Tous les articles par Guillaume

Comment bloquer macOS Ventura ?

Apple vient de lancer macOS 13 alias Ventura, la nouvelle fournée annuelle de notre système d’exploitation préférée (enfin, celui de nos Mac). Je passe outre les annonces des fonctionnalités majeures ou mineures, pour me concentrer sur un aspect qui intéresse surtout les administrateurs informatiques : comment bloquer l’installation de macOS Ventura ? Parce que mine de rien, vous allez voir que c’est pas de la tarte. C’est expliqué ici par Apple, c’est pas encore traduit, j’essaie d’éclaircir un peu le truc.

Nouveauté : macOS Ventura est une mise à jour… mineure !

Commençons par la nouveauté la plus importante : désormais, Apple distribue macOS Ventura comme une mise à jour mineure de macOS. Cela veut dire concrètement qu’un utilisateur pourra basculer de macOS Big Sur vers macOS Ventura simplement en utilisant la mise à jour de logiciels, sans même télécharger l’application de mise à jour depuis le Mac App Store.

Avantages :

  • L’installation est beaucoup plus légère (on passe de 12 à 5 Go environ) ;
  • L’utilisateur peut installer lui-même la mise à jour, sans avoir besoin de compte d’administrateur, et simplement en tapant son mot de passe.

Inconvénients :

  • L’utilisateur peut installer lui-même la mise à jour, sans avoir besoin de compte d’administrateur, et simplement en tapant son mot de passe.

Et là vous vous dites « mais dis donc GG, tu vieillis, tu radotes, t’as fait un mauvais copier-coller, t’as mis la même ligne dans les avantages et les inconvénients !

Et bien oui. Et en fait, c’est totalement volontaire, car si il peut être considéré comme bénéfique le fait de pousser les utilisateurs à installer la dernière version du système, cela peut être délicat si, par exemple, vos logiciels ne sont pas prêts pour la dernière version (au hasard, pour toutes les solutions de sécurité informatique, antivirus/anti-malware, etc).

Mais alors, que faire ? Et bien, coup de chance, vous pouvez bloquer la mise à jour via le canal mineur… si vos postes sont équipés de macOS 12.6.1. En effet, un bug dans les versions précédentes de macOS empêche le blocage du téléchargement de macOS si le poste utilise une version inférieure de macOS.

Oui, mais Guillaume, t’es fou ou quoi, macOS 12.6.1 est sorti ce soir, donc c’est trop tard ! On ne peut pas déployer cette version alors que Ventura est désormais dispo !

C’est vrai, et du coup, les ingénieurs d’Apple ont prévu une parade. Si vos postes sont intégrés dans une solution MDM et considérés comme gérés, la mise à jour de Ventura ne sera pas visible dans le canal de mise à jour mineure durant au moins 30 jours. Ce qui vous donnera le temps de déployer macOS 12.6.1.

Ah c’est cool, Merci Guillaume ! Mais comment on fait pour déployer la 12.6.1 ?

Plusieurs méthodes :

  • Envoyer une commande MDM de mise à jour mineure, mais ça marche pas super ;
  • Installer et configurer Nudge pour inciter vos utilisateurs à télécharger eux-même et installer la mise à jour dès que possible, en leur donnant un peu de temps (genre une dizaine de jours) ;
  • Utiliser une autre solution, comme Erase-install, qui comme son nom ne l’indique pas, permet aussi de mettre à jour macOS en téléchargeant au préalable la version de son choix, sans forcément effacer le disque.

Bloquer l’application d’installation de macOS Ventura

Si vous souhaitez aussi bloquer l’installation de macOS depuis l’app d’installation, vous pouvez télécharger et déployer le package Ventura Blocker, qui fera très bien le boulot. Ensuite, le script fourni sur la page devra être déployé pour permettre à nouveau l’installation de Ventura.

En résumé : c’est encore un peu le bordel

Amis admins, vous avez donc désormais au moins un mois pour mettre à jour vers macOS 12.6.1, puis vous pourrez ensuite bloquer l’installation de Ventura pour 90 jours (délai max pour bloquer via un profil de configuration). Ensuite… bonne chance !

