Lion

[Edité : morceau manquant sur Mission Control]

Lion est un sujet compliqué. Je l’ai testé depuis de nombreux mois, et je dois vous avouer quelque chose : je n’arrive pas à en tomber intensément amoureux. Oh, rien de méchant : c’est somme toute une version très importante de Mac OS X, sur laquelle Apple a énormément travaillé pour proposer une nouvelle vision de l’informatique, toujours plus simple et théoriquement plus conviviale. Mais juste que je n’arrive pas à trouver Lion aussi excitant que, par exemple, Panther à l’époque. Lion est d’autant plus un sujet compliqué à traiter pour moi que par mon rôle de consultant membre de l’ACN, je me devrais d’être plus… positif. Mais d’un autre côté, je me dois d’avoir un certain devoir d’honnêteté intellectuelle face à mon lectorat, et mes clients.

La question est donc : est-ce qu’il s’agit d’une version vraiment intéressante de Mac OS X , et surtout, est-ce que cela vaut le coup d’y passer ?

Pour moi, la réponse est pour le moment : pas sûr. Pour plein de raisons, en fait.

Trop d’iOS dans Mac OS X tuerait-il OS X ?

Souvenez-vous : avec Lion, l’objectif d’Apple était : « Back to the Mac ». Ce que nous avions à l’époque interprété comme plus d’attention de la part d’Apple pour le Mac. En réalité, Steve Jobs expliquait la stratégie d’Apple comme « réintégrer dans OS X des éléments qui ont fait le succès d’iOS ».

Après tout, pourquoi pas : il y a des éléments d’iOS qui sont clairement très, très intéressants et qui méritaient d’être repris. Malheureusement, dans son objectif d’harmoniser iOS et Mac OS X, Apple est allée trop loin. Prenons quelques exemples.

De l’obligation (mal gérée) du multi-touch

Apple s’est sentie obligée dans OS X d’ajouter des actions orientées multi-touch. Certaines de ces actions sont très agréables à partir du moment où l’on dispose d’un Magic Trackpad. Magic Mouse ? Oubliez : gérer les mouvements à deux doigts sur une souris est juste infernal.

Malheureusement, si certaines actions sont effectivement adaptées (le glissement à trois ou quatre doigts pour passer d’un espace à un autre), ce n’est pas le cas des mouvements pour activer LaunchPad ou Mission Control qui me semblent particulièrement peu intuitifs. Et on en revient alors au problème des interfaces qui cachent trop d’informations : autant on peut facilement aller cliquer sur un menu pour voir son contenu, autant deviner à l’avance l’effet d’une action multi-points tient du coup de chance… d’autant que l’expérience n’est pas toujours cohérente d’une action à une autre.

Des écrans plus grands… mais plus vides

Avec Lion, certaines des applications historiques de Mac OS X voient leur  interface se rapprocher de celles de l’iPad. Ce qui me semble poser plusieurs soucis, en particulier pour iCal / Calendrier et Carnet d’adresses.

D’abord, Apple pense que rapprocher les interfaces d’iCal et du Carnet du Mac de leur équivalent iOS est une bonne chose. Cela pourrait être vrai si les interfaces de ces logiciels étaient top sur iOS. Manque de chance, non seulement les fonctions du Carnet et d’iCal sont quasi-identiques entre Snow Leopard et Lion, mais pire : elles sont moins pratiques que celles de Snow Leopard ! Ainsi, le Carnet d’adresse perd une colonne, pourtant fort pratique pour afficher les groupes de contacts. Il faut donc cliquer sur un bouton pour revenir en arrière, et il est impossible de lister une fiche de contact facilement en même temps que la liste des groupes. Passer d’un groupe à un autre impose plus de mouvements de souris.

Mais c’est iCal qui souffre le plus de cette « évolution ». Dans un mouvement d’unification halluciné, Apple a décidé de retirer la liste de calendriers pour en faire un popover. Quand vous tapez sur le bouton Liste, vous voyez affichés vos calendriers et la correspondance des couleurs. Heu, allo ? Je gère DIX calendriers, je passe régulièrement de l’un à l’autre, et l’impossibilité de passer d’un calendrier à un autre en un clic ainsi que de facilement voir les correspondances de couleurs dans la liste rendent iCal quasi-inutilisable. Alors qu’il n’y a rien qui justifie cette modification, à part donc, l’homogénéité entre iOS et OS X. C’est là qu’Apple a tout faux : si iOS et OS X se ressemblent, ils ne fonctionnent pas sur le même matériel. En particulier, l’écran le plus grand qu’iOS utilise aujourd’hui se limite à 1024 pixels par 768 dans un système pour lequel la notion de fenêtre est inexistante puisque mono-document et même mono-écran. Et là, il est vrai que la résolution limitée peut avoir un impact sur l’utilisation du système.

Mais sur une machine de bureau ? Qui dispose d’un écran qui peut atteindre sans grosse difficulté les 1900 voire 2500 pixels de large ? En quoi ça enquiquine Apple qu’on puisse voir la liste de calendriers en permanence, bon sang ??? Pire encore : pourquoi ne pas la rétablir par exemple automatiquement dès que la présentation passe en plein écran, plutôt que de m’afficher le même nombre de colonnes plus grandes, et encore plus vides ???

iCal n’est pas une application que j’utilise à moitié : elle m’est indispensable pour coordonner mes rendez-vous professionnels, voir la disponibilité de ma famille, et bien plus. Ces changements qui peuvent sembler triviaux ont pourtant un impact incroyable sur la productivité au jour le jour. Apple aurait pu y penser, ou simplement proposer un choix. Mais là, non : c’est popover pour tout le monde, et c’est bien gonflant. J’espère que je ne serai pas le seul à râler dans les prochains mois…

(O)Mission Control

Il est des technologies que j’étais fier de montrer sur Mac, et Exposé en faisait partie. Et bien, en une version de Mac iOS X, Apple a réussi à tuer Exposé. Honnêtement ? Je n’aime pas du tout Mission Control. C’est un fourre-tout sensé permettre de trouver plus facilement ses fenêtres, et je trouve  que c’est exactement le contraire qui se produit. Plutôt que de voir toutes les fenêtres affichées d’un coup, on voit toutes les applications d’un espace dédié, et ce n’est pas vraiment pratique. Et là encore, les gestes pour afficher les fenêtres d’une application ne sont pas naturels, et pire, donnent un résultat limité. Avec Exposé, je pouvais rapidement afficher toutes les fenêtres à l’écran, et pas juste « un petit morceau de la fenêtre regroupé par applications ». Avec Mission Control, les fenêtres sont regroupées, et si on utilise le bon (et délicat) geste pour les afficher, on en affiche juste « un peu plus », et en version réduite. Beaucoup mons pratique.

