Tag Archive for Windows

Le bon plan pour la carte Sapphire sur Mac Pro

SapphireRadeon7870
J’ai eu vent par Frédéric Luu, qui officie sur Gamekult,  d’une promo sur une carte vidéo plutôt pas moche : une Radeon Sapphire HD 7870, équipée de 2 Go de SGRAM à 159,90€. Ce n’est pas le dernier modèle de carte vidéo du moment ni le plus performant, mais vu le prix habituel d’une carte (obsolète) vendue par Apple ou même d’une carte tierce-partie, je trouvais le rapport qualité/prix très intéressant. D’autant plus qu’elle est accompagnée de 4 jeux, donc, et pas des daubes puisque y’a quelques hits du moment : Tomb Raider, Bioshock, Crysis 3, Farcry 3 (code de téléchargement à recevoir une semaine après la réception de la carte). Donc, vu le coût des jeux, on peut se dire que la carte ne coûte presque plus rien.

Alors OUI, ils ne tourneront pas nativement sur Mac, mais ça sera très bien dans Boot Camp, non mais. Par ailleurs, comme signalé il y a quelques temps par MacBidouille, les cartes de modèle 7xxx fonctionnent très bien sur Mac et peuvent être flashées pour être totalement compatibles Mac en suivant la procédure très bien décrite par Lionel.

J’ai donc fait le grand saut la semaine passée et l’ai reçue cet après-midi. Installée dans le Mac Pro (modèle 2009) en quelques minutes, et bon point, ce sont des connecteurs à 6 broches, donc aucune difficulté pour la relier au Mac (même pas besoin de changer de câble, ceux d’origine étant à 6 broches). Au redémarrage, écran noir évidemment, mais après quelques secondes… Hop, fenêtre d’authentification, tout marche ! La carte est effectivement reconnue comme une 7XXX.

MacPro Radeon 7870

Comparé à la rustique Radeon 4870 de mon Mac Pro, ben… déjà, c’est bien plus silencieux, même si on sent qu’elle va pulser une fois soumise à rude épreuve. Et évidemment, les performances sont meilleures, quelle surprise :-) Je n’ai pas fait de test en profondeur pour le moment, n’étant pas un fou des benchs. Je n’ai pas encore testé non plus la procédure de flashage proposée par Macbidouille. Il y aura donc sûrement une suite à cet article :-)

Par contre, un défaut, mais qui n’est pas vraiment dû à la carte : il n’y a pas de connecteur Mini Displayport dessus, ce qui complique singulièrement la donne quand on veut brancher un moniteur Apple Cinema Display 24″ dessus. Il faut donc en passer par un adaptateur, comme celui-ci proposé sur Amazon. Ce n’est pas trop gênant sur ce modèle d’écran, mais l’est beaucoup plus avec l’Apple Studio Display 27″ Thunderbolt (je n’ai pas cherché si des adaptateurs existaient). Si vous avez ce modèle d’écran, je ne vous conseille pas forcément l’achat de cette carte… ou alors, en sachant que vous risquez de paumer USB et son (sauf à utiliser un adaptateur au milieu, mais bon), voire que ça ne marchera peut-être pas du tout.

Edit : Grouik me rappelle qu’on ne peut pas utiliser l’écran Thunderbolt sur le Mac Pro de toute façon. Donc ça résout le problème direct.

Vous avez encore quelques heures pour profiter de cette promotion. Si vous avez un Mac Pro de 2008 ou plus, c’est sûrement un investissement intéressant, donc profitez-en !

Mise à jour : la carte a été flashée avec succès ! Après avoir suivi la procédure indiquée sur Macbidouille, la carte est fonctionnelle (seul défaut : elle est reconnue comme une ATI 7950, mais je ne pense pas que ça porte à conséquence). La pomme s’affiche au démarrage, on peut utiliser les touches de modification pour choisir un autre volume, etc. Content pour le moment, mais on va voir sur le long terme…

Faut-il brûler iTunes ?

La question revient souvent sur le net ces jours-ci (voir par exemple ici, ici, avec un contre-argument ici) :

Faut-il qu’Apple scinde iTunes en plusieurs applications ?