Adieu Mac OS X Server, petit ange parti trop tôt

Comme souvent chez Apple, les enterrements de produits sont effectués de façon bien plus discrète que les lancements (bon, sauf pour Mac OS 9, à l’époque). C’est le cas pour macOS Server, né Mac OS X Server, présenté avant même Mac OS X, dans sa fameuse version Rhapsody en 1999 par Steve Jobs.

Mac OS X Server, c’était le produit qu’on voyait concurrent ultime de Windows NT à l’époque. Multi-tâche, bardé de services, et taillé pour le futur, il proposait des nouveautés impressionnantes pour l’époque, et relativement simples à mettre en œuvre, comme le Netboot ou QuickTime Streaming Server.

Mac OS X Server - Higher Intellect Vintage Wiki
Si vous avez eu cette boite chez vous et avez fait mumuse avec : vous êtes vieux.

Et les années avançant, Apple l’avait encore de plus en plus équipé, avec des fonctions aussi qui lorgnaient directement vers Exchange (toute la partie collaboration avec ce qu’Apple nommait Teams et qui embarquait les calendriers et contacts partagés ainsi que le wiki), de la gestion de SAN avec Xsan, du réseau, de la gestion de poste de travails, un serveur de podcasts… Une vraie boite à outils multifonctions !

C’est par une simple note technique mise à jour ce 21 avril qu’Apple annonce la fin de macOS Server, qui n’était plus que l’ombre de lui-même depuis plusieurs années, la plupart de ses fonctions ayant migré au sein de macOS tout court (comme le partage de fichiers – qui a en fait toujours été là – ou le serveur de cache), ou sur d’autres solutions en ligne. Ou complètement dézinguées, en fait.

Curieusement, je ne suis pas particulièrement triste de cette disparition. Même si j’ai consacré beaucoup de temps à Mac OS X Server, et qu’il a été le moteur de l’activité de Gete.Net Consulting au tout début de mon activité il y a bientôt 16 ans, j’avais anticipé sa disparition complète il y a quatre ans, et déjà annoncé qu’il fallait se préparer à migrer sur d’autres plate-formes. Eh, j’avais même fait son éloge funèbre !

Note pour plus tard : le t-shirt moulant, c’est bien, mais avec quelques kilos de moins.

On peut toujours s’interroger sur les raisons de la fin de macOS Server, mais la raison principale pour moi tient en un mot : iPhone. À partir du moment où l’iPhone a été annoncé en janvier 2007, tous les regards se sont tournés vers le nouveau bébé prodigieux de Steve Jobs, à juste titre d’ailleurs. Mais déjà, à l’époque, Apple avait du retarder le lancement de Mac OS X Leopard pour que l’iPhone sorte dans les temps, et il aura fallu attendre Snow Leopard pour que toutes les fonctionnalités les plus ambitieuses de Mac OS X Server soient vraiment en place et (à peu près) stabilisées.

Stabilité… Cela aura d’ailleurs été le principal souci de Mac OS X Server. Oh, sur l’ensemble des services, ça tournait pas trop mal, mais la partie annuaire (Open Directory) n’a jamais été aussi solide qu’elle aurait du être. De ce point de vue, Mac OS X Server aura toujours été décevant alors qu’il aurait du être un parangon de stabilité. Et à partir du moment où Mac OS X Server est devenu une simple application installée par dessus Mac OS X, où le serveur était facturé 30 balles, le désintérêt d’Apple pour sa plate-forme était avéré.

Une fois le Xserve tué dans l’oeuf, le Mac mini Server dégagé, il n’y avait plus trop d’illusions à se faire. Le destin de Mac OS X Server était scellé, et ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’il soit définitivement mis à la porte. Il ne me reste donc plus qu’à migrer les quelques rares Mac mini Server encore en place chez mes clients pour définitivement tourner la page.

