Archive for Astuces

Regagnez 1,5 Go sur l’installation d’Office 2016 Mac

Microsoft Office 2016 Mac est particulièrement gourmand en espace-disque : pratiquement 7 Go pour l’ensemble de la suite ! Il faut dire que Microsoft n’y a pas été de main morte : chaque application est pratiquement entièrement auto-contenue, à un point où cela devient ridicule. Par exemple, le dossier de polices est intégré à chaque application, là où il était présent uniquement dans le dossier Polices principal du Mac (dans /Bibliothèque/Fonts).

Sauf que ça ne sert pas à grand chose, et que ça gaspille beaucoup d’espace pour rien. Donc… regagnons de l’espace ! Pour cela, rien de plus simple : téléchargez le script en bas d’article, lancez-le, et validez puis tapez l’identifiant et mot de passe d’un administrateur du poste. Et hop, toutes les polices seront regroupées dans un dossier Microsoft_Office_2016 dans /Bibliothèque/Fonts, et supprimées de leurs applications respectives, qui continueront de parfaitement tourner.

Attention cependant : il faudra probablement répéter l’opération si vous installez une mise à jour des applications Office.

Bénéfice total ? L’ensemble des applications Office passe de 6,83 Go… à 5,41 Go, en tenant compte des polices recopiées dans /Bibliothèque/Fonts/Microsoft_Office_2016. Pratiquement 1,5 Go récupéré, pas mal !

Office 2016 Redux

Le script a été testé sous Yosemite et El Capitan, sans difficulté majeure. Et il ne sert à rien sous Office 2011 (je préfère préciser hein).

Télécharger Regrouper Police Office 2016 (65 Ko)

iTunes, iPhone et le piège du chiffrement de sauvegarde

Petit cas intéressant la semaine passée : soit un iPhone 5s à faire migrer vers un nouvel iPhone 6 pour un de mes clients. Je branche le 5s sur son Mac, et je vais lancer la sauvegarde, qui était chiffrée. C’est pratique de chiffrer sa sauvegarde iTunes : au moins, quand on restaure sa sauvegarde, on conserve les éléments du trousseau, comme les mots de passe de mail, des points d’accès Wi-Fi… Fort utile. Si vous ne savez pas comment créer une sauvegarde chiffrée, rien de plus simple : cochez la case Chiffrer la sauvegarde locale dans le résumé de l’iPhone sur iTunes (c’est un iPad sur les captures d’écran, mais l’opération reste identique avec l’iPhone), puis tapez un mot de passe et confirmez-le.

Chiffrement iOS1

Chiffrement iOS4

Enfin, c’est utile SI ON N’OUBLIE PAS LE MOT DE PASSE DE LA SAUVEGARDE, ou si on a bien pensé à cocher la case Mémoriser ce mot de passe dans mon trousseau.

Or, ce n’était pas le cas ici : j’avais lancé une sauvegarde quelques temps auparavant de cet appareil, il a été sauvegardé sans problème, mais le mot de passe n’avait pas été stocké dans le trousseau1. Du coup, impossible de restaurer la sauvegarde (qui pouvait cependant toujours être effectuée).

Bah, pas grave, j’ai qu’à faire une nouvelle sauvegarde, et ne pas ré-utiliser la dernière, me dis-je.

Pas compliqué : menu iTunes > Préférences > Appareils > Supprimer la sauvegarde. Woké. Et on relance la sauvegarde.

Chiffrement iOS6

Maaiieeeeeeuh… Pourquoi iTunes veut toujours que j’utilise une sauvegarde chiffrée ?

Et pourquoi je dois toujours re-taper le mot de passe de la sauvegarde alors qu’il s’agit d’une nouvelle sauvegarde ?

Donc, là, iTunes me bloque. Woké, Pas grave, je prends l’iPhone, je le branche sur un autre Mac, et je relance la sauve…

HEIN QUOI QUE DONC QUOI HEIN ?

iTunes veut TOUJOURS le mot de passe de la sauvegarde ? Le mot de passe original que je n’ai plus ?!?

Conclusion donc définitive, et confirmée via Twitter ainsi que par cet article technique d’Apple : c’est l’iPhone lui-même qui gère le chiffrement de la sauvegarde, à partir du moment où celui-ci a été activé. Pas iTunes, pas le Mac, non : l’iPhone uniquement.

Donc, si vous perdez le mot de passe de la sauvegarde : vous êtes mort. Enfin, façon de parler, mais vous ne serez plus capable d’utiliser une sauvegarde chiffrée tant que vous n’aurez pas  complètement restauré l’iPhone.

