Archives par mot-clé : Lion

Lion DiskMaker 1.6 disponible

Aie ! Quelques vilains bugs se sont glissés dans la version 1.5. Voici donc une nouvelle version qui corrige la plupart des problèmes rencontrés. Aucune nouvelle fonction pour cette fois. Télécharger la version 1.6 (800 Ko environ).

  • Correction de la variable MyDiskName qui n’était pas définie dans certains cas.
  • Correction de la régionalisation en langue anglaise. Désolé pour les anglais qui ont du supporter du français :)
  • Les commentaires sont désormais en anglais dans le script.
  • Modification de quelques noms de variables pour éviter quelques confusions.
  • Désormais Spotlight ne cherche plus que pour le terme « Install Mac OS X Lion » complet, afin de limiter les risques de faux positifs.
  • Quelques textes de boutons ont été raccourcis.

 

Lion DiskMaker 1.6 available

Wooooooops. A few nasty bugs managed to get through for release 1.5, so here is a new version fixing most problems. No new feature, however upgrade as soon as possible. Download V1.6 now (800 KB).

  • Fixed the MyDiskName variable problem encountered by many…
  • Fixed English localization not appearing. Sorry English-speaking people who’ve been confronted to French :)
  • Changed the language of comments in the script to English.
  • Changed a few variables names to avoid confusion.
  • Now Spotlight looks for the full, literal « Install Mac OS X Lion »  string. Should limit the risk of showing wrong files.
  • A few buttons’ texts have been shortened.

Lion DiskMaker 1.5 now available !

This is the biggest update of Lion DiskMaker yet. I even thought of calling it v2. Oh boy… You can download it here.

So, what’s new ?

Full localization support ! No more different versions for US or French, now the script will use the proper localization automatically according to your’s system language ! And if you wish to translate it in another language, please get in touch with me, the job will be VERY easy to do (juste a mere file to translate).

Icons in dialog messages. Because, well… I just could.

Full support  for InstallESD.dmg files, in case you used this one instead.

Smarter choice of eligible disk. Lion DiskMaker  will try to detect if you use a small (less than 8,5 GB), removable drive, and will propose to use it automatically. You’ll still be able to change it though.

Utilities folder is now automatically copied at the root of the Install disc, so that you won’t have to search in the subfolders for these tools (especially the Firmware Password Utility…). And yup, its name is automatically localized.

– When you open the disk, it will look beautiful now ! You will find the « Install Mac OS X Lion » application, Utilities folder, properly aligned with the neat background . Now THAT looks cool ! And it has a bonus effect: it appears in the Startup Manager, so you will know you have to choose this one.

– And because we thought we could make it even cooler… A nice custom icon for your disk ! Won’t work for DVDs, sorry !

– I also worked-around an issue with Lion DiskMaker failing when a Mac has two DVD drives or more connected to it. Thus, now the first drive considered will always be the first internal one. If you want to use another, just change the needed parameter in the script by opening it with AppleScript Editor.

– And a few small issues fixed.

Even if you used Lion DiskMaker before, I suggest you give this version a try if you want to make a 4 GB thumb drive. It’s just as cool as getting Apple’s Lion USB drive. And just a lot less expensive :)

As usual, Lion DiskMaker is donationware: feel free to use it, but you’re more than welcome if you wish to make a donation :-)

Lion DiskMaker 1.5 est disponible !

Voici donc la plus grosse mise à jour de Lion DiskMaker. J’ai même pensé à le passer en version 2… Oh bravo. La nouvelle version est téléchargeable ici.

Quoi de neuf, donc ?

Support de la régionalisation ! Il n’y a plus de différence entre les différentes versions, désormais Lion DiskMaker utilisera la bonne langue en fonction des réglages de votre système. Et si vous souhaitez le traduire dans une autre langue, merci de me contacter, la tâche sera TRÈS facile (il y a juste un fichier texte à traduire…).

Support du fichier InstallESD.dmg. Au cas où vous auriez conservé celui-ci seulement… N’est-ce pas Lionel ;-)

Un choix plus intelligent des disques éligibles. Lion DiskMaker essaiera de détecter si vous avez un petit disque connecté (amovible ET moins de 8,5 Go) et vous le proposera automatiquement comme choix par défaut, que vous pourrez cependant changer.

Le dossier Utilitaires est désormais automatiquement copié à la racine du disque d’installation (oui, même sur les clés 4 Go), ceci pour vous permettre d’éviter de devoir chercher ces outils dans l’image (en particulier l’utilitaire du mot de passe interne…). Et oui, le nom du dossier est automatiquement traduit.

– Lorsque vous ouvrez le disque, il sera désormais de toute beautééééé ! Vous trouverez l’application Installation Mac OS X Lion, le dossier Utilitaires, tous alignés correctement avec le joli fond d’écran. C’est-y pas beau ?

