Archive for 18 septembre 2007

Fin de l’histoire, suite de l’aventure

Bon, comme ça commence à être la guerre des post sur le forum de MB, je vais donc conclure ici.

Lionel, je m’excuse de t’avoir attaqué sur ton iPhone. L’attaque, il est vrai, était inutile et personnelle. Mea culpa.

Je m’excuse de t’avoir attaqué lorsque tu avais dit que Univers Mac était mort. Au final, tu as eu raison. Pas au moment où tu as publié ta news, mais au final. Tu étais en avance sur l’actu, c’est tout.

Mais je me réserve le droit d’émettre des commentaires sur les actualités que tu diffuses, si elles me semblent manquer de recul. Ce n’est pas m’en prendre personnellement à toi, ce n’est pas avoir de la haine pour toi, mais simplement garder son sens critique par rapport à l’attention que les médias portent à une société pour laquelle nous avons une même passion, mais avec une perception différente : toi parce que tu en es client, moi parce que j’en suis client MAIS aussi parce qu’elle me fait indirectement vivre. Ce qui explique au passage que je sois, selon toi, « trop corporate » : c’est plutôt du devoir de réserve, voire du NDA, et ça ne fait pas de moi un « looser rejeté par Apple », comme tu l’as gentiment dit.

Tu te réserves le droit d’être le poil à gratter d’Apple, et tu sembles y prendre un malin plaisir. Laisse-moi donc le soin de jouer de temps en temps le rôle de poil à gratter de la CMF, dont tu es aujourd’hui le premier représentant. Et promis, tu ne seras plus dans le futur ma seule cible, que ça soit en bien ou en mal :-)

Et ne prends pas cela comme des attaques personnelles, mais comme simplement un équilibre dans la balance par rapport à l’énorme pouvoir qu’est devenu MacBidouille, que tu le veuilles ou non. Apple a le droit à son lot de critiques, tout comme elle a aussi droit à son lot de louanges. Quand les louanges sont injustifiées, il faut le dire, quand les critiques sont injustifiées, il faut le dire aussi. Ce n’est pas être un « fanboy » ou un « Fanatik », c’est juste savoir rétablir la balance quand il le faut.

Je continuerai de lire Macbidouille pour les actualités et les critiques souvent intéressantes que tu y diffuses. J’espère que tu continueras de lire ce blog pour les mêmes raisons. Quand bien même ça devrait parfois te déplaire un chouïa : après tout, le poil à gratter, c’est rigolo parfois de le distribuer, mais je comprends que ça puisse être désagréable d’en être la victime. Pour toi comme pour moi, n’est-ce pas ?

Et si tu veux qu’on en discute en buvant un coup sur Apple Expo, pas de souci. Mais perso, je bois pas d’alcool.

PS : concernant l’Apple TV, je persiste à penser que tu as tort car tu as une vision trop européenne d’un produit qu’Apple conçoit pour le moment comme US-centric. Mais je referai un article prochainement sur l’Apple TV, pas sur Forbes & MB. Pour qu’on sépare un peu les sujets. Va lire aussi roughlydrafted.com, tu comprendras un peu plus comment l’article de Forbes est biaisé.

MB soutient Forbes, qui s’en prend à Steve Jobs

Tiens, la petite polémique du matin est arrivée, grâce à une niouze de Lionel qui, citant Forbes, déclare que l’Apple TV est un iFlop.

Allez, commentons, parce que là, il y a à dire. Et autant sur Forbes que sur MacBidouille.

Je vais d’abord revenir sur l’article original de Forbes. Car contrairement à ce que dit Lionel, il est tout, sauf argumenté. C’est même assez pitoyable, en fait, de la part d’un journal soi-disant sérieux.

Commençons par le début : les chiffres. 250 000 unités vendues : c’est donc un flop. Mais flop par rapport à quoi ? Par rapport aux ventes de quels produits ? Et surtout, par rapport à quels objectifs annoncés par Apple ? Facile : il n’y en a jamais eu aucun. Steve Jobs l’a toujours dit : l’AppleTV est un hobby, et contrairement à ce que dit Lionel, ce n’est pas une nouvelle stratégie suite aux méventes du produit : c’est ce qui était annoncé par Jobs dès le début. Apple n’a jamais considéré qu’il s’agissait d’un produit aux ventes critiques : éventuellement, un « quatrième pied » pour Apple, mais les trois premiers ont clairement été cités comme le Mac, l’iPod et l’iPhone. Donc, dire que le produit est un flop, alors qu’on ne sait même pas ce qu’Apple pensait en vendre, c’est juste ridicule. Mais bon, ce n’est pas la première fois qu’un analyste dit n’importe quoi, sans étayer ses propos.

