5 réflexions sur « Bye bye, Flash »

  1. Je ne pense pas qu’Apple ou Steve aient vu juste. Enfin, si, un peu. Mais voilà, c’est surtout Adobe qui s’est vautré.

    Car finalement, Flash, c’est un moteur graphique, d’animation, et de scripts. C’est une bête complexe certes, mais somme toute assez ciblée. Il n’y a aucune raison que ce que HTML5 permet, Flash ne puisse le faire aussi bien.

    Adobe s’est planté en n’optimisant pas le moteur de Flash pour les terminaux mobiles. Il est tout à fait possible d’intégrer une couche de gestion énergétique à Flash, permettant aux animations de s’adapter à un contexte énergétique particulier, de permettre aux applications hôte de donner un budget énergétique à Flash, et Flash de l’imposer aux contenus. J’ai lu divers papiers proposant des choses de ce genre, dans le cadre de Flash mais pas seulement, technologies embarquées en général.

    Non seulement Adobe n’a rien fait dans cette direction, ni par l’intégration d’une telle couche de gestion d’énergie, ni par la limitation des possibilités offertes aux animations mobiles comme par exemple ces animations lourdes qui tournent en boucle infinie, mais Adobe n’a pas non plus optimisé le moteur de Flash pour une meilleure utilisation des resources à disposition. Flash est une catastrophe sur Mac côté utilisation CPU (et batterie sur portable par voie de conséquence), et pire encore sur plateformes mobiles. Truc stupide, lorsque Flash n’arrive pas à jouer une animation par manque de resources, il continue à forcer, à utiliser le CPU à coin, à ne pas jouer l’animation correctement, à sucer la batterie, plutôt que de dire, OK, ça ça ne passe pas, tant pis. Non. Ça ne marche pas, mais ça suce quand-même.

    Apple avait raison de refuser Flash en l’état.

    Mais c’est bien Adobe qui a tué Flash en ne l’améliorant pas.

  2. Il est peut être uk peu facile de dire que Flash aurait du être optimisé.

    C’est oublier un peu vite à quel point Flash est vieux. Il n’est pas toujours si simple d’optimiser un code si largement déployé sans casser la comptabilité.

    Adobe ne s’est pas forcément planté.
    La tâche était peut etre tout simplement impossible.

  3. Et il ne faut jamais écrire de commentaires sur un blog le matin sur son iPhone avant d’avoir mis un pied au sol (fusse–il le gauche).
    Ça donne n’importe quoi avec des ‘uk’ et de la compta alors qu’on pense ‘compatibilité’.

    Non vraiment il faut TOUJOURS prendre un café avant de poster un commentaire :)

    Désolé Mr. Gete

  4. Quelques petites précisions :

    Flash sous forme de plugin pour navigateur sur appareil mobile ne va effectivement plus évoluer.
    Flash continuera sur mobile sous forme d’application de type native avec Adobe Air.
    Flash player sera toujours supporté sur PC (Mac, Win, Linux)

    Adobe explique en long et en large qu’il devenait de plus en plus difficile d’investir dans le développement du Flash Player avec le nombre de plateformes différentes à supporter. C’est en effet à Flash de supporter tous les types d’accélérateur Hardware et les API de chaque OS et chaque version de l’OS.

    « Car finalement, Flash, c’est un moteur graphique, d’animation, et de scripts. »
    C’est extrêmement réducteur. Flash est un runtime, basé sur un langage orienté objet (ActionScript 3) et est très utilisé pour faire des applications business avec Adobe Flex (qui devient de plus en plus open source soit dit en passant). Le framework Flex est la combinaison des langages MXML et ActionScript qu’il faut voir comme un couple HTML/JavaScript de luxe avec un ensemble de fonctionnalités très intéressantes (comme le protocole AMF3)

    Cantonner Flash au vidéos sur Internet et aux bannières de pub est aussi réducteur que dire qu’un iPodTouch n’est qu’une console de jeux chère et à l’autonomie limitée. Ce n’est pas parce que plus de la moité des applications de l’AppStore sont des jeux qu’un iPhone ne permet pas de faire autre chose.

    Flash a rendu de bons services pendant des années en palliant le fait que le langage HTML évolue très lentement et de manière très désorganisée. HTMLen version 5 arrive enfin à fournir le même genre de possibilités même si l’écosystème reste encore très peu cohérent. Il est donc logique de ne plus utiliser Flash pour les vidéos car ce n’est pas pour cela qu’il est le meilleur.

    Enfin, il faut rappeler que le HTML5 ne va pas sauver le monde.
    -Une application HTML5 ne consommera pas moins de ressources qu’une application Flash. Il s’agit toujours d’un ensemble de langages interprétés.
    -Il n’y pas pas encore d’environnement de développement HTML5 qui arrivent à la cheville de XCode, Visual Studio ou Flash Builder.
    -Le support de HTML5 est à la discrétion de chaque acteur. On a donc encore de grandes variations en ce qui concerne la vitesse d’exécution de son code, en terme de consommation mémoire et même quant au support exact de certaines fonctionnalité.

    Tout ceci ne facilite donc pas la vie des développeurs.

Les commentaires sont fermés.