– Et parce que je vous aime bien… une jolie icône customisée est automatiquement appliquée au disque ! Ça ne marchera malheureusement pas pour les DVD… Avantage quand même : on la reconnaît bien au démarrage en appuyant sur Option.

– Dans un autre domaine, j’ai corrigé un problème avec Lion DiskMaker qui plantait lors de la création d’un disque avec plus d’un graveur DVD connecté. Aussi, Lion DiskMaker  prendra automatiquement en charge le premier lecteur DVD interne. Si vous souhaitez en utiliser un autre, il faudra changer  le bon paramètre en ouvrant Lion DiskMaker avec l’Éditeur AppleScript.

– Et quelques petits bogues corrigés.

Comme d’habitude, Lion DiskMaker est donationware : vous pouvrez l’utiliser sans rien payer, mais vous avez le droit de faire un don si vous le souhaitez :-)

Lion DiskMaker… now in English !

Due to popular demand, I created an English version of Lion DiskMaker. The new 1.3 version is available here on the new English Lion DiskMaker page here.

People of the world, rejoice ! And maybe it will push me to blog in English too, in the future…

Et pour les francophones : la V1.3 corrige également quelques bugs, elle sera dispo en fin de journée. Ouf !

Lion DiskMaker 1.2 est disponible

La version 1.2 de Lion DiskMaker est disponible en téléchargement ici (384 Ko environ). Si vous avez rencontré des problèmes avec la version précédente, je vous invite à télécharger la nouvelle version. N’oubliez pas de consulter la FAQ au préalable.

La liste des nouveautés :

  • Je vous rappelle au passage que si vous n’avez pas l’application Installation Mac OS X Lion copiée dans le dossier /Applications, Lion DiskMaker ne pourra pas fonctionner. Et ben si AH AH AH ÇA MARCHE MAINTENANT !!! Si Installation Mac OS X Lion n’est pas dans /Applications, une copie sera recherchée par Spotlight. Il est cependant possible de choisir une copie située à un autre endroit.
  • L’application respecte le choix du navigateur par défaut lorsqu’une page web est ouverte plutôt que d’imposer Safari.
  • Plus de feedback lors de la création d’un disque de démarrage. Le dossier du disque est affiché et un texte apparaît « Copie en cours… » durant la copie. C’est moins beau qu’une jauge de progression, mais ça annonce un peu plu la couleur.
  • Changement du terme « Clé USB » pour « disque », plus générique, et réfléchissant mieux le fait qu’on peut utiliser différents types de disques et pas que des clés USB…
  • Un peu plus de commentaires pour les courageux qui veulent regarder le code…

Dans le prochain épisode :

  • Localisation US
  • Structure adaptée à une version multilingue.

Et un peu plus tard…

  • Choix du volume si on souhaite garder les autres partitions intactes (pour les gros disques).

Lion DiskMaker 1.2 est DonationWare, donc si vous voulez faire un don, ne vous gênez pas :)

Lion Disk Maker, pour créer en 3 clics un DVD ou une clé USB d’installation de Lion

Lion DiskMaker est une petite application programmée en AppleScript que j’ai écrit pour vous aider à créer en quelques clics un DVD ou une clé USB d’installation de Lion à partir du programme d’installation de Mac OS X. On peut le faire à la main, mais je trouvais intéressant de développer un outil pour le faire facilement, et c’était un bon cas d’école pour me remettre à AppleScript !

C’est gratuit, et tous les détails sont sur cette page dédiée.

Have fun !

Lion

[Edité : morceau manquant sur Mission Control]

Lion est un sujet compliqué. Je l’ai testé depuis de nombreux mois, et je dois vous avouer quelque chose : je n’arrive pas à en tomber intensément amoureux. Oh, rien de méchant : c’est somme toute une version très importante de Mac OS X, sur laquelle Apple a énormément travaillé pour proposer une nouvelle vision de l’informatique, toujours plus simple et théoriquement plus conviviale. Mais juste que je n’arrive pas à trouver Lion aussi excitant que, par exemple, Panther à l’époque. Lion est d’autant plus un sujet compliqué à traiter pour moi que par mon rôle de consultant membre de l’ACN, je me devrais d’être plus… positif. Mais d’un autre côté, je me dois d’avoir un certain devoir d’honnêteté intellectuelle face à mon lectorat, et mes clients.

La question est donc : est-ce qu’il s’agit d’une version vraiment intéressante de Mac OS X , et surtout, est-ce que cela vaut le coup d’y passer ?

Pour moi, la réponse est pour le moment : pas sûr. Pour plein de raisons, en fait.

Trop d’iOS dans Mac OS X tuerait-il OS X ?

Souvenez-vous : avec Lion, l’objectif d’Apple était : « Back to the Mac ». Ce que nous avions à l’époque interprété comme plus d’attention de la part d’Apple pour le Mac. En réalité, Steve Jobs expliquait la stratégie d’Apple comme « réintégrer dans OS X des éléments qui ont fait le succès d’iOS ».

