Archive for My life

Lion Efficace est (quasi) disponible

Un petit billet pour vous avertir qu’après moult retards, Lion Efficace sort enfin dans les bacs ce 29 mars !

 

Lion Efficace, le livre

Allez, hop, copier-coller des infos tirées des éditions Eyrolles :

 

Si Mac OS X, désormais proche de l’iPad, brille par son confort d’utilisation, l’intuitivité de son interface et ses nombreux effets graphiques, il n’en demeure pas moins un système d’exploitation de la famille Unix, puissant et complet, dont on veillera à bien connaître les mécanismes pour en optimiser l’utilisation quotidienne.

Sachez utiliser votre Mac OS X Lion jusqu’au bout !

  • Installez et personnalisez le système
  • Maîtrisez les nouveaux gestes multitouch de votre Mac
  • Repensez votre environnement de travail grâce à Mission Control, les nouveaux bureaux et le LaunchPad
  • Synchronisez vos données personnelles avec e nouveau service iCIoud
  • Protégez et sauvegardez vos données avec FileVault 2, Time Machine et Versions
  • Sécurisez l’accès aux données en créant des comptes et mots de passe
  • Dépannez vos applications et votre système
  • Partagez vos fichiers simplement avec AirDrop
  • Assurez la délicate gestion des polices et imprimantes
  • Automatisez les tâches répétitives avec Automator et AppleScript

À qui s’adresse cet ouvrage ?

  • Aux passionnés de Mac qui souhaitent explorer Lion en profondeur
  • Aux utilisateurs de PC qui désirent passer à Mac OS X
  • A tous ceux qui veulent être plus efficaces avec leur Mac !

Au sommaire

 

  • OS X, au centre de la plateforme Apple
  • Le Mac, un PC pas comme les autres
  • L’installation de Mac OS X
  • S’organiser pour tout retrouver
  • Des applications… pour être efficace !
  • Mac OS X : le meilleur d’Internet
  • Le multimédia, au coeur de Mac OS X
  • Un système bien ordonné est un système qui fonctionne bien
  • Protégez votre Mac
  • Halte, polices !
  • Les périphériques, c’est fantastique ! Imprimantes, bluetooth et appareils photo
  • Le Mac, ordinateur branché
  • Mac OS X, un système partageur
  • Prendre soin de son Mac jour après jour
  • Le terminal, un outil à portée de tous
  • A. Les dessous de Mac OS X
  • B. Démarrage du Mac
  • C. De Windows au Mac : Switchers, bienvenue !

Le livre devrait coûter dans les 32€, et être disponible en version électronique courant avril.

Et à ceux qui m’ont demandé si la partie serveur était abordée : c’était malheureusement impossible, déjà que le bouquin est énorme, il en aurait fallu encore beaucoup plus ! Mais j’ai des idées sur le sujet…

Dans tous les cas, bonne lecture ! Et si vous voyez des erreurs, souhaitez m’insulter ou m’envoyer des compliments, écrivez à lion-efficace@gete.net.

Lion Efficace : en approche !

Et voilà, encore une fois, Amazon a tué tout suspense, tsssssssss.

Donc, Lion Efficace est bien en route, et il devrait être dispo d’ici la fin de l’année, si tout va bien. Comme d’habitude, il ne sera pas le premier livre sur le marché à parler de Lion, mais je reste fidèle à mon objectif : faire le meilleur livre sur le nouveau système d’Apple. Plutôt que d’être le premier à sortir un livre incomplet, je préfère prendre un peu plus de temps pour vous offrir1 le maximum d’astuces, de solutions, de méthodes pour utiliser Lion de façon la plus efficace (ahem).

Une des autres raisons pour lesquelles le livre sera en retard : tant qu’à faire, autant parler de la dernière version de Mac OS X, et d’une de ses plus grosses nouveautés, en forme de nuage

Le tarif, donc : 32€.

Le nombre de pages : plein. Aux alentours de 500, en tout cas, il ne devrait pas être très éloigné de Snow Leopard Efficace.

Les chapitres : la table des chapitres diffèrera peu de celle de Snow Leopard Efficace. Cependant, il est probable qu’iCloud tiendra une place particulière.

