Archives par mot-clé : Opinion

Parts de marché

Il est donc acté aujourd’hui que puisqu’Apple propose une solution mobile fermée et qu’Android est ouvert (ahem), Apple est forcément condamnée à revivre le scénario des années 1990, et à revivre la même chute aux enfers. Parce qu’il est bien connu que l’histoire se répète, surtout en informatique.

La preuve : Windows Mobile est un succès écrasant aujourd’hui sur le marché des smartphones, Microsoft a écrabouillé tout le monde sur son passage, et il n’y  plus aucune société pour les combattre dans le domaine informatique. Non ? Je me serais trompé ?

Les analystes (et dans une certaine (grande) mesure, les journalistes) aiment à penser que le scénario de Windows il y a 20 ans est celui du succès et qu’il faut qu’Apple ouvre son système pour réussir à battre la concurrence. Quand bien même il y a beaucoup plus d’exemples de sociétés qui ont perdu, puis gagné à nouveau du terrain, alors que la domination de Microsoft via Windows est la véritable exception des technologies numériques.

Apple est devenue en moins de 10 ans l’une des plus grandes entreprises au monde en terme de capitalisation boursière sans pour autant avoir adopté Windows sur toutes ses bécanes 1. Et si on regarde de près, la suprématie de Windows n’a pas été particulièrement ébranlée sur les machines de bureau, où Linux ne perce que très timidement. Alors qu’il est tout aussi « gratuit » qu’Android pour les téléphones portables, non ?

Autre point amusant : continuer d’entendre qu’Apple aurait du licencier Mac OS dès 1985. Alors que le Mac était une architecture totalement différente du PC de l’époque, avec des écrans de bien plus haute résolution, et une ROM matérielle qui comportait la moitié de l’OS, donc un système totalement incompatible avec la technologie PC de l’époque. En 1995, Apple a autorisé des constructeurs à sortir des clones de Mac. Cela a failli la tuer. À la même époque, elle dépendait d’un OS en bout de course et sans aucun successeur (Copland était un fatras sans aucun vrai chef de projet).

De même, comme le rappelle ce billet, il existe de nombreux marchés où il n’y a pas eu de vainqueur bien défini, comme celui des jeux vidéo. Et c’est une très bonne chose : cela évite à chacun de dormir sur ses lauriers, la concurrence étant motrice d’innovation technologique. Dans les années 90, Nintendo dominait le marché jusqu’à l’arrogance, puis s’est prise une claque avec la PS 1 puis 2, Microsoft a débarqué, a dégainé le premier sur le marché des consoles « Next-Gen » avec la Xbox 360, alors que Nintendo revenait comme innovateur avec la DS puis la Wii.

Ce qui a sorti Apple du gouffre, ce n’est pas d’avoir tout abandonné à Windows : c’est de créer des nouvelles machines, de sortir des sentiers balisés, d’innover, de tracer sa voie sans écouter ceux qui avaient forcément raison. Si on avait écouté ces mêmes personnes, un produit comme l’iMac n’aurait jamais pu sortir2 et Apple aurait du prendre une licence de Windows NT 4 dès 1996 tout en enterrant Mac OS. Selon ces mêmes personnes, l’iPod aurait été un échec, et face au BlackBerry, l’iPhone, sans clavier, n’aurait eu aucun succès. Quand à l’iPad, c’est un gros iPod touch, personne ne veut utiliser ça pour remplacer son ordinateur.3

À vrai dire, je trouve presque cette volonté d’uniformisation des pensées (« allez tous vers Android ! » après « Allez tous vers Windows ! ») presque inquiétante. Comme si il fallait absolument qu’il n’y ait qu’UNE solution universelle dirigée par UNE compagnie. Alors qu’on a très bien vu ce qui se passait quand une seule compagnie faisait la pluie et le beau temps, et en particulier le frein à l’innovation que cela devenait…

Donc : la concurrence d’Android est bonne. Mais la disparition de toutes les plate-formes ne serait pas une bonne chose. Mettre tous les pouvoirs dans les mains d’une seule société qui en a déjà beaucoup ne serait peut-être pas une bonne idée… Que cette société soit Google ou Apple.