Après tout, pourquoi pas : il y a des éléments d’iOS qui sont clairement très, très intéressants et qui méritaient d’être repris. Malheureusement, dans son objectif d’harmoniser iOS et Mac OS X, Apple est allée trop loin. Prenons quelques exemples.

De l’obligation (mal gérée) du multi-touch

Apple s’est sentie obligée dans OS X d’ajouter des actions orientées multi-touch. Certaines de ces actions sont très agréables à partir du moment où l’on dispose d’un Magic Trackpad. Magic Mouse ? Oubliez : gérer les mouvements à deux doigts sur une souris est juste infernal.

Malheureusement, si certaines actions sont effectivement adaptées (le glissement à trois ou quatre doigts pour passer d’un espace à un autre), ce n’est pas le cas des mouvements pour activer LaunchPad ou Mission Control qui me semblent particulièrement peu intuitifs. Et on en revient alors au problème des interfaces qui cachent trop d’informations : autant on peut facilement aller cliquer sur un menu pour voir son contenu, autant deviner à l’avance l’effet d’une action multi-points tient du coup de chance… d’autant que l’expérience n’est pas toujours cohérente d’une action à une autre.

Des écrans plus grands… mais plus vides

Avec Lion, certaines des applications historiques de Mac OS X voient leur  interface se rapprocher de celles de l’iPad. Ce qui me semble poser plusieurs soucis, en particulier pour iCal / Calendrier et Carnet d’adresses.

D’abord, Apple pense que rapprocher les interfaces d’iCal et du Carnet du Mac de leur équivalent iOS est une bonne chose. Cela pourrait être vrai si les interfaces de ces logiciels étaient top sur iOS. Manque de chance, non seulement les fonctions du Carnet et d’iCal sont quasi-identiques entre Snow Leopard et Lion, mais pire : elles sont moins pratiques que celles de Snow Leopard ! Ainsi, le Carnet d’adresse perd une colonne, pourtant fort pratique pour afficher les groupes de contacts. Il faut donc cliquer sur un bouton pour revenir en arrière, et il est impossible de lister une fiche de contact facilement en même temps que la liste des groupes. Passer d’un groupe à un autre impose plus de mouvements de souris.

Mais c’est iCal qui souffre le plus de cette « évolution ». Dans un mouvement d’unification halluciné, Apple a décidé de retirer la liste de calendriers pour en faire un popover. Quand vous tapez sur le bouton Liste, vous voyez affichés vos calendriers et la correspondance des couleurs. Heu, allo ? Je gère DIX calendriers, je passe régulièrement de l’un à l’autre, et l’impossibilité de passer d’un calendrier à un autre en un clic ainsi que de facilement voir les correspondances de couleurs dans la liste rendent iCal quasi-inutilisable. Alors qu’il n’y a rien qui justifie cette modification, à part donc, l’homogénéité entre iOS et OS X. C’est là qu’Apple a tout faux : si iOS et OS X se ressemblent, ils ne fonctionnent pas sur le même matériel. En particulier, l’écran le plus grand qu’iOS utilise aujourd’hui se limite à 1024 pixels par 768 dans un système pour lequel la notion de fenêtre est inexistante puisque mono-document et même mono-écran. Et là, il est vrai que la résolution limitée peut avoir un impact sur l’utilisation du système.

Mais sur une machine de bureau ? Qui dispose d’un écran qui peut atteindre sans grosse difficulté les 1900 voire 2500 pixels de large ? En quoi ça enquiquine Apple qu’on puisse voir la liste de calendriers en permanence, bon sang ??? Pire encore : pourquoi ne pas la rétablir par exemple automatiquement dès que la présentation passe en plein écran, plutôt que de m’afficher le même nombre de colonnes plus grandes, et encore plus vides ???

iCal n’est pas une application que j’utilise à moitié : elle m’est indispensable pour coordonner mes rendez-vous professionnels, voir la disponibilité de ma famille, et bien plus. Ces changements qui peuvent sembler triviaux ont pourtant un impact incroyable sur la productivité au jour le jour. Apple aurait pu y penser, ou simplement proposer un choix. Mais là, non : c’est popover pour tout le monde, et c’est bien gonflant. J’espère que je ne serai pas le seul à râler dans les prochains mois…

(O)Mission Control

Il est des technologies que j’étais fier de montrer sur Mac, et Exposé en faisait partie. Et bien, en une version de Mac iOS X, Apple a réussi à tuer Exposé. Honnêtement ? Je n’aime pas du tout Mission Control. C’est un fourre-tout sensé permettre de trouver plus facilement ses fenêtres, et je trouve  que c’est exactement le contraire qui se produit. Plutôt que de voir toutes les fenêtres affichées d’un coup, on voit toutes les applications d’un espace dédié, et ce n’est pas vraiment pratique. Et là encore, les gestes pour afficher les fenêtres d’une application ne sont pas naturels, et pire, donnent un résultat limité. Avec Exposé, je pouvais rapidement afficher toutes les fenêtres à l’écran, et pas juste « un petit morceau de la fenêtre regroupé par applications ». Avec Mission Control, les fenêtres sont regroupées, et si on utilise le bon (et délicat) geste pour les afficher, on en affiche juste « un peu plus », et en version réduite. Beaucoup mons pratique.