LaunchPad : le lanceur inutile ?

Plus encore que Mission Control, je déteste LaunchPad. Lanceur du pauvre, il fait moins bien ce que le Dock ne faisait pourtant pas trop mal jusqu’à maintenant : donner un accès rapide aux applications. Autant c’est un système qui est très adapté à une interface tactile où l’on tape directement sur l’écran, autant il ne sert à rien sur Mac. Au contraire : atteindre une cible de taille moyenne au trackpad est loin d’être une sinécure, alors que le Dock a un avantage dû à la fameuse loi de Fitts qui explique que la facilité à laquelle une cible peut être atteinte dépend de sa taille et de sa distance au pointeur. Avec le Dock, la cible dispose au moins d’un côté où sa taille est infinie (c’est le bord de l’écran). Faites l’expérience : avec votre souris ou votre trackpad, testez en combien de temps vous arrivez à lanceur une application avec le Launchpad et la même avec le Dock. Ce dernier est bien plus rapide… Pire encore, LaunchPad ne sait pas gérer le Glisser-Déposer ! Avec le Dock, pour envoyer un fichier en pièce jointe d’un nouveau mail, il suffit de glisser la PJ sur l’icône de Mail. Avec LaunchPad ? Ne cherchez pas, ça ne marche tout juste pas.

Il s’agit là encore d’une tentative d’Apple d’adapter un type d’interface à un système pour lequel il n’est pas adapté. Dans le cas de LaunchPad, c’est un échec cuisant pour une initiative pas vraiment utile : avait-on vraiment besoin d’une nouvelle interface de lancement d’applications ? Le seul gros intérêt de Launchpad, c ‘est qu’on peut complètement s’en passer. Enfin, tant qu’Apple n’a pas la mauvaise idée de virer complètement le Dock1

Une interface aussi terne que ça

Depuis iTunes, on a vu qu’Apple a décidé de prendre la couleur en grippe. Soit… le gris peut avoir ses charmes. Mais du coup, on perd énormément de lisibilité au niveau des icônes. Pire encore : la barre latérale n’affiche plus vos icônes personnalisées mais des icônes en niveau de gris. L’affichage manque alors cruellement de contraste… Toutes les icônes des différents disques que je connecte sur mon Mac ont exactement la même icône dans la barre latérale, quand bien même j’ai passé du temps à les personnaliser… Une barre latérale dont Apple a encore modifié le comportement, en éliminant les dossiers intelligents et en décidant arbitrairement de placer la liste des disques durs plutôt en bas qu’en haut. Un choix plus ou moins justifiable, mais que j’aurais préféré pouvoir personnaliser. Pas très grave, mais un peu gênant quand même.

Un mode de distribution trop novateur ?

En proposant Lion uniquement sur le Mac App Store, Apple tente un coup d’audace assez impressionnant : imposer à ses clients de passer par une boutique uniquement en ligne pour télécharger son nouveau système est quelque chose qu’aucune société commerciale n’a proposé jusqu’à maintenant. C’est sur certains points une bonne idée, mais dans une société où l’ADSL n’est pas encore (loin s’en faut) la norme et où de nombreux abonnements se voient appliqués une limitation de téléchargement, cela paraît un peu tôt, même si Apple tient évidemment à son image de précurseur2. Et quid de l’installation si on n’a pas Mac OS X 10.6 déjà installé ? Sera-t-il possible de facilement installer Lion sur un Mac dont le disque vient d’être fraichement changé ? Beaucoup de questions… qui n’amènent pas forcément des réponses très satisfaisantes.

Une licence simple… et compliquée

Malheureusement, il reste le problème de la licence. Pas de problème côté utilisateur : on peut installer Lion sur autant de postes qu’on veut chez soi. Mais pour les entreprises ? C’est évidemment une licence par poste, avec ce que ça impose théoriquement : un compte AppleID par poste ! Juste galère à gérer au jour le jour… Et des difficultés supplémentaires pour l’achat : il faudra passer par un achat en ligne avec CB ou crédit en carte iTunes, sans possibilité de passer par le principe habituel du bon de commande / facture couramment utilisé. Apple n’aime-t-elle vraiment pas le marché de l’entreprise ? Au moment où celui-ci recommence à lui faire les yeux doux, fort dommage…

Le cas Lion Server

Intégré à Mac OS X client, installable pour une bouchée de pain : voilà Lion Server. D’un côté, j’applaudis à cette nouvelle accessibilité, en particulier côté tarif. D’un autre côté, c’est à se demander si peu cher, ce n’est pas « pas assez cher » : à croire qu’Apple veut diluer la valeur de Lion Server en le rendant trop accessible. Et pourtant, il y a plein de bonnes choses et bonnes idées dans ce Lion Server. Mais comme d’habitude, je conseillerai d’attendre un peu pour la mise en production. Comme d’habitude : sauvegarde et mise en place d’un serveur de test ne seront pas de trop avant une migration qu’il ne faut pas forcer si votre entreprise dépend de la bonne santé de votre serveur. J’aurai l’occasion de revenir dessus sous peu.