  1. Certes, on peut installer Windows sur un Mac, mais ce n’est pas l’élément déclencheur qui a permis aux ventes de Mac d’accélérer depuis quelques années. L’arrivée de Mac OS X et d’iLife ont été les deux événements les plus significatifs à mon goût
  2. « Pas de lecteur de disquettes ! Pas de SCSI ! USB, mais c’est quoi ça ! »
  3. Quand bien même Apple a bien expliqué qu’il s’agissait d’un produit entre l’iPhone et le Mac.

Un MacBook Pro sans DVD ?

J’ai posté cet après-midi sur Twitter mon avis sur les caractéristiques potentielles d’un prochain MacBook Pro. Attention : cela n’est pas une vérité absolue, je n’ai même pas eu d’info à ce sujet par quelqu’un d’Apple, c’est juste une supposition par rapport au marché actuel informatique. Je disais donc ceci :

Prédiction pour le prochain MacBook Pro : DVD out, SSD 64 Go mini standard + DD classique. + de batterie.

Évidemment, c’est une prévision très audacieuse que de penser voir disparaître le lecteur DVD des Mac portables d’ici quelques mois. Et pourtant, pourtant… je pense que ce mouvement risque d’apparaître bien plus vite que ce que l’on pourrait croire.

1) On lit de moins en moins de films sur DVD sur nos ordinateurs.

Il y a dix ans, votre seule possibilité pour disposer d’un film sur votre ordinateur était de disposer d’un lecteur DVD. Et nous avons tous dépensé beaucoup d’argent pour disposer de nos films sur une petite galette.

  • À cette époque, la différence de prix d’achat entre un disque dur d’ordinateur portable et d’un film en DVD était très significative, et la capacité des disques durs ne permettait pas de stocker beaucoup de données. Une galette pouvait contenir un film de 4,7 Go. Le disque dur de mon PowerBook G4 en 2001 disposait en standard de 10 Go. Votre iPhone en a au moins 8. En janvier 2001, un disque dur de 61 Go en 3,5″ (qui ne tenait même pas dans votre portable) coûtait 388$, soit 7,31$ au Go. Aujourd’hui, 1 tera-octet en 2,5″ coûte moins de 130$, soit 13 cts le Go… soit 50 fois moins !
  • Par ailleurs, les formats de compression n’étaient pas très bons sur les ordinateurs : il y avait une vraie différence qualitative entre un film sur DVD et ce qu’on pouvait avoir sur les écrans de nos ordinateurs.
  • Internet et le haut débit étaient bien moins présents qu’aujourd’hui : avant de disposer de nos lignes à haut débit à plusieurs Mb/s, nous devions nous contenter de nos maigres modems à 56K…
  • Surtout, sur un seul disque de poche, je peux disposer de centaines de films ou épisodes de séries télé, même téléchargés légalement avec iTunes (tiens tiens). Pourquoi finalement m’encombrer avec des DVD en voyage ?

On pourra m’objecter que ce n’est pas vrai, que vous utilisez à titre personnel votre lecteur DVD en voyage, etc. Mais je pense qu’Apple analyse très clairement les usages de ses produits, et que chaque cas particulier ne représente pas la réalité.

2) Le lecteur DVD est de moins en moins utilisé pour installer des logiciels.

Les débits aidant, les logiciels sont de plus en plus téléchargés. Je me souviens avec émotion il y a 15 ans lorsque j’allais acheter mon CD d’Univers Mac et que je passais des heures à fouiller dedans pour  tester des logiciels à en pourrir mon Mac. Désormais, ce sont les sites Mac comme MacGe, Welovemac and co qui nous pourrissent nos disques durs en nous conseillants moult merveilles.