Mais quelle belle page de l’informatique Mac OS X Server aura été, que de formations auront-nous donné, et de certifications passé. Good bye, old friend, et merci à toi. Tu seras resté pendant plusieurs années un vrai compagnon de route, capricieux mais sympathique. qui m’aura accompagné durant de chouettes aventures, qui m’aura fait bouger dans le monde, qui m’aura fait rencontrer plein de gens sympa, et pour qui j’aurai fait du debug en veux en voilà.

Salut à toi, et pense bien à faire la bise à Mac OS 9 et ClarisWorks de ma part.

Quand la fenêtre de copie de macOS Monterey… disparaît

Un truc étrange s’est produit hier alors que je copiais des données depuis mon Mac vers un disque externe : la fenêtre de progression de copie a tout simplement disparu… alors que la copie semblait pourtant toujours en cours, et qu’elle ne pouvait pas s’être achevée d’un coup. Pas de message d’erreur non plus… Et rien dans le menu Fenêtres, là où normalement une fenêtre de copie s’affiche tout en bas.

Mais alors que je lançais une copie de fichiers vers un autre disque, la fenêtre de copie est revenue, affichant toujours fièrement sa progression vers le premier disque ! Diantre, s’agirait-il d’un… bug ? Pas vraiment, mais d’un nouveau comportement de la fenêtre de progression de copie depuis macOS Monterey. Explications.

Avant Monterey, quand vous copiez un fichier, il n’était pas possible de masquer la progression de la copie en cours. La fenêtre était là, même si vous décidiez de masquer ou fermer toutes les fenêtres via un Option + clic sur le bouton de fermeture de fenêtre. D’ailleurs, la fenêtre de copie n’affichait pas de bouton de fermeture (le fameux bouton rouge).

Copie en cours… et pas de bouton rouge en haut à gauche. La fenêtre reste toujours présente.

Depuis macOS Monterey, le comportement a changé : désormais, si vous fermez ou masquez toutes les fenêtres du Finder, la fenêtre de copie se ferme, même si la copie continue en arrière-plan.

Quoi, un bouton rouge ? Mais pourquoi donc ? Ah oui, on peut fermer cette fenêtre.

Ce qui est curieux, c’est que si vous fermez la fenêtre, la copie continue donc. Pas d’alerte, rien. La seule façon de la faire revenir est de passer par le menu Fenêtre, où vous pouvez choisir d’afficher la progression.

Afficher la fenêtre de progression fait revenir la progression de la copie…
… et sa fenêtre apparaît alors tout en bas du menu Fenêtre.

J’avoue que je suis un peu perplexe devant ce changement, qui génère à mon avis plus de confusion qu’autre chose, et qui masque complètement qu’une opération qui peut être critique est en cours. Imaginez, vous êtes à la fin d’une copie, vous souhaitez débrancher le disque, et, ah non, y’a une tâche qui bloque. Hmmmmmm… mais je ne vois rien, eh ??? Et l’on vous dit que le volume est en service quand vous voulez le démonter, sans vous indiquer quel type de tâche est en cours… Donc, méfiez-vous si vous avez tendance comme moi à masquer un peu trop vite vos fenêtres.

Gete.Net Consulting recrute un•e technicien•ne Apple en région parisienne en CDI

Gete.Net Consulting recherche un·e technicien·e sur l’environnement Apple (macOS, iOS, tvOS) en région parisienne en CDI.

Vous maitrisez les différents systèmes d’exploitation Apple et les matériels associés, ainsi que les services proposés par Apple. Vous connaissez les principaux logiciels de l’environnement (applis Apple, Microsoft Office, suite Adobe…) et êtes capables de les déployer dans des environnements hétérogènes. Vous prendrez en main des système de gestion de parc évolués et apporterez vos connaissances pour améliorer l’ordinaire des utilisateurs. Vous êtes capable de proposer des solutions originales à des problèmes inédits. Et vous n’avez pas peur d’ouvrir le Terminal pour y taper des lignes obscures de texte.

