Archives par mot-clé : M1

Le retour du MacBook Pro

Il y a encore quelques années, Apple était révérée pour le talent de ses designers, pour sa capacité à proposer des nouveaux ordinateurs qui imposaient des concepts radicalement différents, ou qui étaient tout simplement les meilleurs de leur catégorie. C’était en particulier vrai pour les Mac portables, qui restaient le fer de lance de la gamme, sur un marché en demande d’hyper-mobilité. 

C’était vrai jusqu’en 2015. Et là… c’est le drame

Le MacBook Pro 2016, accompagné de ses fameux ports USB-C et de sa Touch Bar représente le moment où Johnny Ive et son équipe sont probablement allés trop loin. Le moment où on est passé de Design is how it works à uniquement Design is how it looks. Où la recherche de la finesse absolue s’est fracassée sur la réalité de la physique et des besoins des utilisateurs. Notons, entre autres :

  • la Touch Bar, qui malgré ses quelques rares avantages par moment, a rapidement été considérée comme une erreur ergonomique1 ;
  • Les ports USB-C, seule porte de communication vers l’extérieur, alors que les périphériques USB-C étaient inexistants ;
  • La suppression de certains ports utilisés couramment sur les portables, comme le HDMI et le SD-Card ;
  • La suppression du connecteur MagSafe, idée géniale du connecteur magnétique qui est fixé mais pas trop sur le Mac et qui a sauvé tellement de machines ;
  • Et surtout, surtout… le fameux clavier papillon. Ça aurait pu être une bonne idée si la fiabilité avait été là. Manque de bol, le clavier papillon a été une catastrophe industrielle comme rarement chez Apple. Un programme de réparation existe toujours, j’ai du faire changer mon clavier 2 fois, pareil pour celui de mon épouse. Pire encore, il a été impossible de vraiment fiabiliser ce matériel dans le temps.

Tout ça pour gagner quelques millimètres sur une machine… qui n’avait pas forcément besoin de cela. Et ces quelques millimètres ont sûrement coûté très cher à Apple au final.

Les nouveaux MacBook Pro semblent à l’opposé de tout cela. La preuve : l’épaisseur du MBP 16″ et son poids ont augmenté (oh de rien du tout, hein, 0,6 mm, et 100 grammes. Mais quand même). Depuis combien d’années n’était-ce pas arrivé ? Depuis quand n’avions-nous pas entendu Apple répéter que le nouveau MacBook Pro était plus fin que le précédent ?2

Et surtout, il semblerait que les équipes d’Apple ont tellement écouté les clients. HDMI ? Check. MagSafe ? Un peu, mon neveu (et allez, c’est cadeau, vous pourrez quand même continuer à charger en USB-C, et on propose même en option juste le câble USB-C vers MagSafe, gardez vos chargeurs !). Lecteur SDXC ? Hop, c’est cadeau. Touch Bar ? On est d’accord, des touches physiques finalement c’est pas plus mal, on la dégage. Clavier papillon ? Hmmm nan, on remet l’ancien, et avec des flèches de direction en T inversé vu que c’est mieux. 

Je serais Johnny Ive, je me poserais quand même des questions. 

Mais ça ne s’arrête pas là. En fait, Apple aurait juste annoncé ces nouveautés, tout le monde aurait déjà été content.

Mais il y a les processeurs Apple Silicon. J’avais oui dire il y a un an que le M1 n’était que le début, et qu’il allait falloir attacher nos ceintures pour la suite. Et bien, la suite ne déçoit clairement pas. 

Non seulement les performances des M1 Pro et M1 Max sont hallucinantes, mais elles ne se font pas au détriment de l’autonomie. Grosso modo, la puissance de calcul est phénoménale, avec un bond de performance jamais vu d’une génération à une autre de processeur, sur une seule année, avec une consommation électrique incroyable. Sans oublier l’arrivée de l’écran Promotion, qui améliore encore l’autonomie sur un écran Mini-LED magnifique. Alors oui, il y a une encoche en haut de l’écran, et vous savez quoi ? Ça choquera 5 mn, on entendra parfois « Hin hin » et… on passera à autre chose. 