« Mais enfin, GG, tu l’aimes pas du tout Lion ? »

Il y a de très bons points dans Lion, quand même. Versions, les améliorations en terme de sécurité (chiffrement complet des disques, miam), AirDrop, la reprise de session et l’enregistrement automatique, les améliorations de Mail ou de Safari ainsi que plein d’ajouts dans le Finder ou dans Spotlight contribuent largement à un système intéressant. Mais j’attendais peut-être trop d’Apple… Et peut-être que j’aurais aimé un peu plus de folie plutôt que de tenter d’adapter à tout prix des idées d’une interface tactile sur un matériel qui n’a pas été conçu à cet effet. J’attendais aussi un nouveau système de fichiers pour remplacer le vénérable HFS+, mais cela n’arrive toujours pas…

Mais avec un peu de chance, Apple entendra rapidement les critiques, et les premières mises à jour de Lion nous feront oublier certains de ces désagréments 3.

En attendant, pour ceux qui se jettent sur Lion aujourd’hui, n’oubliez pas : SAUVEGARDEZ AVANT D’INSTALLER.

  1. Et pourtant, Dieu que je ne suis pas un fan du Dock…
  2. Et d’un autre côté, j’applaudis la prouesse technique de permettre une installation d’un système complet avec création d’une partition de récupération en quelques clics seulement, de façon entièrement automatique pour l’utilisateur.
  3. Pas tous, évidemment : le passage par le Mac App Store reste par exemple un point de non-retour définitif.

45 comments

  1. Merci GG, je n’ai pas besoin d’écrire sur mon blog, tu a parfaitement résumé ma pensé (et sans doute celles d’autres consultants OSX).

  2. djio101 dit :

    Très intéressant tout ça, mais une petite question quand même, après ce bilan mitigé…
    M. GG nous fera un livre sur Lion ?

  3. eiffair dit :

    Une analyse très pertinente…
    Cependant comme la quasi totalité des utilisateurs, je vais me jeter sur le Lion : tout simplement parce que le marketing Apple fonctionne sur moi comme sur tous ses clients.
    En créant beaucoup d’envie, impossible de ne pas vérifier par soi-même… pour le jugement e sera après quitte à être déçu voir carrément en colère (cf. le cas Final Cut X).

    J’avoue être une victime consentante (si ce concept existe vraiment)

  4. […] vraiment intéressante de Mac OS X , et surtout, est-ce que cela vaut le coup d’y passer ? Guillaume Gete : Lion, à lire impérativement avant de vous ruer sur […]

  5. Apple s’engage de plus en plus dans de mauvaises directions. On va espérer que ça n’aille pas trop loin.

    (petit remarque, tu utilise trop le mot « juste » , c’est un tic de langage assez courant en ce moment, t’est pas le seul :p)

  6. gP dit :

    Mise au point intéressante. Attendre et voir…
    Merci.

  7. @Sylvain : 4 fois, ça va hein :)

    @Djio101 : à ton avis ? :)

  8. Marsu dit :

    « on peut installer Lion sur autant de postes qu’on veut chez soi »

    Si j’achète aujourd’hui un Mac Mini avec Lion, tu sais si je peux installer ensuite gratuitement Lion sur mon autre Mac Mini (compatible et sous Snow Leopard) ?
    J’ai tendance à penser que seule la version achetée permet d’installer sur plusieurs Mac.

  9. Vincent dit :

    Apple n’aime-t-elle vraiment pas le marché de l’entreprise ? Au moment où celui-ci recommence à lui faire les yeux doux, fort dommage…

    non : Apple n’aime pas le marché de l’entreprise. (mais au fait ? pour toi, c’est quoi une entreprise ? ;-) )

  10. oldschool dit :

    A noter que la distribution de Lion se fera aussi via clé USB, à commander sur l’Apple Store !

  11. Damien dit :

    Je suis d’accord sur le point de l’écran vide, Lion gère très mal le fullscreen vu que le deuxième écran ne sert à rien. Vu qu’Apple a annoncé qu’ils allaient mettre de l’argent de coté pour de futur ajout de fonctionnalité (cf loi SOX) je suppose qu’ils vont ajouter pas mal de chose.

    Sur les autres points:
    ical en plein écran: Juste énorme. Je switche d’application fullscreen au tag (ical, mail, web). Je focalise sur chaque tache c’est juste génial.

    multi touch: je le trouve très bien géré, mais je n’utilise plus la souris depuis très longtemps mais un magic trackpad.

    Launchpad: c’est juste énorme, j’adore. Fini le dossier application à 2 balles et le dock 15x trop long. Tout est propre maintenant et la désinstallation est encore plus facile pour ceux qui viennent du monde iOS.

    Une interface aussi terne que ça: Le « terne » me va très bien étant donné que je bosse pas mal sur des images. Pas pour rien que les softs pro sont tous « terne », ça évite permet à l’oeil de voir les vrais couleurs. Des boutons kikokool à la windows, ça latte le rendu…

    Licence : Bah, on verra bien, mais comme Apple sort des licences spéciales entreprise sur iOS, ça m’étonnerait pas que ça arrive pour OS X. Faut arrêter de râler. Je trouve que c’est excellent de pouvoir réinstaller complètement OSX avec une simple connection réseau ou que je me trouve.

    J’ai l’impression que les seuls qui râlent sont ceux qui bossant en tant qu’admin en entreprise. Mais bon, ils aiment se fait fouetter. Ca fait des années que tout le monde sait qu’Apple se fout de l’entreprise (cf Xserve, etc…)

  12. Antoine dit :

    Je ne suis pas tout à fait d’accord sur certains points, mais j’approuve à 400% ton point de vue sur iCal et sa popup de liste des calendriers, sur le Launchpad totalement inutile, ou sur encore Mission Control qui n’est qu’une fusion ratée d’Exposé et Spaces.
    Sérieusement, c’est à se demander s’ils ont réellement testé à l’usage certaines fonctions =/

  13. Julien dit :

    Et si Apple écoutait quand même ses clients : communiqué de presse de Lion http://www.apple.com/pr

    – « Users who do not have broadband access at home, work or school can download Lion at Apple retail stores » => bon OK, on va pas venir avec son imac dans les rares AppleStore français

    – « and later this August, Lion will be made available on a USB thumb drive through the Apple Store® (www.apple.com) for $69 (US)  » => distribution physique officielle mais reste la question : devra-t-on quand même activer avec l’AppleID avant l’installation ou non ?
    et sinon on peut créer sa clé usb ou graver un dvd à partir de l’image dmg contenue dans le package téléchargée depuis l’AppStore

    my 2 cents

  14. Pierre dit :

    Il y a « juste » un point sur lequel je pense que l’auteur de ce billet, par ailleurs bien écrit et bien utile, se trompe (sauf si j’ai mal compris) :

    Les dossiers intelligents existent toujours dans Lion.