La seule solution sera alors de sauvegarder via iCloud votre appareil, puis restaurer sa sauvegarde sur votre iPhone/iPad/iPod Touch. Ou de déchiffrer la sauvegarde existante en mode brute force avec un utilitaire dédié (il en existe, fonctionnels uniquement sous Windows malheureusement). En espérant que le mot de passe ne soit pas trop long, car sinon ça pourrait prendre très, très longtemps…

Toujours bon à savoir !

  1. C’était là ma plus grosse erreur, qui a entrainé tout le reste)

iTunes et iOS : quand la synchronisation locale ne marche plus

Cas d’école ces jours-ci sur les problèmes récurrents de synchronisation dont souffrent iOS et iTunes depuis quelques temps déjà, problèmes sur lesquels Kirk Mc Elhearn (que vous avez bien évidemment découvert par 3 Hommes et un podcast) s’est par exemple longuement épanché depuis quelques temps déjà (page en anglais). Et même si chaque mise à jour d’iTunes apporte un mieux théorique, c’est encore loin d’être gagné.

Exemple hier avec la synchronisation locale d’événements du calendrier et de contacts entre iTunes 12 et un iPhone sous OS 8 chez un client. Impossible d’assurer une synchro correcte : ça mouline, ça mouline… et puis, rien. Pas de message d’erreur, rien. On supprime tous les contacts locaux, et… rien à faire, ça ne passe pas. Pire encore, après avoir par exemple supprimé un groupe dans Contacts, si on retourne dans iTunes, le groupe n’est pas supprimé, même après redémarrage !

Je me suis pas mal pris la tête pour essayer de trouver une solution, et… j’ai trouvé. En fait, les informations de synchro sont également stockée dans un fichier appelé Local, situé dans ~/Bibliothèque/Application Support/SyncServices. Il s’agit en réalité d’un bundle (on peut accéder à son contenu via un clic droit > Afficher le contenu du paquet. Chez mon client, il pesait plus d’un giga-octets ! J’ai donc sauvegardé le fichier, puis je l’ai supprimé.

Le fichier Local

J’ai relancé iTunes, et là, miracle, plus de dossier fantôme, et la synchronisation fonctionne de façon impeccable… Ouf !

Donc, en cas de souci de synchro locale, surveillez vraiment ce fichier…

Mavericks et le transfert de fichiers qui ne finit jamais

Je viens de rencontrer sur le serveur d’un client un bug très curieux et particulièrement agaçant1. Après avoir installé un nouveau Mac mini en version serveur, j’ai déployé dessus l’excellent Rumpus, qui propose une interface super simple pour télécharger des fichiers en FTP, web, SFTP… Un logiciel éprouvé et à l’excellent support technique.

Sauf que là, quand on essaie de transférer des fichiers fichiers de 50 Mo ou plus depuis Rumpus, aucun ne s’achève. Le transfert commence correctement, puis…semble suspendu indéfiniment. Le téléchargement bloque à des endroits différents, et tout se passe comme si plus aucun paquet n’arrivait… sans que la liaison soit coupée. Mieux encore (ou pire, c’est selon), on peut continuer à contrôler le serveur à distance, les autres services fonctionnent correctement, et le même transfert en LAN ne pose aucun souci.

Après avoir mis hors de cause la ligne SDSL2 ou le reste de l’environnement réseau ou même Rumpus, puisque le souci arrivait également avec un transfert via scp, j’ai réussi à trouver un début de piste dans les Internets. En particulier, cette discussion sur le forum de JAMF (développeur de Casper) où est abordée une nouvelle fonction de Maverick : la validation ARP, expliquée plus en détails sur un blog de Cisco. Pour corriger le problème, il faut donc désactiver les réponses unicast ARP de Mavericks, en modifiant le fichier /etc/sysctl.conf (qui n’existe pas forcément par défaut) et en y rajoutant la ligne suivante :

net.link.ether.inet.arp_unicast_lim=0

Vous pouvez aussi télécharger un script shell qui fait ça fort bien pour vous sur Github. Téléchargez le script, modifiez les autorisations pour qu’il puisse être exécutable (chmod 755), et lancez le avec sudo.

Ceci fait, redémarrez votre Mac… Et hop, plus de souci de téléchargement à travers le WAN ! Merci qui ? Merci les Internets !

Attention : n’utilisez ce script QUE si vous avez des problèmes lorsqu’on vient télécharger depuis chez vous par exemple (téléversement, ou upload). Le patch en question concerne surtout OS X dans des conditions bien spécifiques. Ne l’appliquez pas « juste pour améliorer votre vitesse de téléchargement à Internet », ça ne servira sûrement à rien :-)

  1. Durant cette période de l’année où je suis particulièrement chargé, il m’a fallu presque cinq jours pour trouver la solution…
  2. Merci au support de Stella Telecom d’ailleurs, plutôt efficace.