Gete.Net Consulting souhaite avant tout valoriser vos compétences. Montrez-nous que vous savez comment fonctionne un Mac et un iPhone, et nous verrons si nous pouvons travailler ensemble. La passion sera notre moteur (en plus d’un salaire motivant, cela va de soi).

Attention : une grande partie de votre travail sera effectué en télétravail, une grosse partie de nos interventions n’ayant pas besoin de présence humaine sur site chez les clients. Cela pourra être vu comme un plus… ou un moins, selon le cas. Que cela ne vous empêche pas de postuler. Il y aura également des journées en co-working sur Paris à prévoir et parfois des interventions intempestives (déplacement en urgence pour les cas critiques). Donc, présence en région parisienne requise.

Votre rôle

Support
Hotline Informatique, réception des demandes utilisateurs (par téléphone, par logiciel de suivi des demandes utilisateurs, par e-mails). Attention : cette partie support constituera sûrement une grosse partie de votre travail. Si pour vous, parler dans un téléphone constitue le summum de l’horreur, inutile de postuler…
Support applicatif et système aux utilisateurs (niveau 1 puis 2).
Aide à l’utilisation des applications métiers (dans une certaine mesure : on ne vous demande pas de connaître tous les logiciels par cœur, mais au moins de les lancer).
Documentation de l’architecture client

Exploitation
Installation et configuration des postes de travail et appareils associés (MacOS, iOS, Windows très, très rarement.)
Installation de serveurs et NAS.
Migration de postes clients et serveurs
Configuration et suivi d’appareils iOS et tvOS.
Maintien en conditions opérationnelles du parc informatique.
Création et suivi des comptes utilisateurs (messagerie, accès aux serveurs, configuration des imprimantes, des logiciels…).
Réalisation des rapports d’intervention, des guides d’utilisation, des procédures.
Suivi pro-actif du parc (il faudra parfois appeler le client pour lui parler des problèmes qu’il ne voit pas encore sur son parc).

Vos qualités : 

  • autonome ;
  • rigoureux-se ;
  • organisé·e ;doté·e d’un bon sens du relationnel (ne pas envoyer paître les clients, même quand on est énervé, c’est important).
  • doté·e d’un bon esprit d’analyse

Expérience exigée : NON. Tout le monde a le droit de démarrer un jour. Ne ratons pas des talents parce que personne n’a jamais voulu leur mettre le pied à l’étrier. Montrez-moi d’abord et avant tout votre motivation, les projets sur lesquels vous avez travaillé, ce que vous avez déjà réalisé ou avez envie de réaliser.

Vous devrez bien connaître le Mac. Je ne vous demande pas de savoir manier le Terminal à la perfection, mais au moins de savoir rapidement naviguer dans le système, où se trouvent les préférences essentielles, comprendre un minimum comment fonctionne un Mac et comment diagnostiquer des problèmes dessus. Je ne vous demande pas de connaître la gamme Apple par cœur (ça fait longtemps que j’ai abandonné).

Pour le reste, vous apprendrez. On apprend tous les jours. Cependant, des connaissances des environnements Windows ou Linux et de réseau/sécurité seront un plus très apprécié (même si clairement, ils ne constitueront pas le maximum de l’activité).

De même, si vous disposez déjà d’une compétence dans un ou plusieurs MDM (Jamf Pro, Filewave, Workspace One, Mosyle…), cela ne pourra qu’être bénéfique à votre candidature.

Vous travaillerez très rapidement en autonomie, pour assurer le support technique à distance ou sur site des clients de Gete.Net Consulting en région parisienne (Paris et petite couronne, rarement grande couronne)… Tout en restant sous ma supervision. J’insiste sur le côté autonome : je prends un collaborateur pour pouvoir me libérer d’une certaine quantité de travail, et j’apprécie aussi les prises de décision rapides quand elles sont justifiées.

Par ailleurs, le but est aussi de vous faire monter en compétence sur des sujets plus technique, en particulier la gestion de parc Apple, avec des solutions de type MDM, du packaging, du scripting, de la gestion d’identité… plein de sujets passionnants !

