, comme DiskMaker X (oui, une mise à jour ne saurait tarder, et oui, il y aura sûrement une version pour macoS Mojave).

J’ai un peu (beaucoup) perdu la fibre de l’écriture au long court. Peut-être qu’elle reviendra. Qui sait ?

Malgré tout, j’ai toujours un petit peu de nostalgie de cette époque où j’étais capable de rédiger des longs dossiers techniques, de traiter en profondeur certains sujets. Et j’arrive encore à alimenter de temps en temps ce qui est peut-être à ce jour le plus vieux site Mac francophone (y’en a peut-être un autre, mais là comme ça je ne vois pas. Ah si, la page des Logiciels Internet Macintosh en français de l’inestimable Jean-Pierre Kuypers, que je salue bien bas s’il me lit par ici..

J’ai aussi pas mal de projets inachevés. Parce que s’il y a un mot que je déteste parmi tous, je pense, c’est le mot FIN.

Ce blog, ce site, ne seront donc jamais totalement finis. Ils resteront pour toujours un morceau essentiel de mon passage sur cette chic planète. C’est aussi grâce à gete.net que ma vie a basculé, comme je l’expliquais il y a quelques mois.

Alors, je voudrais juste vous remercier, vous tous les fans d’Apple depuis vingt ans ou plus, les gens qui m’ont lu sur fr.comp.sys.mac, qui m’ont soutenu, ceux qui m’ont fait confiance pour écrire sur leurs sites web, dans leurs magazines, ou dans leurs émissions. Vous qui êtes souvent devenus des amis, des proches. Tous ceux qui ont aimé lire mes conneries, qui ont pu être dépannés par les centaines d’astuces publiées ici ou là. Qui continuent de venir de temps en temps voir si y’a pas un nouvel article sur ce site. J’aime à me dire qu’à travers gete.net, j’ai pu aider des centaines (milliers ? millions) d’utilisateurs Apple dans le monde entier. Et que j’ai peut-être contribué à rendre l’Univers un poil meilleur (c’est très présomptueux, je sais).

Et je vous donne donc rendez-vous dans dix ans…

Qui sait.

5266821

iMac : la rupture d’Apple

Il fallait vraiment avoir la foi pour croire au retour possible d’Apple en mai 1998. Steve Jobs a repris les rênes de la société depuis moins d’un an, et il a mis en chantier un plan ambitieux, axé durant les premiers mois autour de l’image de la marque, et de Mac OS (pas encore macOS), son joyau. Apple n’avait pas encore cependant marqué les esprits, et Mac OS X n’existait alors que virtuellement, le chantier de l’adaptation de NextSTEP au Mac ayant à peine commencé. La seule grande raison pour laquelle Apple avait fait parler d’elle quelques mois auparavant dans les médias, c’était lorsque Bill Gates avait daigné mettre 150 millions de dollars dans la boite (« Microsoft rachète Apple »), en actions sans droit de vote. Ce qui a permis surtout d’étouffer les procès en cours…

Mais il manquait une vraie annonce, capable de marquer durablement les esprits. Un produit capable de remettre Apple au centre de la scène. Capable de créer une déflagration.

IMac

L’iMac a été cette déflagration. Un vrai choc. Son annonce a été scrutée, analysée, disséquée. C’était un produit clivant, mais capable aussi de rassembler. Sa couleur (le fameux Bondi Blue, du nom de la plage de Bondi en Australie) ne laissait jamais indifférent

Je me souviens des débats sans fin sur fr.comp.sys.mac autour de cette annonce, de ce produit fou, sorti de nulle part, ressemblant à aucun autre. Et surtout de la rupture technologique qu’il a constitué, avec un processeur G3 performant, et l’abandon de technologies historiques comme l’ADB ou le port série, ou encore le SCSI, et l’adoption de l’USB, standard émergeant de l’époque. La fin du syndrome NIH : Not Invented Here. Des choix très critiqués à l’époque, mais finalement justifiés et qui ont permis à Apple de se relancer. Et puis, le début de la fin pour le lecteur de disquettes, alors que les clés de stockage USB n’étaient même pas un concept pour l’époque.

C’était aussi le vrai retour d’Apple sur le marché grand public et dans l’éducation, avec un ordinateur doté d’un port Ethernet (très rare en standard à l’époque), et d’un modem 33,6k en standard. Ce point avait tellement fait râler qu’Apple l’a corrigé avant la sortie de l’iMac, en intégrant finalement un modem à 56k, plus dans l’air du temps.

L’iMac a créé une rupture technologique et une rupture financière avec la fin du cycle infernal des baisses des ventes (il me semble qu’il n’y a eu ensuite qu’un ou deux trimestres où elle a vraiment bu la tasse ensuite, pas merci le G4 Cube…).

Mais surtout, l’iMac a créé une rupture émotionnelle, avec l’arrivée d’un ordinateur vraiment design, en rondeur, un véritable OVNI (« it comes from another planet… a good planet, with better designers, ajoutera-t-il malicieusement) dans le triste design industriel de l’époque. C’était la véritable arrivée de Johnny Ive aux commandes de l’Apple Industrial Design Group.

Qu’on l’aime ou pas, l’iMac aura été le symbole pour Apple d’un retour sur le devant de la scène, de sa renaissance, et le terme n’est pas trop fort. Et il est toujours amusant de constater qu’il s’agit sûrement du seul produit Apple à n’avoir jamais changé de nom depuis 20 ans, malgré ses différentes itérations qui l’ont petit à petit éloigné du concept original dans la forme, mais pas dans le fond : un ordinateur tout-en-un, pour tous.

Alors, joyeux anniversaire iMac. Le monde (et Apple) aurait été un peu moins sympa sans toi.

Et si vous avez envie d’en savoir plus sur le design des produits Apple, vous pouvez revoir ma conférence « Apple et le design », où je parle de l’iMac à partir de 24:30.

Quand la Freebox bloque les accès aux services Apple

Un de mes clients a constaté un souci étrange : impossible depuis chez lui de se connecter à l’ensemble des services d’Apple : App Store, iTunes Store, etc… tous répondent aux abonnés absents !

La solution n’était pourtant pas très difficile à trouver : c’était le bloqueur de pub intégré à sa Freebox qui faisait des siennes… Pensez donc à désactiver cette option dans les réglages de votre Freebox pour retrouver éventuellement un accès correct aux services Apple depuis votre Mac.

Quand Word 2016 refuse de se lancer

La dernière version en date de Word 2016 16.11.18031100  souffre parfois d’un problème curieux, vécu chez deux de mes clients sur certains postes : l’impossibilité de lancer le logiciel, qui semble attendre quelque chose qui ne vient jamais. Il rebondit dans le Dock, puis s’arrête. Et aucun message d’erreur. Réinstaller Office ne fait rien, pas plus que nettoyer les caches ou supprimer les préférences de Word.

Solution trouvée sur le canal Microsoft-Office de Macadmins sur Slack : 

– Fermez toutes les connexions réseau en déconnectant le câble Ethernet ou en coupant le Wi-Fi ;

– Lancez Word ;

– Reconnectez le réseau.

Testé et approuvé, et sûrement corrigé dans une version future. Pas impossible cependant que le bug revienne de temps en temps de façon aléatoire.