Envoyer un mail avec une autre adresse e-mail via Gmail sur iOS

Une cliente m’a posé une petite colle ces derniers jours. Elle utilise un compte Gmail pour sa messagerie, mais souhaite que son adresse avec son domaine personnalisé apparaisse quand elle envoie un message. En clair, plutôt que le destinataire reçoive un message de la part de contactclient@gmail.com, le message apparaisse comme provenant de contact@leclient.fr. Ce qui n’est ni esthétique, ni très pro.

Et bien, effectuer une configuration de ce type est loin d’être aussi évident qu’il y paraît avec iOS. Après avoir cherché longtemps, et lancé un appel sur Twitter, il semble que les conclusions sont définitives :

C’est un peu beaucoup la merde à mettre en place. J’ai reçu pas mal de réponses, certaines assez contradictoires, mais au final, j’ai réussi à avoir des infos à peu près claires.

En fait, lorsque vous envoyez un message via un compte Gmail sur iOS, l’adresse Gmail original apparaît toujours (sauf à utiliser un compte Google Apps, et donc payer, selon @ristic OU à ne pas utiliser le SMTP de Gmail).

Mais même dans ce cas, c’est moins évident qu’il n’y paraît. En effet, si vous créez un compte de type Gmail sur iOS, le SMTP utilisé sera TOUJOURS celui de Google. Même si vous ajoutez un serveur SMTP secondaire, celui de Google aura toujours la priorité. Pire encore, vous ne pouvez pas le désactiver.

Seule solution : passer… en IMAP. Donc supprimer le compte Gmail, et re-paramétrer un compte de messagerie de type Autre > Mail dans la partie Réglages > Mail, Contacts, Calendrier d’iOS.

Mais là encore, subtilité. J’avais au départ renseigné le compte en mettant tous les paramètres de Gmail, y compris SMTP, puis paramètré un serveur SMTP secondaire non Gmail, avant de désactiver le serveur SMTP principal Gmail. Théoriquement, on se dit que si le serveur Gmail est désactivé dans iOS, le serveur secondaire devrait être pris en compte en priorité. Et bien, pas du tout ! Le serveur Gmail continue d’être exploité en priorité, même s’il est désactivé selon iOS. Là, je penche plutôt pour le bug idiot, parce que je ne vois pas la logique de permettre de désactiver un compte  mais qu’il reste finalement actif ET prioritaire.

La seule solution consiste donc à mettre dans les paramètres du compte toutes les informations d’un autre compte SMTP non Gmail dans les paramètres du serveur primaire. Et là, ça marche : le message arrive bien avec la bonne adresse e-mail affichée.

Malgré tout, c’est un vrai problème, dû à la fois à Google ET à Apple. Si Gmail a un fonctionnement en IMAP bien particulier (les déboires de la 10.9 avec Gmail sont là pour le rappeler), son fonctionnement en SMTP est tout aussi étrange : à partir du moment où le serveur accepte un identifiant pour l’authentification SMTP ET que l’adresse d’envoi est bonne, il n’y a aucune raison pour que le serveur ré-écrive l’adresse e-mail d’expédition. Mais Apple ne nous simplifie pas non plus la vie, en empêchant toute modification sur la création d’un compte Gmail à posteriori (les réglages du serveur d’envoi sont tous grisés), et en utilisant un serveur SMTP pourtant désactivé comme serveur primaire d’expédition…

Quand le compteur de Mail perd les pédales

Je viens tout juste de passer sur Mavericks, après deux semaines plutôt agitées côté taf [[1.Quand on est en pleine migration de système pour un client, on préfère éviter les blagues avec sa propre bécane à un moment critique…). Mise à jour standard, faite sans grosse difficulté : je ne fais plus de clean install depuis longtemps, et ça ne m’a jamais apporté de souci majeur.

Cette fois-ci, un peu plus que d’habitude. Au lancement, Mail m’annonce qu’il ne peut convertir ma base de messages au nouveau format, puis m’avertt qu’il devra à nouveau tout importer au prochain lancement; Et oui, effectivement, c’est ce qui se passe… mais pas de souci majeur à l’arrivée, les mails sont tous là et bien là.

Sauf qu’il y a un léger souci. J’ai une boite intelligente qui m’indique le nombre de messages non lus. Et là, je constate que…

 

Mail Erreur messages Non lus

… Mail m’indique toujours un message non lu, alors que tous les messages sont bien lus. Gênant.

Solution glanée sur les forums de discussion d’Apple, souvent bien garnis en réponses pertinentes :

  1. Quitter Mail ;
  2. Aller dans ~/Bibliothèque/Mail/V2/MailData/ ;
  3. Mettre à la Corbeille tous les fichiers commençant par Envelope Index ;
  4. Relancer Mail.