    Pour les créer, le principe est le même que depuis Leopard : commencer par effectuer une recherche depuis la barre de recherche qui est en haut à droite de chaque fenêtre du Finder, puis cliquer sur « Enregistrer » une fois que les critères de recherche souhaités ont été définis. S’ouvre alors une boîte de dialogue qui permet de choisir où enregistrer cette recherche (dans le dossier « Recherches enregistrées », par défaut) et vous pouvez cocher la case en bas qui dit « Ajouter à la barre latérale ».

    La seule différence à ce niveau avec les versions précédentes d’OS X est que la recherche enregistrée apparaîtra alors dans la catégorie « Favoris » de la barre latérale de Lion, là où se trouvent certains dossiers (Téléchargements, etc.), au lieu de se trouver dans une catégorie propre appelée « Recherches enregistrées » comme avant.

  15. Audrey dit :

    Merci pour cet article et pour cette vision. Mais que je trouve bien pessimiste et ne mettant en avant que les choses négatives ou que vous « n’aimez pas ». Ce ne sont pas forcément des « erreurs » de la part d’Apple. Les goûts et les couleurs…

    Concernant le Carnet d’adresses et iCal : les groupes de contacts et la liste des calendriers, on est d’accord, ce n’est pas du tout pratique au quotidien, sur un Mac. Apple a enfin intégré par défaut le champ « Anniversaire » dans les fiches du Carnet d’adresses et permet de modifier les alarmes de ces derniers dans iCal, enfin ! Cela peut paraître accessoire mais ça rendra service à beaucoup de gens. Sans oublier la vue annuelle du calendrier, attendue depuis si longtemps que j’apprécie grandement. De toute façon il est clair que l’on ne peut pas travailler vraiment sous iOS et avec du tactile, on perd beaucoup de temps à tapoter dans tous les sens. Un Mac reste le meilleur outil pour travailler.

    Pour le reste, Launchpad ne remplace rien d’existant et n’est pas un lanceur d’applications. C’est un nouveau moyen d’accéder à ses applications et de les classer, plus besoin de fouiller dans le dossier Applications pour en ouvrir une que l’on utilise rarement. La différence est là : Le Dock reste ce qu’il est et sert aux applications les plus courantes. Launchpad servira à mon avis pour les applications qu’on lance moins souvent.

    Concernant Mission Control, à partir du moment où on n’a qu’un seul espace de travail, je ne vois pas trop ce qui a été retiré par rapport à Exposé. Et au contraire, le passage des applications en plein écran – dont vous n’avez pas parlé et qui est pourtant une belle avancée – et du lancement de Mission Control permet un réel gain de temps. Toutes les applis en plein écran et hop passage de l’une à l’autre grâce à Mission Control.

    Enfin bref, je trouve que cet article est un peu « de la critique pour de la critique » alors qu’habituellement, je trouve toujours un équilibre dans vos articles.

  16. @Damien : t’es gentil, mais ce n’est pas l’admin qui parle :-) Je n’aborde justement pas du tout le point des outils d’administration ou d’OS X Server (en tout cas très peu), mais je parle de mon expérience en tant qu’utilisateur. iCal n’est pas bon, le fait de le mettre en plein écran apporte finalement peu : on ne voit pas plus de journées qu’avant.

    Je n’ai rien contre le fait que l’interface ne ressemble pas à un concert de Jean-Michel Jarre. Mais quand il me faut maintenant plus de temps pour retrouver mes disques parce qu’ils ont TOUS la même icône, il y a un problème.

    Les points que je donne sont des points totalement valides. Qu’iCal soit en plein écran, très bien, qu’il ne m’affiche pas plus d’informations, aucun intérêt. Par exemple, Apple pourrait proposer de visualiser 2 semaines sur un écran. Ben non. Et pourtant, sur un grand écran, ça ferait sens. On n’a pas un écran pour retrouver les mêmes limites qu’un objet physique. C’est très mal pensé !

    Après, côté entreprise, ce qui m’enquiquine, c’est le flou. Non pas qu’Apple fasse ou pas, mais juste… le flou. Si je savais exactement ce qu’il en était, ça me gênerait pas. Et puis, Apple tend le bâton pour se faire battre : tiens, d’un seul coup, aujourd’hui on apprend que finalement, on pourra avoir Lion sur une clé USB ? Srsly, guys ?

  17. Alexis dit :

    Superbe analyse, je la partage.
    Mon sentiment a été une frustration d’avoir une interface de plus en plus proche de celle d’une tablette, mais sans écran tactile c’est troublant. Je passe mon temps à toucher mon écran sur launchpad comme si j’était face à un iPad.
    Du coup je me demande si le problème de Lion n’est pas ce côté batard, avoir une interface adapté au tactile (bien que Windows 7 par exemple) alors que les écrans tactiles ne sont pas supportés (contrairement à Windows 7).

  18. Merci pour cette mise au point. Je pense que je vais me hâter d’attendre pour passer à Lion. Pourtant, il y a des points qui donnent bien envie de franchir le pas. Ne serait-ce que le prix de la version Server.

  19. @audrey : cet article n’est pas une revue de détails : c’est mon ressenti sur ce qu’est Lion, et ce que j’aurais aimé qu’il soit et sur ce qu’il me semble être de vrais problèmes. D’un point de vue purement utilisateur. Et je campe sur mon opinion : certains choix sont des vraies erreurs, des expérimentations qui auraient dû s’arrêter au stade de la beta. LaunchPad n’a pas d’utilité et se rapproche trop de l’interface du Springboard d’iOS en oubliant que la méthode de saisie est moins précise (cf loi de Fitts, une nouvelle fois) : et pour les applications qu’on lance moins souvent, il y a Spotlight, les piles, etc.