J’attends enfin que vous soyez force de proposition. Si vous voyez des choses à améliorer chez les clients, proposez-les. Si vous voulez tester des solutions, proposez-les. Si vous avez des idées, parlez-en. Mon objectif est aussi de vous faire evoluer vers un poste de consultant, de vous voir vous épanouir. Bref, de vous éclater dans votre métier !

Diplômes exigés : Bac + rien. Et encore. N’ayant pas moi-même de diplôme autre que le bac, je serais mal placé pour en demander plus :-)

Poste à pourvoir rapidement, voire immédiatement.

Type d’emploi, salaire et avantages

  • Type d’emploi : Temps plein (35h)
  • Durée de contrat : CDI, avec 2 mois de période d’essai.
  • Matériel Apple fourni (Mac + iPhone), abonnement téléphonique pris en charge.
  • Salaire : 2000€ brut négociable selon expérience et compétences, + intéressement aux résultats / primes.
  • Abonnement Internet à domicile pris en charge à hauteur de 50% dans le cadre du télétravail.
  • Prise en charge Navigo à 50%
  • Tickets restaurant
  • Toujours pas de baby-foot. Désolé…
  • Formation : j’attribue une grande importance à la formation des employés. C’est indispensable, en particulier dans un environnement qui bouge si vite. Donc, si vous n’êtes pas certifié Apple, vous le serez rapidement, et si vous avez rapidement besoin de compétences supplémentaires, on étudiera ces besoins pour proposer une formation adaptée.
  • Adresse mail en gete.net. La classe absolue.

Et le plus grand, le plus énorme des bonus : vous travaillerez avec moi. Si ça, ça ne vous fait pas rêver…

Toujours motivé·e ?

Alors envoyez CV + lettre / mail de motivation (au format PDF uniquement) à candidature at gete point net. Si votre profil me plait, on prendra rendez-vous très rapidement. Je vous garantis dans tous les cas une réponse (positive ou négative) dans les 7 jours. PS : je suis déjà TRÈS chargé, donc inutile de me contacter par téléphone ou SMS. N’envoyez votre demande que par mail. J’insiste. Si vous me contactez pas téléphone, considérez que c’est éliminatoire car ça veut dire que vous ne savez pas lire, et donc, ça serait dommage. Il faut toujours lire les instructions jusqu’au bout.

Merci d’avoir lu jusqu’ici… et bonne chance :-)

Attention à la Pythoncalypse de macOS !

Apple l’avait annoncé depuis quelques temps déjà : le langage de programmation Python 2, intégré à macOS, devait être retiré définitivement et non remplacé. Et que croyez-vous qu’il arriva : c’est le cas depuis macOS Monterey 12.3. Les conséquences sont parfois importantes : en effet, certains packages d’installation utilisent parfois des scripts en Python.

De même, de nombreux scripts qui circulent sur le net utilisent des commandes en Python. Et pendant très longtemps, même Apple recommandait de passer par une commande Python pour récupérer le nom de l’utilisateur courant. J’avais d’ailleurs indiqué une commande alternative lors d’un article précédent.

Les administrateurs de parc Mac seront donc avisés de vérifier que leurs scripts n’utilisent désormais pas de Python, ou en tout cas, de savoir quelles fonctions y font appel. Pour cela, il existe quelques outils qui peuvent faciliter la donne.

Vérifier la présence de Python dans vos scripts Jamf

Mon indispensable Laurent Pertois a commis un script capable de vérifier la présence de la commande désormais honnie dans vos scripts. Le script se récupère sur son Github, et vous devrez fournir quelques informations en début de script pour le faire fonctionner correctement (URL du serveur, identifiant et mot de passe). Comme il repose sur l’API Jamf, il sera conseillé de créer un compte réservé à l’utilisation de l’API avec des droits restreints.

