Archives de catégorie : Disparition

Adieu Mac OS X Server, petit ange parti trop tôt

Comme souvent chez Apple, les enterrements de produits sont effectués de façon bien plus discrète que les lancements (bon, sauf pour Mac OS 9, à l’époque). C’est le cas pour macOS Server, né Mac OS X Server, présenté avant même Mac OS X, dans sa fameuse version Rhapsody en 1999 par Steve Jobs.

Mac OS X Server, c’était le produit qu’on voyait concurrent ultime de Windows NT à l’époque. Multi-tâche, bardé de services, et taillé pour le futur, il proposait des nouveautés impressionnantes pour l’époque, et relativement simples à mettre en œuvre, comme le Netboot ou QuickTime Streaming Server.

Mac OS X Server - Higher Intellect Vintage Wiki
Si vous avez eu cette boite chez vous et avez fait mumuse avec : vous êtes vieux.

Et les années avançant, Apple l’avait encore de plus en plus équipé, avec des fonctions aussi qui lorgnaient directement vers Exchange (toute la partie collaboration avec ce qu’Apple nommait Teams et qui embarquait les calendriers et contacts partagés ainsi que le wiki), de la gestion de SAN avec Xsan, du réseau, de la gestion de poste de travails, un serveur de podcasts… Une vraie boite à outils multifonctions !

C’est par une simple note technique mise à jour ce 21 avril qu’Apple annonce la fin de macOS Server, qui n’était plus que l’ombre de lui-même depuis plusieurs années, la plupart de ses fonctions ayant migré au sein de macOS tout court (comme le partage de fichiers – qui a en fait toujours été là – ou le serveur de cache), ou sur d’autres solutions en ligne. Ou complètement dézinguées, en fait.

Curieusement, je ne suis pas particulièrement triste de cette disparition. Même si j’ai consacré beaucoup de temps à Mac OS X Server, et qu’il a été le moteur de l’activité de Gete.Net Consulting au tout début de mon activité il y a bientôt 16 ans, j’avais anticipé sa disparition complète il y a quatre ans, et déjà annoncé qu’il fallait se préparer à migrer sur d’autres plate-formes. Eh, j’avais même fait son éloge funèbre !

Note pour plus tard : le t-shirt moulant, c’est bien, mais avec quelques kilos de moins.

On peut toujours s’interroger sur les raisons de la fin de macOS Server, mais la raison principale pour moi tient en un mot : iPhone. À partir du moment où l’iPhone a été annoncé en janvier 2007, tous les regards se sont tournés vers le nouveau bébé prodigieux de Steve Jobs, à juste titre d’ailleurs. Mais déjà, à l’époque, Apple avait du retarder le lancement de Mac OS X Leopard pour que l’iPhone sorte dans les temps, et il aura fallu attendre Snow Leopard pour que toutes les fonctionnalités les plus ambitieuses de Mac OS X Server soient vraiment en place et (à peu près) stabilisées.

Stabilité… Cela aura d’ailleurs été le principal souci de Mac OS X Server. Oh, sur l’ensemble des services, ça tournait pas trop mal, mais la partie annuaire (Open Directory) n’a jamais été aussi solide qu’elle aurait du être. De ce point de vue, Mac OS X Server aura toujours été décevant alors qu’il aurait du être un parangon de stabilité. Et à partir du moment où Mac OS X Server est devenu une simple application installée par dessus Mac OS X, où le serveur était facturé 30 balles, le désintérêt d’Apple pour sa plate-forme était avéré.

Une fois le Xserve tué dans l’oeuf, le Mac mini Server dégagé, il n’y avait plus trop d’illusions à se faire. Le destin de Mac OS X Server était scellé, et ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’il soit définitivement mis à la porte. Il ne me reste donc plus qu’à migrer les quelques rares Mac mini Server encore en place chez mes clients pour définitivement tourner la page.

Mais quelle belle page de l’informatique Mac OS X Server aura été, que de formations auront-nous donné, et de certifications passé. Good bye, old friend, et merci à toi. Tu seras resté pendant plusieurs années un vrai compagnon de route, capricieux mais sympathique. qui m’aura accompagné durant de chouettes aventures, qui m’aura fait bouger dans le monde, qui m’aura fait rencontrer plein de gens sympa, et pour qui j’aurai fait du debug en veux en voilà.