Si ça ne suffit pas :

  1. Sélectionnez toutes les boites aux lettes dans la liste (un bon commande + A suffira) ;
  2. Attendez. Mail va lire le contenu des boites et éventuellement remettre à jour le compteur.

Si ça ne suffit toujours pas…

Et ben tant pis. Na.

OS X : Filevault et Assistant migration ne font pas bon ménage

Si vous utilisez l’assistant de migration d’OS X pour migrer un compte utilisateur d’OS X vers une autre machine et que cette dernière utilise Filevault 2, attention… En effet, si sur le coup, tout semble impeccable, au redémarrage suivant, vous risquez de ne plus voir apparaître votre compte utilisateur nouvellement migré !

La raison en est simple : si le compte a bien été migré, il n’a pas pour autant automatiquement le droit de déverrouiller le disque avec le compte Filevault. Pour cela, ouvrez la préférence Système Sécurité, et cliquez sur le bouton Activer les utilisateurs

Cliquez ensuite sur Activer l’utilisateur… et tapez son mot de passe et validez.

Filevault2

Vous aurez alors accès à votre compte dès le démarrage… Ouf ! Le plus étonnant dans cette histoire est que l’Assistant migration ne semble pas prévenir après la fin de la migration de cet éventuel problème, c’est ballot.

Rendre l’historique des liens Google ou t.co dans Safari à nouveau lisible

Depuis quelques temps, je me prends bien la tête avec l’historique de Safari. Explication : quand je fais une recherche sur Google, j’ai tendance à cliquer sur chaque lien de la premièr page de résultats avec la touche Commande enfoncée afin d’ouvrir les liens dans des onglets. Rien d’extraordinaire, à priori, sauf que l’historique de Safari devient alors inutilisable :

Historique Google Safari

 

Tout ça parce que Google rajoute du code Javascript à la noix pour traquer un peu plus votre activité, groumpf. Heureusement, il existe une solution : l’extension GDirectLinks pour Safari corrige le problème en désactivant le code Javascript problématique, pour avoir à nouveau un bel historique tout propre. Ouf ! Le site de Canisbos Software est plein d’extensions sympathiques pour Safari, allez donc y jeter un coup d’œil. Petit rappel pratique : les extensions de navigateur se dégustent une par une. N’installez pas 50 extensions d’un coup : installez-en une, testez un jour ou deux, puis une autre, etc. Vous ne voudriez pas rendre votre beau navigateur tout instable, si ?

Ah, et dans le même ordre d’idée, si les liens en t.co (utilisés par Twitter pour raccourcir les URLs) vous font le même gag, y’a Detox qui est très bien.

Mail (Mountain Lion) : un raccourci pour changer la méthode de recherche

Lorsque vous tapez un critère dans le champ de recherche de Mail, ce dernier affiche les différents résultats s’approchant de votre demande : 

Astuce Raccourci Mail 1

Si vous sélectionnez un résultat, le mot tapé se transforme en mot-clé, précédé d’un petit menu permettant de changer le type de recherche. Ainsi, si vous avez sélectionné un nom de contact, vous pouvez passer d’une recherche de messages de cette personne à une recherche sur les messages à cette personne. Hyper pratique.

Astuce Raccourci Mail 5

 

Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est qu’en enfonçant les touches Option + tabulation après avoir sélectionné un critère de recherche , vous pourrez passer facilement d’un type de recherche à l’autre. Plus besoin de cliquer sur le petit menu pour passer de À à De ou encore à Tout…

Par exemple ici, vous avez sélectionné De :

Astuce Raccourci Mail 2

Enfoncez Option + Tab, et vous passez à À :

Astuce Raccourci Mail 3

Et encore Alt + Tab, et c’est désormais Tout qui s’affiche.

Astuce Raccourci Mail 4

PS : Et si vous avez envie d’afficher votre nom à l’envers comme Woz, ça se passe par ici.

Des rendez-vous à la minute près avec Calendrier

Une petite astuce intéressante dans Calendrier sous OS X 10.8 (et peut-être dans les anciennes versions, pas testé) : quand vous créez un rendez-vous, vous glissez le curseur vers le bas pour ajouter du temps par palier de un quart d’heure. Classique. Mais si vous enfoncez la touche Majuscule (Shift) pendant que vous glissez le curseur vers le bas ou le haut, vous pouvez sélectionner la durée du rendez-vous à la minute près. La minute de l’heure s’affichera alors à gauche dans la marge.

Calendrier RDV Precis

 

D’ailleurs, si vous cliquez à un endroit précis dans la zone du calendrier avec la touche Majuscule enfoncée, le point de départ du rendez-vous sera également défini à la minute près.

Enfin, si vous déplacez le rendez-vous avec Majuscule, il sera également possible de le déplacer à la minute près.