Vérifier la présence de Python dans vos packages

L’excellent Armin Brezel de l’excellent site Scripting OS X a lui aussi créé un script fort efficace pour traiter le problème des packages. Indiquez simplement un ou plusieurs packages, ou encore un dossier suivi d’un joker (ex : mondossierdepackages/*) comme argument(s) du script, et il se chargera de vérifier lesquels font référence à Python (et donc à tester en priorité, ou à remplacer si possible).

Installer Python 3

Une dernière alternative reste pour les administrateurs d’installer eux-même Python 3. Une version maintenue par la communauté MacAdmins se trouve ici. Il sera cependant indispensable de faire en sorte que vos scripts soient modifiés pour en tenir compte (ou de faire en sorte de pointer vers la nouvelle version de Python quand on appelle /usr/bin/python). Et évidemment, à vous d’en assurer la maintenance.

Rajouter rapidement une langue pour la page d’enrôlement dans Jamf Pro

J’ai besoin régulièrement d’enrôler des postes dans une nouvelle instance Jamf Pro, et la procédure d’enrôlement passe par une page normalement en anglais.

Pas ultra sexy, et pas vraiment personnalisé.

Jamf Pro permet de créer des pages d’enrôlements customisées par langue, mais la procédure est un peu fastidieuse puisqu’il faut créer le texte customisé pour chaque langue. À la place, je vous propose de faire cela via un simple script, disponible ici :

https://github.com/guillaumegete/jamfscripts/blob/main/jamf_enrollement_language_changer.sh

Remplissez les paramètres avec un compte d’API (vous pouvez utiliser votre compte d’administrateur, mais il vaut mieux un compte dédié avec des droits restreints), lancez le script, et après quelques secondes, une nouvelle page d’enrôlement sera ajoutée en français. Vous pouvez évidemment modifier le texte dans la partie JSON, et même rajouter des liens vers d’autres images en utilisant la syntaxe Markdown. Si vous souhaitez ajouter d’autres langues, vous pouvez les ajouter en modifiant le texte fr en début de ligne en utilisant à la place le code international pour votre pays.

Waaah, c’est de toute beautéééééé !

(PS : et merci à Vincent Bonnin pour son aide !)

Bonne année 2022

Pour 2022, je vous souhaite… qu’est-ce qu’on peut souhaiter, tiens, après les deux dernières années qu’on vient de passer ?

Et bien, qu’on se sorte le plus vite possible de ce merdier.

Et du coup, je vous souhaite en priorité la santé, et ensuite, des mise à jour de macOS qui pèsent moins d’une tonne.

Plus sérieusement, bonne année 2022 à toutes et tous, et prenez soin de vous.

De mon côté, je me suis mis comme challenge de publier un article par jour durant toute l’année. Mais comme je n’ai rien publié hier, on dira qu’on va essayer de faire un article par semaine, et ça sera déjà pas mal.

Matériel à vendre

Comme chaque année ou presque, je remets en vente une partie de mon matériel informatique, essentiellement Apple. Tout le matériel présenté est testé, réinitialisé et remis en état avec la dernière version de système disponible dans la plupart des cas.

IMPORTANT : si vous êtes intéressé par un de ces matériels, merci de lire TOUT le pavé en bas de cette page avant de me contacter. Sinon, pas de réponse !

iMac (20 pouces, mi-2007) – 2,4 Ghz Intel Core 2 Duo – RAM : 4 – Stockage : 120 Go SSD – État de la batterie : N/A – Livré avec : SANS clavier NI souris – PRIX : 60€ – Frais d’expédition : 50 €

iPod Touch 1ere Gen édition RED – Stockage : 32 Go – État de la batterie : OK – Livré avec : chargeur + câble iPod – PRIX : 100 € – Frais d’expédition : 10 € (NB : légère trace de coup au dos de l’appareil, très légères

Coque transparente Magsafe pour iPhone 12 – Déballée mais jamais utilisée – RAM : – Stockage : – État de la batterie : – Livré avec : – PRIX : 40€ – Frais d’expédition : 5 €