Salut à toi, et pense bien à faire la bise à Mac OS 9 et ClarisWorks de ma part.

Goodbye Major Tom

Quelle meilleure façon de commencer l’année que de vous adresser mes meilleurs vœux pour 2016, avec de l’amour, du bonheur, de la santé, tout ça ?

Sauf que la vie avance, et qui dit vie qui avance, dit aussi, hélas, disparitions de ceux qui nous touchent.

David Bowie fait partie de ces artistes qui m’ont touché. Je ne sais pas comment l’expliquer, c’est arrivé par hasard il y a une quinzaine d’années, et même si je ne suis pas un fan de Bowie de la première heure, j’ai assez apprécié son œuvre depuis quelques années pour être vraiment peiné par sa disparition soudaine.

Je ne vais pas déblatérer trop longtemps sur son œuvre, d’une complexité incroyable. Mais juste vous parler d’un morceau.

Il s’appelle Absolute Beginners, et est extrait du film éponyme (qui a été un flop). Ce n’est pas son meilleur morceau, ni le plus connu. Mais quand j’étais petit, ce morceau passait de temps en temps au Top 50, et je le trouvais juste fascinant, du haut de mes 9 ans.

Et puis allez, un deuxième morceau. Parce que c’est un arrangement incroyable d’un des morceaux les plus connus de Bowie, et qu’il vous donnera des frissons dans le dos tant sa voix cristalline s’élève dans la foule totalement silencieuse.

https://www.youtube.com/watch?v=r8cENJO39Rs

 

David Bowie est et restera toujours une légende. Merci à lui.

Et comme lu aujourd’hui sur Twitter : If you’re ever sad, just remember the world is 4.543 billion years old and you somehow managed to exist at the same time as David Bowie.

Goodbye, Iwata-San

Iwata jpg2

 

J’avais prévu de diffuser ces jours-ci mon compte-rendu de la Japan Expo, où j’avais assisté à la Masterclass de Shigeru Miyamoto.

Mais hélas, Satoru Iwata, développeur de légende et CEO de Nintendo, vient de disparaître à 55 ans d’un putain de cancer. Kirby, Earthbound, c’était lui, La DS, la Wii, c’était lui. Il a porté Nintendo depuis 10 ans, et même s’il a fait parfois des erreurs, il les a toujours assumées, et il est resté fidèle à son crédo : le jeu, toujours et encore le jeu. Ses « Iwata Asks » et nombreuses facéties vont cruellement nous manquer. Et puis, quel autre big boss a pu jouer autant l’autodérision dans une vidéo aussi incroyable que ça ?

En tant que Nintendo-fan depuis 30 ans, je ne suis que tristesse infinie. Iwata n’aura pas eu droit hélas à un 1UP, mais sa passion reste avec nous pour toujours.

Et je ne pourrai jamais plus regarder un régime de bananes comme avant.

Iwata bananes

Hommages à Antoine Latour

Vous êtes nombreux à avoir demandé comment rendre hommage à Antoine.

Dominique Dupuy, Frédéric Morel et Michel Netzer, qui ont travaillé longtemps avec Antoine au sein d’Apple France, m’ont demandé de bien vouloir retransmettre les informations suivantes :

La famille d’Antoine, très affectée, est également un peu intimidée par l’ampleur de l’émotion suscitée par la brutale disparition d’Antoine. Elle ne recevra pas de condoléances à l’issue de la cérémonie. Nous les avons assurés de votre compréhension.

Elle vous informe qu’un Registre de Condoléances sera mis à votre disposition.

Pour ceux qui le peuvent, la cérémonie aura lieu au crématorium de Cornebarrieu à 12h30 le vendredi 22 juin.

La mise en bière aura lieu à 10h30 à l’adresse suivante : 

Établissement Medous Georges
22, avenue de la Bure
31370 Rieumes

Beaucoup d’entre vous souhaitent, en témoignage de leur attachement à Antoine, envoyer des fleurs. À bien y réfléchir, et nous souvenant de l’expérience piquante qu’Antoine gardait des fleurs et des rosiers en particulier, à l’initiative de Philippe, son ami et associé, nous vous proposons de transformer ce geste symbolique en action solidaire qui sera une aide précieuse pour Marina et les enfants. 