LaunchPad : le lanceur inutile ?

Plus encore que Mission Control, je déteste LaunchPad. Lanceur du pauvre, il fait moins bien ce que le Dock ne faisait pourtant pas trop mal jusqu’à maintenant : donner un accès rapide aux applications. Autant c’est un système qui est très adapté à une interface tactile où l’on tape directement sur l’écran, autant il ne sert à rien sur Mac. Au contraire : atteindre une cible de taille moyenne au trackpad est loin d’être une sinécure, alors que le Dock a un avantage dû à la fameuse loi de Fitts qui explique que la facilité à laquelle une cible peut être atteinte dépend de sa taille et de sa distance au pointeur. Avec le Dock, la cible dispose au moins d’un côté où sa taille est infinie (c’est le bord de l’écran). Faites l’expérience : avec votre souris ou votre trackpad, testez en combien de temps vous arrivez à lanceur une application avec le Launchpad et la même avec le Dock. Ce dernier est bien plus rapide… Pire encore, LaunchPad ne sait pas gérer le Glisser-Déposer ! Avec le Dock, pour envoyer un fichier en pièce jointe d’un nouveau mail, il suffit de glisser la PJ sur l’icône de Mail. Avec LaunchPad ? Ne cherchez pas, ça ne marche tout juste pas.

Il s’agit là encore d’une tentative d’Apple d’adapter un type d’interface à un système pour lequel il n’est pas adapté. Dans le cas de LaunchPad, c’est un échec cuisant pour une initiative pas vraiment utile : avait-on vraiment besoin d’une nouvelle interface de lancement d’applications ? Le seul gros intérêt de Launchpad, c ‘est qu’on peut complètement s’en passer. Enfin, tant qu’Apple n’a pas la mauvaise idée de virer complètement le Dock1

Une interface aussi terne que ça

Depuis iTunes, on a vu qu’Apple a décidé de prendre la couleur en grippe. Soit… le gris peut avoir ses charmes. Mais du coup, on perd énormément de lisibilité au niveau des icônes. Pire encore : la barre latérale n’affiche plus vos icônes personnalisées mais des icônes en niveau de gris. L’affichage manque alors cruellement de contraste… Toutes les icônes des différents disques que je connecte sur mon Mac ont exactement la même icône dans la barre latérale, quand bien même j’ai passé du temps à les personnaliser… Une barre latérale dont Apple a encore modifié le comportement, en éliminant les dossiers intelligents et en décidant arbitrairement de placer la liste des disques durs plutôt en bas qu’en haut. Un choix plus ou moins justifiable, mais que j’aurais préféré pouvoir personnaliser. Pas très grave, mais un peu gênant quand même.

Un mode de distribution trop novateur ?

En proposant Lion uniquement sur le Mac App Store, Apple tente un coup d’audace assez impressionnant : imposer à ses clients de passer par une boutique uniquement en ligne pour télécharger son nouveau système est quelque chose qu’aucune société commerciale n’a proposé jusqu’à maintenant. C’est sur certains points une bonne idée, mais dans une société où l’ADSL n’est pas encore (loin s’en faut) la norme et où de nombreux abonnements se voient appliqués une limitation de téléchargement, cela paraît un peu tôt, même si Apple tient évidemment à son image de précurseur2. Et quid de l’installation si on n’a pas Mac OS X 10.6 déjà installé ? Sera-t-il possible de facilement installer Lion sur un Mac dont le disque vient d’être fraichement changé ? Beaucoup de questions… qui n’amènent pas forcément des réponses très satisfaisantes.

Une licence simple… et compliquée

Malheureusement, il reste le problème de la licence. Pas de problème côté utilisateur : on peut installer Lion sur autant de postes qu’on veut chez soi. Mais pour les entreprises ? C’est évidemment une licence par poste, avec ce que ça impose théoriquement : un compte AppleID par poste ! Juste galère à gérer au jour le jour… Et des difficultés supplémentaires pour l’achat : il faudra passer par un achat en ligne avec CB ou crédit en carte iTunes, sans possibilité de passer par le principe habituel du bon de commande / facture couramment utilisé. Apple n’aime-t-elle vraiment pas le marché de l’entreprise ? Au moment où celui-ci recommence à lui faire les yeux doux, fort dommage…

Le cas Lion Server

Intégré à Mac OS X client, installable pour une bouchée de pain : voilà Lion Server. D’un côté, j’applaudis à cette nouvelle accessibilité, en particulier côté tarif. D’un autre côté, c’est à se demander si peu cher, ce n’est pas « pas assez cher » : à croire qu’Apple veut diluer la valeur de Lion Server en le rendant trop accessible. Et pourtant, il y a plein de bonnes choses et bonnes idées dans ce Lion Server. Mais comme d’habitude, je conseillerai d’attendre un peu pour la mise en production. Comme d’habitude : sauvegarde et mise en place d’un serveur de test ne seront pas de trop avant une migration qu’il ne faut pas forcer si votre entreprise dépend de la bonne santé de votre serveur. J’aurai l’occasion de revenir dessus sous peu.