    Et il y a pire encore : Lion s’impose des limitations qui n’ont pas lieu d’être. Par exemple, on pourrait avoir un calendrier sur plusieurs semaines accessibles sur deux ou trois rangées : pourquoi être contraint par les mêmes limitations qu’un calendrier papier ? Est-ce que ça n’aurait pas été plus utile que de changer l’interface pour lui mettre un effet de papier franchement hideux ?

    Mission Control : ben justement, il affiche finalement TROP d’informations. Moi je veux retrouver la fenêtre que je sais être derrière, sur cet écran : boum, il m’affiche aussi toutes mes applis en full screen, mes autres bureaux, mais finalement ne m’affiche que des petits bouts de fenêtre. C’est aussi mal gaulé que le Flip3D de Windows Vista. C’est dire.

    J’aurai l’occasion probablement plus tard d’expliquer en détails mes points de vue. Mais permettez quand même, sur mon propre blog, d’exprimer ce qui est mon opinion. Et mon opinion, aujourd’hui, est que je suis plutôt déçu par Lion. C’est mon opinion, et je ne vois pas pourquoi je devrais la pondérer pour la rendre modérée. Le fait est que je ne suis pas hyper pressé de passer à Lion : dans les versions précédentes de Mac OS X, j’aurais tout fait pour installer l’OS le jour de la sortie. Là, je ne suis même pas sûr de l’installer dans les jours qui viennent (encore qu’iWork compatible Lion pourrait bien me pousser à faire le saut).

  20. Damien dit :

    @Guillaume
    Bah je suis d’accord avec l’excellent article de Ars Technica.
    Beaucoup plus positif d’ailleurs.

    Ce que je trouve génial dans le nouvelle iCal, c’est la vue par année qui devient de plus en plus rouge en fonction du nombre de rendez vous. C’est juste génial mais t’en parle pas bizarrement. Je vais ajouter le fait qu’on peut annuler des modifications faites dans un rendez vous, alors qu’avant il y avait forcément un update envoyé. Ya pas que des retours arrières…

    Après, je te trouve un peu arrogant de parler ergonomie alors que c’est pas ton boulot et qu’il y a surement des personnes chez Apple bien calé en la matière et payé pour ça qui ont surement fait pas mal de test avant d’en arriver là. D’ailleurs, je ne perds pas plus de temps qu’avant pour lancer mes applis et rien ne t’obliges à l’utiliser. Mais râler à cause d’une fonctionnalité facultative …

    Et pour répondre à ta réaction à celle d’Audrey, c’est un blog publique. Il faut donc aussi t’attendre à avoir des gens qui répondent avec leur propre opinion. C’est aussi légitime. Dans le cas contraire, tu bloques ton blog ou tu écris des articles que pour toi même en privé si c’est trop difficile d’accepter l’opinion des autres sur tes articles.

  21. @Damien : je ne parle pas de la vue annuelle parce que, comme je l’ai dit, ce n’est pas une revue de détails. Le fait qu’iCal propose une vue annuelle, c’est bien, que l’on m’oblige à ne plus voir ma liste de calendriers, ça me gonfle à un point que tu n’as même pas idée.

    Maintenant, côté ergonomie, je ne suis certes pas un maitre en la matière, mais je lis quand même un peu sur le sujet. Si maintenant il faut avoir un bac+10 pour parler d’un sujet, on est pas arrivé hein. D’autant plus que maintenant, c’est aussi une fonction mise en avant sur les Mac (touche LaunchPad sur le clavier à la place de Dashboard).

    Et mon point de vue, comme je l’ai expliqué, c’est pas ici « une revue de Lion », c’est bien « mon avis sur Lion ». Je donne juste mon ressenti, je ne fais pas une revue de détails, et comme je l’ai dit, il y a plein de trucs à aimer sur Lion.

    Enfin, tu me parles d’accepter l’opinion des autres : mais je pense que ton argument « y’a que les admins qui râlent » est fort malvenu. Si je râle sur certains points, même s’ils te semblent infondés, je ne suis peut-être pas non plus le seul.

    Et comme je l’ai déjà dit : je suis quand même assez optimiste sur le futur. Juste que là, je pense qu’il y a eu des occasions ratées, et ça, c’est dommage.

  22. blackjmac dit :

    Pour en rajouter côté Launchpad – autant (comme sur iOs) il est possible de créer les jeux de logiciels, ce même pauvre truc interdit de virer certaines applications inutiles dans sa liste – essayez d’installer une Creative Suite, vous aurez la liste des désintallateurs de chaque composant de Créative Suite, impossibles à virer de la liste :/ Si Apple vire Dock, on aura toujours l’excellent DragThing, un compagnon de longue date, quasiment irremplaçable même aujourd’hui mais on a le droit de se demander à quoi sert cette chose sur un Mac.

    On peut également toucher un mot sur la modification des raccourcis-clavier dont certains datent de 91, avec la sortie de System 7 dont certains ont survécu jusque là et certains s’en servent encore et toujours.

    +1 aussi pour la critique de l’aspect terne de la grisaille ambiante :( là, c’est carrément moche

  23. charled dit :

    Je parle sans savoir car je n’ai pas testé Lion. Mais de ce que j’en ai vu, il ne me fait pas envie… et c’est bien la première fois…

    Le problème des Smartphones et des PDA avant l’iPhone était qu’ils s’inspiraient trop des interfaces d’ordi : seul un Maître Jedi pouvait arriver à chopper à tous les coups et sans férir l’ascenseur d’un Palm avec le stylet… Apple l’a bien compris qui s’est appuyé sur les capacité d’OS X mais a totalement réinventé l’interface homme-machine avec l’iPhone. Puis a adapté le concept à la taille de l’iPad et donc à la façon de le tenir.

    L’idée même du « back to my Mac » me parait donc un non sens périlleux. Parce qu’il ne s’agit pas du même tactile : on ne pointe pas directement l’élément avec son doigt sur l’écran, on est dans la même logique qu’avec une souris mais sans la souris. La position même du corps, ce que notre œil voit directement n’a rien à voir.