Alors certes, certains GROS logiciels nécessitent un DVD pour s’installer. Mais même la CS5 peut être téléchargée… Et il n’est pas inimaginable que les logiciels désormais passent sur clé USB, comme Apple l’a fait avec le DVD d’installation du MacBook Air qui est une toute ch’tite mignonne clé. Moi je verrais bien l’installation de Final Cut Pro à partir d’une clé 64 Go : probablement moins de problèmes techniques, moins de problèmes avec les archives sur plusieurs disques à gérer, etc. Mais ça serait peut-être un cas extrême, et Apple préférera encore peut-être durant quelques temps fournir ce soft sur DVD, l’utilisation d’un lecteur DVD externe ne posant aucun problème. Et pour les gens qui ont un portable, il y a des chances qu’ils aient aussi un PC ou un Mac à portée de main pour utiliser le partage de DVD.

Les jeux vidéo ? Voyons, maintenant qu’il y a Steam sur Mac, pourquoi s’embêter encore avec des DVD ?

Et puis, reste évidemment cette fameuse icône qui a débarqué il y a quelques semaines sur nos disques durs…

Si vous vous demandiez pourquoi on pouvait désormais s’acheter Apple Remote Desktop ou Aperture pour un cinquième du prix en boite… c’est peut-être aussi pour préparer le terrain à la prochaine révolution matérielle du Mac. Songez que l’installation d’un iWork pèse moins que le dernier Tom-Tom de votre iPhone. L’App Store est la preuve que la dématéralisation a déjà marché pour les mobiles.

Enfin, n’oubliez pas que chez Apple, le logiciel et le matériel évoluent ensemble. Le Mac App Store est peut-être la preuve que le lecteur DVD n’est déjà plus le futur pour Apple.

3) On sauvegarde de moins en moins sur DVD.

Graver des données sur un DVD vierge n’est plus aussi intéressant qu’il y a 10 ans :

  • On met beaucoup moins de données sur un DVD que sur un disque dur.
  • Le ratio temps perdu/vitesse est clairement en défaveur du DVD, le coût d’un disque dur est tellement ridicule qu’il est plus rapide et moins cher de sauvegarder sur plusieurs disques différents que de graver plusieurs DVD (à moins d’avoir très, très peu de données).

J’ai calculé que sur mon MacBook Pro, j’avais utilisé moins de 5 fois mon lecteur DVD en 3 ans. Et encore, j’aurais sûrement pu m’en passer. Et pour faire une sauvegarde complète de mon disque interne actuel, il me faudrait maintenant 25 DVD double couche…

4) Apple n’aime pas se pourrir la vie avec le passé.

Le premier MacBook Air était un terrain d’expérimentation. Le nouveau modèle a été conçu autour du SSD et s’arrache, malgré l’absence de lecteur DVD.

« Oui, mais moi j’ai encore besoin d’utiliser un lecteur DVD pour transférer des fichiers, pour faire mes sauvegardes, pour lire mes films, pour… ».

À ceux-là, je rappelerai qu’en 1999, on utilisait la disquette pour démarrer pour réparer un disque, pour installer un système, pour transférer des documents, etc.

« And then this happened » 1

Apple avait OSÉ sortir un ordinateur qui n’utilisait pas les anciennes technologies du Mac (ni ADB ni SCSI au profit du tout nouveau USB), et qui sacrifiait le sacro-saint lecteur de disquettes au profit de… euh, rien. Apple pensait qu’Internet permettrait le transfert de fichiers, que le réseau Ethernet en standard ça serait bien mieux, etc. Tout le monde a hurlé que les disquettes seraient indispensables, qu’on en aurait toujours besoin pour travailler. Jusqu’à ce que la disquette disparaisse quasiment du paysage informatique. Ça a pris un peu de temps, certains ont du acheter un lecteur de disquettes USB externe2 , mais c’est arrivé. L’iMac aurait du être un échec, il a marqué le renouveau d’Apple.

Je l’ai déjà dit : Apple est souvent la première entreprise à intégrer une nouvelle technologie, mais elle n’hésitera pas non plus à être beaucoup moins conservatrice et à s’en débarrasser si nécessaire.