« Mais enfin, GG, tu l’aimes pas du tout Lion ? »

Il y a de très bons points dans Lion, quand même. Versions, les améliorations en terme de sécurité (chiffrement complet des disques, miam), AirDrop, la reprise de session et l’enregistrement automatique, les améliorations de Mail ou de Safari ainsi que plein d’ajouts dans le Finder ou dans Spotlight contribuent largement à un système intéressant. Mais j’attendais peut-être trop d’Apple… Et peut-être que j’aurais aimé un peu plus de folie plutôt que de tenter d’adapter à tout prix des idées d’une interface tactile sur un matériel qui n’a pas été conçu à cet effet. J’attendais aussi un nouveau système de fichiers pour remplacer le vénérable HFS+, mais cela n’arrive toujours pas…

Mais avec un peu de chance, Apple entendra rapidement les critiques, et les premières mises à jour de Lion nous feront oublier certains de ces désagréments 3.

En attendant, pour ceux qui se jettent sur Lion aujourd’hui, n’oubliez pas : SAUVEGARDEZ AVANT D’INSTALLER.

  1. Et pourtant, Dieu que je ne suis pas un fan du Dock…
  2. Et d’un autre côté, j’applaudis la prouesse technique de permettre une installation d’un système complet avec création d’une partition de récupération en quelques clics seulement, de façon entièrement automatique pour l’utilisateur.
  3. Pas tous, évidemment : le passage par le Mac App Store reste par exemple un point de non-retour définitif.

WWDC 2011 : la nouvelle ère d’Apple

La conférence inaugurale de la WWDC 2011 aura vu son contenu clairement annoncé par Apple dès la semaine passée : Lion, iOS5, et iCloud. Rien de plus, rien de moins. Et Steve Jobs s’en sera donc tenu là.

Lion : le système presque trop simple

Rien de bien neuf sur Lion comparé à ce qui avait été annoncé il y a quelques mois. La plus grosse surprise vient de l’annonce du tarif de 23,99€ (j’aurais plutôt tablé sur 129,99€, Lion n’étant pas un OS de transition comme pouvait l’être Snow Leopard) et surtout, celle du mode de distribution uniquement via Internet. Ce qui me semble être audacieux, voire un peu trop :

  • Quid des gens qui n’ont pas l’ADSL ?
  • Quid des revendeurs Apple ? Je sais que ce n’est pas la principale préoccupation d’Apple, mais quand même…
  • Et les licences entreprise ? C’est évidemment un point qui me fait tiquer particulièrement : impossible de lier le téléchargement d’un OS à un identifiant unique. Et surtout, le paiement par CB sur l’iTunes Store va énerver et compliquer inutilement la vie de beaucoup de monde.

Lion Server est lui annoncé à 39,99€. Là encore, la chute de prix est spectaculaire : 87 pour cent de réduction ! Là, c’est un peu compliqué car Apple envoie un double message : nos produits sont très peu chers. Mais en même temps, cela voudrait presque dire « nos produits sont au rabais » pour certains clients[1]. Ce qui est encore plus étonnant, c’est à quel point Apple souhaite complètement simplifier à l’extrême sa gamme de produits logiciels. Il y a quelques années, Apple proposait une gamme de tarifs bien plus complexe, avec des mises à jour, des versions complètes, des versions 10 clients ou clients illimités, et même des numéros de série pour la version serveur. Pas d’activation, pas de tarification avec version famille, pro, ultime, 16 soupapes inversées… Tout le monde à la même enseigne, ce qui facilite aussi le développement je pense et évite les énervements des clients…

Mais en réalité, la baisse de tarif est encore plus spectaculaire, puisque vous pourrez acheter UNE copie de Lion pour l’installer sur autant de postes que vous le souhaitez chez vous. Même plus de pack familial… Là encore, simplification de la gamme et économies pour le client. Mais toujours pas de stratégie clairement annoncée pour l’entreprise, ce qui est particulièrement agaçant. C’est à croire qu’Apple ne vend aucun ordinateur aux entreprises, alors que le succès du Mac mini Server montre qu’il y a encore largement de la place pour Apple sur ce marché. De même, les nombreuses nouvelles fonctions de Lion Server montrent que celui-ci aura toute sa pertinence dans l’entreprise, avec une intégration encore plus poussée des appareils iOS. Wait and see, donc.

iOS 5 : l’année de l’émancipation

Les nouveautés pour iOS5 sont finalement très peu surprenantes, mais elles font particulièrement plaisir. Ce qui est surtout important, c’est qu’iOS devient ENFIN un système autonome. Souvenez-vous de ce billet où j’expliquais que l’iPad devait vivre sans iTunes.

