Archive for 28 juin 2009

Retrouver les configurations VPN perdues après une migration

Si vous utilisez l’assistant Migration de Mac OS X ou que vous effectuez un clone avec Utilitaire de disque de votre ancien Mac vers un nouveau Mac, il se peut (fortement) (en fait ça m’est arrivé à chaque fois) que les configurations de connexion VPN disparaissent… Aie ! Pas d’inquiétude cependant, vous pouvez facilement les retrouver :
– Ouvrez le dossier ~/Bibliothèque/Preferences/ByHost ;
– Cherchez un fichier dont le nom commence par com.apple.networkconnect et dont la date de création ne corresponde pas à la date du jour (peu de chance que ça soit le cas). Un coup de Quick Look devrait vous afficher le contenu du fichier pour vous confirmer que vous avez bien le bon ;
– Le nom de ce fichier est complété par une chaine de caractère assez longue : l’identifiant unique de votre Mac (UUID).
– Le problème, c’est que l’UUID de votre ancien Mac est restée dans le nom de ce fichier, il faut donc trouver le nouveau UUID. Passez en présentation par liste, classez par date de modification, et lancez iTunes : le premier fichier qui apparaît alors dans la liste (com.apple.iTunes) porte le UUID de votre nouveau Mac ;
– Vous savez ce qu’il vous reste à faire : copier ce UUID et le coller à la place du UUID du fichier com.apple.networkconnect…

La modification est prise en compte dès que vous ouvrez la préférence Système Réseau. En revanche, si vous voulez qu’elle soit appliquée au menu VPN dans la barre des menus, il faut tuer le processus SystemUIServer via le Moniteur d’activité ou le Terminal (killall -9 SystemUIServer)

Transformers II : mon avis très intéressant

transformers2J’avais pensé faire un long billet pour parler de Transformers II, et ça tombe bien, ce billet sera un peu plus long que la moyenne. ATTENTION : CE BILLET COMPORTE D’ÉNORMES SPOILERS. Si vous comptez voir le film, fermez tout de suite cette fenêtre. Pour ceux qui n’auraient pas lu ce précédent billet où je cause du premier film, allez-y, puis revenez.

J’ai donc décidé de voir Transformers II mercredi soir avec quelques copains, séance de 22h en VO. Précision importante : je ne vais pas forcément au cinéma pour me poser des grandes questions existentielles sur la vie, ses travers, ses désespoirs, etc. Ce que j’aime dans le cinéma, c’est quand même essentiellement le grand spectacle, être scotché au fauteuil par les effets spéciaux, ce genre de truc quoi (même si je trouve un film comme Casablanca remarquable à plus d’un titre, par exemple). Je ne m’érigerai pas en critique de film, je dirais même que je suis un spectacteur finalement assez basique. Bref.

Tout ça pour dire que l’objectif avec ce film était d’en prendre plein la gueule, et on peut le dire, c’est carrément réussi. Ce qui est gênant, c’est qu’on en prend peut-être un peu trop plein la gueule. Explications.

L’une des dernières tendances au cinéma, c’est le montage « cut ». C’est à dire qu’on enchaîne des plans variés de façon très rapides pour donner l’impression (l’illusion ?) d’une très, très grande activité. C’est parfois bien fait et agréable, mais le souci, c’est que ça devient un peu trop systématique au ciné grand spectacle. Le niveau d’alerte maximal avait déjà été donné avec Spiderman III : autant les deux premiers réussissaient l’exploit d’être incroyablement inventifs dans les scènes d’action tout en conservant une très grande lisibilité, autant le premier combat du troisième est une bouillie infâme où les scènes s’enchaînent dans la plus grande incompréhension. Et ça s’est encore aggravé dans le dernier James Bond (mais si, Quantum of Solace, celui au nom tellement intraduisible qu’il n’a finalement pas été traduit du tout…). Là encore, la première scène (en voiture) donne presque l’envie de vomir tellement les plans d’une durée de 1/10ème de seconde s’enchaînent sans interruption, et ça ne s’arrange pas avec les autres scènes d’action.

Dans TRII, rebelote : ce taré de Michael Bay multiplie les plans rapprochés ultra-rapides, souvent à l’excès, ce qui rend complexe et fatigante la lecture à l’écran. Et c’est bien dommage, car il y a parfois des superbes idées dans les combats (entre autre cette scène dans la forêt où Optimus Prime essaie de protéger Sam tout en combattant Starscream et Megatron en plus de je sais plus quel robot pas sympa).