One more thing ? Qui sait…

Sur ce, je vous remercie pour votre attention et je retourne au boulot :)

  1. Euh… Vous vendre, quand même.

Gete.Net Consulting : 5 ans et toutes ses dents

Et voili, Gete.Net Consulting fête sa cinquième année d’existence ! C’est en effet le 17 août 2006 que j’ai lancé ma société de conseil orienté Mac et entreprise. Beaucoup de choses se sont passées en cinq ans : évidemment, l’arrivée de l’iPhone, d’iOS et de l’iPad ont bouleversé la téléphonie et l’informatique personnelle, et on sent que côté stratégie pour les entreprises, c’est parfois un peu confus du côté de la Pomme. Mon métier a aussi pas mal évolué, avec moins de formation pour Apple et plus de conseil pur et dur, plus d’intégration de technologies Apple dans les grandes entreprises (paradoxe…), du support, des livres… Avec une clientèle qui bouge parfois, certains qui sont toujours là depuis le début (un petit coucou en passant à mon premier vrai client et également mon expert-comptable attitré et complètement irremplaçable, qui a le bon goût de ne travailler en plus que sur Mac, hint hint), un passage en mode Apple Distinguished Professional avant de devenir membre de l’Apple Consultant Network

Le fait est que lancer Gete.Net Consulting était un vrai défi, et pas seulement personnel. Se lancer à son compte à 100% dans une nouvelle structure, appréhender les joies et les réalités de gérer sa propre entreprise, ça demande pas mal de réflexion, et beaucoup de confiance de sa famille. Alors, je tiens à renouveller ici mes remerciements à Mélanie, mon épouse, qui a été la première à croire en ce projet et à supporter cette passion parfois… envahissante. Et si Gete.Net Consulting est toujours là cinq ans plus tard, elle y est pour beaucoup.

Et puis, il y a évidemment ceux qui font confiance à Gete.Net Consulting, parfois pour une journée le temps d’une migration, parfois en me confiant les clés de leur parc informatique pour plus longtemps, parfois au travers de partenariats. Qu’ils soient ici remerciés de cette confiance et de mon plus grand respect.

Cinq années, c’est aussi un cap important pour une entreprise. On entend souvent que le cap le plus difficile à passer pour une entreprise est sa troisième année, c’est là qu’on se rend compte de sa viabilité. Le fait est que le temps est passé si vite ces derniers mois que j’ai failli rater cet anniversaire… Et c’est probablement lorsqu’on oublie ces petits événements qu’on se rend compte que les choses se sont en fait bien mises en place, que l’entreprise vit, et vit bien.

Merci donc à tous, et on refait un nouveau point dans cinq ans !

Mini-armoire informatique, made in IKEA

Je recherchais depuis quelques mois une solution pour mieux organiser mon bureau. Ma problématique : beaucoup de câbles, évidemment, un switch, une Time Capsule, un Mac mini de test, et pas mal d’écrans sur le bureau.

J’avais donc envie d’un petit meuble pour ranger tout ça, et j’ai finalement trouvé par hasard mon bonheur chez notre suédois préféré (ahem). Un petit caisson à tiroirs appelé LENNART1 et qui coûte en plus fois rien : 9,99€.

En quoi ce meuble est bien ? Déjà, il propose trois tiroirs mobiles, et avec un espacement suffisant entre les tiroirs pour laisser passer des fils devant et derrière. Ensuite, les tiroirs sont grillagés, il n’y a donc aucun problème de ventilation pour le Mac mini. Enfin, il est doté de deux roulettes pour faciliter son déplacement lors du débranchement/rebranchement de câbles. Et il se monte en 15 minutes, si on est pas trop mauvais avec un tournevis.

Le résultat, le voici :

J’ai donc du haut vers le bas :

– un Mac mini, relié en Ethernet ;

– Un AppleTV. Éteint. Depuis… longtemps, en fait.

– Un switch Netgear Gigabit et manageable, tant qu’à faire ;

– Et la Time Capsule, qui sauvegarde vaillamment toute la maison. Elle marche d’ailleurs plutôt bien, et est très silencieuse depuis que j’ai changé son disque dur.

Tout ce petit monde est bien caché sous mon bureau, et j’ai même un câble Ethernet déjà connecté au cas où j’ai besoin de connecter rapidement une bécane pour lui refaire une santé. Tout ça avec une occupation au sol minimale et pas de vibration particulière. Et quand y’a besoin d’accéder à l’arrière, ben… c’est sur roulette, quoi, et les tiroirs s’ouvrent facilement. Un investissement minime, et plein de place récupérée sur mon bureau, moi je dis formidable.