Et bien, ça y est, c’est fait. L’iPad n’est plus un périphérique, mais un ordinateur, à lui tout seul. Idem pour l’iPhone. Ce sont des produits devenus totalement émancipés. Si vous souhaitez utiliser un iPad sans iTunes, c’est désormais totalement faisable, même pour faire les mises à jour. Et avec la synchronisation Wi-Fi, le transfert des données et la sauvegarde complète se font sans douleur au moment de la recharge, futé.

Mais là encore, il manque quelques réponses à des questions typiques des entreprises : comment acheter des applications iOS en masse ? Comment j’accède à mes serveurs ? Vraiment dommage, à une époque où les entreprises commencent vraiment à s’intéresser plus que sérieusement à l’iPad et l’iPhone.

Et pour la partie polémique : on aurait effectivement voulu qu’Apple apporte un peu plus de fraicheur à iOS, avec quelques manques encore patents qui montrent que le jailbreak a encore de beaux jours. On pourrait même se demander pourquoi Apple a ainsi recopié le système de notifications d’Android, euh de WebOS… Ben vous pouvez y aller, critiquez. Mais honnêtement, si Apple a choisi cette solution, c’est peut-être parce qu’il s’agit simplement de la meilleure solution… Et qu’elle n’a pas (heureusement) le monopole des bonnes idées.

iCloud, ou la mort du système de fichiers

Le dernier gros morceau de la conférence était dédié à iCloud. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé la petite réflexion de Jobs : « pourquoi faire confiance à la société qui nous a proposé MobileMe ? ». Moment de lucidité… Mais on peut effectivement espérer qu’Apple propose enfin avec iCloud toutes les solutions pour faciliter la synchronisation d’informations entre vos appareils. Le gros problème avec cette satanée synchronisation est de savoir où est la Vérité (l’information à jour la plus récente, et donc probablement la plus correcte) dès lors qu’on multiplie les points de synchronisation[2]. La seule solution ? Ne jamais avoir plus d’un seul point de synchronisation. Et iCloud va être ce point unique.

iCloud va loin, très loin. Contacts, calendriers, mails, photos, applications, livres, musique, données des logiciels, sonneries, configuration de l’appareil, vidéo… et même les documents. Ça, c’est vraiment vraiment bien. Vous enregistrez un document sur un appareil, et hop, il est disponible sur un autre en quelques secondes. Mais là encore, ça pose la question de la confidentialité des données et risque de faire peur à pas mal d’entreprises… À moins que pour Apple, la cause soit entendue : en dehors d’Exchange[3], point  (enfin plutôt, peu) de salut, et pour l’accès aux données, chaque entreprise doit décider de sa propre stratégie.

Mais iCloud est surtout la preuve que l’OS devient linéaire : l’emplacement des données sur votre disque importe peu, ce qui compte, c’est d’y avoir accès. C’est critiquable si on est utilisateur avancé, mais pour beaucoup de monde, ça sera largement suffisant. Vos données, partout, instantanément. On retrouve le côté « magique » de l’iPad. Et évidemment, avec un avantage énorme : c’est gratuit ! Enfin, du moins, pour les 5 premiers Go, et encore : une grosse partie des données ne fait pas partie de ce quota, dont la musique…

La musique, justement, parlons-en. iTunes Match était un énorme One More Thing. J’avais imaginé il y a longtemps qu’Apple puisse proposer ce type de système pour faciliter la migration de la musique inzecloud. Et c’est ce qu’elle a fait. Ne vous trompez pas : ce qu’Apple a mis en place est tout sauf simple, et les technologies derrière justifient probablement une bonne partie du nouveau Data Center à plein de sous qu’elle a mis en place. Et que les majors aient suivi Apple sur ce coup n’est pas la moins remarquable des victoires de Steve Jobs. Évidemment cette solution ne fonctionnera au début qu’aux USA (la mondialisation n’est pas un mot encore dans le dictionnaire des majors), mais quand même : bel effort.

iCloud montre donc que le hub numérique décrit par Steve Jobs en 2001 n’est plus du tout d’actualité. iCloud est appelé à devenir une brique fondamentale de l’expérience iOS / Mac OS X. La synchronisation manuelle est dépassée : le but est de ne même plus savoir où sont les données, juste de les utiliser.