5) OK, mais on met quoi à la place ? Un trou ?3

Non, quand même pas. Mais si on retourne le MacBook Pro et qu’on l’ouvre, on voit que le lecteur DVD prend vraiment beaucoup de place… Pas loin du quart de la machine. Que peut faire Apple de cette place ?

Pour moi, la solution la plus logique serait de mettre un SSD EN PLUS d’un disque dur classique. Le SSD est vraiment révolutionnaire, c’est la technologie qui a donné le plus grand coup de fouet à l’informatique depuis longtemps. Avec un SSD, tout va vraiment beaucoup plus vite, l’ordinateur est silencieux, etc. Le problème, c’est le coût : on n’est pas encore à la parité entre SSD et disque à plateaux. Mais ça devrait arriver d’ici 18 mois maximum. En attendant, Apple pourrait très bien utiliser la place dégagée par le lecteur DVD pour mettre un deuxième disque classique. Ainsi, on cumule l’avantage d’un disque de grande capacité pour le stockage longue durée et le SSD pour garder une vitesse de transfert optimale. Avec éventuellement un assistant à la Apple pour délocaliser facilement son dossier de départ sur le disque externe ou seulement une partie des données comme la bibliothèque iTunes. Et une option sur l’Apple Store pour virer le disque dur et mettre un deuxième SSD à la place.

Mais même avec un deuxième disque, il restera encore dans un 15″ ou un 17″ de l’espace disponible… pour mettre par exemple encore plus de batterie. Car on a toujours envie d’avoir plus d’autonomie dans nos portables, mais avec deux disques, celle-ci risque de chuter légèrement. Pourquoi donc ne pas imaginer que la batterie pourrait occuper toute la longueur du MacBook Pro ? Et Apple aurait même éventuellement le luxe de rajouter quelques ports sur le côté gauche : pourquoi pas de l’USB 3, un deuxième FW800, un port eSATAp, le fameux LightPeak… Et toujours le lecteur DVD en option. Certes, un accessoire de plus à emporter avec soi dans certains cas, mais tellement rares finalement que dans quelques mois, on n’y pensera même plus.

Évidemment, tout ceci n’est que supposition. Évidemment, je peux me planter à 100%. Mais tout de même, il n’est pas interdit de penser que si Apple voulait une nouvelle fois marquer les esprits, elle pourrait annoncer dès maintenant la mort du lecteur DVD.

Et si cela arrive, vous l’aurez lu ici en premier. Gnark gnark.

  1. Pour reprendre le génial article de Marco Arment
  2. Et encore, le lecteur DVD externe existe déjà, alors qu’il a fallu attendre des mois après la sortie de l’iMac pour voir débarquer des lecteurs de disques USB…
  3. Cela me rappelle furieusement la voiture non-fumeur de Jacques Calvet dans les Guignols…

The day the Xserve died

Ce vendredi, la nouvelle est tombée sur les téléscripteurs, non pas par un communiqué de presse, mais par une petite bande jaune en haut de la page des Xserve.

Apple a donc décidé d’arrêter le Xserve, son serveur 1U à destination des professionnels. Immédiatement, le web et Twitter se sont enflammés, étant donné l’aspect critique que Xserve avait dans certains cœurs de métier. Et on m’a du coup demandé mon avis, et ça tombe bien puisque j’avais l’intention de toute façon de le donner (d’autant plus que la veille, lors de la fermeture de l’Apple Store, j’avais évoqué l’arrivée d’un nouvel Xserve. Boule de Cristal #FAIL !).

Il faut dire que des Xserve, j’en ai installé, géré et dépanné quelques-uns, puisque c’est une des plate-formes proposées par Apple pour faire fonctionner Mac OS X Server. Le Xserve, si vous ne connaissiez pas, c’est le serveur rackable qui tient dans un 1U, ce qui permet d’en mettre beaucoup dans une seule armoire informatique. Sa taille, ainsi que le fait qu’une partie de ses composants sont redondants (comme l’alim) en ont fait une solution de choix pour de nombreux administrateurs informatiques. Alors, évidemment, l’annonce de son abandon apparaît comme une demi-surprise.