Bientôt dans cette rubrique : comment écrire le mot ORDINATEUR sur votre Mac avec des lettres argentées et l’installer sur une moquette taupe, sous la houlette de Valérie Damidot ! Yeah !

  1. ménager

Aide pour le Japon

Je suis, comme beaucoup, scotché sur les flux RSS, sur les chaines de télé, à regarder la situation déjà cataclysmique au Japon empirer de minute en minute. Ce drame (mais peut-on parler de drame à un tel niveau ?) me fait à la fois enrager, fulminer, monter les larmes aux yeux, bref, me bouleverse. Je suis atterré par tout ce qu’on peut voir, et cette peur de la catastrophe nucléaire quasi-inéluctable rend mon travail difficile. Surtout que j’ai toujours été assez fasciné par le Japon, sa culture, ses habitants…

Alors, pour essayer de faire bonne figure, pour tenter de venir en aide à toutes ces familles sinistrées, chacun peut faire un geste. Je vais en faire un, à ma manière, comme je l’ai déjà fait il y a quelques temps. Il me reste sept exemplaires de mon dernier livre À la découverte de son iPad. Vous m’envoyez un chèque du montant du livre ou plus (après tout, il n’est qu’à 19€), je vous envoie le livre à mes frais, et je double votre don. Donc, pour chaque livre vendu, c’est 40€ que je reverserai à la Croix-Rouge. Pourquoi la Croix-Rouge ? Parce que même si vous ne souhaitez pas donner pour le Japon (chacun ses choix), votre don pourra bénéficier à une autre cause, et Dieu sait que la planète est mal en point en ce moment.

Si vous êtes intéressé, envoyez un e-mail à webmaster arobase gete point net. Et si vous n’avez pas envie d’acheter le livre, n’hésitez quand même pas à faire un don.

PS : j’ai une pensée spéciale pour tous ces hommes qui se battent actuellement au cœur de Fukushima et des radiations pour empêcher le pire. Si vous cherchez des vrais héros, en voici.

Désolé, Amélie…

… mais pour moi tu ne seras toujours que la seconde.

Cahier iPad, premier des vente sur l'iBook Store !

Et oui, parfois, j’ai des joies simples.

Et j’en profite pour vous signaler que c’est ce jeudi qu’est sortie officiellement la version physique de mon livre À la découverte de son iPad, dans toutes les bonnes librairies et sur Amazon & co. À mettre entre toutes les mains qui utilisent un iPad pour la première fois et à qui l’informatique fait un petit peu peur.

Toy Story 3 : et vous, c’était quoi votre jouet préféré ?

Je suis allé voir Toy Story 3 avec ma fille et mon neveu il y a quelques jours, et sans surprise, c’est un pur chef-d’œuvre. Réflexions sur le temps qui passe, la nostalgie… et j’ai encore réussi à lâcher mes larmes par deux fois sur la fin (sont vraiment forts, chez Pixar, souvenez-vous de Là-Haut).

Bon, il y a quand même quelques points qui m’ont agacé, rien de méchant, mais surtout le fait de devoir lâcher trois euros de plus pour une 3D qui n’apporte RIEN. Mais quand je dis rien, c’est vraiment rien : ni l’intérêt du film, ni – et c’est bien plus grave – le côté spectaculaire du film a été renforcé. À MORT LA 3D !!!

OK, donc la râlerie du soir est passée. Et je reviens sur Toy Story 3 encore quelques minutes. Car après le film, on pouvait vraiment se poser la question : quel a été notre jouet préféré ? Celui qu’on aurait eu envie de garder ad vitam eternam, qui nous a accompagné durant des années, voire durant notre vie ? Bref, quel pourrait être « mon Woody » ?

Je dois avouer qu’il y a encore quelques-uns de mes jouets que je garde jalousement, sans même que mes enfants aient le droit d’y toucher. En particulier quelques Transformers, car les gros robots multiformes ont toujours exercé une étrange fascination sur moi. Il me reste un Dinobot de ma jeunesse, ainsi que les Seacons (non, ce ne sont pas six abrutis, quoique…), ou encore Astrotrain. Je me suis même tapé le délire récemment de m’acheter Optimus Prime, Megatron et Jazz dans une réédition de leur version G1 (l’originale).

Mais encore plus que les Transformers, je pense qu’il y a un jouet qui m’a marqué bien plus que tous les autres.