Aussi, pour ceux qui le souhaitent, merci de contacter Dominique Dupuy pour mettre en place cette action.

tel : 06 72 08 78 28 – dupuy.d@me.com

Enfin, un blog a été mis en place à l’adresse www.antoinelatour.fr. Vous pouvez également y poser vos commentaires, hommages, photos… Les commentaires déposés sur mon billet original seront transférés sur le site.

N.B. : Pour éviter de disperser les commentaires et hommages, les commentaires sur ce billet sont exceptionnellement fermés.

Adieu Antoine, merci pour tout

Il y a des billets qu’on n’a pas envie d’écrire. Ces billets qui font mal, parce qu’on les écrit toujours trop tôt, parce qu’ils sont remplis d’une émotion vive. Alors quand j’ai appris ce matin la disparition brutale d’Antoine Latour, une des légendes d’Apple France, dans un accident de moto, c’est un peu un coup de massue sur la tronche que je me suis pris.

J’ai connu Antoine en 1999. Cette année-là, j’avais lancé la TIL FR, un début de traduction de la Tech Info Library d’Apple (devenue depuis Knowledge Base). Je travaillais chez Apple Assistance, l’ancêtre du support AppleCare, et je me disais que les réponses à de nombreuses questions se trouvant dans cette TIL, mais les articles n’étaient alors disponibles qu’en anglais. J’ai commencé ces traductions tout seul, puis de nombreuses personnes se sont proposées pour m’aider, dont Laurent Gerlinger et Antoine Latour, que j’ai rencontré la première fois à mon retour en France lors du premier campus d’été Agnosys. Il m’a beaucoup appris, et je lui dois beaucoup.

Antoine, c’était la passion d’Apple, de la marque, de son esprit, avec une certaine indépendance revendiquée. Chez lui, le mot « corporate » était à envergure très variable… Il n’a jamais voulu quitter « sa » Toulouse, au point de préférer quitter Apple en 2008 pour monter SOS Mac avec son comparse Philippe Macone. Il était toujours prêt à dépanner, et ses connaissances sur le monde Mac étaient juste faramineuses. C’était une de ses passions, avec tant d’autres, dont l’aviation, et sa légendaire XM… Il était également l’un des grands présentateurs d’Apple lors des Apple Expo, où son bagout et son expérience rendaient chaque présentation vraiment unique… Nous avions d’ailleurs travaillé ensemble sur les conférences de la dernière Apple Expo de 2008. Antoine ne savait pas communiquer sa passion : il n’avait en fait pas besoin de le savoir, car c’était juste naturel chez lui.

Aujourd’hui, c’est une grande partie de l’âme d’Apple, et particulièrement d’Apple France, qui est partie. Les grands éclats de rire d’Antoine vont vraiment nous manquer. Adieu l’ami, et encore merci pour tout. Et mes pensées vers son épouse, ses enfants, et tous ses proches (Michel et Philippe en tête).

Màj : un dernier hommage lui sera rendu vendredi 22 juin à 11h. Le lieu de son inhumation ne m’a pas encore été renseigné, je le posterai dès que j’en sais plus.

NB : concernant les infos pratiques sur les hommages rendus à Antoine, j’ai préféré les déplacer sur un nouveau billet.

Si vous avez connu Antoine, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire. Ils seront tous regroupés et postés sur un petit site qui sera mis en ligne prochainement.

Sadmac

Adieu Shingo Araki

Goldorak, Ulysse 31, Signé Cat’s Eyes, Inspecteur Gadget, Saint Seiya… Si comme moi votre enfance et votre adolescence ont été bercés par ces fantastiques dessins animés, c’est grâce (entre autres) au talent de Shingo Araki. Celui-ci nous a malheureusement quitté mercredi à l’âge de de 72 ans.

Alors, au nom de la génération RécréA2/ Club Dorothée, je tenais à vous remercier, M. Araki, de nous avoir fait rêver avec vos histoires et vos héros fabuleux. Et comme le suggère Winny.fr :

Tous ensemble concentrons nous et faisons exploser notre cosmos en sa mémoire.