Ensuite, l’origine du chiffre. D’où vient-il ? Mystère, aucune source claire n’étant indiquée. Mais c’est bien moins bon que l’iPhone, donc les ventes sont mauvaises. C’est amusant : moi j’aurais plutôt comparé les ventes de l’AppleTV à un produit similaire, genre un système de diffusion de vidéo en ligne concurrent, mais pas au téléphone d’un autre concurrent. Est-ce qu’on compare les ventes des souris Microsoft pour dire si les ventes de XBox sont mauvaises ? Bien sûr que non, mais curieusement, dans le cas d’Apple, on peut se permettre de faire du bruit avec du vent.

Ce sont les mêmes gens qui estimaient qu’en juin, Apple espérait vendre 1 million d’iPhones en un week-end et qui étaient surprises de voir qu’il n’y en avait *que* 270 000 en deux jours (plus exactement, en 30h), alors que le seul objectif annoncé était « 10 millions fin 2008 ». Ou encore, toujours pour l’iPhone, qu’il était impossible pour Apple d’atteindre justement cet objectif puisqu’il ne s’était vendu qu’un million d’iPhones en 3 mois… tout en oubliant au passage que le produit n’est pas encore vendu en dehors des USA, ou que les ventes peuvent s’accélérer sur la période de vie d’un produit (c’est ce qui s’est produit, au hasard, pour l’iPod).

Autre argument massue de Forbes : « Apple n’a pas donné les chiffres de vente de l’AppleTV, DONC ils sont mauvais ». Ils ont juste oublié deux petits détails : Apple ne donne jamais les ventes par catégorie de produit durant ses résultats financiers, et les ventes de l’AppleTV sont comptées par Apple comme un abonnement, donc à comptabiliser sur une période plus longue.

Ce qui est assez rigolo, c’est que l’AppleTV est comparé à différents concurrents, dont *aucun* n’offre réellement d’avantage au consommateur (DRM ultra-poussées entre autres),

« Apple a raté le coche de la vidéo en ligne et de YouTube, et aurait du le proposer dès le départ ». Mouais. Sauf que c’est oublier quelques détails techniques pas forcément très agréables : la compression imposée par YouTube rend les vidéos absolument dégueulasses à regarder sur la télé, et l’utilisation d’un lecteur basé sur Flash rend l’objet bien plus compliqué à utiliser avec une télécommande comme l’Apple Remote, car, voyez-vous, les contrôles en Flash n’ont rien de commun à ceux de Mac OS X, et qu’en plus, Flash est un monstre consommateur de CPU (il suffit d’ouvrir deux ou trois pages en Flash avec Safari pour s’en rendre compte) et particulièrement plantogène (les crashs de Flash sont légion). Pour un produit grand public, cela aurait particulièrement compliqué les choses.

Encore un point étonnant : Forbes compare l’AppleTV à d’autres produits, comme TiVo (qui a pourtant démarré il y a bien plus longtemps qu’AppleTV…), ou la XBox360. Des produits qui se sont vendus certes par millions, mais qui ont en commun d’être particulièrement déficitaires. Disons que dans le cas de la XBox360, si elle avait été vendue par une autre boite que Microsoft (soutenue par la pompe à fric que représentent les ventes d’Office et Windows), la société aurait été en banqueroute depuis longtemps. Quand au succès des ventes de TiVo, il ne masque pas des pertes importantes… référencées par Forbes itself. Plus de 70M de $ de pertes en 5 trimestres, ça c’est un succès… Mieux vaut donc vendre un produit à perte, que vendre moins mais à profit, même faible : c’est ce qu’il semble ressortir de la non-analyse de Forbes.

(Détail amusant : dans l’article, l’AppleTV est référencé quatre fois comme iTV, ce qui a toujours été son nom de code avant d’être officiellement nommé AppleTV. À croire que l’article a été écrit il y a presque un an…)

Bref : l’article de Forbes est rempli de mauvaise foi, n’est absolument pas factuel, et veut faire croire que la tête d’Apple est sous l’eau, alors que les autres gisent déjà au fond de la rivière.

Maintenant, j’aurais jamais jeté un oeil sur cet article de Forbes si Macbidouille n’en avait pas parlé. J’avais déjà noté le manque d’esprit critique de Lionel lors de sa précédente actu sur les ventes de l’AppleTV, je vois que ça ne change pas. Reprenons…

« Forbes a depuis un moment la dent très dure face à Apple et à Steve Jobs, n’hésitant pas à fustiger aussi bien la société que son emblématique dirigeant. »

Donc, ils ont une dent contre Apple, et on va devoir s’attendre à un article non-engagé, parfaitement neutre ? Hmmmmmm…

« Cette fois-ci, ils s’en prennent à l’Apple TV qu’ils appellent iFlop. Le chapeau de l’article, « Steve Jobs a essayé de concevoir — et de diriger — le futur de la télévision. Voici comment il a échoué. »

Ah oui, c’est logique. Apple a d’ailleurs poussé à mort l’AppleTV, a mis des pubs partout pour le vendre, a placardé sa photo sur l’Arc de Triomphe, a déterminé que c’était LE produit de l’année qui allait se vendre à la pelle, et après quatre mois de mise en vente, n’a pas réussi à faire en sorte que le monde entier utilise un AppleTV. Donc, c’est un échec. Vraiment imparable.