Le mieux dans tout cas ? La gamme n’a pas augmenté de prix. Comparé aux MBP de 2016, les tarifs sont identiques. Et, bonus : Apple a arrêté certaines petites mesquineries, comme forcer à prendre un modèle supérieur pour disposer de certaines options. Vous voulez un MacBook Pro 14″ mais bénéficier d’un M1 Max Pro gavé de RAM ? C’est possible ! Même le stockage des versions de base sont très bien dotées, avec un SSD de 512 Go.

En clair : des Mac ultra-puissants, dotés d’un équipement digne de ce nom, qui redonnent enfin ses lettres de noblesse à cette gamme maltraitée. 

Le MacBook Pro est mort. Vive le MacBook Pro !

  1. Je n’ai jamais eu un dégoût profond pour la Touch Bar, mais à part quelques petits points très particuliers, je n’ai jamais ressenti un manque depuis que je suis passé au MacBook Air M1.
  2. J’ai vérifié dans le communiqué de presse : le mot fin n’est pas cité.

La mort dans la (PR)AM

Ça n’a pas été signalé très fort, mais : fini les bobos aux doigts pour essayer de réaliser cette fameuse gymnastique pour réintialiser la PRAM ou la NVRAM de votre tout nouveau Mac équipé d’un rutilant processeur Apple Silicon, donc M1 pour le moment.

Car comme le précise la note de support technique d’Apple sur la réinitialisation de la PRAM (dans sa version anglaise pour le moment, pas encore mise à jour pour la VF) :

Cet article ne s’adresse qu’aux Mac équipés de processeurs Intel.

Adieu, donc, Cmd – Option – P -R bien aimé, adieu toi qui était parfois tout autant efficace qu’un morceau de sucre des laboratoires Boiron, adieu à toi, chère combinaison de touches qui nous a fait déclencher une arthrite précoce du bout des doigts. Tu nous auras quand même bien souvent sauvé la mise.

Et mine de rien, c’est un vrai reliquat du monde Mac qui disparaît ici. L’une des premières combinaisons de touches que j’ai retenues en lisant Le Mac pour les Nuls (ou Univers Mac, en tout cas c’était au milieu des années 90). Tout technicien qui se respectait et avait envie de gagner quelques minutes de répit savait qu’il fallait ordonner à l’utilisateur au bout du fil d’appuyer sur ces quatre touches magiques, soit au redémarrage du Mac, soit en l’ayant bien éteint au préalable pour nettoyer la NVRAM (après 2 démarrages, hein, pas moins).

Et de la même façon, la réinitialisation du SMC restera aussi une spécificité des Mac Intel. Fini là aussi les combinaisons de touches chelou différentes selon les modèles mais bien pratiques parfois quand la gestion de l’énergie se prenait les pieds dans le tapis, ou quand les ventilos décidaient de déclencher l’équivalent d’un ouragan force 12 dans le bureau…

Mais alors, on va faire quoi en cas de problème ? Et bien on s’appuiera sur la partition Recovery… ou sur Apple Configurator, comme expliqué par l’ami Dandumont.

Ou peut-être sur une autre combinaison de touches dont Apple a le secret. Qui sait.

Mac M1 : le miracle premier d’Apple

Je n’ai pas voulu réagir à chaud sur le lancement des Mac M1 (on aura l’occasion d’y revenir prochainement), préférant attendre d’avoir les machines dans les mains pour en parler plus en détails.

Le processeur M1 d'Apple.

J’ai donc réussi à me procurer un MacBook Air M1 (256 Go, 8 Go de RAM, l’entrée de gamme, simple, basique) ce vendredi 20 novembre (le jour de l’anniversaire de ma fille, joyeux anniversaire ma chérie ! Et non le MBA n’est pas pour toi…), merci la Fnac, vu qu’Apple a du mal à livrer en ce moment. Rentré à la maison, déballage du Mac, démarrage…

Une boite de MacBook Air équipé de processeur M1.

Ah oui, ça démarre vite. Vraiment vite. Mais plus encore, c’est la fluidité constante de la machine qui surprend. Et évidemment, pas de chaleur, pas de bruit.

Côté performances… ça dépote.

Pour le fun, je me suis amusé à réaliser un de mes tests favoris : lancer un lot d’applications à la chaine… genre toutes les apps des dossiers Applications et Utilitaire . Les apps se lancent à une vitesse impressionnante, mais surtout, la machine reste réactive ET silencieuse. Là où le même test sur un MacBook Air de 2019 déclenche les ventilateurs en quelques secondes. Impressionnant.

