Pourquoi ne pas (toujours) tuer les apps sur iOS

Mon copain Jean-Christophe Courte vient de publier un article (après une looooooooongue discussion sur Twitter) à propos de la nécessité de tuer les apps sur iOS toutes les 24 heures. Dans la majorité des cas, je suis d’accord avec ses astuces, mais pas dans ce cas précis.

L’idée communément admise est qu’avec iOS4, Apple a enfin autorisé le multitâche sur l’iPhone, l’iPad et l’iPod touch. C’est évidemment inexact : iOS gère le multitâche préemptif depuis ses débuts au niveau du noyau. Vous vous souvenez ? « iPhone runs OS X… » (à 3:55)

Ce qu’Apple a permis à partir  d’iOS4 est une gestion plus poussée du multitâche et ouverte aux développeurs, par exemple pour mettre une application sonore autre que l’iPod en arrière-plan. Dans le même temps, Apple a ajouté une possibilité de contrôle par l’utilisateur des taches à l’aide d’un gestionnaire de tâches, que l’on révèle par une double pression 1

Comme l’explique très bien Jean-Christophe, on peut aussi depuis iOS tuer des applications. Mais je pense que cette fonction est très souvent mal utilisée. Je vois souvent des utilisateurs penser qu’il FAUT quitter les apps après utilisation ou qu’il faut tout quitter régulièrement.

Comme sur un ordinateur quoi. Mais l’iPad et l’iPhone ne sont pas des ordinateurs comme les autres. C’est bien là tout le problème ! Nous avons été habitués à exploiter des gestionnaires de taches, ajoutant une couche de complexité à leur exploitation. Avec iOS, Apple a proposé une nouvelle façon de gérer ses applis : de ne pas les gérer. Pas d’histoire de RAM à gérer, d’applis à quitter, et soyons honnête : dans 99,999% des cas, iOS gère ça très bien. La preuve : vous pouvez lancer sans vous poser de questions un nombre quasiment illimité d’apps, et l’OS ne ralentit pas et n’affiche jamais d’alerte de manque de mémoire. Mais comment fait-il ?

Tout simplement en tuant les processus inutilisés depuis longtemps. Lorsqu’une app est inutilisée, iOS va simplement la figer et écrire toutes ses données dans la mémoire de l’appareil. Mais là où un OS classique doit écrire les données sur un disque dur très lent, iOS écrit sur de la mémoire flash beaucoup plus rapide. L’opération est invisible pour l’utilisateur. Que la tache soit relancée à partir du disque ou de la RAM fait finalement peu de différence. D’ailleurs, vous pouvez faire le test : lancez toutes les apps de votre iPad. Il ne râle jamais que le système manque de mémoire2.

Du coup, pratiquement pas besoin de gestionnaire de taches pour gérer la mémoire de l’appareil. Mais alors, à quoi sert-il ? Je lui vois plusieurs intérêts, mais en tant qu’utilisateur avancé :

– Il donne accès à la liste des apps récemment utilisées. En cela, je le considère beaucoup plus proche des Éléments récents du menu Pomme ou du Dock de Mac OS X. C’est pratique pour naviguer entre les quelques dernières apps lancées. C’est à mon goût le point le plus intéressant de ce gestionnaire de tâches.
– Éventuellement à tuer une tache qui poserait problème. Personnellement, j’ai UN cas avec UNE app bien ciblée : Tom-Tom, qui continue de faire tourner à fond le GPS si on s’arrête un peu avant la destination. Et là l’iPhone continue de chauffer, chauffer (ça bouffe une puce GPS), et 2 heures plus tard, plus de batterie. Donc, je tue Tom-Tom systématiquement à l’arrivée.
-Une application (dé)bloque. Si elle ne répond pas et bloque les autres, autant la quitter.

JCC a rencontré un autre cas qui l’obligerait à quitter toutes les apps : un bug logiciel qui bloque alors la synchronisation avec iTunes. Mais personnellement je n’ai jamais rencontré ce problème et je ne relance jamais mes apps. Je ne dis pas que le problème n’existe pas, juste que ce comportement ne devrait pas arriver et n’arrive majoritairement pas. Ça serait plutôt une application particulière qui pourrait poser ce problème de synchronisation… Et le problème pourrait être corrigé quand l’application problématique est détectée, le problème remonté  et le bug éliminé.