De plus, le film souffre d’un gros défaut : il est trop long. Environ 2h30, c’est énorme pour ce genre de films, et ça se sent, en particulier durant l’arrivée en Egypte : ça rame, Bay veut compter son temps, et il nous impose des scènes à rallonge sur l’envoi des troupes sur le terrain, leurs gros portes-n’avions et leurs gros canons, on se croirait presque dans une campagne de recrutement pour la US Army. Cette fascination de Bay pour les G.I.s vire presque à l’écoeurement par moments, hélas, tellement il nous fait des ralentis d’hélicos, de démonstration de décollages d’avions de chasse, de mise en place de tanks, etc. Et puis, vient le combat final, qui après une période d’attente bien trop longue, se termine aussi de façon beaucoup trop courte, hélas… Pourtant, il y avait une très bonne idée derrière.

Et malgré tout ça, la sauce réussit à prendre. Certes moins que dans le premier épisode, mais quand même, ça prend, à cause de ou grâce à :
– l’humour (parfois de mauvais goût, mais bon…), en particulier grâce à l’ex-agent de l’ex-Sector Seven joué par l’excellentissime John Turturro et un petit robot franchement fendard ;
– des effets malgré tout spectaculaires de démesure : il suffit de voir la scène d’intro, ou encore Devastator pour s’en convaincre !
– L’incroyable inventivité de certaines scènes : là je pense plutôt à JetFire, vieux robot arthritique mais dont l’action sera salutaire au dernier moment du film, ou encore la récupération du Cube par les Decepticons, avec l’intrusion à base de « robots-boulettes » (mais qui m’a fait d’un autre côté penser à Aeon Flux)… ;
– la plastique de Megan Fox – ça c’est pour l’ado qui sommeille en chacun de nous, mais je parle uniquement aux garçons hein ;
– Et de ce doux délire qui parsème l’ensemble du film…

En clair : si vous avez aimé le premier Transformers, vous aimerez probablement le deuxième, s’il vous avait donné des boutons, ne tentez même pas d’entrer dans la salle.

Maintenant, j’aimerais vraiment savoir où s’est barré mon Mac mini…

C’est dans l’ware…

Hardware : Matériel
Software : logiciel
Middleware : « le problème se situe entre le clavier et la chaise ».
Armware : logiciel d’organisation
Foutware : logiciel de désorganisation
Desespware : Vista
Nwarecestnware : « Avez-vous pensé à rallumer l’écran ? »
Vatefaireware : « Le logiciel a quitté inopinément »
Aware : « Je suis fasciné par l’air.Si on enlevait l’air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre…Et les avions aussi…En même temps l’air tu peux pas le toucher…ça existe et ça existe pas…ça nourrit l’homme sans qu’il ait faim…it’s magic…l’air c’est beau, en même temps tu peux pas le voir, c’est doux et tu peux pas le toucher…l’air c’est un peu comme mon cerveau… » (©JCVD)
Trafalguare : « Les anglais font tout à l’envers, au lieu de faire comme en France où l’on met aux rues des noms de victoires (Austerlitz, Iena), ils mettent des noms de défaite (Trafalgar, Waterloo… » (©A. Allais, il me semble) ;
Nonmaistuvastetwaire : « Cette commande n’est pas identifiable, veuillez réessayer » (la reconnaissance vocale de ma voiture).

RIP Michael Jackson

Michael Jackson meurt à 50 ans.

Les plus grandes stars ne sont pas éternelles hélas. C’est une très, très grande page de la musique qui se tourne.

Universal Type Server passe la deuxième

Le logiciel de gestion de polices pour groupes de travail Universal Type Server
vient de passer en version 2. Et moi, il y a des mots qui me font briller les yeux :
– Support d’Open Directory et Active Directory ;
– Support de Kerberos.

Rien que pour ça, les administrateurs informatiques qui ont du mal à gérer leurs polices n’auront plus d’excuses à faire le grand saut.

(NB : ce billet n’est pas sponsorisé, même si Jean-Michel d’Extensis est adorable et formidablement compétent dans son domaine et qu’il aime beaucoup ce que je fais).

Des logiciel de compta pas très Sage

J’ai eu le (dé)plaisir de procéder à la mise à jour d’une version de Sage Compta et Sage Gestion Commerciale chez un de mes clients il y a quelques jours. Pour rappel, nous sommes en 2009, et les Mac Intel sont sortis depuis plus de trois ans.

Et bien, les performances et la compatibilité, ça ne compte pas pour Sage, qui propose toujours ses magniiiiiiiiiifiques produits en version PowerPC uniquement. Ouch. Comme leurs petits camarades de chez Ciel d’ailleurs.

