Archives de catégorie : Logiciels

Retrospect X for Macintosh en beta, yeah !

Retrospect XEMC Insignia annonce la disponibilité d’une version beta deRetrospect X pour Macintosh. J’ai une longue relation d’amour et de haine avec Retrospect : si sa simplicité pour mettre en oeuvre une sauvegarde en réseau sur bandes n’est plus à démontrer, sa lourdeur d’administration et ses manques flagrants (pas de sauvegarde sur demande pour les portables, obligation d’arrêter les sauvegardes en cours pour modifier les réglages, pas de Disk to Disk to Tape, pas UB…) l’ont petit à petit relégué dans le camp des logiciels difficiles à prescrire à mes clients.

Mais aujourd’hui, l’espoir renaît, car si Retrospect X respecte tout ce qui est annoncé sur cette documentation PDF, il deviendra à nouveau un logiciel de choix pour la gestion des sauvegardes (surtout s’il conserve son positionnement tarifaire assez agressif).

Pour le moment, un programme de test en beta est mis en ligne, je vous donne mon opinion très rapidement. Attention, seul le client est UB pour le moment, la nouvelle version de l’application d’administration reste PowerPC et directement dérivée de la version actuelle de Retrospect.

Et je croise les doigts très très fort…

Pourquoi je n’aime pas les suites Office Open Source

Quand je dis que je préfère MS Office à Open Office, on me regarde souvent avec des yeux tout ronds. « C’est vrai, quoi, les p’tits gars qui font Open Office, NeoOffice et tant d’autres projets Open Source (Gimp, etc) ont quand même le courage d’affronter Microsoft, avec leur faibles moyens, et ils réussissent à faire aussi bien que Microsoft ! »

Et bien non : le souci, ce n’est pas qu’ils font aussi bien, c’est qu’ils font hélas aussi mal. Ces logiciels réussissent l’exploit d’être encore plus usine à gaz qu’Office, à être encore plus intimidants, à avoir encore moins d’ergonomie. Et comme ils ont une intégration inférieure à Mac OS X, et bien, MS Office leur tient la dragée haute. J’ai toujours du mal à comprendre comment, en 2007, les développeurs de ces suites n’ont pas compris que trop d’options tuaient ces logiciels. Qu’à force de vouloir trop faire comme Microsoft, on en reprend les mauvaises idées.

Et je suis rassuré de lire un article comme celui-ci, expliquant comment faire des logiciels plus « humains ». Avec des exemples de logiciels qui ont réussi à être proches de l’humain, Firefox étant sûrement ce qui se fait de mieux dans le domaine Open source.

Alors, je garde espoir qu’un jour, Open Office & co réussissent à devenir proches des humains. Et en attendant, je préfère largement investir quelques dizaines d’euros dans iWork, qui m’a redonné le goût des logiciels bureautiques. J’en reparlerai à l’occasion. Mais en attendant, allez lire l’article ci-dessus, riche et extrêmement bien expliqué. Si vous ne parlez pas anglais… dommage pour vous. Mais j’essaierai de donner un point de vue plus complet à ce sujet également prochainement.

Ilife’08 : test à chaud

J’ai donc reçu iLife’08 ce matin par UPS (alors qu’il était indiqué 3 jours d’attente pour iLife, je l’ai reçu en même temps qu’iWork’ 08, donc envoi immédiat).