On reproche souvent à iTunes un côté usine à gaz, trop de fonctions, trop complexe à gérer, trop de bugs… Et la solution serait de rendre les modules d’iTunes autonomes. Ex : séparer les fonctions de synchronisation de la fonction de lecture de média ou de l’iTunes Store. Cette approche rendrait iTunes plus léger et plus efficace à utiliser.

Je pense que ça serait une erreur.

La force d’iTunes, c’est justement l’intégration. Le fait que l’utilisateur lambda ait un seul logiciel à installer pour gérer l’intégralité de ses médias numériques, et pouvoir les retrouver instantanément sur tous ses appareils. Si on se retrouve à morceler les fonctions dans plusieurs applications, on crée  une nouvelle forme de complexité, des interactions difficiles entre composants. Rien ne m’agace plus que lorsque plusieurs morceaux d’une application se retrouvent éparpillés aux quatre coins du système d’exploitation1.

On voit cependant qu’Apple a déjà réfléchi au moins en partie au problème, en proposant la synchronisation via iCloud. Elle est encore loin d’être parfaite, mais elle existe, et fonctionne dans l’ensemble plutôt bien. Mais elle n’est pas adaptée à tous les média, en particulier la vidéo, beaucoup trop lourde aujourd’hui2. La synchro locale a donc encore ses avantages, qu’elle se fasse en Wi-Fi ou via un câble USB.

Le plus gros problème d’iTunes vient de son âge. iTunes est né en 2001. C’est un des plus vieux logiciels d’Apple toujours en activité… plus vieux qu’OS X3 ! Apple a ensuite greffé de plus en plus de fonctions sur iTunes, le rendant effectivement bien plus complexe qu’à l’origine, même si elle en a retiré pas mal au passage. N’oublions pas non plus que la plupart de ces fonctions sont intégrées… à la demande des utilisateurs ! Le compromis entre fonctionnalités et simplicité est toujours très dur à trouver, et je pense qu’avec iTunes, les développeurs ont fort à faire pour trouver le juste milieu. En fait, j’ai même tendance à penser que le travail d’Apple sur iTunes est sacrément bon vu les challenges qu’il implique. Sans compter, comme remarqué très justement sur un blog, les problèmes légaux impliqués par les partenariats avec les majors de la musique, de la TV et du cinéma, qui ne doivent pas faciliter le développement.

Là où Apple pourrait améliorer iTunes, c’est en séparant le moteur de l’application de son interface. Ainsi, cela rendrait l’utilisation d’interfaces alternatives de gestion plus simples, et éviterait d’avoir à lancer iTunes juste pour écouter un morceau ou pour faire une synchronisation standard ou une sauvegarde. Mais ce n’est sûrement pas facile à faire, d’autant qu’iTunes reste encore une des rares applications Carbon de Mac OS X car même si iTunes est écrit en Cocoa dans Lion (avec sûrement quelques gros bouts de Carbon dedans), il reste Carbon sous Mac OS X 10.6.8, tout en conservant les mêmes fonctions et la même compatibilité avec iTunes pour Windows ! Je ne serais du coup pas surpris qu’un iTunes X soit en cours de développement chez Apple, avec un moteur réécrit de zéro, un peu comme Final Cut X.

Parfois, la meilleure solution, c’est juste de recommencer depuis le début.

L’avantage : on sait que ça n’a jamais fait peur à Apple.

(Et si vous voulez plus d’infos sur les logiciels pour améliorer iTunes, voir iTunes : comment l’améliorer… ou s’en passer chez MacG.

  1. Les panneaux de configuration Windows m’ont par exemple toujours exaspéré, en particulier les réglages de réseau et de partage. Pourquoi le nom de l’ordinateur est-il à régler dans le poste de travail, et pas dans un panneau de configuration de partage, par exemple, comme le fait Mac OS X ?
  2. Rappel : un film HD de haute qualité, c’est plusieurs Go à transférer.
  3. À part Final Cut Pro et iMovie, je ne vois pas d’application aussi ancienne. Et même Final Cut Pro et iMovie ont subi un lifting majeur, les rendant très largement différents de leurs ancêtres.