Puisque je parlais de fluidité, un petit test rapide. J’ai installé Office 2019 sur ce Mac, et j’ai lancé Excel. Comme on peut le voir, côté consommation de RAM, c’est pas vraiment ça :

Capture d'écran du logiciel Moniteur d'activité sur macOS avec Excel sur processeur M1 via Rosetta.

Comme vous pouvez le constater, la consommation de RAM est très élevée, même avec un simple document Excel lancée. Rosetta 2 fonctionne très bien, mais semble gourmand en RAM : presque 1 Go direct. Ouch.

De même, côté fluidité de l’affichage, c’est pas encore ça sous Rosetta. Redimensionnez une page, et ça saccade pas mal. Mais attention : ça reste totalement, parfaitement utilisable, autant que sur un processeur Intel natif, voire meilleur ! Et rien que ça, c’est déjà très impressionnant. J’ai par exemple lancé Pixelmator sur le MacBook Air, et je me suis seulement posé la question après de savoir si j’avais une version native… et en fait, non (en fait seul Pixelmator Pro aura une version native, à priori… enfin, en dispose déjà).

Mais quand on installe la version native M1 (encore en beta) d’Excel & co, les comportements changent radicalement. La consommation de RAM devient totalement délirante : au lancement, Excel ne consomme plus que 200 Mo de RAM, voire moins (là il est à près de 110 Mo…), le système semblant beaucoup plus rapide à allouer la RAM aux apps, ou également à la récupérer.

Capture d'écran du logiciel Moniteur d'activité sur macOS avec Excel sur processeur M1 en version native.

Ces différences de comportement sur la consommation de RAM sont très intéressantes et très enthousiasmantes, et permettent de se poser la question de la pertinence de prendre des machines avec plus de mémoire vive. Pour 95% des utilisateurs, 8 Go devraient être suffisants pour les années à venir. Si vous avez cependant des doutes, prenez 16 Go, mais dites-vous juste que ça devrait être quand même OK avec 8 Go pour la plupart des cas.

Mais là encore, ce qui étonne toujours, c’est la réactivité de l’application qui impressionne, là où Excel pouvait rester lourdingue même avec un Mac récent. Là, ça reste toujours ultra fluide. Utilisez Mission Control, même avec 40 fenêtres, et l’effet reste toujours fluide là où le MBA tire la langue.

Et l’autonomie ? Là aussi, ça reste très impressionnant puisque j’utilise ce MBA depuis hier soir 21h30 environ, et je n’ai pas à chercher à le charger, et à 15 heures, il a encore 38% de batterie, alors que j’ai installé des logiciels, surfé, regardé des vidéos sur Twitch… En revanche, je pense qu’il a quand même perdu pas mal de batterie durant la nuit (environ 10% je dirais, après environ 10h de mise en veille). À vérifier. Mais dans tous les cas, je trouve la consommation très raisonnable, surtout vu les performances derrière.

Et ce n’est que le début

Je complèterai mes impressions durant les prochains jours, mais pour le moment, je suis totalement bluffé par les performances de ces nouveaux Mac, leur autonomie, et ceci même s’il s’agit finalement des mêmes machines extérieurement parlant. Et à moins de disposer d’apps très spécialisées pour lesquelles Rosetta pourrait poser problème , je vous invite à considérer sérieusement l’option M1 si vous envisagez de changer de Mac. Certes, peut-être que les premiers mois seront un peu rock’n’roll, le temps que les apps M1 débarquent en masse.

Et puis, reste évidemment les problèmes liés à l’absence de compatibilité Windows. Peut-être rédhibitoire pour certains, pas tellement pour la majorité. Là aussi, si vous devez utiliser des VM en masse, les Mac Intel restent la solution à privilégier.

Je tâcherai de revenir prochainement sur des points un peu plus techniques sur ces nouvelles machines. Mais aujourd’hui, je ne peux qu’applaudir Apple d’avoir osé faire ce pas très audacieux vers des Mac intégralement basés sur son propre silicium. Si la première génération de processeurs M1 dédiés aux Mac donne des performances aussi décoiffantes (corroborées par l’ensemble des tests que j’ai pu lire), je ne peux qu’être impatient de voir ce que ça donnera pour les futures machines professionnelles.