– L’installation est assez classique, rien de spécial à indiquer. Ah si : on ne peut pas choisir l’emplacement des bibliothèques GarageBand, c’est dommage. Ou alors, c’est qu’il a bien détecté que mes Apple Loops étaient sur mon disque externe et a tout mis à jour directement, ce qui est mieux.
iPhoto me semble beaucoup plus rapide. Il faut en revanche, et comme d’hab, mettre à jour la bibliothèque iPhoto. La mise à jour est très rapide.
– La gestion des événements est pas mal foutue, mais elle remplace totalement les rouleaux des versions précédentes d’iPhoto. Dommage, car pour moi un événement n’est pas forcément un rouleau : quand on importe 200 photos d’un coup, ça pouvait être pour des événements différents…
– Mais d’un autre côté, la fonction de divisions de lots de photos en événements est bien vue. Donc ça compense bien.
– La navigation sur les vignettes est très bien pensée. Ça rend la gestion d’une tonne de photos beaucoup plus claire.
– Oooooooooh, que voilà une bonne nouvelle… Une option propose de ne pas copier les éléments dans la bibliothèque iPhoto ! Par contre, vous n’aurez pas l’ajout automatique des profils ColorSync aux photos dans ce cas. Dommage. Mais ça va quand même plaire à certains… (Màj : ah non, ça existait déjà avant, mea culpa)
iMovie : Oh, une refonte d’iMovie ! Oh que c’est joli ! Oh, que c’est… lent !
Explication : quand vous lancez iMovie, il vous propose déjà d’importer de générer des vignettes pour vos vidéos iPhoto. Sympa, sauf que c’est long (environ 30 minutes pour moi, pour une bibliothèque de photos d’environ 15 Go), et que ça a planté avant la fin. Content. J’ai tenté l’import d’une vidéo H.264 (bande-annonce de Transformers et des Simpsons téléchargées d’apple.com), plantage également, mais les vidéos ont été importées.
– Quand on installe iMovie, une copie de l’ancienne version d’iMovie est conservée. Apple a-t-elle donc peur que le nouvel iMovie soit trop ardu à utiliser ? :-)
– Je trouve le logiciel plus ardu à apprivoiser que les précédentes versions d’iMovie. Et ce qui est super joli sur les super bécanes de Steve Jobs s’avère plus lent à l’usage sur mon MacBook Pro (pourtant à 2 Go de RAM), et même en travaillant sur un disque externe Firewire. Donc, bof.
– En fait, le souci principal, c’est que la courbe d’apprentissage semble plus ardue que celle de l’iMovie que nous avons connu jusqu’ici. Donc, il va falloir se remettre un peu à fond dedans.
iWeb est, à mon goût, toujours aussi mal gaulé : la gestion est toujours aussi statique, le côté mono-site énerve pas mal… et évidemment, quand on exporte ailleurs que vers .Mac, tout le site est à nouveau exporté vers un dossier. Berk.
– Par contre, bon point, il ne génère plus des URLs gavées d’UUID (style 6097CB12-035D-43D9-B72E-CAB30D2C6943 comme nom de sous-dossier).
– Dans les autres points sympa, le navigateur multimédia d’iLife affiche désormais le contenu vidéo d’iMovie 08, ainsi que les séquences conservées dans iTunes et dans iPhoto ;
GarageBand : Magic GarageBand est vraiment bien foutu, rigolo à utiliser, même si je sais pas si ça ira très loin dans le concept.
iDVD : rien de révolutionnaire. Juste quelques modèles plus jolis, une interface un peu mieux gaulée, une meilleure qualité… Le produit est de toute façon en fin de vie, le concept du DVD pour tous ayant quelque peu… vécu.

En bref, donc : de bonnes idées, une mise à jour d’iPhoto vraiment intéressante, un iMovie qui me laisse perplexe (en plus d’être pas mal buggé), un iWeb toujours aussi peu top, un GarageBand qui continue son bonhomme de chemin et un iDVD qui sent le sapin.

Maintenant, c’est mon avis à chaud, et peut-être que je changerai d’avis dans les prochains jours, mais à mon goût, le plus intéressant reste la mise à jour d’iPhoto.

ChronoCopie : un script pour calculer les vitesses de copie

Bon, ça servira pas à tout le monde tous les jours, mais je vous mets à dispo un petit script en AppleScript qui permet de sélectionner un dossier et de le copier dans un autre dossier cible, et qui vous donne au final la durée de la copie et la vitesse moyenne de copie. Les esthètes s’amuseront surtout à faire des jolis arrondis. Par contre, c’est pas d’une précision extrême, vu qu’il ne compte qu’en secondes.

Le code-source du script est libre, faites-en ce que vous voulez. Dans tous les cas, ça se télécharge en cliquant ici.

iTunesFS

Visualiser le contenu d’iTunes et de ses iPod avec iTunesFS

Dommage qu’il crashe (crache ?) sur ma machine, car l’idée est vraiment diabolique : exploiter le fichier XML iTunes Library et en faire un système de fichiers à l’aide de MacFUSE. Pensez à télécharger et installer MacFusion au préalable.

D’ailleurs, s’il prenait l’envie à Apple d’intégrer une version survitaminée de MacFUSE dans le Finder de Leopard, ça ne me dérangerait pas le moins du monde. Non non, vraiment.

MàJ : le crash de ma machine venait du fait que ma bibliothèque iTunes n’est pas à son emplacement standard (pour des raisons pratiques je l’ai collée sur un disque externe). Le développeur – qui a répondu prestement à ma requête, merci à lui – fournit une solution sur son site Web, via la commande defaults.