Parts de marché

Il est donc acté aujourd’hui que puisqu’Apple propose une solution mobile fermée et qu’Android est ouvert (ahem), Apple est forcément condamnée à revivre le scénario des années 1990, et à revivre la même chute aux enfers. Parce qu’il est bien connu que l’histoire se répète, surtout en informatique.

La preuve : Windows Mobile est un succès écrasant aujourd’hui sur le marché des smartphones, Microsoft a écrabouillé tout le monde sur son passage, et il n’y  plus aucune société pour les combattre dans le domaine informatique. Non ? Je me serais trompé ?

Les analystes (et dans une certaine (grande) mesure, les journalistes) aiment à penser que le scénario de Windows il y a 20 ans est celui du succès et qu’il faut qu’Apple ouvre son système pour réussir à battre la concurrence. Quand bien même il y a beaucoup plus d’exemples de sociétés qui ont perdu, puis gagné à nouveau du terrain, alors que la domination de Microsoft via Windows est la véritable exception des technologies numériques.

Apple est devenue en moins de 10 ans l’une des plus grandes entreprises au monde en terme de capitalisation boursière sans pour autant avoir adopté Windows sur toutes ses bécanes 1. Et si on regarde de près, la suprématie de Windows n’a pas été particulièrement ébranlée sur les machines de bureau, où Linux ne perce que très timidement. Alors qu’il est tout aussi « gratuit » qu’Android pour les téléphones portables, non ?

Autre point amusant : continuer d’entendre qu’Apple aurait du licencier Mac OS dès 1985. Alors que le Mac était une architecture totalement différente du PC de l’époque, avec des écrans de bien plus haute résolution, et une ROM matérielle qui comportait la moitié de l’OS, donc un système totalement incompatible avec la technologie PC de l’époque. En 1995, Apple a autorisé des constructeurs à sortir des clones de Mac. Cela a failli la tuer. À la même époque, elle dépendait d’un OS en bout de course et sans aucun successeur (Copland était un fatras sans aucun vrai chef de projet).

De même, comme le rappelle ce billet, il existe de nombreux marchés où il n’y a pas eu de vainqueur bien défini, comme celui des jeux vidéo. Et c’est une très bonne chose : cela évite à chacun de dormir sur ses lauriers, la concurrence étant motrice d’innovation technologique. Dans les années 90, Nintendo dominait le marché jusqu’à l’arrogance, puis s’est prise une claque avec la PS 1 puis 2, Microsoft a débarqué, a dégainé le premier sur le marché des consoles « Next-Gen » avec la Xbox 360, alors que Nintendo revenait comme innovateur avec la DS puis la Wii.

Ce qui a sorti Apple du gouffre, ce n’est pas d’avoir tout abandonné à Windows : c’est de créer des nouvelles machines, de sortir des sentiers balisés, d’innover, de tracer sa voie sans écouter ceux qui avaient forcément raison. Si on avait écouté ces mêmes personnes, un produit comme l’iMac n’aurait jamais pu sortir2 et Apple aurait du prendre une licence de Windows NT 4 dès 1996 tout en enterrant Mac OS. Selon ces mêmes personnes, l’iPod aurait été un échec, et face au BlackBerry, l’iPhone, sans clavier, n’aurait eu aucun succès. Quand à l’iPad, c’est un gros iPod touch, personne ne veut utiliser ça pour remplacer son ordinateur.3

À vrai dire, je trouve presque cette volonté d’uniformisation des pensées (« allez tous vers Android ! » après « Allez tous vers Windows ! ») presque inquiétante. Comme si il fallait absolument qu’il n’y ait qu’UNE solution universelle dirigée par UNE compagnie. Alors qu’on a très bien vu ce qui se passait quand une seule compagnie faisait la pluie et le beau temps, et en particulier le frein à l’innovation que cela devenait…

Donc : la concurrence d’Android est bonne. Mais la disparition de toutes les plate-formes ne serait pas une bonne chose. Mettre tous les pouvoirs dans les mains d’une seule société qui en a déjà beaucoup ne serait peut-être pas une bonne idée… Que cette société soit Google ou Apple.

