Windows Vista : Licence to Kill (Bill) ?

Vous aimez lire les contrats régissant les accords de licence, les fameux EULA ? Non ? Pourtant vous devriez. Outre qu’une société se soit amusé il y a quelques temps à cacher un lien dans son EULA pour faire gagner 1000 dollars si on la lisait jusqu’au bout, il y a plein de petites choses intéressantes à découvrir de temps en temps. Par exemple, quand j’indique en formation qu’il est interdit d’installer les logiciels Apple dans une centrale nucléaire, un système de navigation aérien ou pour contrôler un équipement d’appareil de survie artificielle, on pouffe… Or ,c’est exactement ce qui est écrit dans les accords de licence. Vérifiez vous-même.

Or donc, des juristes ont commencé à se poser des questions sur les licences EULA de Windows Vista… Et certains de ses éléments sont pour le moins… irritants. Comme la capacité de Vista à être bloqué (mais sans dire de quelle façon) si Microsoft décide de façon unilatérale que vous avez violé le contrat d’utilisation. Cet article assez éloquent (en anglais) montre que pour Microsoft, il n’y a pas de limite au contrôle… Ça en est presque effrayant.

Note par ailleurs aux entreprises : fini les clés universelles de licence pour vos parcs, il va falloir penser à investir dans un serveur de clés Windows Vista… Un casse-tête de plus à gérer.

Venez donc sur Mac, l’herbe est plus verte, et les systèmes de contrôle (presque) inexistants :)

7 réflexions sur « Windows Vista : Licence to Kill (Bill) ? »

  1. L’histoire des centrales nucléaires et cie, j’avais déjà vu ça pour Java. Je ne savais pas que c’était aussi le cas pour MacOS X.

  2. C’est le cas dans quasiment tous les contrats de licence de softs grand public, en fait.

    Quant aux « presque » inexistants contrôles, Guillaume, oserais-je te rappeler un soucis que tu as rencontré il n’y a pas longtemps avec le SN d’un serveur ?

    Et sinon :

    :-)

  3. C’est bien pour ça que j’ai dit « presque inexistant », car ça se limite à Mac OS X Server, pas qu’aux postes clients ;-)

    Ensuite, la licence de Microsoft est différente, car bien plus restrictive. Ce qui est le plus surprenant reste quand même le fait que c’est seulement Microsoft qui décide vie ou mort sur l’utilisation de l’OS. C’est limite.

  4. Ce qui m’étonne, c’est que ça puisse passer comme un timbre à la poste, et qu’en fait, tout le monde s’en foute. Faut dire que beaucoup de sociétés n’ont pas le choix, hélas.

  5. « Venez donc sur Mac, l’herbe est plus verte, et les systèmes de contrôle (presque) inexistants :) »

    A ce compte là, venez sous Linux, vous éviterez tous les contrôles, les coût de licence et/ou de matériel spécifique…
    Promouvoir le remplacement d’un logiciel proprio par une solution logicielle + matériel proprio, fallait oser. :D

Les commentaires sont fermés.