Tag Archive for Steve Jobs

iPhone : 7 ans déjà

Iphone

Une claque.

C’est ce que nous avions ressenti il y a sept ans jour pour jour, en sortant de la salle de conférence d’Apple France, où nous avions été invités avec Laurent et Mourad, mes amis (et comparses depuis quelques mois de l’incroyable podcast intitulé 3 Hommes et un podcast). Debrief au Mc Do des Ulis1, on revient sur tout ce qu’on a vu durant cette conférence magistrale de deux heures. C’est juste proprement hallucinant. On n’y croit juste pas. D’ailleurs, quelques heures encore auparavant, je n’y croyais pas. Ce qu’Apple a montré est juste tellement au-delà de ce qui existait. La fluidité de l’appareil, les possibilités offertes par le multi-touch, le fait que l’iPhone fonctionne sous OS X, l’intégration tellement poussée entre les applications… 

Apple se jette donc dans le bain de la téléphonie, et de quelle manière ! Les vues d’artiste d’un iPhone étaient alors tellement loin de la réalité. Évidemment qu’Apple avait, devait faire différent. En quelques minutes, tous les soi-disants smart-phones du marché sont devenus obsolètes. Le lendemain matin, tous les médias sont en alerte, les analystes commencent déjà à analyser la mort prochaine d’Apple (car l’iPhone sera forcément un échec), et on a maintenant six mois à attendre avant son lancement aux États-Unis, bien après pour nous Européens. Sera-t-il chez Orange ? Chez SFR ? Chez Bouygues ? Les questions s’accumulent, pas assez de réponses pour le moment : est-ce qu’Apple peut réussir son coup ? Est-ce que les opérateurs suivront ? Quelle va être la réaction de ses concurrents (indice : LULZ, don’t care) ? Est-ce qu’Apple pourra tenir son objectif d’obtenir 1% du marché mobile un an plus tard ? 

Sept ans plus tard, il faudrait juste être aveugle ou de mauvaise foi pour penser qu’Apple n’a pas révolutionné le marché de la téléphonie. L’iPhone a rendu ce marché réellement intelligent. Il a préparé le terrain pour la révolution post-PC avec l’iPad. Il a lancé le marché énorme des apps sur mobile (10 Mds de dollars pour Apple en 2013 !). Le 7 janvier 2007, Apple a promis… et elle a parfaitement rempli le cahier des charges.

Joyeux anniversaire iPhone !

Et si vous ne l’avez jamais vue, prenez une heure et quarante-trois minutes pour regarder l’incroyable présentation de l’iPhone par Steve Jobs. Une de ses meilleures présentations, haut-la-main (et j’irais même jusqu’à dire la meilleure, quoique la conf de lancement du Mac en 1984 était pas mal non plus)…

  1. J’aime vendre du rêve.

Merci Steve.

Here’s to the crazy ones. The misfits. The rebels. The troublemakers. The round pegs in the square holes. 

The ones who see things differently. They’re not fond of rules. And they have no respect for the status quo. You can quote them, disagree with them, glorify or vilify them.

About the only thing you can’t do is ignore them. Because they change things. They invent. They imagine. They heal. They explore. They create. They inspire. They push the human race forward.

Maybe they have to be crazy.

How else can you stare at an empty canvas and see a work of art? Or sit in silence and hear a song that’s never been written? Or gaze at a red planet and see a laboratory on wheels?

We make tools for these kinds of people.

While some see them as the crazy ones, we see genius. Because the people who are crazy enough to think they can change the world, are the ones who do.

Tu as voulu changer le monde… tu y es arrivé.

Profite maintenant calmement du reste de ta vie.

Et merci d’être revenu.

Apple peut-elle survivre sans Jobs ?

En un mot : oui.