  1. Certes, on peut installer Windows sur un Mac, mais ce n’est pas l’élément déclencheur qui a permis aux ventes de Mac d’accélérer depuis quelques années. L’arrivée de Mac OS X et d’iLife ont été les deux événements les plus significatifs à mon goût
  2. « Pas de lecteur de disquettes ! Pas de SCSI ! USB, mais c’est quoi ça ! »
  3. Quand bien même Apple a bien expliqué qu’il s’agissait d’un produit entre l’iPhone et le Mac.

Boot Camp et Mac OS X Server : mais si, ça marche !

MacGeneration se fait l’écho d’un article d’Apple qui explique que Boot Camp n’est pas officiellement supporté avec Mac OS X Server.

Alors attention : non supporté, chez un constructeur, ça veut dire « on n’apporte pas de support en cas de problème technique ». En réalité, ce qui se passe est que l’assistant Boot Camp n’est pas installé quand on installe Mac OS X Server et (et c’est le point le plus sensible) les pilotes Boot Camp que l’on installe sous Windows ne sont pas livrés avec le DVD de Mac OS X Server.

Donc, a priori, Apple a raison : on ne peut pas installer Windows sur son Mac s’il est pré-équipé de Mac OS X Server… et si c’est un XServe. Mais sur un Mac Pro ou un Mac mini Server, on peut très bien :
– créer une partition DOS sur votre disque dur à la main avec Utilitaire de disque ;
– démarrer sur un DVD Windows pour lancer l’installation ;
– et installer les pilotes Boot Camp en utilisant un DVD de Mac OS X version client. Ce qui ne pose donc pas de souci pour le Mac Pro ou pour le Mac mini : si vous connaissez quelqu’un qui dispose du DVD d’installation de Mac OS X d’une de ces machines, il vous faut juste vous le procurer pour pouvoir ensuite installer Windows. En revanche, pas de solution pour les Xserve : le seul DVD qu’ils acceptent, c’est celui de Mac OS X Server (normal).

L’article d’Apple pourrait donc faire croire que l’installation de Windows n’est pas possible si votre Mac est pré-équipé de Mac OS X Server… C’est faux (heureusement). Facile, pas forcément, mais faux, du moins pour les Mac Pro et les Mac mini Server.

Et pour ceux qui se demandent qui peut donc bien vouloir utiliser Windows sur une machine qui aurait déjà Mac OS X Server installé… ben y’a moi, et c’est suffisant, nan mais !

Conférence Le Mac en entreprise, désormais en ligne

logonetworkvisioPour ceux qui ont raté la conférence sur le Mac en entreprise que j’ai présentée au salon des entreprises et des nouvelles technologies à Colmar la semaine passée, vous pouvez désormais la consulter sur le site de Network Visio à l’adresse suivante : http://colmar-multimedia.networkvisio.com/main_colmarmultimedia/pg101983-tv.html. Enregistrement préalable obligatoire sur le site, mais vous passerez une bonne heure à découvrir pourquoi le Mac est l’outil idéal aujourd’hui pour les PME et PMI !

PS : et oui, je sais, je parle très vite.

Confs Apple à Colmar, 29 et 30 octobre

Je serai présent au salon Colmar Multimédia Expo la semaine prochaine, les 29 et 30 octobre pour être précis, avec les gens de BeMac qui sont des gens charmants et très bien sous tous rapports. Au programme : des démos des capacités du Mac en entreprise, et deux conférences (jeudi à 10h et vendredi à 15h) où je présenterai les nouveautés de Snow Leopard ainsi que l’intégration du Mac en environnement Windows. N’hésitez pas à passer me voir et à faire coucou, ou à me poser des questions particulièrement tordues sur le stand de BeMac (je me ferai un plaisir de vous montrer comment ne pas y répondre avec talent). Ou à venir faire dédicacer vos copies de Leopard Efficace (mince, je n’aurai pas encore Snow Leopard Efficace sous le coude, les joies des délais de conception).

Venez nombreux !

MISE À JOUR : je présenterai la première conférence, et elle a lieu à 10h le jeudi et non pas 11h. Venez donc plus tôt…