    D’une manière générale, je suis d’ailleurs très circonspect sur le développement du tactile au niveau des ordi. Lorsqu’ils faut mettre plus de 2 doigts, ça demande une réel apprentissage qui n’a plus rien d’intuitif. Les équipes d’iOs l’ont à peu près compris, celles de Mac OS semble-t-il non.

    C’est probablement aussi le syndrome de la course à l’innovation qui n’est qu’une course à la fonctionnalité clinquante.

    Comme l’éventail dans le dock. Autant les dossiers déroulants en menus et sous-menus sont pratiques et efficaces, autant l’éventail qui devient un grand panneau lorsqu’il y a trop d’éléments n’apporte rien.

    Comme Quicklook (Coup d’œil) : il aurait mieux valu trouver un moyen de rendre quasi instantanés l’ouverture et l’affichage réel des documents plutôt que cet ersatz malcommode.

    Comme le gâchis des piles : regrouper des documents en piles pour améliorer le rangement au sein d’une fenêtre (comme on dispose des tas sur un vrai bureau) aurait été une vraie nouveauté ergonomique. Dans le dock, ça en limite totalement les possibilités et l’intérêt.

    Il est par ailleurs amusant de voir que sans le dire, Ubuntu, dans sa dernière version, s’est très largement inspirée de Mac OS X (versions pre-Lion) pour son interface (désormais une barre de menu unique en haut de l’écran, un dock…)

  24. Pedro F. dit :

    Très bon article, en tant que consultant Apple je ne peux que me mettre du côté de GG. Le flou que nous avons au quotidien concernant le domaine de l’entreprise est très handicapant… Après en tant que final user j’ai quand même mis du temps à m’adapter et découvrir certains aspects… je suis pas fan du tout du nouveau Carnet d’adresses et la manière de le feuilleter… pas pratique du tout… tout comme iCal d’ailleurs. Ces interfaces « vintage » arf, dire qu’il y a quelques années on arrêtait d’utiliser le bon vieux agenda en cuir avec la « languette » pour se souvenir du jour… et la Apple nous pondent une interface de ce style… les goûts et les couleurs…

    En tout cas (et on fait avec ce qu’on a…) la nouvelle fenêtre system information est très pratique… et en tant que geek la nouvelle fenêtre de login est pas mal du tout !! :-)

  25. JmG dit :

    Alors là, dans mes bras GG!!!! ;)
    Bon, je vais (encore?) parler dans le vide, vu que je ne veux même pas entendre parler d’installer Lion sur mon Mac (il ne me sert à rien, Lion, je ne veux pas d’iPad, j’ai un autre smartphone, mon Mac n’est pas ma (mauvaise) secrétaire, il est mon meilleur outil, juste après mon cerveau.
    Mais tes arguments, que je considère toujours bien pensés, même si je ne suis pas toujours avec toi, confirment tout à fait ce que je subodorais, et écrivais, auparavant, ici ou là.
    La différence, c’est que moi, je ne suis pas optimiste du tout, quant à l’avenir du Mac. Et crois bien que je le déplore TRES grandement! :/
    Je pense qu’est peut-être venu le temps d’un OS nouveau (mais qui?), un peu plus recentré sur l’utilisateur plutôt que sur le marketing et les moyens de faire fonctionner le tiroir-caisse d’une entreprise qui se la joue un peu trop en oubliant un peu trop ses crédos d’origine.
    Je veux bien enrichir les actionnaires de la Pomme en achetant leurs produits, mais uniquement si ces produits correspondent à *mon* attente utilisateur et pas du tout s’il ne s’agit que de créer le besoin d’achat sur tel ou tel autre produit de la marque.
    Et pour moi, Lion, c’est le début d’un piège dont on ne mesure pas encore bien la portée et ça, même confusément, je ne veux pas en entendre parler.

  26. Daz dit :

    Lion et le Back To The Mac, finalement, c’est un peu le jeu tiré du film tiré du jeu, non ? ^^

  27. Éric L dit :

    Je trouve parfaitmement normal que tu écrives ce que tu veux comme tu veux sur ton blog (on est pas en Chine que diable !). Tu n’es pas journaliste et tu n’as pas la nécessité d’être objectif; de plus, un « ressenti » est forcément subjectif et personnel.

    @damien « je te trouve un peu arrogant de parler ergonomie alors que c’est pas ton boulot »
    Heureusement qu’il n’est pas necessaire d’avoir de l’expertise dans un domaine pour en parler. Tu n’es pas politicien mais tu vote sans doute, tu n’es pas sélectionneur mais j’imagine que tu as certainement commenté le travail de Domenec, tu râles peut-être sur les grèves SNCF mais t’es pas cheminot… Tu ne pourrais même pas commenter les billets de GG si tu n’es pas toi même blogeur ? On à tous un avis sur tout et c’est très bien comme ça, l’essentiel – je crois – c’est de ne pas l’imposer aux autres.

    Sinon à la question de départ « est-ce que cela vaut le coup d’y passer ? » je fais toujours la même réponse : c’est inévitable, sinon on ferait encore tous du basic sur des Sinclair Spectrum + !
    Il faut donc le faire au bon moment. Le bon moment c’est quand tous les logiciels qu’on utilise sont pleinement fonctionnels avec le nouvel OS ainsi que le matériel connecté (imprimante, scan, tablette…)

  28. Yop dit :

    Un autre truc, c’est la guerre qu’ils font a Adobe.
    http://www.betanews.com/article/Apple-launches-new-offensive-in-war-on-Adobe/1311256369

    Cet état d’esprit ne profite pas du tout aux utilisateurs et j’imagine mal une boite de design sous mac passer a ce nouvel OS si il y a des problèmes pour faire tourner photoshop.

    • @yopmail : euh tu plaisantes j’espère ? Ça fait 6 mois que l’OS est en beta-test, y’a des bugs maintenant avec la GM, bugs qu’Adobe aurait sûrement pu corriger, et ça serait la faute d’Apple ???

      On peut revenir deux minutes sur terre ?