Les trente premières années n’étaient que le début, annonçait Apple en 2007. Apple amorce un tournant bien plus remarquable pour elle et ses utilisateurs qu’on pourrait le croire après cette conférence. Vu les changements incroyables opérés durant ces quatre dernières années, je n’ose pas imaginer à quel point les prochaines années vont être passionnantes…

  1. Ne riez pas : l’excuse « votre produit n’est pas assez cher pour être crédible m’a déjà été donnée par des DSI.
  2. Apple fournit avec les outils développeur un programme Synchrospector, très intéressant, qui fait souvent référence à cette notion de « The Truth », avec un grand T.
  3. Qu’Apple adopte de plus en plus au sein de Mac OS X et d’iOS…

The day the Xserve died

Ce vendredi, la nouvelle est tombée sur les téléscripteurs, non pas par un communiqué de presse, mais par une petite bande jaune en haut de la page des Xserve.

Apple a donc décidé d’arrêter le Xserve, son serveur 1U à destination des professionnels. Immédiatement, le web et Twitter se sont enflammés, étant donné l’aspect critique que Xserve avait dans certains cœurs de métier. Et on m’a du coup demandé mon avis, et ça tombe bien puisque j’avais l’intention de toute façon de le donner (d’autant plus que la veille, lors de la fermeture de l’Apple Store, j’avais évoqué l’arrivée d’un nouvel Xserve. Boule de Cristal #FAIL !).

Il faut dire que des Xserve, j’en ai installé, géré et dépanné quelques-uns, puisque c’est une des plate-formes proposées par Apple pour faire fonctionner Mac OS X Server. Le Xserve, si vous ne connaissiez pas, c’est le serveur rackable qui tient dans un 1U, ce qui permet d’en mettre beaucoup dans une seule armoire informatique. Sa taille, ainsi que le fait qu’une partie de ses composants sont redondants (comme l’alim) en ont fait une solution de choix pour de nombreux administrateurs informatiques. Alors, évidemment, l’annonce de son abandon apparaît comme une demi-surprise.

Comment ça, demi-surprise ?

L’annonce d’Apple ne pouvait en fait que surprendre ceux qui suivent l’actu serveur d’Apple de loin. Cela fait longtemps que le Xserve n’a pas été mis à jour, et ses mises à jour depuis le passage à Intel ont été plutôt modérées. De plus, une rumeur circulait depuis pas mal de temps selon quoi l’équipe du Xserve avait été démantelée. Il n’en faudrait pas plus pour penser que l’abandon du Xserve est la preuve qu’Apple se retire du marché de l’entreprise.

Sauf qu’en fait, la situation est un peu plus compliquée que ça.

« We are not an Enterprise company. » ©Steve Jobs

Tout d’abord, une petite vidéo qui circule depuis vendredi et qui expliquerait pourquoi Apple arrête le Xserve :

Donc, Apple serait une compagnie de périphériques mobiles, et Steve Jobs n’aime pas le marché des entreprises, ce qui ferait donc deux bonnes raisons pour arrêter le Xserve. Certes, mais à mon avis, il faut chercher une explication ailleurs :

Car le Mac mini Server semble bien être le succès que j’avais prédit il y a quelques mois de cela. La demande semble très forte, et parmi mes clients, nombreux sont ceux qui préfèrent le Mac mini Server au Xserve, souvent sur-dimensionné pour eux. Et il s’agit d’un ordinateur souvent très largement suffisant par rapport aux besoins des PME/PMI :tout le monde n’a pas besoin d’avoir un monstre de puissance faisant un boucan d’enfer dans son bureau.

Malheureusement, Apple pense que le Xserve marche sur les pieds du Mac Pro, puisque son principal argument pour l’abandon du Xserve est que le Mac pro peut parfaitement remplacer le Xserve, et propose même à ce titre une version serveur du Mac Pro. C’est malheureusement faux, puisqu’outre la place qu’ils occupent, les Mac Pro ne bénéficient pas de certains avantages d’un Xserve, comme la double alimentation redondante, le contrôle du serveur via IPMI, une consommation électrique réduite [1]. Le Mac Pro représente une solution qui pourrait satisfaire certains clients… Mais certainement pas tous, hélas. Et à ce titre, la documentation de migration proposée par Apple fait curieusement l’impasse sur certains de ces points.

XsanCar il existe de nombreux marchés qui ont besoin de serveurs 1U, pour des raisons pratiques et techniques. En particulier, on penser au marché de la vidéo où Apple fait la promotion depuis quelques années de ses solutions Final Cut Server et Xsan. Quand on pense que de nombreuses écoles ou universités se sont par exemple équipées de solutions à base de Podcast Producer, logiciel qui permet de créer des contenus et les mettre à disposition sur différents médias dont, entre autres, iTunes U, la décision d’Apple a de quoi laisser perplexe, et là, je pense qu’Apple va avoir beaucoup de mal à se justifier de cet abandon[2].