Baie Promise Pegasus 2 – 4 baies – Thunderbolt 2 – RAM : N/A – Stockage : 4 x 4 To – État de la batterie : – Livré avec : Cable d’alimentation
Câble Thunderbolt 2 – PRIX : 500€ – Frais d’expédition : 60 €


Baie Drobo DRDR4-A – 5 Baies – USB 3, eSATA, FireWire 800 – RAM : – Stockage : Sans disque – État de la batterie : – Livré avec : Cable d’alimentation
Câble USB 3
Câble eSATA – PRIX : 150€ – Frais d’expédition : 30 €

Baie Drobo Gen 3 – 4 Baies – USB 3 – RAM : – Stockage : Sans disque – État de la batterie : – Livré avec : Livré avec rallonge et carton d’origine
Câble USB3 – PRIX : 100€ – Frais d’expédition : 30 €

Borne Airport Extreme Gigabit Ethernet – Livrée avec : Cable d’alimentation – PRIX : 20€ – Frais d’expédition : 5 €

Borne Airport Express (Gen 1) – Livrée avec : Cable d’alimentation – PRIX : 10€ – Frais d’expédition : 5 €

Borne Airport Express (Gen 1) – Livrée avec : Cable d’alimentation – PRIX : 10€ – Frais d’expédition : 5 €

Clavier Bluetooth Apple – Azerty – 2 piles – Livré sans pile – PRIX : 30€ – Frais d’expédition : 5 €

Trackpad Apple (1ère génération) Livré sans pile – PRIX : 30€ – Frais d’expédition : 5 €

Apple Magic Mouse – livrée sans pile – PRIX : 30€ – Frais d’expédition : 5 €

Switch HP Procurve JE008A – 24 ports Gigabit + 4 ports d’extension – manageable – 70€

Remarques importantes

– Tous les prix sont TTC.

– Les prix sont fermes et non négociables. Sauf si vous tenez tellement à acheter un de ces produits que vous êtes prêt à mettre plus, dans ce cas… ^^ Ne me contactez pas pour me demander si je suis prêt à le céder à moins que le prix annoncé, ça sera non.

  • Je privilégierai la vente à des personnes que je connais en priorité.
  • Chaque appareil est testé et fonctionnel. Si il y avait cependant un souc majeur durant le premier mois d’utilisation, je la reprendrai sans discussion.
  • Les accessoires livrés d’origine sont normalement fournis. Si un adaptateur est nécessaire, je fournis celui d’origine ou un équivalent.
  • Je peux établir une facture société pour certaines de ces machines (les plus récentes), certaines venant de mon stock professionnel, d’autres de mon stock personnel. Demandez la facture à la commande.
  • Chaque machine pourra être récupérée directement à mon bureau à Vitry sur Seine (94). Éventuellement possibilité de livraison en main propre sur Paris ou sur la périphérie de Vitry sur Seine.
  • Si vous souhaitez une configuration différente (disque plus gros ou SSD sur un iMac, ajout de RAM), c’est faisable, mais ça ne sera pas gratuit :-) Contactez-moi et dites-moi exactement ce que vous souhaitez faire.
  • Possibilité d’envoi à vos frais sur la France métropolitaine (pas d’envoi à l’étranger). Dans ce cas, le règlement devra être effectué par virement AVANT l’envoi. L’appareil sera expédié dans les 7 jours suivant votre règlement. Pas de mandat-cash, pas de Western Union ou assimilé non plus.

Si vous êtes intéressé par un de ces appareils : envoyez-moi un e-mail à l’adresse ventes at gete point net. NE PAS M’APPELER POUR AVOIR PLUS D’INFORMATIONS OU POUR DEMANDER À ACHETER LA MACHINE. Que. Par. Mail. Merci.

