Les larmes de Xavier

Free mobile1200

J’ai eu le plaisir d’assister à la conférence de lancement de Free Mobile ce matin. Et de ce que j’ai ressenti ou pu lire depuis quelques jours et ce matin sur Twitter ou ailleurs, il s’agissait probablement de la conférence de lancement la plus attendue depuis celui de l’iPad en 2010…

Pourquoi un tel impact ? Tout simplement parce que l’offre de Free est très clairement disruptive. Car Free a depuis longtemps compris un point important : les consommateurs savent que leurs abonnements de téléphone mobile leur coûtent trop cher, que la 3G a été l’occasion de faire augmenter le tarif de façon incontrôlée, en usant et abusant de cette « oligarchie » que se plaisait à dénoncer Xavier Niel. Mais nous avons subi cet abus, parce qu’Internet sur mobile est devenu une plus qu’une simple commodité, et que la « concurrence » telle qu’elle était alors présentée depuis des années était totalement inexistante. La meilleure preuve, je l’ai eue lorsqu’Orange a perdu l’exclusivité de l’iPhone : alors que j’étais en formation dans une chaine de magasins multimarques, la nouvelle était tombée le matin, et un de mes stagiaires me disait à l’heure du repas : « ah ben c’est super, ça va du coup faire une bonne concurrence pour faire baisser les tarifs et les forfaits ! ». J’ai alors ri très fort.

L’offre Free est, cette fois-ci, clairement distruptive, et cela va bien au-delà des chiffres. D’abord, parce qu’elle est volontairement très simple, mais aussi complète :

– Appels illimités, y compris à l’étranger vers 40 pays. Le coût de la communication est aujourd’hui dément sur mobile, alors qu’il n’y a pas de raison technique à cela.

SMS et MMS illimités. Connaissez-vous le coût d’un Mo de données transféré par SMS ? Lisez ceci. Et pleurez.

3 Go de data « Fair use » : c’est largement suffisant pour 99,999% des utilisateurs. Il faudra juste voir si la limitation imposée est alors tarifaire ou impactée sur le débit (je penche évidemment pour la 2 : facturation = plus cher et plus dur à contrôler).

– Pas de limitation sur les usages : VoIP ? Inclus. P2P ? Inclus. Mode modem ? Inclus. Ce dernier point me rend dingue depuis des années : Orange qui facture autant que l’abonnement juste pour surfer avec son téléphone depuis son ordinateur, mais QUEL EST LE FUCK ? Je paye pour une bande passante, Orange me dit « Monsieur, votre application pour iPhone, c’est plus cher si vous la téléchargez de votre ordinateur que si vous la téléchargez directement de votre iPhone ? » . Les opérateurs ont abusé de leur possibilité de bloquer le mode modem pour imposer des tarifs hallucinants. Il paraît que lorsque les opérateurs ont imposé de faire payer plus cher pour le mode modem sur iPhone, Steve Jobs était devenu enragé. Tu m’étonnes.

Et tout ça, donc, pour 19,90€ par mois. En restant rentable, comme Niel le dit lui-même, et je veux bien le croire… Et toujours sans engagement. Là aussi, l’image des chaines n’est pas trop forte, quand on voit à quel point les opérateurs ont résisté pour proposer une itinérance réduite du numéro de téléphone (et encore, on reste à quelques jours en France là où dans certains pays, la modification se fait dans la journée…). Ah, et bien joué le coup du forfait à 13,37€ HT pour les abonnés Freebox… :)

Xavier Niel est ensuite revenu à la charge, sur les fameux forfaits RSA, où « moins tu as de l’argent, plus tu raques ». Et le pire, c’est que sa démonstration est sans appel. Les opérateurs téléphoniques devraient avoir honte. Free propose ici une offre réellement différenciée. Vous n’avez pas de gros revenus ? Pour 24€/an, vous avez plus que ce que les autres vous proposent pour cinq fois plus cher. Ça fait vraiment réfléchir, non ? Et en plus, si vous êtes déjà abonné Free ADSL, un abonnement vous est offert…