  29. Barzi dit :

    Ce qui me tue, c’est qu’Apple, auparavant adepte de la métaphore, comme le Bureau, la Corbeille,… – et c’est ce qui a fait la simplicité d’utilisation de son OS depuis… ben le tout début – ne l’est plus du tout. Quand je vois iCal, ce n’est plus une métaphore d’un agenda papier… c’en est devenu un: moche (surtout avec les fausses déchirures de page…), aussi limité en fonction qu’un vrai agenda, sans aucune valeur ajoutée informatique. Et c’est encore pire pour Carnet d’adresses, qui du coup en est vraiment devenu un, de carnet.
    A ce train-là, pour Mac OS 11 Diplodocus, Apple se contentera de nous vendre un agenda, un carnet d’adresse et un crayon… et je n’ose même pas imaginer la tronche de Pages (un cahier d’écolier?), de Numbers (un livre de compta et une calculatrice?). Et GarageBand? Ce sera un pipeau?

    La machine à écrire a de l’avenir… je vais acheter des actions Remington…

  30. Yop dit :

    Le problème est bien reel mais il n’est pas si grave finalement.
    C’est juste que Lion n’intègre plus le JRE comme avant, du coup il faut l’installer.

    Source :
    http://kb2.adobe.com/cps/905/cpsid_90508.html

    @guillaume gete
    Oui c’est de la faute d’aPple, mais ce n’est pas dirigé directement a Adobe comme je le croyais, mais plutôt a tous les « third party ».

  31. azureos dit :

    je rejoins plusieurs d’entre vous. Grosse déception, en utilisation courante aucun changement significatif, tout ça pour ça !!! Lion c’est une simple mise à jour de Snow Léopard, c’est certainement pour cette raison qu’il ne coûte que 23€.
    Mission control ne sert à rien, Launchpad je n’ai toujours pas trouvé comment enlever des icônes.
    Déçu !!!

  32. Matthieu dit :

    Globalement d’accord avec cet article.
    Lion apporte beaucoup de bonnes choses, fait sauter de pénibles limitations (on peut enfin couper-coller des fichiers dans le Finder au clavier !!! on peut même fusionner des dossiers !!! ), mais il amène également de grosses lacunes parfaitement arbitraires.

    L’ergonomie est une science, et on peut dire de façon purement objective que le nouvel iCal ou le nouveau Carnet d’adresses apportent de grosses régressions. L’article d’Ars Technica l’explique très bien, d’ailleurs. On *perd* des fonctionnalités, on perd du temps à l’usage sans rien en contrepartie.

    Même problème avec les icônes grisâtres : le but d’une icône n’est pas de décorer mais d’éviter de lire le texte à côté aussi souvent que possible. Avec les nouvelles icônes qui se ressemblent toutes, on ne les distingue plus assez et elles perdent leur raison d’être.

    Quant au nouveau style de ces deux applications, il est simplement kitsch au possible et je n’aurais jamais pensé trouver ce genre d’aspect dans OS X… Je ne comprends toujours pas comment ils ont pu permettre ce genre de trucs hideux.

  33. patrick dit :

    Bonjour,
    Je suis un peu hors débat mais je m’interroge sur la fluidité de Lion sur un MacBook Air (2 Go de ram).
    Est-ce que le passage à 4 Go n’est pas non seulement recommandé, mais quasi obligatoire ?

  34. El Doctor dit :

    Moi je juste trouve que juste Lion apporte juste trop de « juste » dans juste les commantaires…
    En tout cas, c’est juste un article à succès! Imagine juste si tu fais juste un bouquin!

  35. Steph dit :

    Je n’ai pas encore testé en utilisation quotidienne Lion mais si on admet que les limitations (et les fautes de goût ?) d’iCal et Carnet d’adresse sont réellement gênantes, il faut aussi tenir compte du fait que ce ne sont que des applications qui ne font pas vraiment partie de l’OS (plutôt des accessoires de celui-ci), et qu’elles peuvent être remplacées par d’autres, tout en utilisant les mêmes bases de données. On ne peut pas demander à Apple de fournir des outils adaptés à tous les besoins (apparemment ils visent des besoins plus simples, voire simplistes, dont acte), et tant mieux s’il y a de la place pour la concurrence et les développeurs tiers.

  36. @Steph : elles font parties de l’OS dans le sens où elles sont vendues avec. Effectivement, on peut passer par des solutions tierce, mais avec le risque que les évolutions soient moins bien suivies qu’avec le logiciel original ou de rencontrer des corruptions de données plus ou moins graves. L’énorme problème étant que les modifications effectuées sont quand même contre-ergonomiques et constituent une *regression*. L’habillage d’iCal m’aurait moins choqué avec Jaguar en 10.2… Là, ça passe juste pas du tout.

  37. Loic dit :

    Merci pour cet article.
    Pour avoir essayé la DP1 de Lion, je n’avais pas non plus été particulièrement sublimé par le nouveau félin d’Apple. D’où mon souhait pour le moment de rester sur Snow Leopard qui pour moi est l’OS parfait.

    Cependant une question me viens : Je souhaite m’acheter un Macbook Air 2011, et je n’arrive pas à trouver une réponse franche et solide sur la possibilité ou non d’installer 10.6.8 sur les nouvelles machines d’apple (mba 2011)

    Merci si quelqu’un peut m’avancer !!

    Loic

  38. Michel dit :

    J’interviens dans ce débat passionné car non moins passionné par l’environnement Apple que je côtoie depuis une trentaine d’années, je trouve à l’instar de Guillaume que Lion est une erreur de casting d’Apple. J’adhère totalement à ses remarques à tel point que pour l’avoir testé durant une semaine (après avoir effectué une sauvegarde CCC de mon Mac), j’ai fais marché arrière et restauré mon Snow Leopard. Les nouveautés qu’a apporté Snow Leopard par rapport à Leopard me semblent autrement plus profondes et utiles que tous les effets graphiques et autres fonctions d’interface qui truffent Lion. Je n’ai pas du tout apprécié le besoin supplémentaire en mémoire vive qu’impose Lion pour un gain fonctionnel superflu. En effet, Mission Control est de mon point de vu, de la poudre aux yeux et entre dans une tendance trop bling bling d’Apple, qui n’augure rien de bon pour les années avenirs. Jusque là, les OS Mac, s’amélioraient en profondeur, en optimisation de la mémoire ou du matériel. Lion s’alourdi de fonctionnalités qu’on utilise une fois puis qu’on oubli.