Rappel : il a fallu trois trimestres à l’iPod pour atteindre les 250 000 unités vendues. On connait le flop qu’ils ont ensuite fait.

« L’argumentaire reste censé et construit, comme on peut l’attendre de Forbes. »

Voir plus haut pour le côté construit et censé. J’ai vu des articles de Voici mieux argumentés.

« L’Apple TV n’a pas été le succès escompté par Apple, et est passé d’un magnifique produit à un hobby. »

Il faut savoir faire la différence entre le discours marketing et la réalité économique. Or, ici, on veut tout mettre dans le même panier. L’AppleTV EST un hobby pour Apple car cela ne représente pas un produit critique pour l’avenir. MAIS c’est un magnifique produit, car on veut le vendre quand même. C’est un magnifique produit : s’il se vend, tant mieux, s’il ne se vend pas *énormément*, ce n’est pas critique. On ne parle pas de la PS3, là. Et j’imagine mal Jobs monter sur scène en disant « voici notre nouveau produit, il est pourri, ne l’achetez pas, de toute façon c’est un hobby ».

« Forbes semble surtout en vouloir à Apple de ne pas avoir voulu répondre à leur question sur le sujet. »

Bon, alors, faut se mettre d’accord : soit l’article est sensé et s’appuie sur des faits réels, auquel cas il n’y a pas besoin de justifier son existence, soit Forbes a une dent contre Apple et on le sait, ce qui permet de mettre en doute automatiquement l’argumentation et d’en voir les failles.

« Dans les faits, l’Apple TV est un produit très sympa, mais qui manque cruellement de vie propre. Il ne tiendrait qu’à Apple de le rendre plus attrayant en lui donnant par exemple la capacité d’acheter de la musique de manière autonome ou de devenir tout simplement un ordinateur « de télévision » avec un clavier et une souris. »

Marrant, j’ai ça depuis quelques mois sur ma télé, et ça marche parfaitement : ça s’appelle un Mac mini. Si si, je vous assure. Alors, certes, c’est moins plug’n’play, et un peu plus cher, mais ça marche nickel, et c’est BEAUCOUP plus agréable à utiliser que bien des solutions d’enregistrement numérique (j’ai testé les platines Kiss, plus jamais ça !).

Plus sérieusement, l’AppleTV n’a pas pour vocation d’être un ordinateur individuel. C’est un complément de l’ordinateur, comme les Windows Media Extender dont la XBox 360 est le représentant le plus courant. Le but est de faire entrer iTunes dans le salon, mais pas de remplacer la vente du Mac.

« Il manque aussi bien entendu des contenus à acheter, et la situation va encore se dégrader avec le retrait de NBC. »

C’est vrai : nous allons regretter énormément que NBC veuille nous fourguer des lots de 3 épisodes, avec 2 épisodes d’une série pourrie pour un épisode d’une série valable. Car si Apple a refusé, c’était surtout à cause de ce « détail ». Apple est trop cruelle de penser au bien-être du consommateur au lieu de laisser les majors décider de nous vendre le divertissement en paquets.

Ou alors, peut-être que NBC va revenir en rampant en se rendant compte que finalement, la vente en ligne avec Amazon, ben ça marche pas si bien que ça, parce qu’une fois de plus leurs conditions seront trop restrictives. Bon, de toute façon, on ne le saura jamais, puisqu’une fois de plus, les DRM utilisées seront sûrement basées sur WMP, donc, ça sera mort pour les Mac.

Tiens, au passage, pourquoi à votre avis iTunes s’est imposé sur le marché ? Parce que c’était le système de vente de morceau en ligne le plus souple pour le consommateur. Les majors ont laissé Apple faire en se disant « bah si ça se casse la gueule, c’est pas grave, ça touchera que les Mac et Apple », elles ont vu au final que ah ben mince alors, ça marche super fort, et au final, quelle est la réaction ? « Il faut augmenter les tarifs, POGNON POGNON POGNOOOOOOOOOON ! ».

Voilà comment on peut redonner de l’attrait à BitTorrent.