À mon goût, quitter toutes les applications sous iOS revient un peu à reconstruire le bureau sous Mac OS 9 ou à réparer les autorisations sous Mac OS X : Ça peut réparer temporairement certaines erreurs, mais on le conseille un peu trop souvent, alors qu’il est souvent plus intéressant sur le long terme de comprendre pourquoi ce problème se déclenche3.

Mon conseil, donc : ne quittez pas les apps sans raison. Lassez iOS faire son boulot : après tout, dans la plupart des cas, il l’a très bien fait jusqu’à iOS 4. Et seulement si vous rencontrez un problème, envisagez de quitter certaines apps.

Pour reprendre une pub célèbre : ne passons pas à côté des choses simples.

Lire aussi sur ce blog et un peu sur le même sujet : Le point faible d’Apple…

  1. Pas un double-clic (réservé à la souris) ou un double-tap (pour la partie tactile de l’appareil).
  2. À contrario, la PlayBook de RIM utilise une méthode originale (ahem) : quand une app manque de mémoire, les coins se mettent à émettre une pulsation rouge. Si vous trouvez ça naturel, je ne comprends pas.
  3. Un peu comme si je vous conseillais de rajouter de l’essence dans votre voiture si elle ne démarre que le réservoir rempli à moitié : la solution serait de le remplir un peu plus, mais il serait quand même plus pratique et économique de comprendre pourquoi vous ne pouvez pas démarrer avec seulement un quart du réservoir).

7 comments

  1. Bruno Dumas dit :

    Autre cas intéressant : les applications genre Whatsapp ou Skype qui gardent votre statut « en ligne » tant qu’elles sont ouvertes. On peut certes parfois changer le statut via l’application, mais quitte à être hors ligne, autant l’être pour de bon :)

    Personnellement, j’ai aussi tendance à systématiquement quitter les « gros » jeux (genre infinity blade, rage, dead space etc. etc.)parce qu’ils se goinfrent d’une quantité énorme de mémoire. Le reste, je ne touche quasiment jamais.

  2. MacBrains dit :

    Très instructif. OS X Lion va-t-il emprunter cette gestion des application à iOS ?

  3. Je ne suis pas entièrement d’accord avec ca.
    Avant l’iPhone avait le multi-tâches seulement pour certaines applis Apple; Mail, iPod etc..
    Puis Viens le temps où les apps enregistrées l’écrans où elle se trouvaient pr y revenir au prochain lancement.
    Maintenant il y a le multi-tâche où une appli peut fonctionner en arrière plan et se mettre « en cache ».

    Si effectivement sur les iPad (notamment le 2) et l’iPhone 4 on peut lancer un grand nombre de choses sans ralentissement, il n’en est pas du tout pareil sur iPhone 3GS !

    En possédant un, je suis obligé de tuer les applis manuellement sans forcément en avoir 15 de lancées sinon iOS à quelques ralentissements et lags voir même des applis qui plantent.
    Le plus fréquent étant l’application Twitter qui plante quand l’os manque de RAM. C’est d’ailleurs pour moi un signe.

    Et j’ai deja vu une cliente avec un 3GS qui n’arrivait plus du tout à envoyer de mail, en revanche la réception fonctionnait. Après un long il s’st trouvé que le bug venait du fait qu’elle avait trop d’appli lancées. En quittant toutes les applis du multi-tâche elle à pu à nouveau envoyer des mails !
    Je ne fait aucunement confiance à iOS pour tuer les apps tout simplement car il ne le fait jamais.
    J’ai aussi vu des clients dont l »iPhone déconnait grave car ils ne quittait JAMAIS les apps et ils en avaient un vingtaine voir plus ds le multi-tâches !

  4. urbanbike dit :

    J’ai ajouté deux petites notes + un lien vers ce billet de MacWorld…
    http://www.macworld.com/article/158382/2011/03/ipad_power_user_tips.html

  5. manu3b dit :

    Pour TomTom, il suffit d’aller dans le menu « Options de parcours/Effacer parcours » pour qu’il se mette vraiment en veille et stoppe le GPS.

  6. […] déjà écrit sur ce sujet, mais cet article (en anglais) va un peu plus loin. Très instructif. Partagez […]

  7. […] et toujours ce satané multitâche d’iOS dans un billet ? C’est que je trouve le sujet particulièrement intéressant, et il mérite […]