Le Galaxy Commander de Lego.
Galaxy Commander Lego

Il y a des scènes qui restent gravées dans la mémoire, et je n’étais pas très grand quand cette boite est apparue… 1983. Mais je me souviens très bien de mon grand-père, qui me l’a offerte, de cette visite aux Dames de France de Valence, au troisième étage, de cette hésitation devant une autre boite, et mon grand-père qui m’a quand même convaincu de prendre celle-là. De cette attente dans le magasin, avec la boite sur les bras, car Papy vivait en Andorre, et il ne semblait pas très facile de payer avec un chèque de là-bas (ou autre problème technique dont je me souviens moins bien). De cette satisfaction à ouvrir cette grosse boite, et à passer une soirée à tout monter. Et de ce petit chef-d’œuvre d’inventivité, de technicité, de design, et qui était probablement l’une des plus grosses boites de Lego à cette époque.

Et chez Lego, les grosses boites, c’est toujours mieux, car elles contiennent plus de pièces. Et plus de pièces, ça veut dire plus de possibilités. J’ai eu pas mal de boites de Lego dans ma vie, et elles ont été une source de dé-frustration énorme : en effet, à chaque fois que j’ai eu envie d’un jouet que je ne pouvais pas forcément avoir 1, je me suis amusé à le recréer avec des Lego. Robots transformables, véhicules de M.A.S.K 2, vaisseau de Cobra… Je me suis amusé un jour ou l’autre à les créer. Pour ensuite les casser, et refaire autre chose.

Oui, les Lego ont été des jouets géniaux. Et le Galaxy Commander a été un des fleurons de Lego, car malgré certaines limites techniques (peu de pièces mobiles ou à angles sophistiqués à cette époque), ses ingénieurs ont créé un petit chef-d’œuvre doté de trois modules autonomes.

Quand on regarde de plus près…

On soulève une pièce, et on tire doucement…

Et voilà, le vaisseau est séparé du reste !

Ça alors, la partie arrière glisse ! Le système de montée du vaisseau dans son attelage est particulièrement ingénieux.

Oooooooh un laboratoire d'analyse mobile ! Comme c'est futé !

Il y a eu de très nombreux modèles de « gros vaisseaux » chez Lego… mais celui-ci reste définitivement mon préféré. Et sûrement un de mes jouets préférés… Jusqu’à ce qu’une certaine N.E.S. débarque dans ma vie !

Et vous, amis lecteurs, répondez-moi donc… Quel a été pour vous le jouet le plus marquant, celui que vous aimeriez retrouver, ou que vous avez déjà essayé de retrouver ? Racontez donc vos histoires de jouets dans les commentaires !

  1. Ma famille était très pauvre, et je n’avais souvent droit qu’à une petite orange et un morceau de chocolat pour Noël… Quoi, pas crédible ?
  2. Sûrement une des meilleures séries de jouets des années 80

C’est la rentrée

Je fais comme les ch’tites n’enfants ma rentrée aujourd’hui. Le souci, c’est que là, j’ai plein de choses à vous dire, mais qu’en fait, je n’en ai pas forcément le temps ni l’envie de le faire là, maintenant, tout de suite. Alors je dirai juste que :
Snow Leopard est enfin dispo, et que ça fait bien plaisir, et je vous conseille de faire la migration, même si vous n’avez pas l’impression que la mise à jour apporte des tonnes de nouveautés : ce sont les petites améliorations du quotidien qui font la différence ;
Snow Leopard Server est également disponible, et là, pas de discussion possible, la mise à jour va rapidement devenir indispensable, ne serait-ce que pour Address Book Server et plein d’optimisations de tous les côtés, et un tarif revu à la baisse, puisque désormais proposé à 499€ en version illimitée… Vite, on migre (et on m’appelle si on a peur de migrer tout seul !). N’hésitez pas à le pré-commander, il sera très… riche !
– Le livre Snow Leopard Efficace est en cours de finalisation, et devrait sortir début novembre (plus d’infos à ce sujet très, très rapidement) ;
– Je twitte toujours, par là, et je vais de plus en plus mettre des astuces sur Mac OS X et les logiciels Apple dans mes tweets, donc profitez-en ;
– Gete.Net Consulting fête ses 3 ans, et je suis toujours content de ces dernières années à travailler en indépendant, peut-être un billet à ce sujet bientôt…
La façade de Gete.Net Consulting commence à sentir le rance… Malheureusement, pas trop le temps de m’en occuper pour le moment.