En plusieurs : si Apple est clairement menée par Jobs, ce dernier a totalement infusé son esprit, ses idées, et a su s’entourer pour que « l’esprit Apple » survive à sa disparition. Les comparaisons sont faciles, et surtout il est courant d’entendre  rappelé qu’Apple a failli disparaître en 1985 quand Jobs est parti.

Mais la situation était alors très différente alors : ce qui a tué Apple, c’est d’avoir été oublié ce qui faisait son esprit. Le départ de Jobs a été brutal, violent, une cassure très nette, qui a permis à une certaine technocratie de se mettre en place sous la houlette de Sculley. Apple était une entreprise qui lançait beaucoup de projets, sûrement trop, et manquait cruellement de « focus ». Combien de projets morts-nés ont quand même été lancés sur le marché ? Aujourd’hui, même si Apple n’a pas décidé de communiquer sur « l’après-Jobs », ce n’est pas pour autant que le plan de secours n’existe pas. La situation d’Apple était par ailleurs bien plus fragile en 1985 qu’en 2011. La société a changé, sous l’influence de Jobs : elle s’est métamorphosée dans son organisation, elle a su remettre le design et l’expérience utilisateur au cœur de son expérience.

Évidemment, il n’est pas interdit de penser que la disparition de Jobs serait compliquée à gérer, mais de là à estimer qu’Apple pourrait refaire toutes les erreurs du passé, il y a un gouffre. Surtout que ce n’est pas la première fois que Jobs s’éloigne d’Apple. Lors de son dernier retrait (de janvier à septembre 2009), l’action Apple a pris près de 90%. Lors de l’annonce du retrait de Jobs la semaine passée (certes annoncée à un moment stratégique, un jour férié et juste avant l’annonce des résultats), l’impact a finalement été négligeable (-2%).

Que l’on considère que Jobs soit un génie ou non, il est clair qu’il a su faire remonter Apple tout au sommet et s’entourer de collaborateurs de haute volée (ceux qui posaient problème ou n’ont pas su s’intégrer ont été virés sont déjà partis). Apple est la deuxième entreprise américaine en terme de capitalisation boursière, même s’il s’agit par essence d’une estimation volatile d’une entreprise, ce n’est pas rien. Évidemment, quand on est quasiment au sommet, on ne peut que descendre… et sans Jobs, l’amabiance sera sûrement différente. Peut-être que l’entreprise changera quelque peu. Mais de là à annoncer la disparition de l’entreprise, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir. Surtout quand on est journaliste, chroniqueur ou analyste, ces corps de métier ayant le plus fort taux d’erreurs sur les prévisions concernant Apple, son futur ou ses produits :-)

Dans tous les cas, bon repos à Steve Jobs. Vu le travail accompli depuis 14 ans, ce n’est pas moi qui lui en voudrait s’il décidait de se retirer définitivement. Il l’a, plus que tout autre, par sa passion et le résultat accompli, très largement mérité.

Apple : la passion du design, enfin en vidéo !

Depuis le temps… La conférence Apple : la passion du designque j’ai présentée en mars dernier au Musée de l’informatique de la Défense est enfin visible en vidéo !

Apple : la passion du design par Guillaume Gete on Vimeo.

Enjoy !

PS : Oui je sais, je parle trop vite et il y a trop d’hésitations. Je corrigerai pour la prochaine hein.
PPS : Et oui je sais, Vimeo c’est bien mais c’est pas top pour les iPhone et iPad. Malheureusement, pour poster sur Youtube ou DailyMotion, il faut pas que les vidéos soient trop longues. Ou alors, faut raquer.

Keynote ’09 se dévoile (en douce)

Comme d’habitude, Steve a profité de sa dernière Keynote pour aussi présenter en douce un autre produit… La nouvelle version de Keynote ! Mais bon, il fallait être très, très observateur, et bien connaître Keynote pour le voir :-)

Je vous livre donc un petit montage des différents effets présentés discrètement et que l’on ne trouve pas dans la dernière version de Keynote…