Donc, OUI, la proposition de Free est importante. Non pas parce qu’elle va provoquer un mouvement monstrueux de clients des autres opérateurs vers Free (c’est de toute façon acquis) mais parce qu’elle crée une vraie disruption dans un marché ankylosé et contrôlé par les trois opérateurs. Il y a 5 ans jour pour jour, j’avais rédigé cet article suite au lancement de l’iPhone. Je ne pensais pas alors à ce moment que cette journée serait aussi historique, que cet appareil allait autant bouleverser les usages et le marché de la téléphonie en général. Free lance la deuxième révolution du mobile, et c’est tant mieux pour tous.

Enfin, et comme je parlais de Jobs un peu plus haut… évidemment, Xavier Niel est très fortement inspiré par le mentor d’Apple, et ça se sent dans sa présentation, très « naked presenter » : pas de fiches (mais un prompteur quand même), diapos très épurées, de l’humour, beaucoup d’énergie (parfois un peu trop rapide), pas de pupitre, et quelques instants très « one more thing ». De ce point de vue, sa présentation est donc un quasi-sans-faute. J’en retiens surtout ce très joli moment d’émotion à la fin, avec quelques larmes après les remerciements. La tension doit être monstrueuse chez Free depuis des mois, et on a bien senti qu’i ll se sentait vraiment libéré… Vraiment free.

Bien joué.

Message personnel : merci AA. ;-)

7 comments

  1. Monsieur typo dit :

    « Internet sur mobile est devenu une plus qu’une simple commodité »

    Moi pas comprendre. Toi avoir mis mot en trop ?

  2. Gl0ubI dit :

    La différence avec Apple est sans doute dans la mise en œuvre technique.
    J’ai pas le souvenir qu’une annonce avec disponibilité immédiate d’un produit Apple soit si retardée ou si instable ? Si ?

    En tout cas, merci pour le LT si particulier :)

  3. JustHouz dit :

    Ce qui m’a retenu longemps de prendre un mobile était la complexité des offres. On n’y comprends rien. Trop d’options, souvent inultiles. Je cherchais quelque chose de simple mais complet. A tel point que mon premier forfait portable date de 2010. J’ai craqué quand l’iPhone 4 est sorti mais à environ 40 euros/mois, je le sens passer. Et encore j’ai laché 290 euros pour le terminal. Et le pire de tout, le mode modem facturé en sus.
    Il était temps que quelqu’un lache un pavet dans la mare.

  4. mathieu dit :

    Une faute de goût quand même : Xaviel Niel en chemise blanche sur fond blanc. Ok, Steve était en noir sur fond noir, mais ça faisait plus ressortir les éléments affichés.

    Ceci dit, sur le fond, je suis d’accord ;)

  5. ducon dit :

    J’espère que ça paye bien les publi-reportages.

  6. Zorglub dit :

    Pleinement d’accord sur l’analyse de fond : même si Free aura sans doute une qualité insuffisante (technique, et service client) au démarrage, comme cela avait été le cas au début de la Freebox dégroupée. Je me souvient de ma belle-mere, qui était passée un peu trop vite au dégroupage, et qui avait du revenir en arrière. Mais aujourd’hui, c’est du passé. Et indépendamment du niveau de prix, pouvoir enfin séparer cout d’abonnement et cout du mobile, c’est très sain.

    Par contre, je n’ai pas été emballé par la prestation de X. Niel : très agressif, voire vulgaire. Trop émotif. Cela ressemblait autant à un (mauvais) discours de campagne politique qu’à un lancement de produit : « ce n’est pas mon produit qui est bon, c’est celui des concurrents qui est mauvais ». Bref, la ressemblance avec les keynotes d’Apple, avec ou sans S. Jobs, me parait très limitée.