Il est carrément lamentable de voir un tel niveau de support là où des boites comme Cogilog ou 8Sens proposent des mises à jour très régulières et ne se moquent pas ouvertement de leurs clients. Comme d’habitude : plus une boite est grosse, plus elle peut nous prendre pour des vaches à lait…

(Note : ceci n’est PAS un billet sponsorisé. Je pourrai juste ajouter que je suis un utilisateur de Cogilog depuis plus d’un an, et que j’en suis positivement ravi. Mais je ne toucherai pas un centime pour cela).

Sonic The Hedgehog est enfin majeur

Et oui, le hérisson le plus rapide du mondefête ses 18 ans aujourd’hui ! J’avoue que même en tant que Nintendo-addict, je m’étais pris une bonne claque quand j’ai touché au premier épisode de Sonic sur Megadrive en 1991. J’avais même failli abandonner Mario pour me jeter dans les bras de Sega ! Mais finalement, Super Mario Bros III puis Super Mario World m’ont fait rester chez Big N… Il y a eu de très bons épisodes de Sonic (Le 2 sur MD reste mon préféré), malheureusement, le personnage fait du sur place depuis qu’il est passé à la 3D, contrairement à son éternel adversaire plombier. Il faut dire que Sonic a vraiment du mal avec la gestion de la caméra… Dommage que Sega n’ait pas su capitaliser sur ce personnage pourtant devenu acteur majeur (ah ah) de l’industrie du jeu vidéo. Mais quand même, bon anniversaire Sonic !

Modem gratuit sur les contrats iPhone Orange ? Y’a pas qu’une mais deux erreurs…

Un petite ligne dans les contrats Orange fait se poser des questions sur la gratuité du mode modem des iPhone,comme le raconte PCInpact.

Mais il y a également une deuxième faute qui laisse songeur : il est indiqué sur l’image « Faire usage 1 Go ». Ce qui ne veut rien dire… Sauf si on a laissé un idiot traduire littéralement de l’anglais « fair usage » (« utilisation honnête »)…

Et à bien y réfléchir, il y a même trois erreurs, la troisième étant de proposer ce type d’option à un prix prohibitif, et surtout, bien évidemment, l’absence de concurrence entre les différents opérateurs puisque l’option coûte le même prix chez Orange et chez SFR… Pour Bouygues on sait pas encore, mais je ne me fais pas trop d’illusion : la 3G est la nouvelle vache à lait des opérateurs, et les ententes tacites ne changeront pas grand chose à cet état de fait.

Et après, ils s’étonnent qu’on soit impatient que Free rentre dans la téléphonie…

Traduction du communiqué de presse de Mme Albanel en langage un peu plus clair pour nous les humains

Suite à la décision du Conseil Constitutionnel sur la loi Création et Internet, Christine Albanel se félicite que le principe d’un dispositif pédagogique de prévention du piratage ait été validé.

Le Conseil Constitutionnel a utilisé beaucoup de vaseline, mais j’ai quand même très mal.

Elle proposera rapidement de compléter la loi Création et Internet pour confier au juge le dernier stade de la « réponse graduée ».

Anéfé, j’utilise « Compléter » parce que je ne peux pas dire « remplacer les trois quarts de la loi » sans passer pour une incompétente.

Adoptée le 13 mai, la loi Création et internet instaure une « Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet » (Hadopi). La loi prévoit que l’Hadopi soit dotée d’un pouvoir d’avertissement des auteurs de téléchargements illégaux, ainsi que suite à ces avertissements d’un pouvoir de sanction : couper l’accès à internet.

On a essayé d’imposer un bastringue qui ne pouvait pas passer au niveau constitutionnel vu que ceux qui jugent, ben ce sont les juges, mais comme on est des gens bornés et plus intelligents que vous, on a bien essayé le forcing, en espérant que les vieux Chirac et VGE n’y verront rien, manque de bol, ils ont encore une dent contre Nicolas.

Le 10 juin, le Conseil constitutionnel a jugé ce dernier point inconstitutionnel, estimant inaproprié qu’une autorité administrative soit dotée de ce pouvoir. Selon le Conseil constitutionnel, la coupure de l’abonnement ne peut incomber qu’au juge.

Aie ouille ça fait très mal. Mais je serre les dents quand même.

En réaction, Christine Albanel regrette de ne pouvoir aller jusqu’au bout de la logique de « dépénalisation » du comportement des internautes,

Je regrette d’être encore une fois la risée de mon gouvernement.

en confiant à une autorité non judiciaire toutes les étapes du processus. Elle prend acte du choix du Conseil constitutionnel et proposera rapidement de compléter la loi Création et Internet pour confier au juge le dernier stade de la « réponse graduée ».