Si vous avez des questions, envoyez également un e-mail. Vos adresses e-mail ne seront pas collectées à des fins commerciales. J’insiste.

macOS Monterey : réintégrer un Mac dans Apple Business Manager

J’en avais un peu parlé dans mon article sur la WWDC 2021 : il est désormais possible avec macOS Monterey de réintégrer un Mac dans une solution Apple Business Manager ou Apple School Manager, même si ce dernier n’a pas été acheté dans le circuit Apple classique (à savoir : un revendeur Apple agréé entreprise, ou un Apple Store). C’était pourtant possible depuis quelques temps pour les appareils iOS et iPadOS, à l’aide de l’app Apple Configurator pour macOS. Si vous ne connaissez rien à Apple Business Manager, je vous invite à voir ma conférence sur le sujet.

Mais alors, comment ça se passe ? Et bien, il faudra passer par l’app Configurator… pour iPhone ou iPad. Celle-ci est encore en bêta (disponible entre autres sur AppleSeed for IT), mais elle ne devrait plus trop tarder à être disponible pour tous (croisons les doigts). Il y a cependant quelques contraintes importantes pour pouvoir réintégrer un Mac dans Apple Business Manager : 

– le Mac doit être équipé d’un processeur Apple Silicon, ou d’un contrôleur de sécurité T2 (liste ici) ;

– Le Mac doit être intégralement effacé au préalable (par exemple en utilisant la fameuse commande startosinstall avec l’option eraseinstall).

– Un administrateur du Mac peut retirer le poste d’Apple Business Manager durant 30 jours après l’enrôlement, simplement en le désenrôlant. Après 30 jours, l’intégration dans Apple Business Manager devient définitive.

J’ai testé avec un Mac que j’avais révoqué il y a quelques temps d’Apple Business Manager, et que je souhaitais réintégrer.

 

Une fois l’app Configurator installée sur l’iPhone ou l’iPad, il faut la lancer et la configurer avec un compte de votre instance Apple Business Manager. Le compte utilisé doit disposer des droits de Gestionnaire d’inscription des appareils.

Enrolement Configurator 9

Une fois configurée, l’app propose de chercher un Mac pour l’enrôler. Approchez donc votre iPhone de votre Mac (ce dernier doit être sur l’écran de choix du pays), et si tout va bien, l’écran va alors afficher le QR Code magique d’Apple. Il faudra alors essayer de mettre le motif dans le cercle. Attention, c’est plus facile à dire qu’à faire : si l’écran a un peu trop de reflet, ou pas assez de lumière, ça peut être délicat. J’ai remarqué que ça fonctionnait mieux avec la luminosité poussée à fond.

Enrolement Configurator 12

Si vous n’arrivez pas à faire reconnaître le motif pour appairer le Mac à l’iPhone, pas d’inquiétude : vous pouvez aussi utiliser un code unique à afficher sur le Mac et à recopier sur l’iPhone.

Enrolement Configurator 13

L’iPhone va alors transférer ses réglages de réseau au Mac (soit en utilisant le Wi-Fi existant, soit en transférant un profil créé au préalable et contenant la configuration Wi-Fi souhaitée). 

Enrolement Configurator 11

Si tout se passe bien, le Mac est alors ajouté (vous pouvez voir le statut de l’ajout en cliquant sur l’icône de liste en bas à droite).

Enrolement Configurator 8

Et voilà, le Mac est correctement assigné à votre instance Apple Business Manager ! Enrolement Configurator 3

Cependant, il ne pourra pas être associé automatiquement à votre MDM : il sera listé dans un MDM spécifique Apple Configurator. Vous devrez donc attribuer votre MDM habituel à votre appareil dans Apple Business Manager avant de le redémarrer.

Enrolement Configurator 2

Notez qu’on rencontre parfois des bugs toujours rigolos liés à Apple Business Manager, ainsi le MacBook Pro ajoutait apparaissait comme… un iMac. Ça arrive de temps en temps… mais ça n’a pas impact à l’utilisation.

Même si Apple a mis pas mal de limitations sur cette fonctionnalité, cela reste une nouveauté fort utile dans certains cas, qui devrait faciliter le redéploiement des anciens Mac dans les parcs informatiques des entreprises ou des écoles.