Bonne rentrée à tous. Et comment on dit déjà ? Ah oui…

« C’est tout… pour le moment. »

Dix ans de formation

J’ai déjà raconté il y a peu comment Agnosys m’avait contacté il y a dix ans de cela pour m’embaucher comme formateur. Et c’est quelques semaines après mon retour en France et mon installation à Paris que j’ai été mis dans le bain du formateur Apple.

Ma première formation, je l’ai faite chez Darty, à Bercy. À cette époque, Apple renouait des liens avec le réseau qu’on appelle dans notre jargon le retail, qui regroupe les revendeurs dits « grand public », comme Darty, donc, mais aussi la Fnac, Boulanger, Auchan et bien d’autres. L’autre grand segment des vendeurs étant celui des vendeurs Apple, dont les Apple Premium Reseller sont aujourd’hui le fer de lance (à l’époque, le terme APR n’existait même pô).

Donc, il y a dix ans pile poil, j’étais seul devant une salle d’une quinzaine de vendeurs, après deux jours à suivre mon comparse Claude, qui baignait depuis bien plus longtemps dans ce milieu. Et donc, je me suis lancé (enfin, on m’a lancé !), face à un public qui ne connaissait pas du tout le Mac. Et quand je dis pas du tout, c’était vraiment pas du tout ! Les formations se passaient cependant très bien, même si on sentait que les vendeurs auraient eu du mal à passer au Mac à cette époque… C’était encore un pari, les parts de marché d’Apple étaient rikiki, et Mac OS 8 n’était pas aussi sexy que Mac OS X.

Il faut aussi comprendre qu’à cette époque, la formation ne concernait qu’un seul produit ! On ne formait que sur l’iMac, et sur Mac OS 8.5 (enfin, 8.6…). Les vendeurs n’avaient en stock que ce produit, les iBook n’existant pas encore… Et du coup, pas de wi-fi non plus, puisque c’est l’ordinateur qui a réellement mis à la portée de (presque) tous cette technologie. Pas d’iPod, et évidemment encore moins d’iPhone…

Est-ce que les formations ont changé en dix ans ? Oh que oui. Déjà, on ne forme pas que sur un produit, donc, mais sur trois grandes familles de produits : iPod, iPhone et évidemment Mac. Mais sur la partie Mac, une grande attention est portée à la suite iLife, puisqu’elle fait beaucoup vendre de Mac au grand public… Du coup, on passe un peu moins de temps sur la partie système. D’un autre côté, il y a dix ans, on démontrait pendant 10 minutes l’assistant Internet. De nos jours, on ouvre son Mac, et il chope le premier réseau wi-fi ouvert qui passe…
De même, on perd moins de temps à expliquer les technologies, désormais connues… Pensez qu’en 1999, l’iMac était quasiment le seul ordinateur en rayon à avoir des ports USB intégrés !

Mais surtout, l’état d’esprit des vendeurs a changé. De méfiant, ils sont devenus enthousiastes, et se rendent compte que les Mac se vendent très bien. De même, l’iPod et l’iPhone – et, soyons honnête, Windows Vista, les ont fait se pencher vers la plate-forme Apple. Mac OS X est super séduisant. Et de plus en plus de vendeurs font le saut, et passent au Mac.

Que rajouter ? J’aime faire de la formation. J’aime (essayer de) transmettre ma passion pour l’environnement Apple, pour ses produits, démontrer comment ce qui pourrait passer pour une faiblesse peut être une force, donner au vendeur une autre perspective sur les produits. J’adore voir les regards stupéfaits quand je montre Time Machine, Exposé, iChat en visioconférence, les capacités d’un iPhoto ou iMovie, l’intégration d’un iWork ou encore l’outil Alpha instantané de Keynote (*). ,J’aime entendre les vendeurs en fin de formation me dire « Franchement, je pensais passer au Mac, là je suis vraiment convaincu ». Et j’aime qu’ils m’écrivent quelques mois après pour me dire qu’ils l’ont vraiment fait. Enfin, j’aime penser que grâce à ces actions de formation, le monde du Mac accueille chaque jour de nouveaux utilisateurs. C’est vraiment très, très gratifiant.

Il y a dix ans, j’aurais encore pu me poser la question de savoir si j’apprécierais de faire de la formation. Aujourd’hui, je sais que j’adore ça. Et j’espère juste continuer longtemps.

(*) J’ai fait une démo de cet outil il y a pas longtemps devant un responsable d’une enseigne, et sa réaction a été éloquente : « quand je vois le temps qu’il me faut pour faire la même chose avec PowerPoint… » :-)