Comment ça, demi-surprise ?

L’annonce d’Apple ne pouvait en fait que surprendre ceux qui suivent l’actu serveur d’Apple de loin. Cela fait longtemps que le Xserve n’a pas été mis à jour, et ses mises à jour depuis le passage à Intel ont été plutôt modérées. De plus, une rumeur circulait depuis pas mal de temps selon quoi l’équipe du Xserve avait été démantelée. Il n’en faudrait pas plus pour penser que l’abandon du Xserve est la preuve qu’Apple se retire du marché de l’entreprise.

Sauf qu’en fait, la situation est un peu plus compliquée que ça.

« We are not an Enterprise company. » ©Steve Jobs

Tout d’abord, une petite vidéo qui circule depuis vendredi et qui expliquerait pourquoi Apple arrête le Xserve :

Donc, Apple serait une compagnie de périphériques mobiles, et Steve Jobs n’aime pas le marché des entreprises, ce qui ferait donc deux bonnes raisons pour arrêter le Xserve. Certes, mais à mon avis, il faut chercher une explication ailleurs :

Car le Mac mini Server semble bien être le succès que j’avais prédit il y a quelques mois de cela. La demande semble très forte, et parmi mes clients, nombreux sont ceux qui préfèrent le Mac mini Server au Xserve, souvent sur-dimensionné pour eux. Et il s’agit d’un ordinateur souvent très largement suffisant par rapport aux besoins des PME/PMI :tout le monde n’a pas besoin d’avoir un monstre de puissance faisant un boucan d’enfer dans son bureau.

Malheureusement, Apple pense que le Xserve marche sur les pieds du Mac Pro, puisque son principal argument pour l’abandon du Xserve est que le Mac pro peut parfaitement remplacer le Xserve, et propose même à ce titre une version serveur du Mac Pro. C’est malheureusement faux, puisqu’outre la place qu’ils occupent, les Mac Pro ne bénéficient pas de certains avantages d’un Xserve, comme la double alimentation redondante, le contrôle du serveur via IPMI, une consommation électrique réduite [1]. Le Mac Pro représente une solution qui pourrait satisfaire certains clients… Mais certainement pas tous, hélas. Et à ce titre, la documentation de migration proposée par Apple fait curieusement l’impasse sur certains de ces points.

XsanCar il existe de nombreux marchés qui ont besoin de serveurs 1U, pour des raisons pratiques et techniques. En particulier, on penser au marché de la vidéo où Apple fait la promotion depuis quelques années de ses solutions Final Cut Server et Xsan. Quand on pense que de nombreuses écoles ou universités se sont par exemple équipées de solutions à base de Podcast Producer, logiciel qui permet de créer des contenus et les mettre à disposition sur différents médias dont, entre autres, iTunes U, la décision d’Apple a de quoi laisser perplexe, et là, je pense qu’Apple va avoir beaucoup de mal à se justifier de cet abandon[2].

Mais plus encore que l’abandon du Xserve, il y a une autre question sous-jacente qui inquiète…

Du futur de Mac OS X Server

Le Xserve était équipé de Mac OS X Server, et comme mon estimable confrère Yoann Gini l’a expliqué, il était à ce titre le fer de lance de l’équipe de Mac OS X Server. Et du coup, la disparition du Xserve peut fortement faire douter du futur de Mac OS X Server.

Pourtant, là dessus, je suis plus optimiste que Yoann. Même si un petit message d’Eric Zelenka (responsable chez Apple des produit serveurs, entre autres) a ce sujet a disparu du forum d’Xsanity, le fait qu’Apple pousse Mac OS X Server sur le Mac mini Server semble indiquer que le système aura un futur, sinon à quoi bon continuer de vendre du Mac mini Server ? Ce n’est pas toute la gamme qui a été arrêtée vendredi, mais un modèle de la gamme serveur. Et comme l’a fait remarquer un membre du forum d’Xsanity, si Apple avait voulu tuer Mac OS X Server, elle l’aurait fait en même temps.