    Ainsi qu’il est dit plus haut, les principes d’ergonomie et d’interfaces sont largement influencées par l’outil utilisé et il n’est pas nécessaire d’être expert en ergonomie pour s’apercevoir qu’un LaunchPad n’a aucun intérêt sur Mac OS X alors qu’il est indispensable sur IOS. Avec un doigt on appuie sur une icône, avec une souris on clique dans une liste. La précision est totalement différente et vouloir les confondre est une hérésie à mon sens. Apple se trompe, je le pensais déjà il y a quelques temps quand tout cela relevait de la rumeur, je le pense fermement à présent que j’ai testé Lion. Chaque OS a ses contraintes et sa logique, c’est comme vouloir imposer les fenêtres plein écran à la manière de Windows (avec la ZoomBox). C’est d’une part inutile, autant changer le comportement du bouton vert (+) mais c’est de surcroit anti-productif. En effet, cette fonction avait déjà fait son apparition dans Pages sous Snow Leopard et franchement qui l’utilisait. J’ai essayé et rapidement me suis rendu compte que lorsqu’on occulte l’intégralité de l’affichage on à plus accès rapidement aux fonctions annexes, Dock, Icônes sur le bureau, etc. Je pense que cette idée qui consiste à aseptiser le plan de travail en augmentant les manipulations pour le reste est une erreur.

    J’ajouterai au déceptions le comportement du Finder. Mais quelle mouche à piqué Apple pour proposer par défaut à l’utilisateur la vue des fichiers indépendante des dossiers et qui pour moi ne contenait que quelques fichiers de ma home, donc non-exhaustive. Autant je trouve sur IOS que faire disparaitre le concept d’espace des fichiers est génial, autant sur Mac OS X cela est absurde.

    Je dirais pour finir, que si ces reproches semblent si virulents, c’est qu’ils émanent d’un inconditionnel de la marque qui ne rechigne pas aux avancées, mêmes si elles cassent les habitudes, mais qui, pour cette version de Mac OS X est très déçu des choix et des directions prises par Apple.

  39. Lionel dit :

    Franchement il y a des choses que l’auteur du blog occulte. Toutes les nouveautés ne sont pas à utiliser obligatoirement. Je parle notamment de Launchpad. Sur certains sites « pro » comme macgeneration.com, vous pourrez avoir des informations détaillées.

    Un extrait :  » Apple a effectué une modification comptable qui devrait faire parler d’elle : à partir de demain, date de sortie d’OS X Lion, les bénéfices générés par les ventes de Mac seront en partie lissés sur trois ans, et les bénéfices générés par les services lissés sur quatre ans. Apple pourrait ainsi offrir gratuitement des mises à jour d’OS X ajoutant des fonctions majeures : OS X va-t-il adopter un cycle de mise à jour similaire à iOS ?  » Et même que la version beta 10.7.2 va offrir la possibilité de réorganiser les bureaux. De plus APPLE que 70 % des ordinateurs vendus sont de la famille des MacBook (Air et Pro). Donc celui qui possède un portable sera dans les conditions pour les nouveautés mais en aucun cas elles compliquent l’utilisation sur une machine de bureau, car totalement facultative.
    Il est clair qu’APPLE n’a jamais promis la satisfaction à tous et je serai curieux de savoir comment l’auteur critiquera le virage qu’a pris windows 8 ?

    J’invite ceux qui ne veulent pas à OS X Lion à jeter un œil à cet article : http://www.macpuissancedix.com/Sir_07_01.php

    La sécurité a beaucoup évolué contrairement à Snow Leopard. Je pense notamment au sandbox, la séparation des privilèges, l’ALSR, …

    L’auteur trouvera la réponse ou un début de réponse à la question du pourquoi APPLE utilise toujours le vieux HFS+. On ne change pas de système de fichiers comme les interfaces utilisateurs. Il y a un long processus de test pratique qui peut prendre des années parce qu’il y a des clients qui ne vont tolérer la perte ou la corruption de leurs données.

    Certes APPLE tente avec plus ou moins de réussite à faire la liaison entre iOS et OS X lion, mais je reste confiant tout comme l’auteur (nous sommes d’accord ce point) qu’APPLE a largement les capacités d’améliorer son système d’exploitation.

    Toutes mes excuses pour les fautes d’orthographes.

    • @Lionel : ce n’est pas que j’occulte des éléments, c’est que je donne mon opinion. C’est tout. Pour moi, les points mis en exergue ne sont pas compensés par les éventuelles autres évolutions positives. J’ai évidemment lu l’article de Ars (bravo pour la traduction, au passage). Pour ce qui est des beta, il n’est pas de mon ressort de dire ce qu’elles vont apporter (NDA, anyone ?).

      Donc, *en l’état actuel des choses*, je reste déçu par Lion, qui est pour moi *ergonomiquement* un retour en arrière sur de nombreux points. Et ça, c’est irréfutable.

  40. crifan dit :

    Deux truc qui me gonflent dans iCal :
    – Quand deux événement ont lieu dans la même tranche, ils se superposent au lieu de se mettre l’un à côté de l’autre; cela rend la lecture de l’évenement caché impossible
    – Le retour à la ligne n’est plus fonctionnel, se qui peut en rendre la lecture plus difficile quand on veut séparer titre et contenu.

  41. gildnd dit :

    OS X Lion sur mac mini server, pour le nouveau serveur de l’agence, parc PC et Mac. Résultat, demi-tour, je vais formater tout ça et reconstruire avec l’OS précédent, car problème de lecture de fichiers, faute du SMB? faute de la définition du groupe de travail? ou faute de Lion tout simplement? Donc en attendant la mise à jour, demi-tour. Et je ne suis pas aller plus loin que le partage de fichiers, la suite est peu rassurante. La prochaine fois je te lis avant GG.

  42. […] oui, j’aime que ça soit écrit gros (paragraphe sur Launchpad) sur mon écran ^^ Share this:EmailShare This entry was posted in Non […]