Mais plus encore que l’abandon du Xserve, il y a une autre question sous-jacente qui inquiète…

Du futur de Mac OS X Server

Le Xserve était équipé de Mac OS X Server, et comme mon estimable confrère Yoann Gini l’a expliqué, il était à ce titre le fer de lance de l’équipe de Mac OS X Server. Et du coup, la disparition du Xserve peut fortement faire douter du futur de Mac OS X Server.

Pourtant, là dessus, je suis plus optimiste que Yoann. Même si un petit message d’Eric Zelenka (responsable chez Apple des produit serveurs, entre autres) a ce sujet a disparu du forum d’Xsanity, le fait qu’Apple pousse Mac OS X Server sur le Mac mini Server semble indiquer que le système aura un futur, sinon à quoi bon continuer de vendre du Mac mini Server ? Ce n’est pas toute la gamme qui a été arrêtée vendredi, mais un modèle de la gamme serveur. Et comme l’a fait remarquer un membre du forum d’Xsanity, si Apple avait voulu tuer Mac OS X Server, elle l’aurait fait en même temps.

De même, le fait qu’Apple n’ait pas présenté les fonctions de Mac OS X Server dans sa présentation de Lion n’est pas une preuve de l’inexistence de Mac OS X Server. J’ai considéré cette présentation comme un « teaser », pas comme un « trailer » de toutes les fonctions du futur Mac OS X, dont beaucoup de choses restent à montrer.

Par ailleurs, il y a une autre piste qu’Apple pourrait explorer, et cela a d’ailleurs déjà été fait : la virtualisation. Là, Apple pourrait avoir une carte à jouer, puisque Parallels et VMWare proposent des solutions pour virtualiser Mac OS X Server (avec un net avantage pour Parallels, qui dispose de pas une mais deux versions de son logiciel Parallels Server).  Pourquoi ne pas imaginer qu’Apple propose Mac OS X Server en virtualisation, par exemple sur des serveurs HP certifiés ? Complètement idiot ? Mais pourquoi pas ? Après tout, il y a bien eu des iPod HP ! Bon OK, ça n’a pas donné grand chose, mais cela pourrait être une piste : après tout, le Xserve n’avait rien de très différent au niveau matériel d’un serveur prévu pour faire tourner Windows Server 2008. Et il suffirait essentiellement qu’Apple libère un peu plus sa licence d’exploitation de Mac OS X Server pour ne pas la restreindre uniquement aux Mac pour se lancer sur ce créneau [3]. Mais dans ce cas, il serait dommage qu’Apple n’évoque pas dès aujourd’hui cette piste…

Ce qui nous emmène directement au dernier point.

L’échec de la communication vers l’entreprise

Apple ne sait pas bien communiquer avec le monde de l’Entreprise avec un grand E. Là où les entreprises souhaiteraient de la transparence et des roadmaps [4], Apple garde toujours son éternel couplet : « Nous ne communiquons pas sur les produits à venir ». Le risque est grand que l’abandon du Xserve soit une vraie douche froide pour l’entreprise et ralentisse l’intégration du Mac sur ces marchés. Malheureusement, dans un monde où iOS est désormais responsable de la majorité des bénéfices d’Apple, il n’est pas évident que cette dernière ait envie de faire des efforts particuliers à ce niveau, et c’est vraiment dommage.

La route du futur

Que conclure de cet abandon ? Difficile à dire, mais comme d’habitude, je dirais de ne pas trop s’exciter trop vite. Certes, il y a des zones d’ombres désagréables, mais avant d’aller hurler l’abandon de Mac OS X Server, j’inviterai chacun qui doit gérer ce système d’attendre le 31 janvier, au cas où Apple changerait certains de ses plans (par exemple avec la virtualisation). Ensuite, attendons les annonces officielles concernant Mac OS X Server 10.7. D’ici l’été prochain, nous aurons une vision un peu plus claire du futur qu’Apple prévoit pour sa plate-forme serveur, et nous pourrons décider s’il est alors temps ou non de changer de plate-forme (voire de métier).

Dans tous les cas, le Xserve aura été une belle aventure pour Apple. Espérons donc que la situation rebondisse d’ici quelques mois.

PS : à titre personnel, l’abandon du Xserve m’impacte peu, car je vends très peu de matériel, et ma clientèle reste orientée PME/PMI avec un net attrait pour le Mac mini Server. Mais si vous êtes administrateur dans un environnement majoritairement équipé en Xserve : courage, je suis avec vous !

  1. Même si la consommation du Xserve restait supérieure à celle de la plupart des serveurs du marché…
  2. Si elle estime d’ailleurs le besoin de se justifier, mais j’ai comme un doute, là.
  3. Voire que Larry Ellison et Steve discutent un peu pour proposer des solutions à base de serveur Sun Oracle, comme évoqué sur Xsanity…
  4. Encore que les roadmaps ne font jamais figure de vérité absolue, cf Windows depuis 1995… Mais elles ont le mérite de rassurer les DSI et les directeurs financiers.