De même, le fait qu’Apple n’ait pas présenté les fonctions de Mac OS X Server dans sa présentation de Lion n’est pas une preuve de l’inexistence de Mac OS X Server. J’ai considéré cette présentation comme un « teaser », pas comme un « trailer » de toutes les fonctions du futur Mac OS X, dont beaucoup de choses restent à montrer.

Par ailleurs, il y a une autre piste qu’Apple pourrait explorer, et cela a d’ailleurs déjà été fait : la virtualisation. Là, Apple pourrait avoir une carte à jouer, puisque Parallels et VMWare proposent des solutions pour virtualiser Mac OS X Server (avec un net avantage pour Parallels, qui dispose de pas une mais deux versions de son logiciel Parallels Server).  Pourquoi ne pas imaginer qu’Apple propose Mac OS X Server en virtualisation, par exemple sur des serveurs HP certifiés ? Complètement idiot ? Mais pourquoi pas ? Après tout, il y a bien eu des iPod HP ! Bon OK, ça n’a pas donné grand chose, mais cela pourrait être une piste : après tout, le Xserve n’avait rien de très différent au niveau matériel d’un serveur prévu pour faire tourner Windows Server 2008. Et il suffirait essentiellement qu’Apple libère un peu plus sa licence d’exploitation de Mac OS X Server pour ne pas la restreindre uniquement aux Mac pour se lancer sur ce créneau [3]. Mais dans ce cas, il serait dommage qu’Apple n’évoque pas dès aujourd’hui cette piste…

Ce qui nous emmène directement au dernier point.

L’échec de la communication vers l’entreprise

Apple ne sait pas bien communiquer avec le monde de l’Entreprise avec un grand E. Là où les entreprises souhaiteraient de la transparence et des roadmaps [4], Apple garde toujours son éternel couplet : « Nous ne communiquons pas sur les produits à venir ». Le risque est grand que l’abandon du Xserve soit une vraie douche froide pour l’entreprise et ralentisse l’intégration du Mac sur ces marchés. Malheureusement, dans un monde où iOS est désormais responsable de la majorité des bénéfices d’Apple, il n’est pas évident que cette dernière ait envie de faire des efforts particuliers à ce niveau, et c’est vraiment dommage.

La route du futur

Que conclure de cet abandon ? Difficile à dire, mais comme d’habitude, je dirais de ne pas trop s’exciter trop vite. Certes, il y a des zones d’ombres désagréables, mais avant d’aller hurler l’abandon de Mac OS X Server, j’inviterai chacun qui doit gérer ce système d’attendre le 31 janvier, au cas où Apple changerait certains de ses plans (par exemple avec la virtualisation). Ensuite, attendons les annonces officielles concernant Mac OS X Server 10.7. D’ici l’été prochain, nous aurons une vision un peu plus claire du futur qu’Apple prévoit pour sa plate-forme serveur, et nous pourrons décider s’il est alors temps ou non de changer de plate-forme (voire de métier).

Dans tous les cas, le Xserve aura été une belle aventure pour Apple. Espérons donc que la situation rebondisse d’ici quelques mois.

PS : à titre personnel, l’abandon du Xserve m’impacte peu, car je vends très peu de matériel, et ma clientèle reste orientée PME/PMI avec un net attrait pour le Mac mini Server. Mais si vous êtes administrateur dans un environnement majoritairement équipé en Xserve : courage, je suis avec vous !

  1. Même si la consommation du Xserve restait supérieure à celle de la plupart des serveurs du marché…
  2. Si elle estime d’ailleurs le besoin de se justifier, mais j’ai comme un doute, là.
  3. Voire que Larry Ellison et Steve discutent un peu pour proposer des solutions à base de serveur Sun Oracle, comme évoqué sur Xsanity…
  4. Encore que les roadmaps ne font jamais figure de vérité absolue, cf Windows depuis 1995… Mais elles ont le mérite de rassurer les DSI et les directeurs financiers.