Bouh ouh ouh, ma réponse graduée ne sert plus à rien, mais je vais faire semblant quand même de prendre des décisions importantes. Mais ouille ça fait vraiment trop mal.

La ministre de la Culture et de la Communication prévoit ainsi un retour rapide « au Parlement pour compléter la loi sur les points censurés »

Ça fait la troisième fois, ça commence à faire un peu long pour un texte vidé de sa substance. Mais j’ai toujours été têtue.

« Il est très important que le processus pédagogique de prévention du piratage ait été adopté par le Conseil Constitutionnel », a indiqué Christine Albanel.

J’ai voulu apprendre aux gens comment utiliser Internet, mais personne ne veut m’expliquer comment je dois paramétrer le firewall d’Open Office, alors j’ai décidé de me la jouer « processus pédagogique », ça le fait dans un communiqué non ?

Précisant que « l’économie et l’ambition du texte ne sont pas remis en question », la ministre de la Culture et de la Communication a rappelé sa détermination.

Si je lâche maintenant, ça va vraiment se voir que je suis incompétente.

« Je suis satisfaite qu’une très grande part de la loi soit acquise et je suis déterminée à poursuivre », a-t-elle déclaré.

Non, pitié Nicolas, pas en Sibérie !

Constatant qu’il s’agit d’« une avancée capitale dans la lutte qu’elle entend continuer à mener contre le pillage des droits des créateurs et en faveur d’un Internet civilisé » , Chirtine Albanel s’est montrée « très confiante ».

Je suis vraiment dans la merde.

« Aucun retard n’est pris », a certifié Christine Albanel. En effet, la mise en place de la Haute Autorité, exclusivement chargée du volet préventif de la lutte contre le piratage, se fera selon le calendrier prévu et les premiers messages d’avertissement seront adressés dès l’automne aux abonnés à Internet.

Je pourrai envoyer plein de messages inutiles et même spammer des gens quand bien même ils n’auront pas téléchargé le moindre fichier de façon illégale, ouf !

La promulgation de la loi Création et Internet va s’accompagner de plusieurs dispositifs d’encouragement au développement de l’offre légale de contenus culturels, bénéfiques au public comme aux créateurs :

J’aurais peut-être dû commencer par cela, mais on est dans un gouvernement de droite oui ou merde ?

– mise à disposition plus rapide des films en DVD et en vidéo à la demande (4 mois après leur sortie en salles)

Mon ami Luc Besson va enfin pouvoir diffuser ses super films encore plus vite sur dévédé, youpi.

– statut innovant pour les éditeurs de services en ligne

Innovant = je ne sais absolument pas ce qu’on va pouvoir faire.

– régime incitatif pour le droit d’auteur des journalistes

Je ne savais vraiment pas comment finir ce communiqué, mais je vais essayer de faire croire aux journalistes que je suis leur amie.

Christine Albanel tient à remercier l’ensemble des créateurs, des salariés, des entreprises et des organisations représentatives de l’audiovisuel, du cinéma, de la musique et de l’Internet, en France et dans le monde entier, du soutien qu’ils lui ont constamment manifesté dans la conduite de ce projet.

Merci les copains de penser à moi quand j’ouvrirai un cabinet de consulting après le prochain remaniement.

Que faire quand on se prend une grosse baffe ?

Quand on se prend une grosse claque dans la gueule après avoir fait une grosse, grosse ânerie, on a plusieurs façons de réagir :
– Soit on se dit que, ouais, ben c’est vrai, soyons humble et honnête, on s’est vautré, et il faut avancer ;
– Soit on décide de faire comme si de rien n’était, et on se félicite de tout et de n’importe quoi, et surtout on ne dit SURTOUT PAS qu’on s’est vautrés depuis le début.

Ben Christine, elle, elle n’a peur de rien. Même si le Conseil constitutionnel a déclaré en substance que l’essentiel de la loi Hadopi est anticonstitutionnel, donc inapplicable, Albanel « se félicite que le principe d’un dispositif pédagogique de prévention du piratage ait été validé par le Conseil constitutionnel » (voir aussi sur @rrêt sur image).

À ce niveau, c’est même plus du culot, c’est du foutage de gueule… Mais ce n’est qu’un gag de plus dans l’énorme foutage de gueule qu’a été Hadopi depuis le début.
Maintenant, reste à voir si elle va démissionner ou attendre le prochain remaniement. Mais je ne me fais pas trop d’illusion.

(C’était la minute politico-informatique du soir, bonsoir).