« Mais peut-être que la mise en place de location de films (en 720p ce serait mieux) va relancer l’intérêt vacillant de ce produit. »

Si ce point est tout à fait valide, c’est aussi oublier que l’AppleTV se situe sur un marché particulièrement occupé, et encore plus spécifique en France, à cause de la concurrence des offres Triple Play. Donc, forcément, il est plus dur de se battre. Et comme Apple doit ménager le consommateur ET les majors, mettre en place des partenariats s’avère beaucoup, beaucoup plus compliqué. Et ça se complique encore avec les séries télé et le cinéma, avec la régionalisation, etc. Alors, oui, peut-être que ça facilitera les choses aux US, mais en France, j’ai un doute. Je sais, Lionel parlait pas de la France, mais j’extrapole.

Heureusement que l’information est bien diffusée grace à Forbes. Malheureusement, dommage que MB oublie son sens critique, juste parce qu’il y marqué « forbes.com » dans l’URL.

Disparition de Supernana

Supernana, ça ne vous dit pas grand chose peut-être, et c’est sûrement un peu normal. Mais elle a été un grand personnage de la radio, d’abord en participant à Carbone 14, puis par sa tout autant mythique émission sur Skyrock (à l’époque où cette radio était encore écoutable).

Elle animait la tranche de la nuit, et c’était surtout une grosse tranche de rigolade : les invités étaient nombreux (le prince de Hénin, Laurent Petitguillaume, le patron de la station Pierre Bellanger et bien d’autres y passaient une bonne partie de leur nuit) , elle aimait faire découvrir des groupes improbables, elle était provoc, mais jamais inutilement.

Je l’ai découverte en 1993, durant mon année de terminale, et même si c’était parfois dur de se lever à 7 heures du mat’ après avoir passé une grosse partie de la nuit à l’écouter (*), c’était très souvent de très grands moments de radio (il faudra d’ailleurs que je pense un jour à numériser ces cassettes qui restent dans mes tiroirs…).

Après son licenciement de Skyrock, sa carrière n’a malheureusement pas vraiment suivi. Elle est partie, emportée par la maladie, mais je voulais la remercier pour ces moments d’intense rigolade et d’émotions qu’elle m’a fournis. Et si vous voulez plus la connaitre, allez voir ce site(malheureusement la qualité des enregistrements est vraiment pas top…).

(*) Je viens de me rendre compte que mes parents n’ont jamais été au courant de ces escapades radiophoniques nocturnes… Bah, tant pis, ça m’a pas empêche d’avoir mon bac.

Déploiement d’Office 2008 : enfin un .pkg

Ça va faire plaisir aux admins Mac :

Office 2008 utilisera un installeur sous forme de fichier .Pkg.

Déploiement bien plus simple que les méthodes actuelles, qui sont au final bien plus complexes à mettre à jour.

Et en plus, bonus : l’installeur ne balancera pas des polices dans le dossier de l’utilisateur par défaut. Ouf.

Les livres blancs de Gete.Net Consulting

Avec un peu de retard, j’ai le plaisir de vous annoncer la disponibilité en téléchargement gratuit des premiers livres blancs de Gete.Net Consulting.

Consacrés aux technologies de Mac OS X et Mac OS X Server, afin de vous faire découvrir les possibilités – souvent méconnues – offertes par la plate-forme Apple. Les deux premiers livres blancs sont consacrés à :

Réussir la cohabitation entre Mac et Windows (PDF, 1,2 Mo) : PDdécouvrez comment l’environnement Apple sait se fondre de façon élégante et puissante dans le monde de Windows, que ce soit par les solutions d’intégration Active Directory, les systèmes de partage de fichiers ou les logiciels de virtualisation ;

– Les systèmes de restauration pour Mac OS X (PDF, 1,2 Mo) : Mac OS X propose des outils intégrés pour restaurer rapidement une configuration-type. De la préparation de ce master à son déploiement, découvrez les outils pour faciliter l’administration de vos Mac.’

Ce sont les premiers d’une série qui, je l’espère, facilitera la compréhension des puissantes technologies de notre plate-forme préférée :-)

Quelle déception

On parle chez MacBidouille ce matin du procès qu’intente la société DualCor à Intel : Elle reproche au fondeur de faire usage du terme dual core (deux coeurs) pour vanter et vendre ses processeurs risquant ainsi de provoquer la confusion, des erreurs et même la DECEPTION de certaines personnes.
.

Le souci des traductions, c’est qu’elles sont souvent littérales. Et selon mon Hachette Oxford (mon Robert & Collins a disparu, si vous l’avez trouvé, mailez-moi), « Deception » en anglais se traduit par « tromperie », « duperie », voire « escroquerie ». C’est sûr que le terme « déception » peut sembler un peu bizarre (sûrement pour ça que Lionel l’a mis en majuscules), mais bien traduit, ça semble moins ridicule. Même si le fond de l’affaire, lui, est bien ridicule (ça me rappelle l’histoire d’OS9, tiens).

PS : j’écris pas ça pour me moquer, mais juste pour compléter, d’autant que je suppose que MacBidouille a récupéré la niouze telle quelle d’un site français (enfin je suppose).